Version classiqueVersion mobile

Profession éthicien

 | 
Daniel M. Weinstock

L’éthicien dans la Cité

Charles Larmore et Alasdair Macintyre

Texte intégral

1Comme je l’ai dit, j’ai fait des études on ne peut plus académiques. Ma thèse, soutenue en 1991 à l’Université Oxford, portait sur le concept d’autonomie chez Kant et chez un certain nombre de philosophes néokantiens contemporains. Aujourd’hui, je dirige un centre de recherche interdisciplinaire, le Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal, qui intervient, par la formation de doctorants et de stagiaires postdoctoraux, ainsi que par l’accueil de chercheurs invités et par l’organisation de colloques et de conférences, dans les principaux débats d’éthique sociétale, du développement durable à la philosophie de la guerre juste, de la justice économique globale à la place de la religion dans la sphère publique. Je dirige également un comité d’éthique provincial, le Comité d’éthique de la santé publique, qui existe en vertu de la Loi sur la santé publique du Québec de 2001. Je suis régulièrement sollicité par les médias pour intervenir sur des questions très diverses d’éthique sociétale. L’examen de mon rapport d’activités me révèle, un peu à mon étonnement, que je passe autant de temps à présenter des exposés à des politiciens et à des fonctionnaires, aussi bien au Canada qu’à l’étranger, qu’à faire des présentations universitaires standard. De fil en aiguille, et sans que cela ait été l’objet d’un plan sciemment élaboré de ma part, la proportion de mon temps passé à faire de l’éthique dans la Cité a augmenté.

2Ce déplacement dans mes activités professionnelles reflète un phénomène sociétal plus vaste, qui a fait de l’éthique une « mode ». Toute institution, si anodins soient les problèmes éthiques auxquels ses acteurs sont sujets, semble devoir se doter d’un code de déontologie, voire d’un comité d’éthique. L’éthicien est régulièrement consulté pour donner son avis sur des questions tragiques (le suicide assisté, l’allocation de ressources en santé), grivoises (la légalisation des clubs d’échangistes) et parfois, il faut bien le dire, carrément banales. Depuis quelques années, l’auguste New York Times comprend dans son édition du dimanche une chronique intitulée « The Ethicist », dans lequel un dénommé Randy Cohen s’interroge sur des questions aussi brûlantes que la suivante : est-il « éthique » de vendre sur e.bay les réalisations que laissent derrière eux des étudiants inscrits dans un cours de poterie ? C’est dire...

3On pourrait penser que la mode de l’éthique représente une aubaine pour l’éthicien. Il posséderait une plate-forme pour mettre de l’avant les résultats de ses recherches et de ses réflexions, plate-forme dont ses collègues œuvrant dans des domaines moins courus par le public ne peuvent que rêver. Mais l’engouement généralisé pour l’éthique ne comporte pas que des avantages pour l’éthicien. Il est souvent porté par des idées fausses à propos de l’éthique et de la profession d’éthicien. Le défi de l’éthicien dans la Cité est de profiter de l’énergie et de la volonté dont témoigne cet engouement pour faire cheminer les nombreux « demandeurs d’éthique » vers une conception plus plausible de ce qu’est l’éthique et de ce que devrait être le rôle social de l’éthicien.

4La principale erreur à laquelle l’éthicien a à faire face dans ses interactions avec les médias, avec les responsables d’institutions privées et publiques, et avec le public de manière générale consiste à penser que l’éthique est en mesure de fournir des réponses unilatérales, toutes faites, permettant par un coup de baguette magique de solutionner de graves problèmes éthiques. L’éthicien serait selon cette vision des choses une sorte de prêtre séculier, porteur d’une doctrine capable de délivrer dans toutes les situations « la » solution paradigmatiquement éthique. Il m’est arrivé d’innombrables fois de me faire demander à l’occasion d’une table ronde ou d’une entrevue par un journaliste ou par un animateur qui pensait me faire plaisir : « M. Weinstock, que dit l’éthique à propos de tel ou tel problème ? », comme si l’éthique ne s’exprimait que d’une seule voix.

