Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Notices biographiques

Texte intégral

Ailleboust d’Argenteuil, Pierre d’ (1654-1711), un militaire de carrière, effectua plusieurs voyages à Michillimakinac ; il était au poste de Détroit vers 1700 (Donald Chaput, DBC, t. II, p. 12-13).

Ailleboust de Manthet, Nicolas d’ (1663-1709), un militaire de carrière, participa à un raid contre les Tsonnontouans en 1689 ; envoyé par Frontenac pour empêcher l’abandon du fort Cataro-couy, il arriva trop tard ; en janvier 1690, avec Le Moyne de Sainte-Hélène, il dirigea un détachement contre les Agniers près d’Albany ; il mourut lors d’une mission à la baie d’Hudson en 1709 (Jean Blain, DBC, t. II, p. 13-14).

Albanel, Charles (1616-1696), un missionnaire de la Compagnie de Jésus, arriva au Canada en 1649. Pendant une dizaine d’années, il travailla à évangéliser les Algonquins et les Montagnais. Au cours des années 1671-1672, il se rendit en mission à la baie d’Hudson (Georges-Émile Giguère, DBC, t. I, p. 47-50).

Allouez, Claude (1622-1689), entra au noviciat des jésuites de Toulouse le 22 septembre 1639. Après ses études de rhétorique (1641-1642), de philosophie (1642-1645) et de théologie (1651-1655), il passa en Nouvelle-France (11 juillet 1658). Il fut supérieur de la résidence de Trois-Rivières en 1660. Quatre ans plus tard, il se rendit à la pointe Saint-Esprit, chez les Hurons, et, en 1667, il gagna le lac Nipigon. En 1669, il revint à Québec et rapporta des échantillons de cuivre, mais il repartit presque aussitôt pour la région des Grands Lacs. En 1671, il assista à la prise de possession des territoires de l’Ouest par Daumont de Saint-Lusson (L. Pouliot, DBC, t. I, p. 57-59 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 351-361).

André, Louis (1631-1715), un missionnaire de la Compagnie de Jésus, arriva à Québec en juin 1669. Il fut envoyé avec le père Dreuillettes à la mission de Sainte-Marie-du-Sault, au Sault Sainte Marie, dès l’année suivante. Il passa l’hiver 1670-1671 sur l’île Manitouline avec une bande d’Outaouais, avant de revenir à Sainte-Marie pour assister à la prise de possession des territoires de l’Ouest. Il passa les douze années suivantes en mission à la baie des Puants (Green Bay), surtout auprès des Folles-Avoines, établis sur les rives de la rivière Menominee, ou Malhomine. En 1683, il poursuivit son apostolat à Saint-Ignace de Michillimakinac, puis, en 1684, rentra à Québec, où il enseigna au collège des jésuites. En 1690, il partait en mission auprès des Amérindiens du Saguenay. En 1692, il se rendit à Montréal, où il demeura jusqu’en 1698. Il rentra à Québec, mais fit sans doute d’autres missions vers le bas du fleuve après son retour à Québec (Joseph P. Donnelly, DBC, t. II, p. 18).

Andros, Edmund (1637-1714), fut successivement gouverneur de la province de New York (1674-1684), gouverneur de la Nouvelle-Angleterre (1686-1689), gouverneur de la Virginie (1692-1697), puis lieutenant gouverneur de Guernesey (1704-1706) (Allen Johnson (dir.), Dictionary of American Biography, New York, Charles Scribner’s Sons, 1958, t. I, p. 300-301).

Argenteuil, d’ : voir Ailleboust d’Argenteuil.

Aux de Joliet, Pierre d’ (1666-1694), garde de la Marine (1683) promu lieutenant en 1687, fut envoyé en mission auprès des Iroquois au printemps 1690, après que Lahontan eut refusé l’ambassade, qu’il jugeait trop périlleuse. Retenu de force par les Iroquois, il fut torturé et deux de ses compagnons furent brûlés vifs. Peter Schuyler, maire d’Albany, le retira des mains des Iroquois et le fit conduire à New York, où il fut emprisonné au fort William (juin 1690). Il parvint à s’évader du fort et à regagner Québec, en 1692. (J. W. Fortescue, dir., Calendar of the States Papers, Colonial Séries, America and West Indies, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1860-1939, t. XIII, p. 285-286, 410, 635 et 714 ; Lahontan, Œuvres complètes, t. I, p. 454-455, t. II, p. 1029 et 1238 ; R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 195, n. 116, et p. 207).

Bâtard Flamand (le), dont le véritable nom amérindien est inconnu, était le fils d’un Hollandais et d’une Iroquoise (Paul Ragueneau, Relation de 1649-1650, dans JR, vol. 35, p. 212). En juillet 1650, il prit la tête d’une bande de vingt-cinq à trente Agniers qui attaquèrent une soixantaine de Français près de Trois-Rivières (ibid., p. 210-212). À la fin de l’hiver 1653-1654, il était porteur de lettres du « Capitaine du fort d’Orange » (Albany) et de quelques marchands hollandais aux autorités françaises (F.-J. Le Mercier, Relation de 1653-1654, dans JR, vol. 41, p. 84). En juillet 1654, il effectua un second voyage pour ramener dans la colonie deux Français retenus en otage par les Iroquois (ibid., p. 84-86). Le 30 août 1656, à la tête d’un groupe d’Agniers, il attaqua un convoi de Hurons et d’Outaouais sur le lac des Deux-Montagnes, à l’ouest de Montréal. Au cours de l’échauffourée, le père Léonard Garreau fut grièvement blessé et le Bâtard Flamand le ramena à Montréal, où il mourut des suites de ses blessures (voir infra, p. 491). Le Journal des jésuites signale sa présence à la pointe Sainte-Croix en juin 1659, alors qu’il menait une bande d’une quarantaine d’Agniers à l’attaque de la colonie (JR, vol. 45, p. 96). En novembre 1666, il devait se trouver dans la colonie, puisque le 8, il fut renvoyé avec un autre Agnier et deux Onneiouts avec une « commission » du gouverneur auprès des Iroquois (Journal des jésuites, dans JR, vol. 50, p. 204). Selon Perrot, au cours de l’hiver 1666, le Bâtard Flamand, qui escarmouchait contre les Français, se trouvait près de Corlear (Schenectady), lorsque Rémy de Courcelle tenta de gagner le pays des Agniers (voir supra, p. 353). Le 28 juillet 1666, un soldat, qui accompagnait M. de Saurel dans son expédition contre les Agniers, arriva à Québec et rapporta qu’après avoir rencontré à deux jours de marche du village agnier « le Bastard flamant et 3. Autres » Amérindiens qui ramenaient les prisonniers français pris par Agariata, les Français et les Agniers gagnèrent de compagnie la colonie (Journal des jésuites, dans JR, vol. 50, p. 196). Sans doute le Bâtard Flamand était-il chargé d’amorcer des pourparlers de paix (F.-J. Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 138). En avril 1667, il revint dans la colonie avec deux Onneiouts, mais sans leurs familles, comme on l’avait demandé en novembre de l’année précédente (Journal des jésuites, dans JR, vol. 50, p. 208). La même année, le Bâtard Flamand fit à nouveau parler de lui lorsqu’il transmit des lettres du colonel Richard Nicolls, gouverneur de New York. Il aurait accompagné Brisay de Denonville contre les Tsonnontouans en 1687 (HDG, t. I, p. 326-327 ; T. Grassmann, DBC, t. I, p. 81-82).

Baugy, Louis-Henri de ( ? - 1720), arriva en Nouvelle-France en 1682, en même temps que Le Febvre de La Barre, qui lui donna mission de s’emparer du poste de Saint-Louis des Illinois, occupé par Henri de Tonty et les hommes de Cavelier de La Salle. Deux ans plus tard, en compagnie de Henri de Tonty, il dut repousser des Iroquois, qui voulaient s’emparer du fort. En 1687, il participa à la campagne contre les Tsonnontouans avec le titre d’aide de camp de Brisay de Denon-ville. Il rentra en France en 1689 (Jean Hamelin, DBC, t. II, p. 50-51).

Beauharnois de La Chaussaye, François de (1665-1746), fut nommé intendant de la Nouvelle-France en 1702 et il occupa ce poste jusqu’à l’automne 1705. Après son retour en France, il fut nommé intendant des armées navales, puis en 1710, intendant des classes. Le 24 mars 1710, il devenait intendant de la Marine à Rochefort, tout en étant chargé de l’intendance de la généralité de La Rochelle. Il occupa ces fonctions pendant trente-huit ans (Jean-Claude Dubé, DBC, t. III, p. 54-58).

Bellinzani, Francesco, un Mantouan de l’entourage du cardinal Mazarin, passé au service de Jean-Baptiste Colbert, fut intendant du commerce et l’un des principaux commis au ministère de la Marine. De 1675 à 1684, il fut l’un des directeurs de la Compagnie des Indes Occidentales (voir Arrêt du Conseil d’État du 21 janvier 1684, ANF, Marine Al 21, pièce 4). Après avoir été commis du contrôleur des finances, il fut embastillé pour avoir encaissé des pots-de-vin de divers particuliers, pour avoir monnayé des arrêts de surséance et pour avoir détourné de l’argent (Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 202, 224, 327, 337 et 746, n. 59 et 62 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 296-297, n. 2).

Berthier, Isaac (1638-1708), un huguenot, arriva en Nouvelle-France en 1665, avec le régiment de Carignan-Salières. Peu après son arrivée, il se convertit à la foi catholique et prit le prénom d’Alexandre. Il participa à de nombreuses opérations militaires sous Prouville de Tracy et devint, au cours des ans, un homme important dans la colonie. Il participa au conseil de guerre du 10 octobre 1682 (Ulric Lévesque, DBC, t. II, p. 61-62).

Beschefer, Thierry (1630-1711), un missionnaire de la Compagnie de Jésus, arriva en Nouvelle- France en 1665. Nommé supérieur des missions en 1680, il assista, à ce titre, à la réunion du 10 octobre 1682 (Lucien Campeau, DBC, t. II, p. 63-64).

Bibaud, François, fut témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Bissot de Vinsenne, Jean-Baptiste (1668-1719), fit des études au séminaire de Québec (1676-1680). Après un séjour en France, il revint au Canada, où, nommé sous-enseigne dans les troupes de la Marine, il fut envoyé dans l’Ouest par Buade de Frontenac pour prendre le commandement du poste des Miamis (1695). Il joua un rôle important auprès de la tribu, tout en s’adonnant à la traite des fourrures (Yves F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 70-71).

Bizard, Jacques (1642-1692), vint au Canada en 1672, en même temps que Buade de Frontenac, et fut major de Montréal, de 1677 à 1692. Personnage controversé, il ne put se maintenir en poste que grâce à l’appui du gouverneur. Sans doute fut-ce à titre de major de la ville la plus exposée de la colonie qu’il participa à la réunion du 10 octobre 1682 (W. J. Eccles, DBC, t. I, p. 106-107).

Blein, F., fut témoin lors de la prise de possession de la région de la baie des Puants (Green Bay), le 8 mai 1689.

Bochart de Champigny, Jean (après 1645-1720), fut intendant de la Nouvelle-France, de 1685 à 1701, et il participa à la guerre contre les Tsonnontouans et les Onontagués, en 1687. Il entretint des relations conflictuelles avec Buade de Frontenac. En 1701, il fut nommé intendant du Havre (W. J. Eccles, DBC, t. II, p. 74-84).

Bois Guillot (ou Boisguillot) fut témoin lors de la prise de possession de la région de la baie des Puants (Green Bay), le 8 mai 1689.

Bonhomme, Guillaume, fut témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Boucher, Pierre (vers 1622-1717), accompagna les missionnaires jésuites en Huronie (1637-1641), avant de devenir soldat. En 1645, il s’établit à Trois-Rivières, où il occupa un poste de commandement. Sans doute fit-il partie de ceux que Brisay de Denonville convoqua à la réunion du 10 octobre 1682 (Raymond Douville, DBC, t. II, p. 86-91).

Bréhant de Galinée, René de (1645 ? - 1678), un sulpicien, participa en 1669 à une expédition vers l’Ohio en compagnie de Dollier de Casson et de Cavelier de La Salle (Olivier Maurault, DBC, t. I, p. 129-130).

