Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Nations amérindiennes

Texte intégral

Abénaquis. Les Abénaquis, qui appartenaient au groupe algonquin et qui comprenaient plusieurs tribus, étaient établis le long du littoral de l’Atlantique, dans les actuels États du Maine, du New Hampshire et du Vermont. En butte à l’hostilité des Anglais, les Abénaquis vinrent s’établir en Nouvelle-France, notamment à Bécancour, à Sillery et à Saint-François, près de Napierreville, à partir de 1665-1670 (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 2-6 ; D. R. Snow, dans B. G. Trigger, Northeast, p. 137-147).

Aiouez. Les Aiouez, ou Iowas, en anglais, qui appartenaient au groupe sioux, occupaient un territoire à l’ouest du Mississipi et étaient voisins des Sioux, avec lesquels ils entretinrent des relations tendues. Leurs villages demeurent difficiles à situer. Peut-être étaient-ils originellement établis sur la rivière Rock (Illinois), encore que d’autres traditions les situent plus au nord. Selon une carte dessinée par un des leurs vers 1844, les Aiouez, après avoir vécu à l’embouchure de la rivière Rock, se seraient établis le long de la rivière Des Moines (Iowa), puis sur les rives de la rivière Minnesota. Mais celle-ci est mal placée sur la carte. Ils seraient ensuite descendus plus au sud pour s’établir sur la rivière Platte (Nebraska), puis sur la rivière Little Platte (Minnesota), enfin sur la rive ouest du Mississipi, un peu en amont de l’embouchure de la rivière Des Moines, après un séjour le long de la rivière Salt (Missouri). L’informateur amérindien signale aussi l’existence d’autres villages en amont de la rivière Salt et sur les rivière Chariton, Grand (Missouri) et Platte, au Nebraska (« Map of the County formely occupied by the Ioway Tribe of Indians from a map made by Waw-Non-Que-Skoon-a, an Ioway Brave. Drawn by Capt. S. Eastman U. S. Army. Engraved by W. Williams », dans W. H. Miner, The Iowa, entre les pages 24 et 25). D’autres déplacements suivirent, qui les menèrent jusque sur les rives de la rivière Missouri, où le père Jacques Marquette les situe. Selon le père Louis André, en 1676, les Aiouez vivaient à quelque deux cents lieues à l’ouest de la baie des Puants, ou Green Bay. Martha R. Blaine (The Ioway Indians, p. 21) pense que les Aiouez que rencontra Perrot en 1686 occupaient un village situé sur les rives de la rivière Root ou au haut de la rivière Upper Iowa (voir Martha R. Blaine, The Ioway Indians, Norman, University of Oklahoma Press, 1979 ; F. W. Hodge, Hand-hook, 1907, p. 612-614 ; William Harvey Miner, The Iowa, Cedar Rapids (Iowa), The Torch Press, 1911).

Algonquins. Le nom désignait originellement une tribu établie le long de la rivière Gatineau, qui se jette dans la rivière des Outaouais à la hauteur de l’actuelle ville de Gatineau (Québec). Mais le terme a vite renvoyé aux tribus du même groupe linguistique qui occupaient les rives de la rivière des Outaouais, jusqu’à la rivière des Français, aujourd’hui French River, et au lac Nipissing (Ontario). À ces tribus, Perrot semble ajouter des Amérindiens qui vivaient entre la rivière des Français et Toronto, région en fait occupée par les Hurons. Selon Samuel de Champlain, en 1620, les Algonquins et les Iroquois étaient en guerre « depuis plus de cinquante ans » (Voyages, 1632, dans Works, 1922-1936, t. V, p. 78). Si l’on se fie à Perrot, les Algonquins et les Iroquois participaient à des activités communes avant le début du conflit. Avec le développement de la traite des fourrures, les relations entre les Iroquois et les Algonquins, qui voulaient servir d’intermédiaires entre les Français et les tribus de l’Ouest et qui aspiraient à négocier directement avec les Hollandais de fort Orange, devinrent de plus en plus conflictuelles. Après une période de paix relative (1620-1627), les tensions entre les deux groupes s’avivèrent, malgré un traité de paix, conclu en 1634. Mieux armés que leurs adversaires, grâce aux armes à feu que leur vendaient les Hollandais, les Iroquois infligèrent de lourdes pertes aux Algonquins. En 1645, un traité de paix entre les Français et les Iroquois comprit les Algonquins christianisés. Des Algonquins s’établirent alors à la mission jésuite de Sillery, près de Québec, mais beaucoup d’Algonquins semblent s’être installés plutôt dans la région de Trois-Rivières. Le meurtre de Pieskaret par des Iroquois, suivi d’une attaque contre les Algonquins de Trois-Rivières, en 1646, ranima les hostilités. Au cours des années qui suivirent, les Algonquins se retirèrent de la vallée des Outaouais pour s’établir à la mission de Sillery ou à Trois-Rivières, sauf les Kichesipirinis qui demeurèrent à l’île aux Allumettes, sur la rivière des Outaouais. Mais beaucoup d’Algonquins s’enfuirent vers l’Ouest et créèrent des villages dans la région de Michilimakinac et du lac Michigan. À l’instar des Hurons, les Algonquins furent des alliés des Français (voir Gordon M. Day et Bruce G. Trigger, « Algonquin », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 792-797 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 38 43).