5Comme je tentais de le faire valoir plus haut, le rôle de l’éthicien n’est pas de fournir des réponses, mais d’éclairer des débats en repérant aussi précisément que possible les enjeux éthiques présents dans un problème donné. Il cherche à jeter de la lumière sur un paysage accidenté, mais il ne doit pas dicter aux citoyens le chemin à adopter à l’intérieur de ce paysage. Les problèmes moraux vraiment difficiles font immanquablement appel à des valeurs légitimes mais incompatibles dans une situation donnée. L’éthicien a fait son travail lorsqu’il a bien vu les valeurs en conflit ou en tension. Il contribue ainsi à faire que les débats d’éthique sociétale se fassent sur des bases solides. Dans le contexte d’une démocratie, il pourrait être taxé d’usurpation s’il tentait d’en faire davantage.

6Comment l’éthicien peut-il remplir ce rôle dans le contexte d’une démocratie ? Il me semble que la contribution de l’éthicien se fait selon plusieurs modalités. Premièrement, et il ne faut pas le négliger, le travail proprement scientifique de l’éthicien pénètre avec une fréquence étonnante les débats publics, du moins dans un pays comme le Canada. Deuxièmement, l’éthicien peut être invité de manière ponctuelle à donner conseil à un public professionnel à l’occasion d’une conférence, d’une rencontre spéciale ou encore d’un rapport qu’il aura préparé à la demande du public en question. Troisièmement, l’éthicien peut accepter de faire partie de mécanismes de gouvernance éthique. Enfin, il peut se prêter au jeu médiatique, en acceptant les invitations qui lui sont adressées par la presse écrite et électronique pour faire part de sa manière de concevoir les problèmes d’éthique. Je voudrais dire un mot de chacun de ces modes d’intervention.

7Le temps n’est pas une matière infiniment extensible. Je le disais tout à l’heure, la demande de plus en plus importante qui se fait sentir dans la sphère publique pour de l’« expertise » éthique peut faire que l’éthicien passe de plus en plus de temps à réfléchir et à écrire pour des publics non universitaires que pour ses confrères et consœurs de l’Université. Il faut à mon avis résister à cette tendance, sans pour autant se replier totalement dans une tour d’ivoire. La qualité de notre travail proprement scientifique, dont le meilleur indice demeure la reconnaissance par les pairs, idéalement, mais pas exclusivement, grâce à l’évaluation de nos textes, est la meilleure justification dont nous disposions de l’autorité que l’on nous accorde (et que l’on s’attribue) lorsque l’on intervient sur la place publique. Faites un rapide tour d’horizon dans n’importe quelle librairie, vous trouverez un nombre incalculable de livres portant souvent sur des thèmes d’éthique rédigés par des auteurs qui affublent leurs noms du suffixe magique « Ph.D ». C’est une manière de vous dire que ce que vous vous apprêtez à lire, c’est du sérieux, puisque son auteur possède un doctorat ! Ce n’est qu’en fouinant un peu que l’on découvre que le doctorat en question date de 10, 20 ou 30 ans et que l’auteur n’a fait aucune recherche scientifique depuis, ou bien qu’il dispose bel et bien d’un doctorat, mais dans une discipline qui n’a rien à voir avec le domaine sur lequel il se prononce. Cette malheureuse tendance révèle que, même aux yeux du grand public, le sérieux d’un intellectuel public dépend du capital proprement scientifique qu’il a su se constituer. Une partie de l’éthique de l’intellectuel public, qu’il soit éthicien ou autre, consiste à se refuser à tout raccourci dans la constitution de ce capital.

8La qualité de nos interventions publiques dépend de ce qu’elles soient nourries par notre recherche universitaire. Notre crédibilité auprès du public dépend également de notre bona fides universitaire. Mais nos écrits spécialisés peuvent aussi avoir un impact direct sur l’évolution des débats. Il m’est arrivé assez souvent de voir ou d’entendre cités hors de l’Université, par des journalistes ou par des fonctionnaires, des textes que je croyais destinés à une poignée de spécialistes. Nous avons la chance au Québec et au Canada de vivre dans une culture politique qui accorde une certaine importance à ce que disent les universitaires. Leurs travaux sont lus et cités par les concepteurs de politiques publiques, avec une fréquence qui rendrait verts de jalousie bon nombre de nos collègues d’autres pays (notamment, pour ce qui est du domaine que je connais, celui de l’éthique et de la philosophie politique, nos collègues universitaires américains). Nos productions scientifiques ne sont donc pas seulement importantes parce qu’elles cautionnent nos interventions publiques. Elles sont des interventions publiques.