Brisay de Denonville, Jacques René (1637-1710), un militaire de carrière, fut nommé gouverneur général de la Nouvelle-France le 1er janvier 1685. Après son arrivée à Québec, le 1er août, il entreprit de réformer certains abus, notamment de limiter le nombre de congés octroyés pour aller à la traite des fourrures. Il obtint aussi le remplacement de l’intendant Jacques de Meulles, qui trafiquait à son compte à même les magasins du roi. Prudent, il s’opposa à l’expansion vers l’Ouest, tout en jugeant nécessaire de contrer l’avancée anglaise. Il estimait que la France devait acheter la colonie de New York afin de tarir les sources d’approvisionnement en armes et en munitions des Iroquois, mais Louis XIV, qui était lié à Jacques II, alors souverain de l’Angleterre, ne l’entendait pas ainsi et les deux cours signèrent, en novembre 1686, un traité qui garantissait la neutralité de leurs colonies en Amérique. Cela n’empêcha pas Thomas Dongan, le gouverneur de New York, d’appuyer les Iroquois contre les Français, et Brisay de Denonville de faire renforcer le fort Frontenac, d’ordonner l’érection d’un poste défensif à Michillimakinac, de commander à Greysolon Dulhut et à Nicolas Perrot de fortifier leurs postes, enfin de vouloir ériger un fort au Détroit. Au début de 1686, il ordonna une expédition à la baie d’Hudson, qui se solda par la prise de trois forts anglais, en juin et en juillet. En novembre 1686, une trentaine de trafiquants anglais, envoyés par Thomas Dongan à Michillimakinac pour traiter avec les Outaouais, étaient capturés par Morel de La Durantaye. En décembre, un second contingent, était envoyé, sous le commandement du major Patrick McGregor : en mai 1687, il se heurta aux hommes de Henri de Tonty et aux Illinois, au lac Érié. Malgré l’absence de troupes suffisantes, Brisay de Denonville prit la décision de monter une expédition contre les Tsonnontouans. Les Onontagués, qui avaient eu vent du projet, déléguèrent le jésuite Jean de Lamberville afin d’obtenir des garanties du gouverneur. Selon Jean de Lamberville, Brisay de Denonville, qui ne voulait pas révéler ses intentions, le renvoya sans l’avoir informé de ses projets (« Lettre du P. Jean de Lamberville à un Père Missionnaire de Chine », du 23 janvier 1695, dans JR, vol. 64, p. 240-244). L’expédition militaire affaiblit les Iroquois, sans les neutraliser. Les Iroquois ripostèrent en ruant des Français en route pour le fort Frontenac et en s’en prenant aux colons. Brisay de Denonville dut amorcer des négociations de paix, qui furent d’autant plus difficiles qu’il avait envoyé en France trente-six des prisonniers iroquois pris au fort Frontenac pour servir sur les galères royales, comme il en avait reçu l’ordre. Les Français durent évacuer le poste de Niagara. Comme le poste de Détroit avait déjà été abandonné, les Français n’avaient plus, à la fin de 1688, que le fort Frontenac pour faire front aux Iroquois. Les pourparlers amorcés ne donnèrent aucun résultat et, à l’aube du 5 août 1689, des Iroquois attaquèrent Lachine, un village à l’ouest de Montréal, incendièrent cinquante-six maisons, tuèrent vingt-quatre colons et firent quarante-deux prisonniers, auxquels s’ajoutèrent une vingtaine de miliciens et de soldats venus à la rescousse. La déclaration de guerre entre l’Angleterre et la France après la prise du pouvoir de Guillaume d’Orange, qui fut connue à Boston dès la fin de l’année, modifia la situation politique et militaire des deux colonies et Brisay de Denonville ordonna l’évacuation du fort Frontenac, le 2 septembre 1689, au moment même où la Cour le remplaçait par Buade de Frontenac (HDG, t. I, p. 511-518 ; Samuel Adams Drake, The Border Wars of New England Commonly Called King William’s and Queen Anne’s Wars, New York, Charles Scribner’s Sons, 1897, p. 43 ; W.J. Eccles, DBC, t. II, p. 102-110 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 125-143 ; Normand Moussette, En ces lieux que l’on nomma « La Chine »..., Lachine, Cité de Lachine, 1978, p. 42-44).

Buade, comte de Frontenac et de Palluau, Louis (1622-1698), a suivi la carrière militaire avant d’être nommé gouverneur de la Nouvelle-France, au printemps de 1672. Il quitta La Rochelle le 28 juin et arriva à Québec au début de l’automne, alors que Rémy de Courcelle avait déjà quitté la colonie. Malgré le désir de Colbert de limiter l’expansion vers l’Ouest pour concentrer les forces françaises dans la vallée du Saint-Laurent, Frontenac fit établir un poste à l’embouchure de la rivière Catarocouy, sur la rive sud du lac Ontario, afin de protéger la mission sulpicienne de Kenté et de créer un comptoir de traite pour détourner sur la colonie les pelleteries échangées à Albany. En juillet 1673, il recruta quelque quatre cents hommes pour une « corvée ». Le 12 juillet, une flottille de bateaux plats et de canots gagna l’entrée de la rivière Catarocouy. Le lendemain, commençait l’érection du fort, pendant que le gouverneur recevait les délégués iroquois, préalablement invités par Cavelier de La Salle. Lorsque ce dernier obtint la concession du poste, le 13 mai 1675, il donna au fort le nom de Frontenac (Kingston). L’établissement irrita les négociants de Montréal, qui se voyaient frustrés d’une partie de la traite des fourrures. Le gouverneur de Montréal, François-Marie Perrot poussa les habitants à la révolte et entra en conflit ouvert avec Frontenac. Nommé intendant de la colonie pour limiter l’autorité de Frontenac, Jacques Duchesneau de la Daussinière et d’Ambault entretint des relations conflictuelles avec celui-ci. Frontenac, qui cherchait à contrôler le commerce des fourrures au sud des Grands Lacs, appuya Cavelier de La Salle, même si la présence des Français dans la région irritait les Iroquois. Rappelé en France en 1682, en même temps que l’intendant, il fut à nouveau nommé gouverneur de la colonie en avril 1689, peu avant le début de la guerre de la ligue d’Augsbourg (mai 1689), avec le mandat d’attaquer la colonie de New York, afin d’enlever aux Iroquois leur source d’approvisionnement en armes et en munitions. Malheureusement, la flotte n’arriva à Québec que le 12 octobre, trop tard pour entreprendre des opérations militaires. Frontenac tenta alors de négocier avec les Iroquois, mais ceux-ci retinrent prisonniers ses représentants, torturèrent Pierre d’Aux de Joliet et tuèrent l’interprète Colin, ou Callain, et La Beaussière. En janvier 1690, il autorisa trois expéditions contre les postes anglais de Corlaer (Schenectady), dans l’État actuel de New York, de Salmon Falls, dans le Mairie, et de Fort Loyal, dans la baie de Casco. La riposte ne se fit pas attendre : les Anglais montèrent une expédition terrestre et maritime pour s’emparer de la Nouvelle-France. L’expédition terrestre avorta à cause d’une épidémie de variole et la flotte, commandée par William Phipps, fut repoussée devant Québec (octobre 1690). Au cours de son second mandat, Buade de Frontenac fit poursuivre l’expansion de la traite des fourrures et établit des liens avec les Sioux des grandes plaines, ce qui provoqua un rapprochement entre les Iroquois et les Outaouais, ennemis des Sioux. La traite des fourrures, le plus souvent pratiquée de façon illégale, provoqua de vifs conflits entre le gouverneur et l’intendant Bochart de Champigny, au point que le ministre dut les rappeler à l’ordre plusieurs fois (lettres de Seignelay du 8 mai 1694 à Champigny, ANF, Col. B17, f. 93-94, et du 4 juin 1695 à Frontenac et Champigny, ANF, Col. B17, f. 200-202 et 206-207). En plus, elle entretint l’hostilité des Iroquois à l’endroit des Français et de leurs alliés. Aussi Buade de Frontenac entreprit-il une expédition militaire afin d’en imposer aux Iroquois. En juillet 1696, une armée de quelque deux mille hommes quittait Montréal, gagnait le territoire des Onontagués, que les Iroquois avaient déjà abandonné après avoir détruit leurs villages. Les Français ravagèrent le territoire iroquois, détruisirent leurs provisions et brûlèrent un village onneiout. Affaiblis par des années de guerre, les Iroquois entamèrent des négociations de paix, mais Buade de Frontenac mourut le 28 novembre 1698, avant la conclusion de la paix, qui eut lieu en juillet 1701, sous le mandat de Louis Hector de Callières (« Voyage de Monsieur Le Comte De Frontenac Au Lac Ontario en 1673, ANF, Col. C11A 4, f. 12-24 ; W. J. Eccles, DBC, t. I, p. 137-146 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 86-88 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. III, p. 119-122 et 146-152).

Callières, Louis Hector de (1648-1703), fit plusieurs campagnes militaires en Europe avant d’être nommé gouverneur de Montréal, en 1684. Il participa à la campagne contre les Tsonnontouans, en 1687, et à celle de 1696 contre les Onontagués. A l’instar de Brisay de Denon-ville, Callières estimait qu’il fallait s’emparer de la colonie anglaise de New York afin d’empêcher les Iroquois de s’approvisionner en armes et en munitions. Devenu gouverneur de la colonie après la mort de Buade de Frontenac, le 28 novembre 1698, Callières réussit à faire la paix avec les Iroquois en août 1701 (Yves F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 117-123).

Canchy de Lerole, Louis, un cousin de Prouville de Tracy, fut nommé enseigne dans la compagnie Lahais, que commandait François de Tapie de Monteil (17 avril 1665), puis promu lieutenant dans la même compagnie, le 29 mai 1666 (voir « Le livre de raison de François de Tapie de Monteil », dans RHAF, vol. 14, 1960, p. 113-115). Fait prisonnier avec d’autres Français par un parti d’Iroquois, en juillet 1666, il fut ramené à Québec le 20 août par le Bâtard Flamand.

Cavelier de La Salle, Robert (1643-1687), arriva en Nouvelle-France en 1667 et obtint des sulpiciens une seigneurie dans l’ouest de l’île de Montréal. Le 9 janvier 1669, il leur vendait la majeure partie de son fief afin de financer l’expédition qu’il voulait entreprendre dans la région de l’Ohio. Il quitta Montréal le 6 juillet 1669 sur une flottille de neuf canots, en compagnie de Bréhant de Galinée et de Dollier de Casson et de quatorze hommes. Il parvint au lac Ontario le 2 août. Six jours plus tard, il pénétra en territoire tsonnontouan, où il demeura un mois. Ensuite, guidé par un Iroquois, il prit la direction de l’Ohio, mais tomba malade. Il abandonna l’expédition le 1er octobre, peut-être pour rentrer à Montréal. Bréhant de Galinée et Dollier de Casson hivernèrent sur la rive nord du lac Érié, où, le 23 mars 1670, ils prirent possession du territoire au nom de la France. La remarque de Perrot sur sa rencontre des hommes de La Salle aux rapides des Chats sur la rivière des Outaouais (voir supra, p. 365-366) prend d’autant plus d’importance que l’on ne sait presque rien des activités de La Salle entre le moment où il quitta Bréhant de Galinée et Dollier de Casson et le 10 novembre 1670, alors que Jean Talon annonce qu’il vient de l’envoyer en mission pour découvrir « l’ouverture du Mexique ». Si Perrot a bel et bien rencontré La Salle au début de l’été 1670 aux Chats, il est peu probable que La Salle ait découvert l’Ohio, comme il l’affirme dans un mémoire adressé au comte de Frontenac en 1677. La description de la rivière Ohio, que La Salle dit avoir suivie « jusques à un endroit où elle tombe de fort haut dans de vastes marais, à la hauteur de 37 degrés, après avoir esté grossie par une autre rivière fort large qui vient du nord » (dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. I, p. 330), ne correspond pas, comme le remarque J. Tailhan, à la topographie du cours d’eau, encore moins à celle du Mississipi : « de Pittsburg, en Pennsylvanie, au Missis-sipi, sur un parcours total d’à peu près mille milles, l’Ohio ne compte qu’un seul saut ou rapide, assez peu élevé (22 pieds anglais), celui de Louisville dans le Kentucky, à 38 degrés et quelques minutes de latitude nord » (J. Tailhan, Mémoire, p. 285). Toutefois, comme l’observe Céline Dupré, « le témoignage [de Perrot] n’est pas très probant, car Perrot est généralement en brouille avec la chronologie » (C. Dupré, DBC, t. I, p. 179). Le voyage de Cavelier de La Salle, s’il a eu lieu, n’a pu se faire qu’entre le 10 novembre 1670, date de la lettre de Jean Talon, et le 6 août 1671, alors que La Salle est à Montréal, ou entre cette dernière date et le 18 décembre 1672, alors que sa présence est de nouveau signalée à Montréal (C. Dupré, DBC, t. I, p. 178-190 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 70 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. III, p. 55-60 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 279-289, n. 2).

Champigny, Jean Bochart de : voir Bochart de Champigny, Jean.

Chasy, ou Chazy, sieur de, était neveu de Prouville de Tracy et officier dans le régiment de Carignan-Salières. Il aurait été tué le 19 juillet 1666 par Agariata, un chef agnier (« Inventaire des meubles du feu sieur de Chazy », par Romain Becquet, le 22 juillet 1666, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 1623, actes non numérotés ; Régis Roy et Gérard Malchelosse, Le Régiment de Carignan, p. 76 et 80).