Amikoués. Les Amikoués, ou Amikouets, aussi parfois appelés gens du Castor, appartenaient au groupe algique et formaient une petite tribu qui semble avoir originellement occupé la rive nord du lac Huron, à la hauteur de l’île Manitouline, jusqu’à ce que les Iroquois les obligent à émigrer vers les lacs Supérieur et Michigan. Ils étaient étroitement liés aux Népissingues (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 49 ; E. S. Rogers, « Southeasterner Ojibwa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 760-771).

Andastes. Les Andastes, ou Andastoërrhonons (JR, vol. 8, p. 116), occupaient la vallée de la rivière Susquehanna (Pennsylvanie) lorsque les Européens entrèrent en contact avec eux. La volonté de contrôler les routes par lesquelles transitaient les fourrures fut à l’origine du conflit qui les mit aux prises avec les Iroquois. Dès 1652, les deux groupes s’affrontèrent, mais ni l’un ni l’autre ne parvint à s’imposer de façon définitive. À l’invitation des autorités coloniales du Maryland, qui souhaitaient mettre fin au conflit, les Andastes allèrent s’établir plus au sud, au confluent des rivières Piscataway et Potomac, à l’ouest de la baie de Chesapeake (Maryland), avant de s’assimiler, en 1675, aux Iroquois, devenus leurs alliés, après qu’ils eurent subi des pertes aux mains des colons anglais (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 335-337 ; Francis Jennings, « Susquehannock », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 362-367).

Assiniboines. Les Assniboëls, ou Assiniboines, dont le nom signifierait chez les Sauteux « celui qui fait cuire avec les pierres », formaient une importante tribu appartenant au groupe linguistique des Sioux, avec lesquels ils partageaient plusieurs traits culturels. Ils occupaient un vaste territoire compris entre le lac Supérieur et la baie d’Hudson et passaient pour plus hospitaliers que les autres Amérindiens des plaines (voir D. I. Bushnell, Villages of the Algonquian, Siouan and Caddoan Tribes West of the Mississippi, Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, bulletin 77, 1922, p. 71-77 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 102-105; J. L. Stoutenburgh, Dictionary of American Indian, p. 19).

Ayoës ou Ayouez : voir Aiouez.

Chaouanons. Les Chaouanons, qui appartenaient au groupe linguistique algonquin, ont connu de si nombreuses migrations qu’il est difficile de circonscrire leur territoire originel. Dans la relation de son Premier Voyage, Jacques Marquette note qu’ils n’étaient « nullement guerriers » et que les Iroquois allaient les « chercher » jusque dans la vallée de l’Ohio pour leur faire la guerre (JR, vol. 59, p. 144). Ce sont d’ailleurs les attaques incessantes des Iroquois qui les contraignirent à abandonner les différents territoires qu’ils occupaient et à se diviser en petites bandes. Vers 1683, une bande s’établit parmi les Illinois, à Starved Rock (Illinois), où elle demeura jusqu’en 1688 ou 1689 ; un autre groupe gagna la rivière Savannah (Caroline du Sud) vers 1674 ; en 1692, des Chaouanons étaient établis à l’embouchure de la rivière Susquehanna (Maryland), alors qu’une autre bande s’installait, deux ans plus tard, en Pennsylvanie. Au début du xviiie siècle, la bande établie au Maryland émigra plus au nord, en Pennsylvanie, où des Chaouanons de la Caroline du Sud les rejoignirent. Vers 1720, les Chaouanons de la Pennsylvanie migrèrent plus à l’ouest et, en 1731, une partie importante de la tribu avait regagné le haut de la rivière Ohio (voir Charles Callender, « Shawnee », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 622-635 ; F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 530-538).

Cris. Les Cris, une contraction du mot Kristinaux, appartenaient au groupe algique. Ils occupaient un vaste territoire au nord du lac Supérieur, de la rivière Rouge à la rivière Saskatchewan, et de la rivière Nelson au lac Athabasca (Manitoba et Saskatchewan). Peuple surtout nomade, les Cris se déplaçaient pour suivre les troupeaux de bêtes dont ils se nourrissaient. Il semble qu’ils aient été continuellement en conflit avec les tribus installées près de leur territoire (voir D. I. Bushnell, Villages of the Algonquian, p. 17-21 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 359-362).

Folles Avoines : voir Malhomines.