9Il m’arrive souvent d’être invité par des organismes gouvernementaux ou par des ordres professionnels à venir prononcer des conférences visant à élucider des problèmes éthiques avec lesquels leurs membres se trouvent aux prises. Dans le contexte gouvernemental, cela se fait souvent dans le contexte de « retraites », lors desquelles les membres d’un service quittent leur lieu habituel de travail pour prendre un pas de recul par rapport à leur quotidien, pour réfléchir aux problèmes auxquels ils ont à faire face dans leur travail, mais également pour réfléchir au « sens » de leurs activités. C’est souvent dans ce contexte que l’on fait appel à l’éthicien.

10Il arrive également que la sollicitation de conseils suive une crise. Un grave problème aux résonances éthiques s’est produit, et les membres d’un service gouvernemental ou d’un ordre professionnel se sont sentis pris au dépourvu, désarmés par rapport au problème auquel ils ont eu à faire face.

11Ainsi, l’éthicien intervient souvent dans des moments hors du commun, soit dans des situations où des professionnels décident de prendre un recul par rapport à leur quotidien, soit parce qu’une situation de crise les pousse à remettre leurs manières de faire habituelles en question.

12Il est possible de contribuer de manière importante à l’amélioration de pratiques gouvernementales et professionnelles en intervenant de la sorte. Mais il faut être conscient du fait que ces modes d’intervention ont leurs limites. C’est qu’ils véhiculent une autre erreur à propos de l’éthique, qui me semble devoir être mise en cause. Cette erreur, c’est que l’éthique est un savoir et une pratique hétérogènes aux savoirs et aux pratiques gouvernementales, médicales, juridiques et ainsi de suite. Il y aurait, selon cette manière de voir les choses, d’un côté la pratique quotidienne des professionnels et des fonctionnaires, le train-train quotidien dont les considérations éthiques seraient exclues et, de l’autre, l’éthique, qui entretiendrait avec ces pratiques une relation de sublime isolement. L’éthicien n’aurait qu’à intervenir dans des occasions isolées de la routine et du quotidien pour indiquer les limites à ne pas outrepasser.

13Le problème pratique avec cette manière de voir les choses est que l’éthique a ensuite du mal à pénétrer et à infléchir les pratiques. Je me suis souvent fait dire après coup par des participants lors de tels événements : « Ce fut si intéressant ; dommage que le quotidien ait ensuite repris le dessus... » Un problème philosophique plus profond est que cette manière d’articuler éthique et pratiques gouvernementales et professionnelles repose sur une vision erronée de la place de l’éthique. L’éthique n’est pas « extérieure » aux domaines gouvernementaux, médicaux, juridiques et autres. Ces champs d’activité sont traversés dès le départ de part en part par des considérations éthiques. Le droit, la médecine et le gouvernement (pour ne citer que ces exemples) sont des champs d’activité qui cherchent tous à leur manière à réaliser un bien moralement important. La justice, la santé, le bien commun sont les buts visés par ces trois domaines, et ce sont des buts éminemment éthiques. Même les hommes d’affaire à l’âme un peu philosophique vous diront que, malgré les apparences, selon lesquelles le milieu des affaires n’est mû que par l’appât du gain et du profit, la réelle finalité du commerce est la création de la richesse, qui est une condition sine qua non du bien-être collectif.