Chavigny, François de, sieur de la Chevrotière, fut témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Chouart des Groseilliers, Médard, serait né en 1618 et serait arrivé au Canada vers 1641. En 1646, il faisait partie de la mission jésuite en Huronie. En 1654, il profita de la venue de tribus de l’Ouest à Montréal pour se rendre dans la région des Grands Lacs. À l’été 1659, il effectua un autre voyage dans l’Ouest, en compagnie de Pierre Esprit Radisson, son beau-frère. Après leur retour dans la colonie, en 1660, les deux hommes établirent des liens commerciaux avec les Bostonnais. En 1668, Chouart des Groseilliers partit d’Angleterre pour effectuer un voyage à la baie d’Hudson. Deux ans plus tard, il fondait la Hudson’s Bay Company. Au cours des cinq années qui suivirent, Radisson et lui établirent des postes de traite à la baie d’Hudson. En 1676, Radisson et Chouart des Groseilliers rentraient au Canada. En 1680, les deux hommes partirent à nouveau pour la baie d’Hudson, mais pour le compte de la Compagnie du Nord, une compagnie créée au Canada. En 1682, des affrontements eurent lieu entre les hommes de Chouart des Groseilliers et des traitants anglais. Lorsque Chouart des Groseilliers rentra au Canada, Radisson passa au services des Anglais. Chouart des Groseilliers aurait vécu jusqu’en 1696 (Grâce Lee Nute, DBC, t. I, p. 228-234).

Clément Du Vuault de Valrennes, Philippe ( ? - 1708), un militaire, arriva en Nouvelle-France avec Brisay de Denonville. En 1687, il commanda quatre colonnes des troupes de la Marine au cours de l’expédition contre les Tsonnontouans. Nommé commandant du fort Frontenac en juillet 1688, il dut abandonner le poste l’année suivante. En août 1691, alors que des miliciens anglais et des Iroquois, sous le commandement de Peter Schuyler, menaçaient Montréal, il prit la tête d’une troupe et arrêta l’ennemi à la Prairie-de-la-Madeleine (W. J. Eccles, DBC, t. II, p. 154-155).

Colbert, marquis de Seignelay, Jean-Baptiste (1619-1683), a été homme de confiance du cardinal Mazarin avant d’être nommé intendant des finances, en 1661, après la chute de Fouquet, à laquelle il contribua. Contrôleur des finances (1665), Colbert devint secrétaire d’État à la Marine quatre ans plus tard. Ainsi anima-t-il la politique coloniale de la France jusqu’à sa mort en 1683 (Ferdinand Hoefer (dir.), Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Firmin Didot Frères, 1855, t. XV, p. 102-112).

Couagne, Charles de (1651-1706), fut maître d’hôtel du comte de Frontenac, avant de se lancer dans le commerce des fourrures. Négociant important, il fut impliqué dans nombre de transactions liées à la traite des fourrures dans l’Ouest, dont plusieurs avec Perrot (Cameron Nish, DBC, t. II, p. 160).

Courcelle : voir Rémy de Courcelle.

Courtemanche : voir Le Gardeur de Courtemanche.

Crisafy, Thomas de (vers 1649-1709), qui est né à Messine, fit une carrière militaire. Arrivé en Nouvelle-France en 1684, il participa à l’expédition de 1687 contre les Iroquois et à celle de 1696. Nommé lieutenant du roi en 1697, il occupa le poste de gouverneur intérimaire de Montréal en 1699, puis celui de lieutenant du roi à Québec. Il fut nommé gouverneur de Trois-Rivières en 1702 (Raymond Douville, DBC, t. II, p. 168-169 ; R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 214, n. 188).

Dablon, Claude (1618 ou 1619-1697), un missionnaire jésuite, arriva à Québec vers la fin de l’été 1655. Il fut alors envoyé en mission chez les Onontagués, où il effectua un second voyage l’année suivante. Mais la mission fut un échec. En 1661, en compagnie de Gabriel Dreuillettes et de cinq Français, il remonta la rivière Saguenay. En 1669, il était nommé supérieur des missions de l’Ouest. Il dessina une carte du lac Supérieur lors d’un voyage avec le père Claude Allouez. De retour à Québec en 1671, il occupa la fonction de supérieur des missions jésuites jusqu’en 1680. Il assuma les mêmes responsabilités de 1686 à 1693 (Marie-Jean-d’Ars Charrette, DBC, t. I, p. 251).

Daumont de Saint-Lusson, Simon François ( ?-1677), arriva sans doute à Québec en 1663. Le 3 septembre 1670, Jean Talon le nomma commissaire délégué et lui confia la mission de prendre « possession au nom du Roy, de tous les païs communément compris sous le nom des Outaoüacs », de chercher des mines de cuivre et de découvrir un passage vers l’Asie (voir C. Dablon, Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 104). Daumont de Saint-Lusson quitta Montréal en octobre 1670 en compagnie de Perrot, remonta la rivière des Outaouais, gagna le lac Nipissing, puis la rivière des Français et les Grands Lacs, pour se rendre au Sault Sainte Marie, où il arriva au début du mois de mai 1671. Le 4 juin 1671, il fit rassembler toutes les nations amérindiennes qui se trouvaient dans la région, soit quatorze tribus, et prit officiellement possession du territoire au nom de la Couronne de France. Peu après, les Hurons et les Outaouais, arrivés en retard, prêtèrent à leur tour allégeance au roi. À la fin de l’été 1671, Daumont de Saint-Lusson était de retour à Québec, où Talon lui demanda d’établir une voie de communication entre Québec, Pentagouet et Port-Royal. En 1672, Daumont de Saint-Lusson rentra en France, mais il revint au Canada. On ignore quand eut lieu son retour définitif en métropole. Selon Bacqueville de La Potherie, sa conduite au cours de la prospection minière « fut si irreguliere » qu’on « le fit passer dans la Cadie pour le renvoyer en France » (HAS, t. II, p. 130. Voir HDG, t. I, p. 438-439 ; C. Dablon, Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 104-114 ; L. Lamontagne, DBC, t. I, p. 255-257 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 70 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 364-367).

Dauphin de Laforest, François (vers 1649-1714), arriva en Nouvelle-France en 1675 : il avait mission d’administrer le fort Frontenac, qui avait été concédé à Cavelier de La Salle. En 1685, il commanda au fort Saint-Louis des Illinois, dont il obtint la concession en 1690, avec Henri de Tonty. Après 1702, il servit à Trois-Rivières, puis au fort Pontchartrain, au Détroit (L. Dechêne, DBC, t. II, p. 176-177).

Denonville : voir Brisay de Denonville.

Dollier de Casson, François (1636-1701), un sulpicien, arriva en Nouvelle-France en 1666. Il fut supérieur des sulpiciens de la colonie (1671-1674 et 1678-1701). En 1669, il participa à l’expédition de Cavelier de La Salle vers l’Ohio (Jacques Mathieu, DBC, t. II, p. 198-204).

Dongan, Thomas (1634-1715), nommé gouverneur de New York le 27 janvier 1683, arriva dans la colonie le 25 août. Dès l’année suivante, il s’assura de la loyauté des Iroquois. Remplacé par Edmund Andros en août 1688, il ne rentra en Angleterre qu’en 1691, après la rébellion de Jacob Leisler et les troubles liés à la prise du pouvoir par Guillaume d’Orange (Samuel Willard Crompton, dans John A. Garraty et Mark C. Carnes (dir.), American National Biography, Oxford et New York, Oxford University Press, 1999, vol. 6, p. 722-723).

D’Orvilliers, Claude Guillouet (1668-1728), un militaire de carrière, obtint le grade de lieutenant en 1685 et celui de capitaine en 1687. Il commanda une compagnie au cours de l’expédition de 1687 contre les Iroquois et participa au combat de Laprairie, le 11 août 1691, au cours duquel il se distingua. Le 1er janvier 1692, il fut promu enseigne de vaisseau. Il rentra en France en 1693 et, après une carrière dans la Marine, fut nommé gouverneur de la Guyane, le 22 mai 1715 (É. Taillemite, DBC, t. II, p. 279-280).

Dreuillettes (ou Drouillettes, Drouillet, Droulletes, Drueillettes, Druilletes), Gabriel (1610-1681), un missionnaire jésuite, fit ses études de philosophie au Puy et celles de théologie à Toulouse, avant d’être ordonné prêtre en 1641 ou 1642. Il passa au Canada en 1643. Au cours de l’automne 1644, il accompagna des Montagnais dans leurs chasses. Il renouvela l’expérience au cours des hivers 1647-1648 et 1649-1650. En 1656, il accompagna le père Garreau lorsque celui-ci partit avec des Algonquins pour établir une mission sur leur territoire et qu’il fut mortellement blessé par des Iroquois. En 1670, il dirigea la mission du Sault Sainte Marie. En 1680, il rentra à Québec, où il décéda, le 8 avril 1681 (L. Campeau, DBC, t. I, p. 289-291).

Driol, Vital : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Duchesneau de la Daussinière et d’Ambault, Jacques ( ? - 1696), a été trésorier à Tours avant d’être nommé intendant en Nouvelle-France, en 1675. Il arriva à Québec en août avec en main l’édit du 5 juin 1675 qui réorganisait le Conseil souverain. Dès la séance du Conseil du 23 septembre, il s’opposa à Buade de Frontenac sur des questions de prérogative et de pouvoir. La querelle entre les deux hommes atteignit son paroxysme en 1679, quand le gouverneur consigna à demeure des membres du Conseil favorables à l’intendant. Le gouverneur et l’intendant s’affrontèrent aussi sur la question de la traite de l’eau-de-vie. Dans ses nombreuses lettres envoyées à Versailles, l’intendant dénonça la conduite du gouverneur et celle de ses affidés, dont Cave-lier de La Salle et Greysolon Dulhut (« Mémoire Du s[ieu]r du Chesneau Du 13. Novembre 1681. Sur l’inexécution Des ordres Du Roy et de l’oppression De la justice en Canada », ANF, Col. C11A 5, f. 287-289 ; lettre à Seignelay, du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 290-306 ; « Mémoire pour faire connoistre à Monseigneur les nations Sauvages desquelles nous tirons nos pelleteries, Leurs Interest, Les nostres et l’estât dans lequel se trouvent présentement ces nations, avec une petitte description du pays qu’habittent les Anglois et De l’accadie qui en est voisine », du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 307-315 ; « Memoire pour faire connoistre à Monseigneur les Desordres causés par les coureurs de bois », du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 320-323). Pour se défendre, Buade de Frontenac retourna l’accusation contre l’intendant et soutint que celui-ci faisait le commerce de l’eau-de-vie avec les Amérindiens par l’intermédiaire de ses protégés (lettre du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 281-282 ; anonyme, « Memoire et preuves de la cause du desordre des coureurs de bois, avec le moyen de les détruire », 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 359-362). Le conflit entre les deux hommes s’envenima à un tel point que, le 12 mai 1678, le roi rappelait à l’ordre Buade de Frontenac et le prévenait qu’il émettait une nouvelle ordonnance pour arrêter les courses illicites dans les bois (ANF, Col. B 7, f. 159), tout en reprochant à Duchesneau « le peu de disposition » qu’il avait à accorder au gouverneur « la déférence » qu’il lui devait (lettre du 15 mai 1678, ANF, Col. B 7, f. 162). Le 25 avril 1679, c’était au tour de Colbert de tancer l’intendant (ANF, Col. B 8, f. 3). L’année suivante, Colbert (lettre du 2 juin 1680, ANF, Col. B 8, f. 59-60 ; Col. C11A 5, f. 209-217) et le roi (lettre du 4 juin 1680, ANF, Col. B 8, f. 55bis-58) reprochaient à nouveau à l’intendant son attitude à l’endroit du gouverneur, tout en condamnant les pratiques de celui-ci (lettre de Colbert du 20 avril 1680, ANF, Col, B 8, f. 53-55 bis ; lettre du roi du 29 avril 1680, ANF, Col., B 8, f. 49-51 ; lettre du roi du 30 avril 1681, ANF, Col, B 8, f. 73-78 ; Col. C11A 5, f. 349-358). Cela n’empêcha pas le gouverneur et l’intendant de poursuivre leurs activités de traite, de s’en prendre aux hommes de l’adversaire et de protéger les leurs. Au cours du printemps 1681, Frontenac voulut même faire arrêter le fils de l’intendant, un jeune homme âgé de seize ou dix-sept ans, sous prétexte qu’il lui avait manqué de respect. Duchesneau se barricada chez lui et l’ordre d’arrestation ne put être exécuté. L’évêque, Mgr de Montmorency Laval, s’interposa et convainquit l’intendant de laisser son fils et un domestique impliqué dans l’affaire aller chez le gouverneur pour faire la paix. Mais Buade de Frontenac s’emporta et fit jeter le fils de l’intendant et son domestique en prison, où ils demeurèrent un mois. À nouveau l’intendant et le gouverneur se plaignirent l’un de l’autre au roi, qui n’eut d’autre alternative que de les rappeler en France, à l’automne 1682 (L. Lamon-tagne, DBC, t. I, p. 296-299).