Hurons. Les Hurons, dont la culture ressemblait à celle des Iroquois, formaient une confédération de quatre tribus (tribus de l’Ours, du Cerf, de la Corde et de la Pierre). La frontière sud de leur territoire, qui comprenait les villages de Scanonaenrat (Saint-Michel), Teanaustaye (Saint-Joseph II) et Contarea (Saint-Jean-Baptiste), formait une ligne presque droite, de l’extrémité nord du lac Simcoe à la baie Gergienne (Ontario). Au nord, la rivière Canadian Shield North constituait une frontière naturelle entre le lac Couchiching, à l’est, et la baie Georgienne, à l’ouest. En butte à l’hostilité des Iroquois, les Hurons furent complètement défaits par leurs ennemis (1649-1650). Plusieurs Hurons s’intégrèrent alors aux Iroquois, certains rejoignirent les Pétuns à l’ouest, d’autres, enfin, s’installèrent dans la colonie, où ils furent attaqués par les Iroquois. Selon Henri Nouvel, les Hurons et les Pétuns se réfugièrent d’abord sur l’île de Michillimakinac, dans le détroit de Mackinaw, entre les lacs Huron et Michigan. Sous la pression des Iroquois, ils durent se retirer « plus loing », sur des îles qui prirent le nom d’îles Huronnes, « à l’entrée de la baye des Puans », aujourd’hui Green Bay (Henri Nouvel, Relation de 1671-1672, dans JR, vol. 56, p. 114). Cette seconde migration a dut suivre de près la première, puisque dans la Relation de 1653-1654, François-Joseph Le Mercier signale la présence de Hurons et d’Outaouais « vers le grand lac, que nous appelions des Puants » (JR, vol. 41, p. 78). Les deux nations ne résidèrent pas longtemps sur les îles Huronnes et sur les rives adjacentes : en 1657, les Hurons étaient installés sur les rives de la baie des Puants, parmi les Potéouatamis, et les Outaouais vivaient avec les Puants et les Malho-mines (Relation de 1657-1658, JR, vol. 44, p. 246). Vers 1660, des Hurons étaient établis près des sources de la rivière Noire (Rehtion de 1659-1660, dans JR, vol. 45, p. 234). Selon trois Français envoyés en éclaireurs par le père Ménard, à l’été 1661, les Hurons de la rivière Noire étaient réduits à l’état de « squelettes » (J. Lallemant, Relition de 1662-1663, dans JR, vol. 48, p. 128). Entre 1660 et 1665, les Hurons se rapprochèrent de Chagouamigon, puisqu’en 1665, le père Claude Allouez les y trouva établis (voir Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 50, p. 272, 284, 296, 306). Il n’y étaient pas seuls, les Iroquois ayant obligé « la plus part des Sauvages d’en haut » à se réfugier près du poste français (Relation de 1668-1669, dans JR, vol. 52, p. 204). Au printemps de 1671, sous la pression des Sioux, les Hurons et les Outaouais qui vivaient ensemble abandonnèrent leurs villages pour se rapprocher de Michillimakinac (voir Henri Nouvel, Rehtion de 1671-1672, dans JR, vol. 56, p. 114-116 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 238-241, n. 5, p. 251, n. 14). Tout au long de la colonisation française, les Hurons demeurèrent des alliés des Français (voir Conrad E. Heidenreich, « Huron », dans Β. G. Trigger, Northeast, p. 368-369 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 584-591 ; E. Tooker, « Wyandot », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 398-406).

Illinois. Les Illinois, écrit Charlevoix, « ont toujours eu assez de douceur & de docilité ; mais ils étoient lâches, traîtres, legers, fourbes, voleurs, brutaux, sans honneur, sans foi, intéressés, adonnés à la gourmandise, & à la plus monstrueuse impudicité, presqu’inconnuë aux Sauvages du Canada ; aussi en étoient-ils fort méprisés. Ils n’en étoient pourtant pas moins fiers, ni moins prévenus en leur faveur » (HDG, t. II, p. 264). Le nom Illinois désigne un ensemble de tribus indépendantes (Kaokias, Kaskaskias, Kouivakouintanouas, Mitchigamias, Moingouenas, Negaouichirinoueks, Peorias, Tamarois, etc.) qui partageaient une même langue et qui se donnaient une origine commune. Au moment où Louis Jolliet et Jacques Marquette entrèrent en contact avec eux, en 1673, les Illinois occupaient les rives de la rivière des Illinois, au sud du lac Michigan, et celles du Mississipi, jusqu’au confluent de la rivière Ohio. Leur mode de vie était assez semblable à celui des autres groupes algiques : à demi nomades, ils érigeaient des villages durant l’été, mais vivaient dans des campements pendant la chasse, l’hiver. En 1657, les Illinois, qui étaient répartis en une soixantaine de « bourgs », formaient une population d’environ « cent mille ames » (Relation de 1657-1658, dans JR, vol. 44, p. 246). Onze ans plus tard, leurs villages se réduisaient à « cinq grands Bourgs » au sud de Chagouamigon (Claude Dablon, Relation de 1669-1670, JR, vol 54, p. 166), voire à « deux Bourgades », qui comprenaient une population « de huit à neuf mille ames » (« Lettre du Pere Jacques Marquette au Reverend Pere Superieur des Missions », dans la Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 184). Selon Jules Tailhan, ce sont les Sioux qui forcèrent « les Illinois à leur première migration vers le lac Michigan », mais c’est « la guerre entre les Iroquois et les Illinois commencée vers 1656, [qui a], dès 1667, amené la ruine de cette dernière nation et l’émigration de ses tristes débris au-delà » du Mississipi (J. Tailhan, Mémoire, p. 220-228, n. 6). Mais les Illinois subirent aussi des assauts d’autres tribus, dont les Missouris, les Osages et les Panis. Vers 1670, beaucoup d’Illinois s’établirent dans un village kaskaskias, situé près de Starved Rock, sur la rivière des Illinois. À la suite d’un raid iroquois en 1680, les Illinois abandonnèrent le village, pour se retirer vers le Mississipi, où les Iroquois les poursuivirent. Ils s’assemblèrent à nouveau le long de la rivière des Illinois après l’érection du fort Saint-Louis par les hommes de Cavelier de La Salle, en 1682. Sous l’influence des Français, d’autres groupes amérindiens, notamment des Miamis, s’établirent près des Illinois, afin d’offrir plus de résistance aux Iroquois. À l’automne 1691, le village des Kaskaskias fut abandonné et les Illinois s’établirent plus au sud, à Pimitéoui, sur les rives de la rivière des Illinois (voir J.Joseph Bauxar, « History of the Illinois Area », dans Β. G. Trigger, Northeast, p. 594-601 ; Charles Callender, « Illinois », dans B. G. Trigger, op. cit., p. 673-680 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 597-599).

