Version classiqueVersion mobile

Edmund Alleyn

 | 
Gilles Lapointe

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002690000031744A75567.jpg

Image 100000000000026B0000031B94A0F5DD.jpg

Ma première rencontre avec l’œuvre de Edmund Alleyn a lieu en 1978 à l’occasion de son exposition « Le Musée d’hiver » au Musée d’art contemporain de Montréal. Il me faudra cependant attendre l’année 1996 avant de faire la connaissance de l’homme, à la galerie Christiane Chassay, lors de la présentation de « Slow Dance ». Une amitié naîtra spontanément entre nous, à la suite de ces échanges à la fois chaleureux et incisifs au cours desquels sont confrontées nos convictions sur l’automatisme, l’art québécois et la littérature.

Ce n’est toutefois qu’au cours de la dernière année de sa vie, tandis que je prépare à la hâte avec Ginette Michaud et Jocelyn Jean un ouvrage collectif intitulé Edmund Alleyn. Indigo sur tous les tons, que j’aurai l’occasion de mieux le connaître. Cependant, la conjoncture est fragile et dramatique : Edmund Alleyn nous annonce en mai 2004 qu’il est atteint d’un mal qui ne pardonne pas, que le temps lui est compté.

Durant nos rencontres à son atelier de la rue Cl...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search