Dufrost de La Jemerais, François-Christophe ( ?-1708), un garde-marine (1683), arriva au Canada en 1685. Nommé enseigne, il servit au fort de Niagara en 1687, puis au fort Frontenac, de 1696 à 1699 (A. Champagne, DBC, t. II, p. 210).

Du Gué de Boisbriand, Michel-Sidrac (vers 1638-1688), qui suivit la carrière militaire, arriva en Nouvelle-France en 1665. Il fit le commerce des fourrures et participa à plusieurs expéditions militaires, dont celle de 1673 au lac Ontario, sous Buade de Frontenac, celle de 1684, sous Le Febvre de La Barre, et celle de 1687, sous Brisay de Denonville. Un autre Du Gué de Boisbriand, prénommé Jacques, qui fut enseigne au Canada et qui mourut à Québec le 14 décembre 1702, fit aussi carrière dans la colonie. Mais rien ne permet d’assurer que le « Duguet » qui signa la déclaration du 10 octobre 1682, soit l’un ou l’autre Du Gué de Boisbriand (R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 214, n. 186 ; W. S. Reed, DBC, t. I, p. 303-304).

Duguet : voir Dugué de Boisbriand.

Dulhut : voir Greysolon Dulhut.

Duprat, Robert : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Dupuis, Nicolas : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Enjalran, Jean (1639-1718), un missionnaire jésuite, arriva en Nouvelle-France en 1676. Affecté à la mission outaouaise, il en devint le supérieur en 1681. Le Febvre de la Barre et Brisay de Denonville, qui lui accordèrent toute leur confiance, eurent recours à ses services, notamment pour transmettre des consignes aux commandants des postes de l’Ouest. Il rentra en France en 1688, mais revint dans la colonie, puisqu’en 1700 il était de nouveau auprès des Outaouais, qu’il invita à participer aux négociations de paix de Montréal. Il rentra définitivement en France en 1702 (J. P. Donnelly, DBC, t. II, p. 225-226).

Forest, François Dauphin de La : voir Dauphin de Laforest, François.

Fremin, Jacques, né en 1628, entra dans la Compagnie de Jésus en 1646. Il enseigna à Alençon pendant cinq ans, puis partit pour la Nouvelle-France (1651). Il œuvra auprès de la communauté montagnaise de Trois-Rivières, avant d’être nommé supérieur de la mission iroquoise, en 1667. Il y exerça son ministère jusqu’en 1679. Au cours des années 1679 à 1681, il séjourna en France. Après son retour au Canada, il demeura à Québec (J. Monet, DBC, t. I, p. 323).

Frontenac, voir Buade, comte de Frontenac et de Palluau.

Garreau, Léonard (1609 ou 1610-1656), fit ses humanités à Limoges et à Bordeaux, où il entra dans la Compagnie de Jésus (septembre 1628 ou 1629). Pendant ses études, il enseigna à Poitiers, à Pau, à Agen, à Bordeaux, enfin à Rome. Il passa en Nouvelle-France en août 1643. Après un séjour d’un an à Sillery, il se rendit en Huronie, où il demeura jusqu’en 1649. Entre 1650 et 1654, il poursuivit son apostolat auprès des Hurons établis sur l’île d’Orléans. Il fut ensuite nommé missionnaire à Trois-Rivières. En 1656, il partit en compagnie de Gabriel Dreuillettes, du frère Louis de Boësme et de trois jeunes Français, avec des Outaouais pour aller établir une mission dans leur pays. Le mercredi 30 août, il tomba dans une embuscade des Iroquois et fut grièvement blessé. Les Outaouais parvinrent à échapper à l’ennemi en abandonnant les Français. Amené de force dans le fortin des Iroquois, le père Garreau demeura trois jours « couché sur la platte terre, baigné dans son sang ». Le samedi 2 septembre, au matin, les Iroquois le ramenèrent à Montréal, où il mourut, « sur les onze heures de nuit » Qean de Quen, Relation de 1656-1657, dans JR, vol. 42, p. 224-238 ; J. Monet, DBC, t. I, p. 333-334, C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 151, n. 4).

Gaultier de Varennes, René (vers 1635-1689), un officier du régiment de Carignan-Salières, participa aux opérations militaires contre les Iroquois en 1671. Il occupa ensuite le poste de gouverneur de Trois-Rivières (A. Tessier, DBC, t. I, p. 335-336).

Godefroy de Vieuxpont, Joseph (1645-1716), un trafiquant, qui jouait à l’occasion le rôle d’interprète auprès des Amérindiens, participa à la réunion du 10 octobre 1682, convoquée par Le Febvre de La Barre (H. Biron, DBC, t. II, p. 262-263).

Grand Brochet : voir Kinonché.

Greysolon Dulhut, Daniel (vers 1639-1710), a suivi la carrière militaire et aurait effectué deux voyages en Nouvelle-France avant de s’y établir, en 1675. Le 1er septembre 1678, il partit de Montréal avec sept Français pour se rendre chez les Sioux, contre la volonté de Buade de Frontenac, semble-t-il. Il passa l’hiver au Sault Sainte Marie et, le 2 juillet 1679, il dressa les armoiries de la France dans un village de Sioux, puis invita les Amérindiens à envoyer des ambassadeurs discuter de la paix dans une grande assemblée qui devait avoir lieu en septembre au lac Supérieur. Au cours de l’été suivant (1680), il gagna le Mississipi, où il apprit que trois des compagnons de Cavelier de La Salle, dont le récollet Louis Hennepin, étaient aux mains des Sioux. Il rejoignit la bande de Sioux au haut du fleuve, libéra les prisonniers, mais jugea prudent de se retirer à Michillimakinac. Pendant ce temps, l’intendant Jacques Duchesneau, qui l’accusait d’être le « chef des coureurs de bois » affidés au comte de Frontenac, le dénonçait aux autorités coloniales (lettre du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 305). Greysolon Dulhut dut rentrer précipitamment, mais Buade de Frontenac lui évita l’emprisonnement (été 1681). En 1683, de retour dans la région des Grands Lacs, avec une commission de Le Febvre de La Barre, qui avait remplacé Buade de Frontenac, il chercha à discipliner les tribus à cause de la menace d’une guerre avec les Iroquois et tenta d’empêcher les Amérindiens du Nord d’aller commercer avec les Anglais de la baie d’Hudson. Au cours des années 1684 et 1685, il fit ériger les postes du lac Nipigon et de Kaministiquia, à l’extrémité occidentale du lac Supérieur. En 1686, il fit ériger le fort Saint-Joseph au Détroit, où il commandait lorsque Brisay de Denonville entreprit son expédition contre les Tson-nontouans, en 1687. Avec l’aide des commandants des autres forts de l’Ouest, il rassembla quelque quatre cents Amérindiens et rejoignit le gros de l’armée française au lac Ontario. Après la campagne de 1687, il rentra dans la colonie. En 1689, il participa à des opérations contre les Iroquois. En 1696, il accompagna l’armée sous le commandement de Buade de Frontenac contre les Iroquois et commanda au fort Frontenac. Il mourut à Montréal le 25 février 1710 (Y. V. Zoltvany, DBC, t. II, p. 271-274).

Guérin, Jean, un domestique des jésuites, accompagna le père René Ménard lorsque celui-ci périt, au cours de l’été 1661.

Hébert, J., fut témoin lors de la prise de possession de la région de la baie des Puants (Green Bay), le 8 mai 1689.

Hosta, d’, un capitaine, escorta le convoi de Français et d’Amérindiens vers l’Ouest, à l’été 1690, qui fut attaqué par des Iroquois. Il fut tué en 1691, au cours du combat de la Prairie-de-la-Madeleine (HDG, t. II, p. 103-104).

Joliet : voir Aux de Joliet.

Joviel, Jacques : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Kinonché : chef outaouais, dont le nom signifierait « Grand Brochet » (voir Anonyme, « Mémoires sur le Canada », BNF, mss, F. F., vol. 25055, p. 475).

Kondiaronk : voir Sasteretsi.

La Barre : voir Le Febvre de La Barre.

La Découverte : voir You de La Découverte.

La Durentaye : voir Morel de La Durentaye.

Laforest : voir Dauphin de Laforest, François.

Lagillier, Jacques : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Lajemmerais ou La Jemmeraye ou La Jemerais : voir Dufrost de La Jemerais.

Lamberville, Jean de (1633-1714), un missionnaire de la Compagnie de Jésus, arriva en Nouvelle-France en 1669, où il œuvra à l’évangélisa-tion des Onontagués jusqu’en 1687. En 1684, à la demande de Le Febvre de La Barre, il s’impliqua dans les négociations de paix à l’anse de La Famine. Brisay de Denonville eut aussi recours à lui en 1687 et en 1688, lors de pourparlers avec les Iroquois. Il rentra en France en 1689 (C. Jaenen, DBC, t. II, p. 356).

Lamothe Cadillac ou Lamothe-Cadillac : voir Laumet, Antoine.

Lamothe ou Lamothe-Lussière : voir Saint-Paul de Lamothe-Lussière.

La Noue (Lanoue) : voir Robutel de La Noue.

La Porte de Louvigny, Louis (vers 1662-1725), un militaire de carrière, arriva au Canada en 1683. Il participa aux opérations contre les Iroquois en 1687. En avril 1690, Buade de Frontenac lui confia le commandement d’un corps expéditionnaire de cent quarante-trois voyageurs, dont Nicolas Perrot, qu’escortaient trente soldats, et l’envoya relever Morel de la Durantaye au fort de Michillimakinac. Le 22 mai, le contingent se mit en route et le 2 juin, à la hauteur des Chats, les Français défirent une bande d’Iroquois. À Michillimakinac, grâce à l’aide de Nicolas Perrot, il empêcha le départ de délégués outaouais qui voulaient pactiser avec les Iroquois et, le 19 août, Perrot conduisit à Montréal quelque cinq cents Hurons, Outaouais, Cris et Népissingues. En août 1693, La Porte de Louvigny et Perrot escortèrent jusqu’à Montréal plus de sept cents hommes, dont deux cent cinquante Français. En 1694, à sa demande, La Porte de Louvigny fut relevé de son poste et il rentra en France. Il revint au Canada au cours de l’été 1695. Au cours de l’hiver 1695-1696, il commanda un détachement envoyé contre les Iroquois et, en 1696, il fit partie de l’expédition de Frontenac contre les Iroquois. Nommé commandant du fort Frontenac en novembre 1699, il y pratiqua la traite des fourrures, à l’encontre des édits de 1696. Louis Hector de Callières le fit mettre aux arrêts. Son cas fut déféré au Conseil souverain (septembre-octobre 1700), qui ne statua pas et renvoya La Porte de Louvigny en France, où il fut relevé de son poste de commandant de Trois-Rivières, qu’on venait de lui accorder. Grâce à ses appuis à la Cour, le 1er juin 1703, il fut nommé major de Québec. En 1705, sur ordre de Philippe Rigaud de Vaudreuil, il se rendit à Michillimakinac libérer des Tsonnontouans retenus prisonniers par des Outaouais, malgré la paix de 1701, et amena les coupables à Montréal. Le 10 juin 1708, il était fait chevalier de Saint-Louis et, en 1712, il obtint le commandement de Machillimakinac, où il dut rétablir le poste, abandonné depuis 1696. En 1716, il commanda l’expédition menée contre les Renards, qu’il contraignit à demander la paix, qu’ils ne ratifièrent toutefois pas l’année suivante comme cela était prévu. Le 2 juin 1720, il était nommé commandant des pays d’En Haut, un poste créé pour lui. En 1724, il retourna en France, où il fut nommé gouverneur de Trois-Rivières. Il mourut le 27 août 1725, au cours du naufrage du Chameau, le navire qui le ramenait en Nouvelle-France (G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 155 et 168 ; Pierre-Georges Roy, « La famille de La Porte de Louvigny », Le Bulletin des recherches historiques, octobre-novembre 1939, vol. 45, nos 10 et 11, p. 289-309 et 321-345 ;J. Tailhan, Mémoire, p. 309-310, n. 1 ; Y. F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 360-361).

La Salle : voir Cavelier de La Salle.

Laumet, Antoine, dit Lamothe-Cadillac (1658-1730), un militaire, arriva en Acadie vers 1683. Après l’attaque de William Phipps contre Port-Royal, Laumet gagna Québec (été 1691), où Buade de Frontenac le nomma lieutenant dans les troupes de la Marine. Promu au rang de capitaine en octobre 1693, il fut nommé commandant de Michillimakinac en 1694, lorsque La Porte de Louvigny demanda à être relevé de son poste. La mission de Laumet consistait à s’assurer de l’allégeance des tribus de l’Ouest à la couronne de France, à maintenir l’entente entre les Amérindiens et à canaliser leur agressivité contre les Iroquois. Or Laumet parvint difficilement à maintenir la paix entre les tribus et il ne put empêcher les Hurons de négocier avec les Iroquois. A l’instar de ses prédécesseurs, il pratiqua la traite des fourrures, malgré les ordres de la Cour. Après l’édit de 1696, qui ordonnait l’abandon des principaux postes de l’Ouest, Laumet rentra dans la colonie (29 août 1697). En 1701, il fonda Détroit, puis occupa le poste de gouverneur de la Louisiane, de 1710 à 1717 (J. Tailhan, Mémoire, p. 310, n. 3 ; Y. V. Zoltvany, DBC, t. II, p. 366-372).