Iroquois et Iroquoiens. Avant l’arrivée des Européens, des tribus iroquoiennes occupaient vraisemblablement les rives du Saint-Laurent jusqu’à la hauteur de l’île d’Orléans, mais elles ont sans doute abandonné leurs villages avant 1603. La vallée du Saint-Laurent ne constitue pas pour autant l’ancien « pays des Iroquois », comme le suggère Perrot. Des sites préhistoriques iroquoiens ont aussi été trouvés au sud du lac Ontario, entre les rivières Mohawk et Genessee (New York), et au sud-ouest du lac Ontario, entre les rivières Niagara et Grand (Ontario). Au moment où Perrot parcourut la région des Grands-Lacs, les Iroquois occupaient un territoire situé au sud du fleuve Saint-Laurent, de la rivière Richelieu (Québec) à la rivière Genessee (New York). La confédération des Cinq-Nations comprenait, d’est en ouest, les Agniers, le long de la rivière Mohawk les Onneiouts, près du lac Oneida, les Onontagués, le long de la rivière Oswego et de ses affluents, les Goyogouins, sur les rives du lac Cayuga, enfin, les Tsonnontouans, au sud de Irondequoit (New York). Peuple horticole à demi sédentaire, les Iroquois, qui s’allièrent avec les Hollandais, puis avec les Anglais, firent la guerre aux Français et à leurs alliés. Armés par les Hollandais, puis par les Anglais, les Iroquois purent défaire les Hurons, les Pétuns, les Neutres, les Chaouanons et les Ériés. Après la paix de 1666, avec les Français, les Iroquois s’en prirent aux Andastes, mais subirent des pertes importantes. En 1675, ils firent une trêve, ce qui leur permit de reprendre leurs hostilités contre les Français et leurs alliés. Les opérations militaires de 1684 et de 1687 ne les affaiblirent pas vraiment : malgré des moments d’accalmie, le conflit se poursuivit jusqu’à ce que Frontenac envahît le territoire des Onontagués.

Décimés par les guerres et par une épidémie de variole (1690), les Iroquois conclurent la paix en 1701 (voir Harold Blau, Jack Campisi, Elisabeth Tooker, « Onondaga », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 491-499 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 617-619, et Handbook, 1910, p. 129-133 ; E. Tooker, « The League of the Iroquois : its History, Politics, and Ritual », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 418-441 ; B. G. Trigger et J. F. Pendergast, « Saint Lawrence Iroquoians », et James A. Tuck, « Northern Iroquoian Prehistory », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 322-323 et p. 357-361).

Kikapous. Les Kikapous appartenaient au groupe algique. Très proches des Mascoutins, les Kikapous, connus originellement sous le nom huron d’Ontarahronon (Barthelemy Vimont, Relation de 1640, dans JR, vol. 18, p. 234), étaient établis dans la région comprise entre le lac Érié et le lac Michigan. Sous la pression des Iroquois, ils émigrèrent plus à l’ouest, puis vers le centre de l’actuel État d’Illinois, où ils formèrent deux clans distincts. L’un, appelé clan de la Prairie, s’installa au centre de l’État ; l’autre, le clan Vermilion, occupa la rive ouest de la rivière Wabash. Au xviiie siècle, des Kikapous s’établirent auprès des Miamis de la rivière Wabash. Vers 1700, des Kikapous s’établirent au Détroit. Traditionnellement en guerre contre les Sioux, les Kikapous s’opposèrent au commerce des Français avec les tribus de l’Ouest. En 1712, ils s’unirent aux Renards contre les Français, mais firent une paix séparée avec ces derniers en 1729. L’année suivante, ils appuyèrent les Français et leur alliés contre les Renards (voir Charles Callender, Richard K Pope et Susan M. Pope, « Kikapoo », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 656-667 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 684-686).

Kiskakons ou Queues coupées (Lamothe-Cadillac, dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 80) : voir Outaouais.

Loups. Les Loups, ou Mahicans, occupaient la vallée de l’Hudson, du lac Champlain, au nord, au confluent de la rivière Catskill et de l’Hudson (New York), au sud. Même s’ils parlaient un dialecte algonquin, ils étaient très proches de leurs voisins iroquois sur le plan culturel. Le divorce semble avoir été autorisé parmi eux. Dès 1609, les Loups établirent des liens commerciaux avec les Hollandais, ce qui les fit entrer en conflit avec les Iroquois. En 1624, les Agniers ouvrirent les hostilités et obligèrent les Loups à abandonner la rive ouest de la rivière Hudson (1628). En 1662, un nouveau conflit éclata et les Loups infligèrent de sérieuses pertes à leurs ennemis. Après la prise de possession de la colonie hollandaise par les Anglais, en 1664, les Agniers et les Loups firent la paix (1666), mais celle-ci ne dura guère (F.-J. Le Mercier, Relation de 1667-1668, dans JR, vol. 51, p. 168 ; Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 136-158). La guerre tourna au désavantage des Loups : plusieurs groupes durent abandonner leur territoire et certains d’entre eux se rapprochèrent des Miamis. En 1681, des Loups participèrent à l’expédition de Cavelier de La Salle. Selon Perrot, les Loups établis parmi les Miamis dissuadèrent ces derniers de participer à la guerre contre les Iroquois en 1687 (voir T. J. Brasser, « Mahican », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 198-212 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 786-789 ; J. L. Stoutenburg, Dictionary of the American Indian, p. 226 ; E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 12-13).

