Version classiqueVersion mobile

Les réseaux criminels

 | 
Rémi Boivin
, 
Carlo Morselli

4. Du réseau comme structure au réseau comme acteur : comment les réseaux sociaux se constituent en acteurs collectifs

Amélie Forget

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’analyse des réseaux sociaux a permis de mieux comprendre les effets de structure des relations sociales et, dans certains cas, d’anticiper l’évolution de ces relations dans le temps et dans l’espace. Il n’est donc guère étonnant de constater l’engouement des criminologues et des analystes de sécurité pour cette méthode, qui nous aide à mieux comprendre la réalité des réseaux criminels. Toutefois, l’analyse formelle des réseaux ne saurait répondre à l’ensemble des questions relatives à l’organisation des relations sociales et présente quatre limites distinctes. Il s’agit d’abord d’une méthode issue de la sociologie structuraliste, et non d’une théorie du monde social ; elle est dépendante du contexte, et est donc difficilement généralisable à l’ensemble des secteurs de criminalité ; elle ne permet donc pas de prédire les résultats des effets de structure ; et elle évacue rapidement la notion de sens donné aux relations par les acteurs qui composent ces réseaux. En effet, les réseau...

Auteur

Post-doctorante à l’Université Cornell. Elle est titulaire d’un Ph. D. en sciences politiques (Université de Montréal).

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search