Lavaltrie : voir Margane.

Le Baron : chef huron de Michillimakinac qui entretint des liens avec les Iroquois et les Anglais et qui alla s’établir avec plusieurs familles huronnes en territoire anglais.

Le Borgne : voir Tessouat.

Le Febvre de La Barre, Joseph Antoine (1622-1688), a été conseiller au Parlement de Paris, en 1645, puis maître des requêtes, avant d’occuper la fonction d’intendant à Paris, durant les troubles de la Fronde, puis dans le Bourbonnais, l’Auvergne et le Dauphiné. En 1661, il était capitaine de vaisseau dans la Marine royale et en 1664, il participa à la prise de Cayenne, sous l’autorité de Prouville de Tracy. Il fut nommé gouverneur de la Guyane, mais celle-ci fut bientôt cédée à la Compagnie des Indes Occidentales. En 1666, il fut envoyé aux Antilles avec le titre de lieutenant général, mais, l’année suivante, sa conduite fut sévèrement jugée sur le plan militaire. En 1673, il servit avec distinction dans l’escadre de l’amiral d’Estrées. Le 1er mai 1682, il fut nommé gouverneur de la Nouvelle-France. Lorsqu’il arriva à Québec, en septembre, il découvrit une ville à moitié détruite par un incendie qui avait eu lieu en août. Le 10 octobre, il convoqua les notables de la colonie et les supérieurs religieux pour arrêter une politique à l’endroit des Iroquois. Au cours de l’assemblée, on constata que les Iroquois menaçaient le commerce des fourrures de la colonie et qu’il fallait « faire les derniers efforts » pour les empêcher de détruire les nations alliées. Après avoir arrêté les conditions d’une opération militaire conséquente, l’assemblée conclut que l’entreprise ne pouvait réussir que si le roi envoyait « un petit corps de deux ou trois cents soldats », ainsi que cent à cent cinquante engagés pour remplacer aux champs les miliciens recrutés pour la campagne militaire, et les « fonds nécessaires » pour fournir les vivres aux troupes et construire les barques pour leur transport (JR, vol. 62, p. 156-164). Malgré l’hostilité des Iroquois à l’endroit des Amérindiens alliés des Français, Le Febvre de La Barre hésita entre la paix et la guerre, tout en poursuivant des négociations avec Thomas Dongan, le gouverneur de New York, et les Iroquois (juillet-août 1683). À l’été 1683, Le Febvre de La Barre, qui s’était immiscé dans la traite des fourrures, ordonna à Olivier Morel de La Durantaye et à Louis Henri de Baugy de réprimer la traite illicite dans la région des Grand Lacs et chez les Illinois. À la fin de l’été, Baugy releva Henri de Tonty de son commandement au fort Saint-Louis, sur la rivière des Illinois (voir les « pièces relatives au fort Saint-Louis » dans E. Serrigny, Journal d’une expédition, 1883, p. 159-189). Le Febvre de La Barre, qui entendait contrôler le commerce des fourrures, commit l’erreur d’autoriser les Iroquois à piller les Français qui ne produisaient pas un congé officiel (voir HAS, t. II, p. 163-164). C’était donner le champ libre aux Iroquois. Le 8 mars 1684, des Tsonnontouans s’emparèrent des canots de traitants en règle. Peu après, le 21 mars, des Tsonnontouans attaquèrent le fort Saint-Louis. Le Febvre de La Barre décida de riposter, au moment même où l’intendant Jacques de Meulles l’accusait de vouloir faire la guerre dans le seul but de protéger le commerce des fourrures de cinq ou six gros négociants (lettre du 12 juillet 1684). Le départ de l’armée, qui comprenait quelque sept cents « Canadiens », ou miliciens, cent trente « Soldats » des troupes régulières et deux cents Amérindiens alliés (HDG, t. I, p. 489-490), eut lieu de Montréal, le 30 juillet 1684. L’armée gagna d’abord le fort Frontenac, puis, le 29 août, l’Anse à La Famine, sur la rivière aux Saumons, au nord-est d’Oswego, tout près des villages tsonnontouans. Le manque de vivres, les fièvres et la maladie enlevèrent aux Français toute velléité combative. Grâce à l’intervention du jésuite Jean de Lamberville, les Iroquois acceptèrent de négocier, mais lorsqu’ils constatèrent l’état de l’armée, ils imposèrent des conditions de paix peu honorables à Le Febvre de La Barre, qui dut accepter de ne pas inclure les Illinois dans le traité. A son retour dans la colonie, Le Febvre de La Barre, qui avait envoyé un message à Niagara pour licencier les troupes amenées de l’Ouest, dut faire face au mécontentement des colons. Le rappel du gouverneur eut lieu peu après. Le Febvre de La Barre quitta Québec en août 1685, en laissant la colonie dans une situation difficile (HDG, t. I, p. 471-473 et 486-493 ; J. de Meulles, « lettres », 8 juillet 1684 et 10 mars 1685 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 115-119 ; R. La Roque de Roquebrune, DBC, t. I, p. 453-457).

Legardeur de Caumont, Augustin : témoin lors de la prise de possession de la région de la baie des Puants (Green Bay), le 8 mai 1689.

Le Gardeur de Courtemanche, Augustin (1663-1717), un militaire, participa au raid contre Casco (Maine), en 1690. En avril 1691, Buade de Frontenac le faisait monter à Michillimakinac pour informer les Amérindiens de la victoire française contre les Anglais, venus s’emparer de Québec, et des raids menés par les Français contre des postes anglais. En 1693, il était nommé commandant du poste des Miamis de la rivière Saint-Joseph. Après 1697, il concentra ses activités sur le Labrador (N. T. Corley, DBC, t. II, p. 398-400).

Lemire, Joseph : témoin lors de la prise de possession de la région de la baie des Puants (Green Bay), le 8 mai 1689.

Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay, Charles (1626-1685), arriva au Canada en 1641, comme engagé des Jésuites. En 1645, il servit à la garnison de Trois-Rivières comme interprète, comme soldat et comme commis. L’année suivante, il s’installa à Montréal, où il se distingua contre les Iroquois qui menaçaient la ville. Fait prisonnier au cours de l’été 1665 par des Iroquois (si bien qu’il n’a pu être ramené « des Outaoüas », comme l’écrit Perrot), il fut ramené à Québec le 2 décembre par Garakontié, qu’accompagnaient des ambassadeurs onontagués, goyogouins et tsonnontouans pour confirmer la paix (voir Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Mémoire de Mr. De Salière des choses qui se sont passées en Canada les plus considérables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss., Fonds Français, vol. 4569, f. 99 ; Journal des jésuites, dans JR, vol. 49, p. 176-178 ; F.-J. Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 126). Selon Dollier de Casson, ce n’est pas une, mais plusieurs « vieilles qui, depuis plusieurs années, amassaient de temps en temps du bois » pour le faire brûler. S’il put échapper à la torture, ce fut parce qu’il menaça les Iroquois de représailles de la part des Français, dont les effectifs militaires venaient d’être augmentés. Après sa libération, Charles Le Moyne prit la tête des habitants de Montréal qui formaient l’avant-garde des troupes de Rémy de Courcelle au cours de l’expédition de l’hiver 1666. À l’automne de la même année, il commanda les colons de Montréal qui participèrent aux opérations sous Prouville de Tracy. Charles Moyne servit d’interprète quand le comte de Frontenac se rendit au lac Ontario pour y établir un fort. Plus tard, il fut délégué par Le Febvre de La Barre auprès des Iroquois pour les inciter à envoyer des députés afin d’arrêter les conditions de la traite. Lors de l’expédition désastreuse de Le Febvre de La Barre, en 1684, il joua un rôle important, en compagnie du jésuite Jean de Lamberville, pour amener les Iroquois à négocier la paix. En 1657, les autorités coloniales lui avaient octroyé un fief de cinq mille arpents sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, vis-à-vis Montréal, auquel s’étaient ajoutées, en 1665, les concessions de l’île Sainte-Hélène et de l’île Ronde. En 1672, Buade de Frontenac et l’intendant Jean Talon confirmaient son titre de seigneur de Longueuil, tout en ajoutant de nouvelles terres au fief. Un de ses fils, Pierre Le Moyne d’Iberville, est resté célèbre dans les annales de la colonie (F. Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 250-251 ;J.-J. Lefebvre, DBC, t. I, p. 474-476 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 252, n. 2).

Le Rat : voir Sasteretsi.

Lerole : voir Canchy de Lerole.

Lesueur, Pierre-Charles (1657-1704), un donné des jésuites, fut envoyé au Sault Sainte Marie, mais ne demeura pas longtemps sous l’autorité des missionnaires. Aussitôt qu’il le put, il se lança dans la traite des fourrures. En 1689, il assista à la cérémonie de prise de possession des territoires sioux par Perrot. En 1693, Buade de Frontenac lui confia la mission d’établir un poste chez les Sioux, auprès desquels il joua un rôle important. Au moment de la fondation de la Louisiane, il participa à l’occupation des rives du Mississipi (A. P. Nasatir, DBC, t. II, p. 445-446).

Louvigny : voir La Porte de Louvigny.

Manthet : voir Ailleboust de Manthet.

Marais (Marets), Joseph-Jacques (1653-1725), entra au noviciat des jésuites le 25 septembre 1671 et enseigna à Vannes, à La Flèche et au collège Louis-le-Grand, à Paris, avant de passer au Canada (vers 1686). En 1688, il se rendit à Michillimakinac ; il était présent lors de la prise de possession du territoire sioux par Perrot, le 8 mai 1689. Nommé supérieur de la mission outaouaise de Michillimakinac, il entretint des relations conflictuelles avec Antoine Laumet. Il œuvra aussi à la mission de Détroit, avant de mourir, à Montréal, en octobre 1725 (M. M. Hutcheson, DBC, t. II, p. 472-473).

Marais (Maret, Marets), Pierre-Gabriel (1662-1714), un jésuite, fut aumônier au cours de l’expédition de Le Moyne d’Iberville contre les postes de la baie d’Hudson, en 1694. Il fut affecté à la mission des Illinois, en 1698 (M. M. Hutcheson, DBC, t. II, p. 473-475).

Margane, Séraphin ( ?-1699), arriva au Canada en 1665, avec le régiment de Carignan-Salières. Il obtint la seigneurie de Lavaltrie en 1672. En 1684, il prit le commandement de Michillimakinac pendant l’absence de Morel de La Durantaye qui participait à la guerre menée par Le Febvre de La Barre contre les Iroquois. Dès l’année suivante, Morel de La Durantaye reprit le commandement de Michillimakinac (R. J. Auger, DBC, t. II, p. 475).

Marquette, Jacques (1637-1675), entra au noviciat de la Compagnie de Jésus de Nancy en octobre 1654. Il arriva au Canada le 20 septembre 1666. Après un séjour d’un an à Trois- Rivières, il revint à Québec, d’où il partit, le 20 mai 1668, rejoindre le père Claude Dablon au Sault Sainte Marie. L’année suivante, en septembre, il fonda une mission à la pointe Saint-Esprit, sur la baie de Chequamegon, à l’extrémité occidentale du lac Supérieur. Au cours de l’été 1671, il accompagna des Hurons qui gagnaient le lac Michigan et fonda la mission de Saint-Ignace sur la rive nord du détroit de Michillimakinac, où il resta jusqu’en 1673. Aussi était-il absent à la prise de possession des territoires de l’Ouest faite par Daumont de Saint-Lusson. D’ailleurs, son nom ne figure pas au procès-verbal : c’est le nom du père Louis André qui apparaît au bas du document (voir appendice 1, supra, p. 425). En mai 1673, il accompagna Louis Jolliet lors de son exploration du Mississipi jusqu’à la hauteur de l’actuel État de l’Arkansas. En octobre de l’année suivante, il voulut rejoindre la tribu des Kaskaskias, mais trop malade pour poursuivre sa route, il s’arrêta à la hauteur de l’actuelle ville de Chicago. Au printemps 1675, il parvint à atteindre les Kaskaskias (8 avril), mais il mourut au cours de son retour, le 18 mai (J. Monet, DBC, t. I, p. 501-504).