Malhomines. Les Malhomines, ou Folles Avoines, une tribu du groupe linguistique algonquin, étaient établis sur les rives de l’actuelle rivière Menominee, près de Green Bay (Michigan et Wisconsin). Une partie de leur alimentation reposait sur la culture du riz sauvage, appelé folle avoine, ce qui explique sans doute leur surnom. Nicolas Perrot entra peut-être en contact avec eux dès 1667. Les jésuites établirent une première mission parmi eux en 1671 (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 842-844 ; Louise S. Spindler, « Menominee », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 708-724).

Mascoutins. Les Mascoutins, une tribu semi-nomade du groupe algique, occupaient la rive ouest de l’actuelle rivière Milwaukee, à l’ouest du lac Michigan (Wisconsin), mais sous la pression de leurs ennemis, notamment des Iroquois, ils changèrent fréquemment de Heu de séjour. En 1666, les Mascoutins, les Kikapous et les Miamis se réunirent aux Illinois pour former un village près de celui des Renards dans la région de Green Bay (Claude Allouez, Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 228 ; Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 182 et p. 200 ; Rektion de 1672-1673, dans JR, vol. 58, p. 22). Au cours de la décennie 1670, des Mascoutins et des Miamis vivaient ensemble dans un village sur la rivière aux Renards (Fox River), à l’ouest du lac Michigan. Vers 1679, un groupe de Mascoutins et de Miamis était établi à l’est du lac Michigan, sur les rives de la rivière Saint-Joseph (Rektion de 1679, dans JR, vol. 61, p. 148). En 1682, sous la menace des Iroquois, les Mascoutins de la rivière Saint-Joseph allèrent s’établir à l’ouest du lac Michigan, dans la région comprise entre les rivières Fox et Des Plaines (Illinois). L’année suivante, les Iroquois leur tuèrent une soixantaine d’hommes, mais cessèrent leurs raids en 1684, à la demande des Français. Plus à l’ouest, les Mascoutins, établis près des Renards et des Kikapous, entretinrent des relations conflictuelles avec les Sioux. Opposés au commerce entre Français et Sioux, ils s’en prirent, à l’occasion, aux traiteurs français. En 1702, des Mascoutins et des Renards attaquèrent le fort L’Huillier, érigé sur les rives de la rivière Minnesota (Minnesota). Après leur défaite aux mains des Français, en 1712, les Mascoutins s’installèrent avec des Kikapous sur les rives de la rivière Rock et du Mississipi (Illinois et Iowa). En 1720, des Mascoutins se dissocièrent des Renards pour faire une paix séparée avec les Français et, en 1730, ils appuyèrent les Français contre les Renards (voir Ives Goddard, « Mascouten », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 668-672 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 810-812).

Miamis. Le nom désigne originellement un ensemble de sept tribus établies au haut des rivières Wabash et Maumee. Bien que leur culture s’apparentât à celle des groupes algiques du centre de l’Amérique du Nord, les Miamis présentaient des traits culturels communs avec d’autres groupes amérindiens. Au moment où les Français entrèrent en contact avec eux, vers 1654, les Miamis étaient déjà en butte à l’hostilité des Iroquois (Gabriel Dreuillettes, Relation de 1657-1658, dans JR, vol. 44, p. 250). Vers 1670, les Miamis occupaient la région comprise entre les rivières Fox et Wisconsin, au nord, et la partie méridionale du lac Michigan (Wisconsin). C’est là que Perrot les rencontra. Au moment du passage de Cavelier de La Salle en 1679, un village de Miamis était établi plus au sud, à l’embouchure de la rivière Saint-Joseph (Illinois), près de « Chicagou ». Plus haut, sur la même rivière, à la hauteur de l’actuelle ville de South Bend (Indiana), des Miamis et des Mascoutins vivaient ensemble. Après l’érection du fort Saint-Louis des Illinois sur la rivière des Illinois, en 1682, les Miamis s’installèrent près du poste français pour y chercher protection contre les Iroquois et pour pratiquer la traite des fourrures. D’autres Miamis s’étaient établis près du lac Winnebago et le long des deux rivières Fox (Wisconsin et Illinois). À la demande des autorités françaises, les Miamis de la rivière Saint-Joseph acceptèrent de rejoindre ceux de Chicago, mais ils subirent les assauts des Iroquois (1687). Au début du xviiie siècle, les Miamis étaient étabHs sur les rives de la rivière Wabash et leur territoire s’étendait jusqu’à la rivière Ohio. Les Miamis ont aussi été en guerre avec des tribus méridionales et avec les Sioux, jusqu’à ce qu’ils s’installent sur les rives de la rivière Wabash, (voir Charles Callender, « Miami », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 681-689 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 852-855 ; Stewart Rafert, The Miami Indians of Indiana : A Persistent People 1654-1994, s. 1., Indiana Historical Society, 1996).

Micmacs. Au xviie siècle, les Micmacs, des Amérindiens du groupe linguistique algonquin, occupaient le territoire des actuelles provinces maritimes du Canada (côte est du Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Ecosse et île du Prince-Édouard), ainsi que la région située au sud et à l’ouest du Golfe du Saint-Laurent (Québec). Ils étaient chasseurs et pêcheurs. Ils ne cultivaient pas la terre et complétaient leur alimentation par la cueillette de baies et d’autres produits de la forêt. Leur organisation sociale semble avoir été distendue : Pierre Biard observe qu’ils étaient « espars, & vagabonds » (Relation de 1616, dans JR, vol. 3, p. 86). Oscillant entre le « nomadisme intégral » et une « sédentarité relative » (F. Passchier, op. cit., p. 63), les Micmacs formaient des bandes d’environ quatre-vingt à cent personnes qui circulaient à l’intérieur d’un territoire délimité, sous l’autorité d’un chef, appelé « Sagamo ». Mais ces bandes pouvaient se subdiviser ou s’associer à d’autres bandes. Selon le père Biard, les « Sagamies » étaient « quasi distribuees par bayes, ou rivieres » (JR, vol. 3, p. 88). Alliés des Français, les Micmacs eurent à défendre leur territoire contre les Anglais et contre des agresseurs amérindiens : Iroquois dans la péninsule gaspésienne, Malécites et Etchemins sur leur frontière méridionale (voir P. Biard, Relation de 1616, dans JR, vol. 3, p. 72-154 ; Philip K. Bock, « Micmac », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 109-122 ; Françoise Passchier, Le Système économique micmac. Perspective ethnohistorique au xviie siècle, Montréal, Laboratoire d’archéologie de l’Université du Québec à Montréal, « PaléoQuébec », 1985 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 858-859).