14Ensuite, rares sont les praticiens dans l’un ou l’autre de ces domaines qui n’a pas été travaillé par des questionnements éthiques. L’administrateur d’un grand hôpital doit décider de la meilleure manière d’allouer un budget dont il sait qu’il sera insuffisant pour couvrir tous les besoins. Un criminaliste se demande s’il doit défendre un individu qu’il sait coupable ou s’il doit révéler des informations obtenues dans le contexte du secret professionnel qui le lie à son client, qui permettront de retrouver le corps d’un enfant dont la disparition demeure irrésolue. Un fonctionnaire se demande s’il doit « sonner l’alarme » en rendant publics des abus qui sont en train d’être commis dans son service. Tous ces questionnements, qui ne sont nullement inventés pour les besoins de la cause, sont profondément éthiques. Ils constituent le lot quotidien de la plupart des professionnels.

15C’est dire que l’éthique fait partie du quotidien des professionnels et des fonctionnaires, plutôt que d’être un savoir extérieur, aux applications ponctuelles et marginales. Mais alors, quelle forme la relation entre professionnels et éthiciens devrait-elle prendre afin de refléter de manière plus adéquate l’interpénétration de l’éthique et de ces diverses pratiques professionnelles ?

16Il me semble que la modalité la plus satisfaisante en est une qui intègre la réflexion éthique au fonctionnement ordinaire des institutions. L’éthique s’y trouve comme nous l’avons vu déjà de manière latente. Il faudrait mettre en place des mécanismes permettant de la rendre pleinement explicite et opératoire.

17En 2003, j’ai été invité par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec à devenir le premier président du Comité d’éthique de la santé publique, institué en vertu de la nouvelle loi sur la santé publique du Québec. Cela a été une occasion pour moi de tenter de mettre en œuvre ma manière de concevoir la relation entre l’éthique et la pratique professionnelle dans un domaine comme celui de la santé et d’éviter les erreurs qui, à mon avis, ont été commises dans la mise en relation de l’éthique et d’autres secteurs de la pratique professionnelle dans le domaine de la santé, ceux de la recherche et de la clinique. Quelles sont ces erreurs ? Elles ont déjà été évoquées. L’éthique serait un savoir extérieur au domaine qu’elle cherche à gouverner. Ces points de contact avec ce domaine seraient limités, mais importants. L’éthicien imposerait un certain nombre de « garde-fous » au praticien. Dans la mesure où ce dernier peut faire la démonstration qu’il ne les outrepassera pas, son pedigree éthique serait assuré. Ces contraintes ont notamment trait, tant dans le domaine de la recherche que dans celui de la clinique, au consentement des patients et des sujets de recherche.

18Il ne s’agit pas ici de remettre en question l’importance d’assurer que les conditions propices au consentement libre et éclairé de ceux qui entrent en contact avec l’institution médicale soient en place. Je veux cependant insister sur le fait que cette manière extérieure et limitée de concevoir la relation entre éthique et pratique professionnelle ne fait rien pour que le chercheur ou le clinicien puisse prendre conscience des finalités éthiques internes à sa pratique. L’éthicien apparaît trop souvent au professionnel comme un empêcheur. Il faut bien se conformer aux normes qu’il émet, car, dans le cas de la recherche, son approbation est une condition sine qua non de ce qu’un projet de recherche puisse être accepté, mais cela ne garantit en rien que la dimension éthique du travail du professionnel sera pleinement assumée et intériorisée par ce dernier. Au contraire, le caractère bureaucratique et formel de la gouvernance éthique axée sur un nombre limité de règles de déontologie risque d’inhiber plutôt que d’encourager une telle intégration.

19Pour éviter de reconduire ce mode insatisfaisant de fonctionnement, j’ai tenté dans le fonctionnement du Comité d’instituer avec les praticiens de la santé publique une relation d’« accompagnement ». Cette manière de vivre la relation entre éthique et professionnels repose sur l’hypothèse que la pratique professionnelle que l’on nous demande de gérer éthiquement est déjà traversée par des finalités éthiques que les praticiens doivent pleinement assumer et transformer en objet de réflexion et de délibération, au même titre que les aspects plus techniques et instrumentaux de leur pratique. Elle fait également l’hypothèse que les praticiens se heurtent régulièrement à des questionnements éthiques concernant leurs projets et qu’il ne leur manque pour mener ces questionnements que deux choses.