Masse, Denis : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Mayseré, Jean : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Ménard, René (1605-1661), entra dans la Compagnie de Jésus le 7 septembre 1624. Il poursuivit des études à La Flèche, à Bourges et à Orléans, avant de passer au Canada, en 1640. L’année suivante, il se rendit à la mission jésuite de Sainte-Marie-des-Hurons. Plus tard, il poursuivit son apostolat auprès des Népissingues et des Algonquins. De 1651 à 1656, il assuma la fonction de supérieur de la résidence de Trois-Rivières, puis passa deux ans parmi les Iroquois. En 1660, il accompagna des Outaouais dans l’Ouest jusqu’à la hauteur de l’État actuel du Michigan (Journal des jésuites, dans JR, vol. 45, p. 162 ; J. Lallemant, Relation de 1659-1660, dans JR, vol. 46, p. 74). En juin de l’année suivante, il quitta sa mission en compagnie d’un Français nommé Jean Guérin pour rejoindre des Hurons près des bouches de la rivière Noire (Wisconsin). Abandonnés en cours de route par leurs guides, le missionnaire et son compagnon attendirent le retour des Amérindiens une quinzaine de jours sur le bord d’un lac. Mais comme leurs vivres s’épuisaient, ils tentèrent de poursuivre leur route en canot. Le 10 août, au cours d’un portage, le père Ménard s’égara, semble-t-il. On ne le retrouva jamais (J. Lallemant, lettre adressée au général de la Compagnie, le 18 août 1663, dans JR, vol. 47, p. 248-250 ; J. Lallemant, Relation de 1662-1663, dans JR, vol. 48, p. 114-150). Son bréviaire et sa soutane furent retrouvés, plusieurs années plus tard, chez les Sioux (J. Monet, DBC, t. I, p. 513-514 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 345-350).

Meulles, Jacques de ( ?-1703), qui était apparenté à la famille de Colbert, fut nommé intendant de la Nouvelle-France le 1er mai 1682, pour remplacer Jacques Duchesneau, rappelé en même temps que Buade de Frontenac. Il arriva à Québec au début d’octobre en compagnie de Le Febvre de La Barre, avec lequel il développa des relations conflictuelles. Il dénonça, entre autres choses, son inactivité face aux Iroquois, puis son échec, après l’expédition de 1684. Le Febvre de La Barre fut rappelé et remplacé par Brisay de Denonville. Peu après son arrivée au Canada, en 1685, le nouveau gouverneur se rendit compte que de Meulles commettait des malversations et le dénonça auprès des autorités coloniales. En septembre 1686, au retour d’un voyage en Acadie, où il était allé étudier la possibilité d’établir des pêcheries, de Meulles apprit qu’il devait rentrer en France (W. J. Eccles, DBC, t. II, p. 490-494).

Millet, Pierre (1635-1708), un jésuite, arriva en Nouvelle-France en 1668 et fut affecté à la mission iroquoise des Onontagués. Il participa aux pourparlers de paix de l’anse à La Famine, lors de l’expédition de Le Febvre de La Barre en 1684. Capturé par les Iroquois en 1689, il poursuivit néanmoins son ministère jusqu’à sa libération, en 1694 (L. Campeau, DBC, t. II, p. 494).

Mogras, Jacques : habitant de Trois-Rivières, témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Monseignat (Monseignac), Charles de (vers 1652-1718), un officier de plume, fut commis, puis sous-directeur du Domaine du roi (1681-1682), avant de devenir premier secrétaire de Buade de Frontenac (1689-1698). En 1701, il était nommé contrôleur de la Marine et des Fortifications, poste qu’il conserva jusqu’à sa mort. Les relations qu’il écrivit pour rendre compte de l’activité du gouverneur de la colonie furent copiées, parfois mot à mot, par Bacqueville de La Potherie dans son Histoire de l’Amerique Septentrionale (P. N. Moogk, DBC, t. II, p. 504-508).

Moreau, Pierre, sieur de la Taupine, soldat de la garnison à Québec, témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Morel de La Durantaye, Olivier (1640-1716), arriva en Nouvelle-France en 1665 avec le régiment de Carignan-Salières, où il avait le rang de capitaine. En 1665, il travailla à l’érection du fort Sainte-Anne et en septembre de l’année suivante, il participa à l’expédition de Prouville de Tracy contre les Iroquois. Il rentra en France en 1668, mais revint au Canada deux ans plus tard. De 1670 à 1683, il était attaché à la garnison de Québec, où il commanda une des six compagnies des troupes de la Marine. Il participa à l’assemblée des notables convoquée par Le Febvre de La Barre, le 10 octobre 1682, sans doute à titre de traitant, car il pratiquait alors le commerce des fourrures. En juillet 1683, sur ordre du gouverneur, il partit en compagnie de Louis Henri de Baugy vers les Grands Lacs pour réprimer le commerce illicite des fourrures et inviter les Amérindiens à traiter à Montréal. Il prit possession du commandement de Michillimakinac, pendant que Baugy relevait Henri de Tonty de son commandement au fort Saint-Louis des Illinois. Le 19 juillet 1684, selon les ordres de Le Febvre de La Barre, il partit de son poste à la tête d’un détachement de cinq cents hommes, ralliés grâce à l’aide de Greysolon Dulhut et de Nicolas Perrot, pour prendre part aux opérations militaires contre les Iroquois. Il était alors remplacé par Séraphin Margane, qu’il releva de son poste dès l’année suivante. Le 6 juin 1686, il fut chargé de fonder un poste au Détroit et un autre au portage de « Taronto », projet qui ne se réalisa qu’en 1750. Le 7 juin 1687, sur ordre de Brisay de Denonville, Morel de La Durantaye gagna le sud du lac Érié, où il réaffirma l’hégémonie de la France sur les postes fondés par Cavelier de La Salle. Le 10 juillet de la même année, en compagnie de Greysolon Dulhut et de Henri de Tonty, il prit la tête du corps expéditionnaire de l’Ouest et rejoignit l’armée de Brisay de Denonville au sud du lac Ontario. En 1690, peu avant d’être relevé de son commandement de Michillimakinac par La Porte de Louvigny, il persuada quatre à cinq cents Amérindiens d’aller traiter à Montréal. Il participa à nouveau à des opérations militaires contre les Iroquois en 1694 (B. Weilbrenner, DBC, t. II, p. 509-510).

Nicolas, Louis, né à Aubenas, le 24 août 1634, entra dans la Compagnie de Jésus à Toulouse, le 16 septembre 1654. Selon Camille de Roche-monteix, il enseigna à Saint-Flour, au Puy en Velay, avant de partir pour le Canada, en 1664. Mais selon l’auteur anonyme d’un « Memoires [sic] sur le Canada », le père Nicolas aurait accompagné un convoi d’Outaouais jusqu’à Montréal en 1664 (BNF, mss., Fonds Français, vol. 25055, p. 475). Lors du recensement de 1666, il se trouvait au collège des jésuites de Sillery (« Le premier recensement de la Nouvelle-France », dans Rapport de l’Archiviste de la province de Québec pour 1935-1936, s.l., Rédempti Paradis Imprimeur de Sa Majesté le Roi, 1936, p. 93). En 1669, il accompagna le père Claude Allouez à la mission de la pointe Saint-Esprit, à l’extrémité du lac Supérieur. Il serait demeuré en Nouvelle-France jusqu’en 1675 (C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 359, n. 3).

Nouvel, Henri (1621 ou 1624-1701 ou 1702), un missionnaire jésuite, arriva au Canada en 1662. Il fut affecté aux missions montagnaises, avant de devenir supérieur des missions de la colonie (1672-1681 et 1688-1695) (L. Pouliot, DBC, t. II, p. 522-524).

Onanguicé (ou Ounanguissé, Ounanguisset), nom héréditaire d’une lignée de chefs potéouatamis (HDG, t. II, p. 215, 275, 282-283; E. H. Blair, The Indian Tńbes of the Upper Mississippi Valley and Region of the Great Lakes [...], p. 255; D. J. Horton, DBC, t. II, p. 526-527; L. P. Kellogg, dans Charlevoix, Journal of a Voyage to North America, 1923, t. II, p. 11, n. 19).

Peré (Père), Jean ( ? - 1699), un marchand, serait arrivé en Nouvelle-France en 1660. En 1669, il se rendit jusqu’au lac Supérieur afin de trouver des mines de cuivre. Il fit le trafic des fourrures et il aurait même fait des affaires avec des Anglais d’Albany. En 1684, il commanda une expédition à la baie d’Hudson, où il fut fait prisonnier par les Anglais et emmené en Angleterre. Il dut revenir au Canada en 1686 et il participa aux opérations contre les Iroquois en 1687 (Gédéon de Catalogne, « Recuil de se qui s’est passé en Canada au suyet de la guerre tant des anglois que des iroquois depuis l’année 1682 », dans R. Le Blant, Histoire de la Nouvelle France, p. 175-176, n. 35, et p. 187 ; L. Lamontagne, DBC, t. I, p. 549).

Phélypeaux, Louis, comte de Pontchartrain (1643-1727), fut contrôleur général des finances (1689-1699), secrétaire d’État à la Marine (1690-1699) et chancelier (1699-1714).

Pierson, Philippe, né le 4 janvier 1642, a commencé son noviciat le 26 octobre 1660 à Tournai. Il est arrivé en Nouvelle-France en 1667 et il a été ordonné prêtre à Québec l’année suivante. Il est mort en 1688, à la mission jésuite de Lorette, près de Québec (A. Mélançon, Liste des missionnaires jésuites, p. 62).

Pieskaret, un chef algonquin, membre de la tribu de Tessouat, fut baptisé à « La Conception » (Immaculée-Conception) de Trois-Rivières vers 1640-1641 et prit le nom de Simon (Paul Lejeune, Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 20, p. 280-286). Mais sa conduite n’a pas dû être celle d’un vrai chrétien, puisque Jérôme Lallemant l’accusa de n’être « Chrestien qu’en apparence & par police ». Il « le devint tout de bon » à la suite d’une maladie (J. Lallemant, Relation de 1647, dans JR, vol. 31, p. 266). En mars 1643, on le croyait mort ou prisonnier des Iroquois, avec huit autres Algonquins, lorsqu’il rentra à Montréal à la tête de sa petite bande. Peu après, il gagna Trois-Rivières pour faire le deuil des Algonquins tués par les Iroquois (Β. Vimont, Relation de 1642-1643, dans JR, vol. 24, p. 252 et 258-262). Au printemps 1645, il prit la tête d’une « petite escoüade » de sept Algonquins qui défit une bande d’Iroquois près d’une île du lac Champlain. Onze Iroquois furent tués au cours de l’opération et deux furent faits prisonniers, mais l’un d’eux parvint à s’échapper (B. Vimont, Relation de 1644-1645, dans JR, vol. 27, p. 228-240). Il était présent lors des pourparlers de paix entre les Agniers et le gouverneur Huault de Montmagny à Trois-Rivières, à l’été 1645 (B. Vimont, Relation de 1644-1645, dans JR, vol. 27, p. 266). En mars 1647, les Iroquois se divisèrent en deux bandes pour attaquer les Algonquins. L’une d’elle gagna la rive nord du Saint-Laurent et ravagea un campement d’Algonquins, où ils ne trouvèrent que des femmes et des enfants. Alors qu’ils revenaient de leur expédition, dix Iroquois aperçurent Pieskaret « qui s’en revenoit tout seul à la negligente ». Les Iroquois l’abordèrent « en trahison, connoissant fort bien que s’ils l’assailloient à descouvert qu’ils auraient affaire à un homme qui ne se rendrait pas sans combat : comme il n’en vit que dix, il creut qu’ils venoient en amis & en visite ; c’est pourquoy il se mit à entõner sa chanson de paix, leur tesmoignant de la joye de leur venuë, ils l’aborderent avec un beau semblant : mais un perfide & déloyal luy lança son espée dans les reins, & le transperça d’outre en outre » (J. Lallemant, Relation de 1647, dans JR, vol. 30, p. 232-234). Pour sa part, Bacqueville de La Potherie, peut-être sous l’influence de Perrot, produit une version différente des faits. L’assassinat de Pieskaret aurait eu lieu dans la région de la rivière Nicolet, quand six Iroquois le rencontrèrent alors qu’il « qui retoumoit de la chasse chargé de mufles & de langues d’Orignaux. Ils chanterent une chanson de Paix en l’abordant. Piskaret les prenant pour des Ambassadeurs, s’arrêta & chanta la sienne », avant de les inviter à son village situé « à deux ou trois lieuës plus loin. Il y en eut un qui resta exprés derrière, sous prétexte de vouloir se reposer. Piskaret qui les crût trop facilement, marchoit de bonne foi avec eux ; mais ce dernier revenant sur ses pas le jetta à la renverse d’un coup de son casse-tête dont il mourut » (HAS, t. I, p. 304. Voir aussi E. M. Jury, DBC, t. I, p. 560-561).

Pontchartrain : voir Phélypeaux.

Porteret, Pierre : témoin lors de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671.