Mississagués. Les Mississagués, ou Mississakis, du groupe linguistique algonquin, étaient établis sur la côte septentrionale du lac Huron, près des bouches de la rivière Missisagi et de l’île Manitouline (Ontario). En butte à l’hostilité des Iroquois, les Missisagués durent s’unir à d’autres tribus de la région pour résister à l’ennemi (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 909-911 ; E. S. Rogers, « Southeastern Ojibwa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 760-771).

Mississakis : voir Mississagués.

Monsonis. Les Monsonis, une tribu du groupe algique, occupaient le littoral de la baie de James, près de l’embouchure de l’actuelle rivière Moose, en Ontario (Charles Albanel, dans la Relation de 1671-1672, dans JR, vol. 56, p. 200). Selon F. W. Hodge, les Monsonis, qui sont mentionnés sous le nom de « Aumonssoniks » dans le procès-verbal de la prise de possession de 1671, n’étaient pas présents à la cérémonie (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 932-933).

Montagnais. Les Montagnais occupaient un territoire voisin de celui des Algonquins, auxquels ils ressemblaient sur le plan culturel. Les Français leur avaient donné le nom de Montagnais « à raison de nos hautes montaignes » près de Québec, où ils étaient établis (B. Vimont, Relation de 1642-1643, dans JR, vol. 23, p. 302). Sans doute la rivière Saint-Maurice (Québec) constituait-elle la frontière entre les Montagnais et les Algonquins, les seconds vivant « plus hault » que les premiers (ibid., vol. 23, p. 304). Mais sous le nom de Montagnais, les Français désignaient plusieurs tribus différentes, dont les Bersiamites, les Escou-mains, les Papanichois (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 933-934).

Nadouaissioux : voir Sioux.

Népissingues. Les Népissingues occupaient les rives du lac Nipissing (Ontario) lorsque les Français entrèrent en contact avec eux. Leur nom signifiait « gens du petit lac », une allusion au lac Nipissing. Peuple à demi-nomade, les Népissingues avaient la réputation d’être des sorciers, sans doute à cause du nombre important de chamans parmi eux. Après avoir défait les Hurons (1649-1650), les Iroquois attaquèrent les Népissingues, à qui ils infligèrent des pertes importantes. Les Népissingues, ainsi que les Amikoués, allèrent alors s’établir plus à l’ouest, près du lac Nipigon, comme l’observe Perrot. C’est là que le père Claude Allouez les visita au printemps 1667 (Rehtion de 1666-1667, dans JR, vol. 49, p. 62). À la même époque, des Népissingues revinrent s’établir au lac Nipissing, où ils furent attaqués par les Iroquois, une dizaine d’années plus tard. Selon G. M. Day, en 1662, les Népissingues et les Amikoués rejoignirent les Outaouais et les Sauteux pour faire la pêche au Sault Sainte Marie, où ils attaquèrent et détruisirent un parti d’Iroquois, mais le texte de la Relation de 1662-1663, auquel il renvoie, ne fait allusion qu’aux seuls Sauteux (voir G. M. Day, « Nipissing », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 787-791 ; F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 73-74 ; J. Lallemant, Relation de 1662-1663, dans JR, vol. 48, p. 74-76 ; J. L. Stoutenburg, Dictionary of the American Indian, p. 286 ; E. Tooker, Ethnographie des Hurons, p. 18).

Neutres. La nation « neutre », nom donné par Champlain en 1615 à une confédération de tribus demeurées neutres dans le conflit entre les Iroquois et les Hurons (Voyages, 1619, dans Works, t. III, p. 96), occupait un territoire compris entre les rivières Grand et Niagara (Ontario) (J. Lallemant, dans Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 21, p. 190-192). De culture assez semblable à celle des Hurons, les Neutres, en 1640, se répartissaient en « 40. Pagi frequentibus incolis referti », c’est-à-dire en quarante villages remplis d’un grand nombre d’habitants (Jean de Brébeuf, lettre de 1641, dans JR, vol. 20, p. 104). Engagés dans une guerre contre les Mascoutins quand les pères de Brébeuf et Chau-monot les visitèrent en 1640-1641, attaqués par les Iroquois à partir de 1649, les Neutres ont, semble-t-il, subi de lourdes pertes aux mains de leurs ennemis. En juillet 1653, réduits au nombre de « 800 », ils rejoignaient les Outaouais (Journal des jésuites, dans JR, vol. 38, p. 180). En 1656, ils étaient établis au sud du lac Érié. Sur sa carte de 1684, Jean-Baptiste-Louis Franquelin signale la disparition des Antouaronons, une tribu neutre du sud du lac Érié. Il n’est pas impossible qu’entre 1656 et 1684, les Neutres se soient intégrés aux Iroquois, comme l’affirme Perrot (voir F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 60-62 ; Marian E. White, « Neutral and Wenro », dans Β. G. Trigger, Northeast, p. 407-411).