20Premièrement, il leur manque le temps. Comme tous les professionnels de nos jours, les travailleurs de la santé vivent constamment dans l’urgence, dans la pression du protocole ou du projet qui doit être complété hier, ou préférablement avant-hier. Or l’urgence n’est pas une modalité temporelle propice à la réflexion éthique. Le Comité d’éthique complète le travail du professionnel en se donnant le temps de réfléchir aux questionnements éthiques qui naissent de la pratique de ce dernier.

21Deuxièmement, il leur manque un répertoire conceptuel qui leur permettrait de nommer avec précision les écueils éthiques auxquels ils sentent que leur pratique professionnelle se heurte parfois. S’il existe une expertise en éthique, c’est celle de pouvoir décrire précisément ce que les praticiens ne ressentent dans un premier temps qu’obscurément. Le Comité d’éthique, en donnant des noms et des concepts aux questionnements, permet à la délibération et à la réflexion éthiques de procéder avec une vision plus claire des enjeux.

22Bref, il me semble qu’une manière saine et féconde d’institutionnaliser le lien entre éthique et pratique professionnelle exige, premièrement, que l’éthique soit intégrée au fonctionnement des institutions, plutôt que de figurer dans la vie des institutions en un sublime isolement, et, deuxièmement, qu’elle cherche à prolonger la réflexion éthique qui est déjà latente dans la pratique professionnelle des individus dont elle cherche à gouverner la conduite.

23Reste à traiter d’une dernière modalité d’intervention de l’éthicien. L’éthicien est de plus en plus invité à commenter « l’actualité éthique » dans les différents médias. La relation avec les médias est certes attrayante pour le chercheur universitaire qui cherche à avoir un impact dans la Cité. Mais elle est truffée d’embûches. Certaines de ces embûches sont évidentes et elles ont déjà été recensées par d’autres. Les principaux médias, surtout électroniques, font de l’information par petites bouchées. Lorsque l’intellectuel public, qu’il soit éthicien ou autre, est appelé à commenter l’actualité, on ne retient de ce qu’il dit que deux ou trois phrases, qui sont au mieux réductrices, et au pire carrément déformantes.

24En outre, les médias ne peuvent pas ignorer les cotes d’écoute et les chiffres de vente. La nuance et la circonspection ne sont cependant pas toujours les meilleurs vendeurs. On recherche parfois la crise, le scandale, l’opposition de positions radicales et tranchées. Je me suis déjà fait désinviter d’un débat radiodiffusé portant sur la controverse des caricatures du prophète Mahomet parce que l’on estimait que ma position était trop... nuancée ! La logique marchande dans laquelle s’inscrivent la plupart des médias modernes pousse à la recherche de scandales, de malfrats qui peuvent être facilement pointés du doigt, de débats de positions diamétralement opposées, alors que la réflexion éthique exige tout le contraire, c’est-à-dire la recherche de causes profondes, la nuance et la réconciliation.

25(Je ne veux pas tomber moi-même dans le piège du jugement excessivement unilatéral. J’ai eu le plaisir dans ma carrière d’avoir pu rencontrer des journalistes qui s’évertuent à résister à cette logique et à faire que les médias populaires demeurent des lieux de débat fécond et de délibération. Je n’en nommerai qu’un, Jacques Véronneau, parce qu’il est mort tragiquement jeune peu de temps avant que j’écrive ces lignes. Mais il y en a d’autres dont j’admire le travail et le courage, et dont je voudrais dire qu’ils rendent un précieux service à la vie démocratique de leur société.)

26L’écueil moins souvent remarqué, mais tout aussi fondamental, dans la relation entre intellectuel public et médias est que, dans le choix de sujets qui se trouvent traités par les médias, l’intellectuel est toujours à la remorque du journaliste. C’est à ce dernier que revient le soin de définir ce dont on parlera à la télévision, à la radio ou dans les journaux. L’intellectuel, qu’il soit éthicien ou autre, commente ce que le journaliste veut bien qu’il commente. Il m’est arrivé très exactement deux fois de me faire donner l’initiative dans le choix des thèmes. J’ai assuré pendant quelques mois pour une radio montréalaise une chronique hebdomadaire de quelques minutes dont je pouvais définir le thème. Un journaliste m’a par ailleurs appelé un jour pour me demander quelle question éthique sous-médiatisée devrait à mon avis faire l’objet d’une plus grande attention médiatique. (Après m’être remis de mon étonnement, je lui ai suggéré de s’attacher au scandale que représente au Québec le sous-financement des écoles publiques.)

