Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

18 (p. 368)

Texte intégral

  • 101 J. Tailhan, Mémoire, p. 279.

1Au printemps 1670101, des Amérindiens, partis de différents villages autour des Grands Lacs, gagnèrent Michillimakinac pour naviguer de conserve jusqu’à Montréal. Mais rendus à la hauteur du poste, les Amérindiens aperçurent de la fumée et crurent reconnaître des Iroquois au loin. L’effroi s’accrut quand, quinze jours plus tard, on vit « de grands feux de l’autre bord de la Baye » et qu’on entendit tirer des coups de feu. Les gens envoyés en reconnaissance identifièrent des canots iroquois. Le lendemain, on vit les canots se rapprocher du poste, mais c’étaient des Outaouais qui venaient rejoindre les leurs.

2On délibéra pour savoir si l’on devait poursuivre jusqu’à Montréal : « le peu de Castors qu’ils avoient les fit d’abord balancer », mais comme les Amérindiens craignaient de perdre le marché des peaux en laissant descendre les Français seuls à Montréal, les Outaouais, les Potéouatamis, ainsi que d’autres Amérindiens, décidèrent de poursuivre leur route : une flottille d’une centaine de canots quitta le poste. Arrivés au lac Nipissing, les canoteurs trouvèrent le village des Népissingues en partie désert, les hommes étant partis faire la traite à Montréal. Le lendemain, on entreprit la traversée du lac, mais on aperçut des gens qui faisaient entendre leur cri de mort. On mit pied à terre pour les attendre : c’étaient les Népissingues qui rentraient de la traite et qui annoncèrent que « la Peste » faisait des ravages à Montréal. Même si les Outaouais se doutèrent qu’il s’agissait d’une ruse pour les empêcher de se rendre dans la colonie, ils hésitèrent à poursuivre leur route. Un Français, peut-être Perrot, sauva la situation : un Népissingue lui dit « que tout » était « mort » à Montréal. Le Français répliqua qu’il s’étonnait que les Français qui connaissaient les remèdes pour se soigner fussent morts alors que les Népissingues, qui ne les connaissaient pas, fussent vivants. L’Amérindien rétorqua que c’étaient les « Esprits » qui les avaient protégés. Le Français mit en doute la puissance des « Esprits » amérindiens et traita son adversaire de « menteur », puis il produisit une fausse lettre, qu’il soutint provenir du gouverneur et qui lui intimait l’ordre de faire descendre toute la flotte à Montréal. Tous rembarquèrent dans les canots.

  • 102 Benjamin Suite, Mélanges historiques, p. 51.

3Vers le « commencement de juin », la flottille rencontra La Salle un peu au-dessous des Chats102.

4Rendus à Montréal, les Amérindiens ne furent « gueres contens de la traite, la grande quantité de Pelleteries fut cause que l’on vouloit les avoir à bon marché ». Déçus du bas prix des pelleteries, les Sauvages « murmurèrent » et s’en prirent même à une sentinelle, à qui ils « ôterent un fusil & lui cassèrent son épée ». Mais « on se saisit des Chefs qui avoient causé cette sédition » et les choses n’allèrent pas plus loin. Après la traite, selon les ordres du gouverneur, le commandant de Montréal fit descendre les Outaouais et les Potéouatamis à Québec (HAS, t. II, p. 112-122).

Notes

101 J. Tailhan, Mémoire, p. 279.

102 Benjamin Suite, Mélanges historiques, p. 51.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search