Prouville de Tracy, Alexandre (vers 1596 ou 1603-1670), un militaire de carrière, servit en Allemagne (1641-1649), avant d’être nommé lieutenant général des armées du roi (1652), puis lieutenant général des possessions françaises dans l’Amérique méridionale et septentrionale (« commission » du 19 novembre 1663, Archives du Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et documents. Fonds divers. Amérique 5 », f. 51-61). Investi d’une autorité presque égale à celle du comte d’Estrades, le « Vice Roy » de l’Amérique méridionale et septentrionale (provisions de 1662, Archives du Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et documents. Fonds divers. Amérique 5 », f. 34-35), Prouville de Tracy eut, entre autres missions, celle de déloger les Hollandais des Antilles, de jeter les bases de l’administration royale en Nouvelle-France et de faire la guerre aux Iroquois (« Memoire » du roi du 27 mars 1665 à l’intention de l’intendant Talon, ANF, Col. Β 1, f. 78). A bord des navires de la flotte qu’il commandait et qui quitta La Rochelle le 26 février 1664, s’étaient embarqués quelque 650 colons et quatre compagnies d’infanterie. Le 16 mai, les Français enlevèrent Cayenne aux Hollandais. L’année suivante, le 25 avril 1665, les navires quittaient La Guadeloupe, gagnaient l’entrée du fleuve Saint-Laurent et, le 30 juin, jetaient l’ancre devant Québec. Comme le signale Jules Tailhan (Mémoire, p. 341), Prouville de Tracy arriva dans la colonie avant Rémy de Courcelle, au contraire de ce qu’écrit Perrot. En revanche, il est vrai que nombre de troupes avaient précédé le lieutenant général. Comme la saison était trop avancée pour entreprendre une expédition et que beaucoup de soldats étaient malades, Prouville de Tracy remit les opérations militaires à l’année suivante, mais il fit ériger une série de forts afin de verrouiller la route qu’empruntaient les Iroquois pour attaquer la colonie. Malgré l’attitude conciliante des Iroquois, Prouville de Tracy, qui se méfiait d’eux, autorisa Rémy de Courcelle à mener une expédition contre les Agniers au cours de l’hiver 1666. Le 22 mai 1666, dix ambassadeurs tsonnontouans signaient la paix et deux mois plus tard, c’était au tour des Onneiouts de solliciter la paix pour eux et pour les Agniers. Un traité fut bien signé le 12 juillet, mais le meurtre de M. de Chasy, le neveu de Prouville de Tracy, par des Agniers, qui retinrent en outre prisonnier Louis de Canchy de Lerole, son cousin, poussa le lieutenant général à entreprendre une expédition contre les Iroquois. Il autorisa alors M. de Saurel à faire une incursion en pays agnier afin de libérer les prisonniers (fin juillet 1666). En cours de route, les Français rencontrèrent le Bâtard Flamand et ses hommes, qui ramenaient les prisonniers à Québec (août 1666). Le 28 août, des délégués tsonnontouans, goyogouins et onontagués se joignirent aux Agniers et aux Onneiouts ramenés par M. de Saurel. Une assemblée générale eut lieu trois jours plus tard, mais les Agniers ne s’engagèrent pas formellement à la paix. Aussi Prouville de Tracy ordonna-t-il une nouvelle expédition contre eux. Le rendez-vous des troupes, qui comprenaient environ six cents soldats des compagnies du régiment de Carignan-Salières, autant de volontaires canadiens et une centaine d’Amérindiens, eut lieu au fort Sainte-Anne, le 28 septembre 1666. Le 16 octobre au matin, après une marche de nuit, l’armée atteignit la première bourgade des Agniers, qui, selon leur tactique, avaient déjà abandonné le village. L’armée poursuivit sa route et gagna un second, puis un troisième villages, eux aussi déserts. Au quatrième village, nommé « Andaouagüé », on ne trouva que deux vieilles femmes, un vieillard et un enfant. Le lendemain 17 octobre 1666, après avoir bivouaqué dans le village, Prouville de Tracy prit possession « Des forts D’agnié », ainsi que « De touttes les terres qui sont au tant Et si loin qu’elles se peuvent êtendre, aussy bien que des quatre forts qui ont été Conquis sur les yroquois » (ANF, Col. C11A 2, f. 270), puis il fit incendier les villages et détruire les moissons sur pied. Pendant le retour, sur le lac Champlain, un canot chavira et ses huit occupants se noyèrent : ce furent les seules pertes essuyées par l’armée au cours de l’expédition. Le corps expéditionnaire était de retour à Québec le 5 novembre au soir (Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Memoire de Mr. de Saliere des choses qui se sont passées en Canada les plus considerables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss, F. F., vol. 4569, f. 98-102 ; Journal des jésuites, dans JR, vol. 50, p. 200-204 ; HDG, t. I, p. 385-388 ; F. Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 255-256 ; F.-J. Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 140-146 ; J. Verney, The Good Regiment, p. 71-84). Le 28 août 1667, Prouville de Tracy quitta Québec sur le Saint-Sébastien pour rentrer en France (Journal des jésuites, dans JR, vol. 50, p. 214). À noter qu’il n’était pas vice-roi de la Guadeloupe et de la Nouvelle-France, comme l’écrit Perrot : le titre appartenait au comte d’Estrades (1607-1686), dont la commission n’avait pas été révoquée, bien qu’il fût alors ambassadeur en Hollande (L. Lamontagne, DBC, t. I, p. 567-570 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 40-41 ; J. Vemey, The Good Regiment, p. 6 et p. 199, n. 5).

Rat (le) : voir Sasteretsi.

Raudot, Antoine-Denis (1679-1737), fit carrière dans l’administration. En 1702, il achetait la charge de commissaire et, en 1704, celle d’inspecteur de la Marine en Flandre. En 1705, à peine âgé de 26 ans, il était nommé intendant de la Nouvelle-France, poste qu’il occupa, avec son père jacque Raudot, jusqu’en 1710. Sa carrière se poursuivit en France, où il fut conseiller à la Cour sur les affaires coloniales, premier commis de la Maison du roi, directeur de la Compagnie des Indes et administrateur de la Louisiane (Donald J. Horton, DBC, t. II, p. 573-579).

Raudot, Jacques (1638-1728), devint conseiller de la Cour des aides de Paris (1678), avant d’être nommé intendant de la Nouvelle-France, en même temps que son fils Antoine-Denis. Il était alors âgé de 66 ans, si bien que l’on ne sait pas bien si son fils a été nommé en même temps que lui pour l’appuyer, ou si c’est lui qui a été nommé en même temps que son fils pour le conseiller (Donald J. Horton, DBC, t. II, p. 579-585).

Rémy de Courcelle, Daniel (1626-1698), succéda à Saffray de Mézy au poste de gouverneur général de la colonie, le 23 mars 1665, et arriva à Québec le 12 septembre 1665 (voir Journal des jésuites, dans JR, vol. 49, p. 166). L’année suivante, il décida, avec le consentement de Prouville de Tracy, de mener une expédition contre les Agniers, qui se solda sans résultat probant. Le 6 décembre 1666, de concert avec Jean Talon et Prouville de Tracy, il rétablit le Conseil souverain, mais s’opposa, l’année suivante, à Talon sur une question de juridiction. Rémy de Courcelle eut aussi des démêlés avec l’intendant Claude de Boutroue d’Aubigny (1620-1680), qui remplaça Jean Talon, puis à nouveau avec Jean Talon, après le retour de celui-ci en 1670. En 1669, il fit arrêter trois soldats, qui avaient assassiné un chef tsonnontouan, et les fit exécuter. L’année suivante, grâce à la fermeté de sa politique et à son habileté, la paix entre les Iroquois et les Algonquins fut maintenue. Pour en imposer aux Iroquois, qui se croyaient hors de portée des armes françaises, Rémy de Courcelle s’était même rendu sur le lac Ontario avec une cinquantaine de volontaires. Au cours de son mandat, Rémy de Courcelle a favorisé l’exploration des territoires de l’Ouest, comme en témoigne la mission de Daumont de Saint-Lusson, à laquelle participa Perrot. En 1671, il demanda son rappel, en évoquant son mauvais état de santé, et quitta Québec à la fin du mois de novembre 1672 (W. C. Eccles, DBC, t. I, p. 583-585).

Renaudot, Eusèbe (1646-1720) fit ses humanités chez les jésuites, avant de devenir membre de la Congrégation de l’Oratoire. Il n’y resta pas très longtemps, mais demeura dans l’état ecclésiastique. Il fut un proche de Colbert et il s’intéressa à l’exploration du Mississipi. Il devint membre de l’Académie française en 1689 et membre de l’Académie des inscriptions en 1691 (P. L., dans Ferdinand Hoefer (dir.), Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à 1850-60, t. xli, p. 997-999).

Rigaud de Vaudreuil, Philippe (vers 1643-1725), un militaire de carrière, passa en Nouvelle-France en 1687. Il était gouverneur intérimaire de Montréal au moment du raid iroquois contre le village de Lachine, en août 1689, et au lieu d’attaquer les Iroquois, qu’il aurait pu, semble-t-il, tailler en pièces, il adopta une attitude prudente, ce qui permit à l’ennemi de semer la terreur dans toute la région. Pourtant l’homme ne manquait ni de bravoure, ni d’énergie, comme en font foi ses états de service entre 1690 et la conclusion de la paix, en 1701. Nommé gouverneur de Montréal en 1698, il devint gouverneur général de la colonie après la mort de Louis Hector de Callières, le 26 mai 1703. Rigaud de Vaudreuil mourut le 10 octobre 1725, alors qu’il occupait encore les fonctions de gouverneur de la colonie (Y. F. Zoltvany, DEC, t. II, p. 591-600).

Robineau de Villebon, Joseph (1655-1700), participa à l’expédition militaire contre les Iroquois, en 1684. En 1685 ou 1686, il passa en Acadie. A l’hiver 1689, il était en France, mais il a dû revenir en Acadie dès l’été suivant. En 1691, il était nommé commandant de l’Acadie, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort (E. LeBlanc et al, DBC, t. I, p. 589-591).

Robutel de La Noue, Zacharie (1665-1733), suivit la carrière militaire : enseigne (1691), lieutenant réformé (1692), puis lieutenant en pied (1710), il obtint le grade de capitaine en 1725. En 1692, il escorta le convoi qui se rendait à Michillimakinac. En 1693, il participa à un raid contre des villages agniers et, en 1717, il mena une expédition au nord du lac Supérieur (N. Voisine, DBC, t. II, p. 607).

Saint-Lusson : voir Daumont de Saint-Lusson.

Saint-Paul de Lamothe-Lussière, Pierre, avait le grade de capitaine de compagnie dans le régiment de Carignan-Salières quand il arriva à Québec, en août 1665. En octobre 1665, il était chargé d’ouvrir un chemin entre le fort Sainte-Thérèse et le fort Saint-Louis (Chambly). Peu après, il érigea le fort Sainte-Anne, où il commanda en 1667. À la fin de 1668, ou au début de 1669, il fut nommé commandant de Montréal. Selon Benjamin Suite, Lamothe-Lussière rentra en France au début de l’été 1670 (F. Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 263-266 ; J. J. Lefebvre, DBC, t. I, p. 428 ; B. Suite, Mélanges historiques, vol. 8, p. 98s., 108 et 136).

Sasteretsi (vers 1649-1701), appelé aussi Kondiaronk et surnommé Le Rat, était chef de la nation huronne du Pétun (Tionontatés). Après la dispersion des Hurons par les Iroquois en 1649-1650, les Pétuns se fixèrent à Michillimakinac. Plus proches culturellement et linguistiquement des Iroquois que des Outaouais, les Pétuns eurent tendance à se rapprocher des Iroquois chaque fois qu’ils se sentirent menacés. En 1688, par crainte de voir les Hurons faire les frais d’une paix entre les Iroquois et les Français, Sasteretsi mit tout en œuvre pour faire échouer les négociations amorcées par Brisay de Denonville. Il fit prisonniers les délégués onontagués ; ceux-ci protestèrent ; Sasteretsi feignit l’étonnement, libéra les Iroquois, sauf un, qu’il garda pour remplacer un de ses hommes tué au cours de l’embuscade, comme la tradition amérindienne lui en donnait le droit. Il conduisit le prisonnier à Michillimakinac et le remit à Morel de La Durantaye, qui, n’étant pas au courant des pourparlers de paix entrepris par le gouverneur, le fit exécuter. Sasteretsi remit alors en liberté un vieil esclave iroquois pour qu’il allât raconter aux membres de sa tribu que les Français ne respectaient pas leur parole. Même si la vérité fut assez rapidement connue, le mal était fait et la guerre de la ligue d’Augsbourg, qui commença peu après, mit un terme aux tentatives de paix. L’année suivante (1689), Sasteretsi complota même avec les Iroquois la destruction des Outaouais de Michillimakinac. En 1695, il était à la tête d’une faction pro-française des Hurons de Michillimakinac et, en 1697, il attaqua avec ses hommes une flottille d’Iroquois sur le lac Érié. Lorsque le traité de Ryswick mit fin aux hostilités entre la France et l’Angleterre (1697), des négociations s’amorcèrent avec les Iroquois : Sasteretsi appuya la diplomatie de Buade de Frontenac, puis celle de Louis Hector de Callières, qui lui succéda en 1698. Au cours des conférences qui se tinrent à Montréal en juillet et en août 1701, il joua un rôle important, malgré son mauvais état de santé. Il mourut le 2 août et ses funérailles eurent lieu le lendemain (HDG, t. I, p. 535-537 ; W. N. Fenton, DBC, t. II, p. 334-338 ; J. de Lamberville, « Lettre du P. Jean de Lamberville à un Père Missionnaire en Chine », du 23 janvier 1695, dans JR, vol. 64, p. 256 ; Lahontan, Œuvres complètes, t. I, p. 439-442 ; R. Ouellet et A. Beaulieu, dans Lahontan, Œuvres complètes, t. II, p. 1254 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 309, n. 1).