27Je ne veux pas prétendre que la relation de priorité devrait être inversée, et que l’éthicien devrait dicter au journaliste ce que ses auditeurs entendront et ce que ses lecteurs liront. Il me semble cependant qu’une relation saine entre éthique et médias devrait davantage prendre la forme d’un dialogue plutôt que de ressembler à une relation de sous-traitance.

L’éthique de l’éthicien

28L’éthicien est donc de plus en plus appelé à intervenir dans les affaires de la Cité. Ses gestes et ses paroles peuvent avoir un réel impact sur l’évolution des débats et, partant, sur la vie des gens. Il convient dès lors que l’éthicien se dote de sa propre éthique professionnelle. Comment devrait-il gouverner sa conduite ?

29Il ressort de ce qui précède qu’il y a deux erreurs que l’éthicien devrait éviter dans sa conduite professionnelle.

30Premièrement, il doit éviter de se présenter comme un expert capable de porter des jugements définitifs sur des questions à propos desquelles des gens raisonnables peuvent être en désaccord. Il doit pour ce faire résister aux tentations qu’il pourrait lui-même ressentir à se comporter de la sorte (quel éthicien n’a pas ressenti à un moment ou un autre la tentation de se comporter comme un philosophe-roi ?), mais surtout il doit résister à la demande provenant des milieux médiatiques et professionnels voulant qu’il émette des jugements et des diagnostics moraux unilatéraux. Il doit éclairer le débat plutôt que s’y substituer.

31Deuxièmement, l’éthicien doit se voir comme un « accompagnateur » plutôt que comme un « sanctionneur ». Sa fonction n’est pas de faire valoir des valeurs extérieures aux pratiques et aux institutions qu’il évalue pour s’assurer que les agents qui y occupent des fonctions s’y conforment, mais plutôt de tenter de faire ressortir les finalités éthiques qui sont sous-jacentes à ces pratiques et institutions, de faire que leurs acteurs assument pleinement ces finalités comme des objets d’enquête et de délibération au même titre que les questions plus techniques et instrumentales qui forment leur quotidien, et qu’ils les aident à repenser et à réformer leurs manières de faire lorsqu’elles posent des obstacles à ce que leurs finalités éthiques soient atteintes aussi pleinement que possible.

32L’éthicien éclaire et accompagne, plus qu’il ne statue ou qu’il ne sanctionne. Il découle de cela une autre dimension de la responsabilité morale de l’éthicien, la plus difficile à mon avis. L’éthicien doit en quelque sorte se situer entre la partisanerie et la neutralité. En guise de conclusion à ce petit ouvrage, je voudrais explorer cette exigence, qui me semble être au cœur de l’éthique de l’éthicien.

33Il est peut-être plus facile de comprendre ce que j’entends par partisanerie que par neutralité. Le partisan est quelqu’un qui milite pour une cause, qu’il voit comme au-delà de tout doute et de tout questionnement. C’est l’homme de parti, qui suspend son jugement critique afin de se faire le véhicule efficace d’un but.

34Pourquoi l’éthicien doit-il éviter d’être un partisan ? Parce que sa crédibilité intellectuelle en dépend. L’éthicien doit éviter d’être perçu comme un simple meneur de claque, quelqu’un dont on peut prédire les arguments même sur des questions hautement controversées, parce qu’elles découlent d’une idéologie faisant l’objet d’une adhésion aveugle ou d’une ligne de parti. Le partisan renverse la priorité que l’éthicien doit toujours accorder aux arguments. Alors que ce dernier suit les arguments là où ils le mènent, le partisan a des conclusions - des causes -pour lesquelles il se met à la recherche d’arguments.

35L’éthicien ne peut-il pas parfois être partisan ? N’y a-t-il pas des causes qui sont au-delà de tout doute et de toute controverse possibles ? Et même lorsqu’elles sont controversées, l’éthicien ne peut-il pas parfois laisser libre cours à ses passions ?

