Version classiqueVersion mobile

Edmund Alleyn

 | 
Gilles Lapointe

Épilogue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le propre de la mélancolie, c’est de retenir la vie,
sachant qu’elle nous échappe.
Edmund Alleyn1.

À la mort de Edmund Alleyn, dans le journal The Globe and Mail, M.J. Stone trace un portrait rapide de l’artiste, qui donne vraisemblablement le ton à ceux qui vont suivre : « Farouchement indépendant et secret, il était un artiste d’artiste. Une sorte de loup solitaire2. » Lors du vernissage de l’exposition Indigo à Eastman en 2006, sa sœur Nora ranime le souvenir émouvant d’un homme qui non seulement ne dévoile pas facilement son monde intérieur mais en défend même l’accès avec une fermeté obstinée : « Je lirai un poème qui évoque mon frère. Il est inspiré par cet homme très secret qui pouvait si facilement parler art, jazz, littérature, ou [de] George Bush, mais gardait cadenassé ce qui lui était personnel. Même le spectre de la mort n’entrouvrit pas la porte de l’intime3. » Impénétrable, retiré en lui-même, difficile à percer. Il importe peu en véri...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search