Saurel, Pierre de (1628-1682), a sans doute suivi la carrière militaire avant de venir au Canada avec le régiment de Carignan-Salières, dans lequel il avait le rang de capitaine. Il arriva à Québec le 18 août 1665, à la tête de quatre compagnies, une journée avant le marquis de Salières, le colonel du régiment, qui débarqua en même temps que quatre autres compagnies. Le 25 août, Prouville de Tracy l’envoya construire un fort à l’embouchure de la rivière Richelieu, à la hauteur de l’actuelle ville de Sorel. Il passa l’hiver 1665-1666 dans son fort. Le 25 juillet 1666, il commanda un corps expéditionnaire composé de quelque deux cents Français et cent Amérindiens, chargé d’attaquer les Agniers, qui avaient tué M. de Chasy et fait prisonniers des Français. À une vingtaine de lieues de la bourgade qu’il avait dessein d’attaquer, il rencontra le Bâtard Flamand, qui ramenait les prisonniers dans la colonie. Pierre de Saurel et ses hommes prirent le chemin du retour en compagnie des Iroquois et ils arrivèrent à Québec le 20 août. Le 14 septembre, en compagnie du capitaine Alexandre (Isaac) Berthier, il commanda l’arrière-garde de l’expédition de Prouville de Tracy contre les Agniers. Au moment du licenciement du régiment, en 1668, il s’établit sur une terre, qui lui fut concédée en seigneurie en 1672. Plus tard, il s’engagea dans des activités de traite des fourrures (Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Memoire de Mr. de Saliere des choses qui se sont passées en Canada les plus considerables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss, F. F., vol. 4569, f. 102 ; François-Joseph Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 138 ; J. G. Pelletier, DBC, t. I, p. 616-617). Bacqueville de La Potherie signale l’expédition de Pierre de Saurel, mais il la confond avec celle de Prouville de Tracy, à l’automne 1666. Selon lui, elle aurait compris « vingt-huit Compagnies de Carignan & les habitans » de la colonie (HAS, t. II, p. 84).

Schuyler, Peter (1657-1724), fut le premier maire d’Albany, lorsque la ville fut érigée en municipalité en 1686. En 1690, il retira des mains des Iroquois Pierre d’Aux de Joliet, venu en ambassade au nom du gouverneur français. Au cours de son administration, Peter Schuyler poussa les Iroquois à s’en prendre aux Français et, à l’été 1691, il mena lui-même une expédition au sud de Montréal. Arrêté par les hommes de Philippe Clément Du Vuault de Valrennes, à la Prairie-de-la-Madeleine, il parvint à se retirer en bon ordre (J. H. G. Peel, DBC, t. II, p. 628-630).

Seignelay, Jean-Baptiste Colbert, marquis de (1651-1690), le fils de Colbert, fut secrétaire d’État à la Marine de 1683 à 1690.

Sorel : voir Saurel.

Talon, Jean (baptisé le 8 janvier 1626 ; décédé en 1694), fit ses études chez les jésuites, à Paris. Entré dans l’administration militaire, il a été commissaire des guerres en Flandre, commissaire du Quesnoy, en 1654, puis intendant du Hainaut, en 1655. Le 23 mars 1665, il fut nommé intendant de la Nouvelle-France. Embarqué sur le Saint-Sébastien le 23 mars 1665 en compagnie de Rémy de Courcelle, il arriva à Québec le 12 septembre. Il réorganisa l’administration de la justice, notamment en établissant le Conseil souverain, chercha à accroître le peuplement de la colonie, promut l’agriculture, créa des manufactures, tenta de créer des pêcheries, voulut développer l’industrie du bois et tenta d’établir un commerce « triangulaire » entre la Nouvelle-France, les colonies antillaises et la métropole. Remplacé en 1668 par Claude de Boutroue d’Aubigny (1620-1680), Jean Talon quitta la colonie peu après le 10 novembre. Une nouvelle commission d’intendant, le 10 mai 1669, le ramena au Canada. Il quitta La Rochelle le 15 juillet, mais le navire sur lequel il était monté fit naufrage près de Lisbonne. Il n’arriva à Québec que le 18 août 1670. Au cours de son second mandat, il s’intéressa davantage à l’exploration des territoires de l’Ouest dans l’espoir de découvrir des mines et un passage vers la mer du Sud, que l’on confondait avec la mer de l’Ouest. En septembre 1670, il chargea Daumont de Saint-Lusson de prendre possession des territoires situés à l’ouest des Grands Lacs et, en 1672, il donna à Louis Jolliet la mission d’explorer le Mississipi. Cette même année, son mandat prit fin ; il quitta la colonie en novembre. Au cours de ses séjours au Canada, Jean Talon a eu des différends avec Rémy de Courcelle, les marchands et les autorités religieuses de la colonie (A. Vachon, DBC, t. I, p. 629-646).

Tessouat est le nom générique de plusieurs chefs d’une tribu d’Outaouais établie sur l’île aux Allumettes, en amont de Gatineau, sur la rivière des Outaouais. Il est parfois difficile de distinguer les faits attribués à l’un ou à l’autre d’entre eux. L’un d’eux, dont la date de naissance est inconnue et qui mourut chrétien à Trois-Rivières en 1654 (F.-J. Le Mercier, Relation de 1654-1655, dans JR, vol. 41, p. 178), n’avait qu’un seul œil et était surnommé Le Borgne. Le personnage, à l’« insupportable superbe », selon Paul Lejeune, semble avoir donné du fil à retordre aux autorités françaises (voir F. Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 87 et p. 91, n. 3). Au cours de l’hiver de 1640-1641, il se prit de querelle avec les Amérindiens christianisés de Sillery (P. Lejeune, Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 20, p. 154-158). Peu après, il menaça de ruer un missionnaire jésuite à Trois-Rivières, quand celui-ci tenta d’interrompre une cérémonie ancestrale, et il s’en prit, plus tard, à un autre jésuite (P. Lejeune, Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 20, p. 262 et 288-290). En 1642, cet « ennemy des façons de faire des François & du Christianisme » troubla à nouveau la paix à Trois-Rivières en s’opposant aux Amérindiens convertis (B. Vimont, Relation de 1642, dans JR, vol. 24, p. 190-194). En novembre de la même année, il s’établit au fort Richelieu, mais en mars 1643, il revint à Montréal, où il demanda à être baptisé. Il reçut le baptême le 9 mars de la même année (B. Vimont, Relation de 1642-1643, dans JR, vol. 24, p. 216-218 et 234-248). Il trahit sans doute assez vite sa nouvelle foi puisqu’il dut faire la paix avec les autorités de Montréal après avoir « supporté & favorisé » deux « Apostats contre le devoir auquel l’obligeoit la qualité de Capitaine & de Chrestien » (B. Vimont, Relation de 1643-1644, JR, vol. 24, p. 270). Au début du mois de mai 1646, il participa à l’assemblée réunie pour la venue de sept ambassadeurs iroquois à Trois-Rivières. Tout en appuyant la paix, il ne perdit pas de vue les intérêts des Outaouais, surtout qu’il craignait « que les François ne fissent leur paix en particulier, sans se mettre en peine des Sauvages leurs alliez » (J. Lallemant, Relation de 1645-1646, dans JR, vol. 28, p. 296-300). Peu après, en août, il tomba dans une embuscade dressée par les Iroquois « au dessus du long Sault », mais échappa à la mort (Journal des jésuites, JR, vol. 28, p. 224). En 1648, alors que les Iroquois se faisaient de plus en plus menaçants, et qu’il était expulsé de la résidence de Saint-Joseph de Sillery, il donna des signes d’amendement (J. Lallemant, Relation de 1647-1648, dans JR, vol. 33, p. 52-54), peut-être pour pouvoir bénéficier de la protection des Français. En 1650, si l’on se fie à Perrot (voir supra, p. 329), il résidait sur l’île des Allumettes, où il s’en serait pris au missionnaire qui ramenait les Hurons dans la colonie (E. M. Jury, DBC, t. I, p. 654-656).

Tonty, Henri (de) (1649 ou 1650-1704), un militaire, arriva à Québec le 15 septembre 1678, en compagnie de Cavelier de La Salle, dont il était le lieutenant. Il accompagna celui-ci dans ses explorations, dont celle du Mississipi, en 1682. Entre décembre 1682 et mai 1683, il érigea le fort Saint-Louis sur la rive de la rivière des Illinois, sur un site connu aujourd’hui sous le nom de Starved Rock, en amont de l’actuelle ville de La Salle (Illinois). Relevé de son commandement en 1683 par Louis Henri de Baugy, sur ordre de Le Febvre de La Barre, il participa à la défense du fortin, le 21 mars 1684, contre les Iroquois. En 1687, il prit la tête de quelque quatre-vingts Illinois, avec lesquels il rejoignit au Détroit Greysolon Dulhut, Morel de La Durantaye et les Amérindiens alliés qu’ils amenaient. Au cours de leur marche vers Niagara, ils firent prisonniers une soixantaine d’Anglais et quelques Amérindiens. Après les opérations contre les Tsonnontouans, Tonty regagna le fort Saint-Louis, où il demeura les deux années suivantes. En 1689, après l’échec de Cavelier de La Salle, il tenta, en vain, de secourir les survivants de l’expédition. En 1690, il était de retour dans la vallée des Illinois et, à l’été de 1693, en compagnie d’Outaouais et de coureurs des bois, il conduisit une flottille chargée de fourrures dans la colonie. Tonty, qui souhaitait poursuivre l’entreprise de Cavelier de La Salle, se heurta à l’hostilité des marchands de Montréal, qui craignaient de perdre le commerce des peaux en provenance de l’Ouest et du Mississipi. Après 1698, il participa aux efforts de Pierre Le Moyne d’Iberville pour explorer les bouches du fleuve et y établir les premiers postes français (E. B. Osler, DBC, t. II, p. 661-664).

Tracy : voir Prouville de Tracy.

Troyes, Pierre de, dit chevalier de Troyes, arriva au Canada en 1685, en même temps que Brisay de Denonville. Il obtint un brevet de capitaine le 5 mars 1685. En 1686, il eut mission de déloger les Anglais de la baie d’Hudson et il s’empara de plusieurs de leurs forts. En 1687, il participa à l’expédition de Brisay de Denonville. Après celle-ci, sur ordre du gouverneur, il fit reconstruire le fort Niagara (travaux terminés le 30 juillet 1687), où il commanda une garnison composée de cent hommes. L’hiver fut difficile : en plus de vivre sous la menace des Iroquois, ses hommes attrapèrent le scorbut, si bien qu’il dut faire face à une révolte des soldats. Lui-même mourut, victime du scorbut, le 8 mai 1688 (L. Lamontagne, DBC, t. I, p. 668-669).

Valrennes : voir Clément Du Vuault de Valrennes, Philippe.

Van Corlaer (ou Van Curler), Arendt, arriva dans la colonie hollandaise de New Amsterdam en 1630 avec le titre de « commissary-general or superintendant of Rensselaerwyck ». Malgré une administration ferme, il sut établir des liens commerciaux étroits avec les Amérindiens de la région. En 1642, il tenta de persuader les Iroquois de relâcher le père Isaac Jogues et les Français qu’ils détenaient. Tout au plus put-il obtenir d’eux qu’ils ne les torturassent pas. C’est grâce à son aide que le père Jogues put s’enfuir et rentrer en France. Van Corlaer quitta la colonie hollandaise en 1646 (Richard E. Day, dans Dumas Malone (dir.), Dictionary of American Biography, 1958 [1936], vol. 10, p. 165-166 ; R. G. Thwaites JR, vol. 25, p. 287, n. 2).

Varennes ; voir Gaultier de Varennes, René.

Vaudreuil : voir Rigaud de Vaudreuil, Philippe.

Vieuxpont : voir Godefroy de Vieuxpont, Joseph.

Villebon : voir Robineau de Villebon, Joseph.

Vincennes. voir Bissot de Vinsenne, Jean-Baptiste.

You (Hyou, Hiou) de La Découverte (Ladécouverte), Pierre (1658-1718), un militaire, fit partie des officier des postes de l’Ouest sous l’administration de Buade de Frontenac (1695). Après s’être étabh à Montréal, en 1697, il se consacra vraisemblablement à des activités de traite (A. Ferland-Angers, DBC, t. II, p. 702-703).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search