36Il est important que lorsque l’éthicien se comporte comme un partisan il prenne des dispositions nécessaires pour faire comprendre au public qu’il se présente sur la place publique comme un simple citoyen, participant au débat d’un point de vue partisan comme citoyen plutôt que comme expert. Il m’a toujours semblé hautement problématique que les éthiciens (réels ou improvisés pour les besoins d’une cause) se servent de leur statut professionnel pour apporter une crédibilité factice à leurs interventions partisanes. Cela me semble être une manifestation assez patente de ce que les logiciens appellent l’« argument d’autorité », qui invite l’interlocuteur à accepter une conclusion non pas en vertu de la qualité des arguments qui la sous-tendent, mais à cause du statut de la personne qui la met de l’avant.

37Ceux qui connaissent mes écrits et mes implications publiques me taxeront ici d’hypocrisie. N’ai-je pas pris des positions publiques dans lesquelles je défendais des positions, plutôt que de simplement éclairer des débats ? Une de mes premières implications publiques a été en tant que membre du Groupe de travail sur la place de la religion à l’école publique, mandaté par la ministre de l’Éducation du Québec de l’époque, Pauline Marois, pour réfléchir à l’avenir de l’enseignement religieux et au statut religieux des écoles dans la foulée de la déconfessionnalisation des commissions scolaires du Québec. Nous avons défendu, dans un document public connu sous le nom du « Rapport Proulx », la conclusion que l’école québécoise devait être laïcisée, tant dans ses structures que dans son programme. J’ai continué à titre personnel à m’insurger contre les tentatives de redonner une place de choix à la religion, notamment en créant un cours combinant l’introduction aux grandes cultures religieuses à l’enseignement moral.

38Il existe des gens raisonnables dans la société québécoise qui n’ont pas adhéré aux conclusions que nous avons défendues et qui pensent aujourd’hui qu’il est parfaitement approprié de conjuguer enseignement moral et religieux. Ne me suis-je pas dans ces conditions comporté comme un partisan ?

39Je ne le pense pas. Mes prises de position dans ces débats partent non pas de valeurs partisanes, mais plutôt des principes qui sous-tendent la démocratie libérale. Mon argument, réduit à sa plus simple expression, est le suivant : un régime scolaire qui accorde des privilèges spéciaux à certains groupes (en l’occurrence catholiques et protestants) est incompatible avec le principe d’égalité inscrit non seulement dans les chartes des droits canadienne et québécoise, mais également dans l’ADN même de la démocratie libérale. Mais un régime qui accorderait les mêmes privilèges à tous les groupes religieux serait tout simplement impraticable. Il ne s’agissait donc pas de défendre un argument basé sur des valeurs partisanes, mais plutôt de rappeler aux décideurs les implications de leurs engagements moraux prééxistants.

40Mais n’existe-t-il tout de même pas des causes par rapport auxquelles ces scrupules sont de trop ? La faim dans le monde, le terrorisme, le mépris des intérêts fondamentaux des générations futures dont témoignent notre exploitation des ressources naturelles et notre négligence de notre environnement naturel, ne s’agit-il pas là de causes tellement claires que tous les moyens sont bons pour contribuer à les solutionner, y compris que des intellectuels mettent leurs pedigrees à contribution pour attirer l’attention de la population et peut-être même éventuellement des décideurs ?