Nez-Percez. Les Nez-Percez, qui appartenaient au groupe algique, occupaient la rive sud du lac Huron au moment où les Français entrèrent en contact avec eux. Ils vivaient sans doute auparavant près du lac Nipissing, mais sous la pression des Iroquois, ils se seraient établis près des lacs Huron et Supérieur et dans la région de Green Bay et du lac Michigan (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 49).

Outagamis : voir Renards.

Outaouais. Le non désignait originellement la tribu des « cheveux relevez » (Champlain, Voyages, 1619, dans Works, 1922-1936, t. III, p. 43), mais il a fini par s’appliquer à l’ensemble des Algonquins supérieurs, ou des pays « d’En Haut », dont les Outaouais des Sables, les Sinagos et les Kiskakons. Au moment où Champlain les rencontra à l’embouchure de la rivière des Français, les Outaouais occupaient l’île Manitouline, la péninsule de Bruce et les rives nord et est de la baie Georgienne (Ontario), et ils étaient en guerre avec les Mascoutins. Après la défaite des Hurons aux mains des Iroquois, en 1649-1650, des Outaouais allèrent s’établir plus à l’ouest, dans le détroit de Michillimakinac, où ils formèrent plusieurs villages. D’autres clans, Outaouais des Sables et Kiskakons entre autres, émigrèrent avec des Hurons et des Algonquins vers Green Bay, sans doute près de l’actuel lac Winnebago (Wisconsin), où François-Joseph Le Mercier signale leur présence (JR, vol. 41, p. 78). Les Outaouais établis dans la région de Michillimakinac abandonnèrent assez rapidement leurs villages : en 1657, ils vivaient avec les Puants et les Malhomines (Relation de 1657-1658, JR, vol. 44, p. 246). Trois ans plus tard, le père René Ménard signale leur présence à la pointe de Chagouamigon (lettre du 15 octobre 1660, dans Relation de 1662-1663, dans JR, vol. 48, p. 116 ; lettre du même, datée de mars et de juillet 1661, dans J. Lallemant, Relation de 1663-1664, dans JR, vol. 48, p. 256-276). En 1665, le père Claude Allouez les y trouva installés avec des Hurons (Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 50, p. 272, 284, 296, 306). Au printemps de 1671, sous la menace des Sioux, les Hurons et les Outaouais se rapprochèrent de Michillimakinac : un groupe revint s’installer sur l’île Manitouline, alors que des Sinagos s’établissaient dans la région de Green Bay. Au même moment, des Kiskakons christianisés s’installaient près de Sault Sainte Marie (1672), avant de rejoindre la mission Saint-Ignace, à Michillimakinac, en 1676. Au début de la décennie 1690, des Outaouais des Sables et des Sinagos rejoignirent le groupe d’Outaouais déjà installé sur l’île Manitouline. Vers 1700, une partie des Outaouais de Michillimakinac déménagea au Détroit (voir Johanna E. Feest et Christian F. Feest, « Ottawa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 772-786 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 703-704, et Handbook, 1910, p. 167-172).

Panis. Les Panis, du groupe linguistique et culturel caddo, formaient une confédération. Ils occupaient la vallée de la rivière Platte (Nebraska), mais ils provenaient vraisemblablement d’une autre région (voir F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 213-216).

Pétuns : voir Hurons.

Potéouatamis. Les Potéouatamis vivaient sans doute originellement sur la rive est du lac Michigan. Après l’établissement de relations commerciales avec les Français, ils se déplacèrent vers l’ouest et occupèrent la péninsule entre le lac Michigan et Green Bay (Wisconsin). Lorsque les Mascoutins, les Miamis, les Kikapous et les Illinois, venus dans la région pour échapper aux Iroquois, invitèrent Perrot à les visiter, les Potéouatamis tentèrent de le dissuader d’entrer en contact avec eux (voir supra, p. 21, n. 63). Selon Perrot, les Potéouatamis s’allièrent aux Sakis, aux Renards et aux Outaouais pour faire la guerre aux Sioux dès le début des années 1670. Ils participèrent aussi aux expéditions contre les Iroquois en 1684, en 1687 et en 1696, et ils appuyèrent les Français contre les Renards en 1712 (voir James A. Clifton, « Potawatomi », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 725-742 ; F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 289-293).

Puants (Winnebago, en anglais). « Découverts » par Jean Nicolet en 1634 dans la région de Green Bay, les Puants partageaient des traits culturels avec les Outaouais de l’Ouest, mais leur langue s’apparentait davantage à celles des Aiouez. Le père Allouez passa l’hiver 1669-1670 parmi eux, alors qu’un conflit avec les Illinois les affaibhssait au point de menacer leur survie. Alliés des Français, les Puants entretinrent des relations pacifiques avec les Outaouais, les Potéouatamis et les Mascoutins (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 958-961).