41Bien sûr. Mais la responsabilité de l’intellectuel en général, et de l’éthicien en particulier, ne se limite pas à dénoncer. Il doit également proposer des solutions, des mécanismes susceptibles d’éradiquer de manière durable les fléaux susmentionnés. Un exemple. Pendant longtemps, les philosophes qui ont cherché à attirer l’attention du public sur les inégalités mondiales et sur le problème de la faim et de la pauvreté extrême ont tenté de donner expression aux obligations de redistribution des pays riches en matière de transfert de ressources. C’est bien sûr une manière simple et pédagogique de donner une idée de l’étendue des obligations morales liant les pays riches à ceux qui croupissent dans la pauvreté. Mais le travail de l’intellectuel ne peut pas s’arrêter là. Il doit proposer des transformations institutionnelles réalisables qui feront que les transferts de ressources donneront lieu à des améliorations durables du sort des personnes habitant dans les pays les plus défavorisés. Il doit également envisager et proposer des transformations institutionnelles qui ne sont pas de l’ordre du transfert de ressources, mais qui amélioreront le sort de ces personnes. Comment modifier les dispositifs légaux entourant la propriété intellectuelle de façon que les pauvres de ce monde aient accès aux médicaments dont ils ont besoin, mais sans éliminer les incitatifs à l’innovation et à la recherche ? Comment créer des incitatifs qui feront que les chercheurs en pharmacologie seront portés à faire de la recherche non pas seulement sur les maladies des riches, mais également sur celles qui sévissent dans les pays pauvres ? Voici les questions auxquelles doit faire face l’éthicien véritablement soucieux de contribuer à l’amélioration du sort des moins bien lotis de cette planète. Et, au-delà du consensus qui unit à n’en pas douter toutes les personnes de bonne foi autour de l’impératif moral de répondre au scandale que représente la pauvreté extrême, le débat persiste sur la question de savoir quels sont les meilleurs moyens à prendre, tant sur le plan moral que sur celui de l’efficacité, pour parvenir aux fins voulues.

42Des remarques analogues pourraient être faites à propos des questions environnementales et de celles qui entourent la sécurité mondiale. Les mécanismes de marché tels que les « permis de polluer » peuvent-ils être envisagés comme moyen de contrôler l’émission de gaz à effet de serre ? La question de la sécurité internationale, notamment en ce qui a trait au terrorisme, devrait-elle être liée à celles du redressement des inégalités mondiales et de la persistance de rapports néocoloniaux ? Ces questions sont sujettes à controverse. Elles montrent bien qu’au-delà de l’énoncé de vœux pieux et de bonnes intentions à propos de la pauvreté, de la justice intergénérationnelle et de la sécurité, le travail normatif est loin d’avoir été épuisé.

43J’ai passé un certain temps à définir la partisanerie et à donner les raisons qui me font dire que l’éthicien devrait l’éviter. Il me faut maintenant clore en disant quelque chose de la neutralité. Si l’éthicien doit éviter la partisanerie, est-ce que cela veut dire qu’il doit se replier dans une sorte de désengagement intellectuel qui ferait qu’il n’aurait de véritables opinions sur aucun sujet ? L’éthicien ne peut-il être qu’un analyste froid et méthodique des enjeux éthiques ? Ne peut-il pas manifester de la passion ?

44L’éthicien doit effectivement éviter de se transformer en une sorte de robot qui, à force de vouloir éviter la partisanerie, en vient à ne croire en rien. Mais son engagement, sa passion, doit être de deuxième ordre. L’engagement de l’éthicien doit être envers la santé et la richesse du débat public. Je le répète depuis le début de ce petit ouvrage : l’éthicien doit en dernière analyse être le serviteur de la démocratie. Son ambition doit être d’enrichir le débat démocratique en lui fournissant une description aussi riche et complète que possible des enjeux éthiques présents dans les grands débats de société, et de dénoncer la rhétorique creuse et la sophistique qui représentent un danger constant en démocratie. Quiconque écoute avec un tant soit peu d’attention les discours de nos politiciens, ou lit avec un œil critique les pages de débat de nos journaux, sait à quel point il est facile de marquer des points par des stratégies rhétoriques intellectuellement suspectes telles que le procès d’intention, l’argument ad hominem, et j’en passe. Une des responsabilités publiques de l’éthicien doit être de débusquer de tels stratagèmes, pour faire que ce soit la force du meilleur argument, plutôt que l’effet séducteur du plus beau parleur, qui détermine le cours des débats publics. En somme, la principale responsabilité éthique de l’éthicien est d’être un partisan, mais un partisan de la délibération citoyenne. S’il réussit à faire que le débat public cerne les vrais enjeux éthiques d’une question et s’il évite les raccourcis rhétoriques, il aura amplement justifié sa place comme intervenant sur la place publique.

Auteurs

Après la vertu, Paris, Presses universitaires de France, 1997

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search