Renards. Au moment où Claude Allouez entra en contact avec eux, entre 1665 et 1667, les Renards étaient établis sur les rives de la rivière Wolf, à l’ouest de Green Bay (Wisconsin), mais un de leurs plus importants villages se trouvait sur la rivière des Renards, aujourd’hui rivière Fox (Wisconsin). Ils entretinrent très tôt des relations tendues avec les Français. D’une part, ils s’opposaient au commerce entre les Français et les Sioux ; de l’autre, ils souhaitaient développer des échanges commerciaux avec les Iroquois, avec lesquels ils étaient cependant souvent en conflit (voir Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 218 et 222 ; Relation de 1672-1673, dans JR, vol. 58, p. 50-52 et 64-66). Les tensions entre les Renards et les Français menèrent à un premier conflit, en 1712. Cette année-là, des Outaouais et des Potéouatamis s’emparèrent d’une cinquantaine de Mascoutins de la rivière Saint-Joseph et en tuèrent plusieurs. Les Renards et les Mascoutins voulurent se venger en s’en prenant aux Outaouais du Détroit. Les Français s’opposèrent à leurs desseins et les attaquèrent avec l’appui de tribus alliées. Malgré leur défaite, les Renards demeurèrent agressifs, si bien qu’en 1716, les Français assiégèrent leur plus important village et les obligèrent à faire la paix. Quelque douze ans plus tard, les Français s’en prirent à nouveau aux Renards, qui eurent aussi à faire face aux Outaouais, aux Potéouatamis et aux Hurons, alors que leurs alliés traditionnels, les Kikapous et les Mascoutins, se rapprochaient des Français. Après avoir subi une nouvelle défaite, en 1730, les survivants se réfugièrent sur les rives du Mississipi, dans l’État actuel du Wisconsin, avant de se rapprocher des Sakis établis à Green Bay et de demander la paix (1733). Les autorités françaises, qui souhaitaient leur disparition, refusèrent de négocier et une nouvelle guerre eut lieu. Les Sakis et les Renards subirent une défaite et durent refluer à l’ouest. En 1737, les Français mirent un terme à la guerre en accordant une amnistie aux Renards et aux Sakis (voir Charles Callender, « Fox », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 636-647 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 472-474).

Sakis. Les Sakis, qui vivaient dans la partie est de la péninsule du Michigan (Wisconsin), ont souvent été confondus avec les Renards et les Potéouatamis, avec lesquels ils étaient liés culturellement et linguistiquement. Lors de son passage à la baie des Puants, en 1721, Charlevoix nota que la tribu se divisait en deux clans, dont l’un était attaché aux Renards et l’autre aux Potéouatamis. Au cours des conflits qui opposèrent les Renards et les Français, les Sakis restèrent en bons termes avec les Français, tout en appuyant clandestinement les premiers. Après 1730, des Renards se rapprochèrent des Sakis établis à Green Bay et les deux groupes subirent les assauts des Français, jusqu’à ce que ces derniers leur accordent une amnistie, en 1737 (Charles Callender, dans B. G. Trigger, Northeast, p. 648-655 ; Charlevoix Journal, t. I, p. 598 ; F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 471-480).

Sauteux. Les Sauteux, du groupe linguistique algonquin, occupaient la région du « Sault », entre les lacs Huron et Supérieur, mais c’est à l’est de la baie Georgienne que Champlain les rencontra, en 1615. En 1648, la mission de Saint-Pierre était fondée au « Sault », qui prit alors le nom de Sault-Sainte-Marie. Après leur victoire sur les Hurons (1649-1650), les Iroquois tournèrent leurs armes contre les tribus du nord du lac Huron. Aussi, ces tribus, traditionnellement autonomes, s’associèrent-elles parfois pour offrir plus de résistance à l’ennemi. Mais sous la pression des Iroquois, elles durent se déplacer vers le nord-ouest (voir F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 471-480 ; E. S. Rogers, « Southeastern Ojibwa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 760-771).

Sinagos : voir Outaouais.

Sioux. Les Sioux, ou Dakotas, en anglais, formaient une importante nation amérindienne qui occupait un vaste territoire à l’ouest du Mississipi et des Grands Lacs. Ils se divisaient en Sioux orientaux (Nadouais-sioux), ou sédentaires, et en Sioux nomades, ou occidentaux. Les premiers occupaient les deux rives du haut Mississipi. À l’instar des Aiouez, les Sioux avaient « les larmes à commandement » (Lamothe-Cadillac, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 125). Mais, s’ils avaient « le don de pleurer & de rire » quand ils le voulaient, ils demeuraient des guerriers redoutables (HAS, t. II, p. 216). « Naturellement belliqueux » (Claude Dablon, Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 168), ils étaient « extremement redoutez » par les Amérindiens de la région des Grands Lacs (Claude Allouez, Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 51, p. 52). Lorsque Claude Allouez gagna la mission du Saint-Esprit, à Chagouamigon (Chequamegon Bay), en octobre 1666, il trouva « les esprits dans la crainte d’une nouvelle guerre » avec les Sioux (Relation de 1666-1667, dans JR, vol. 50, p. 278). Quatre ans plus tard, Jacques Marquette constatait que « toutes les nations du Lac [Supérieur leur faisaient] la guerre, mais avec peu de succez » (Relation de 1669-1670 dans JR, vol. 54, p. 190). L’année suivante, les Hurons et les Outaouais établis à Chagouamigon entraient à leur tour en conflit avec les Sioux, après que des meurtres eurent été commis « de part & d’autre » au cours de l’hiver précédent. Mais de peur que « l’orage ne vint crever sur eux », ils abandonnèrent Chagouamigon pour aller s’établir dans le lac Huron, les Outaouais sur une île et les Hurons à Michillimakinac (voir Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 168-170 ; Relation de 1671-1672, dans JR, vol. 56, p. 114 ; Relation de 1672-1673, dans JR, vol. 57, p. 202 ; Relation de 1673-1674, dans JR, vol. 58, p. 256-262 ; Relation de 1676-1677, dans JR, vol. 60, p. 202 ; F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 376-380).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search