Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

17 (p. 357)

Texte intégral

1Ce sont des Iroquois, et non des Outaouais, comme l’écrit Perrot (voir supra, p. 351), qui firent prisonnier Le Moyne de Longueuil. En décembre 1665, leurs délégués le ramenèrent à Québec, où étaient arrivés Prouville de Tracy, en juin, et Rémy de Courcelle, en septembre. Affaiblis par des famines et des épidémies de variole, menacés sur leur front est par les Mahicans et sur leur front sud par les Andastes, les Iroquois, dès 1663, amorçaient un rapprochement avec la colonie française. Sous l’influence de Garakontié, un chef agnier, les Onontagués envoyèrent une délégation à Montréal en août 1663. Mais les Onneiouts, en plus de poursuivre leurs incursions contre les colons, refusèrent de participer aux pourparlers. Au printemps de 1664, Garakontié, flanqué de délégués onontagués et tsonnontouans, ramena à Montréal deux prisonniers français, pris l’année précédente par des Onneiouts près de Trois-Rivières. Mais des Algonquins, en attaquant la flottille iroquoise, mirent momentanément fin aux efforts de paix. Le 18 septembre de la même année, une ambassade de Goyogouins se rendit à Québec et parla au nom de quatre des nations iroquoises, les Onneiouts étant exclus des pourparlers. Mais en même temps, des Iroquois tuèrent un Montréalais et en blessèrent deux autres, si bien que les Français et les Iroquois ne parvinrent pas à conclure la paix. L’année suivante, au cours de l’été puis en décembre, lorsqu’ils ramenèrent Charles Le Moyne de Longueuil à Québec, les Iroquois purent se rendre compte de l’importance des effectifs du régiment de Carignan nouvellement arrivés à Québec. Dès le mois de mai 1666, une douzaine de délégués tsonnontouans arrivèrent à Québec pour discuter de la paix. Un traité fut signé le 22 mai, mais des meurtres de soldats et d’habitants continuèrent d’avoir lieu. Le 6 juillet, une délégation d’Agniers et d’Onneiouts vint à Québec avec deux prisonniers, comme l’avait exigé Prouville de Tracy. De nouvelles discussions s’engagèrent et le 12 juillet un traité de paix fut signé. Les Iroquois laissaient quatre otages dans la colonie et le père Thierry Beschefer, un missionnaire jésuite, ainsi que trois Français devaient se rendre chez les Agniers et les Onontagués pour les engager à faire la paix. Mais le meurtre et la prise d’officiers français firent douter de la bonne foi des Iroquois (voir supra, p. 461-462). Aussi Prouville de Tracy fit-il intercepter les délégués et ordonna-t-il une expédition punitive : Pierre de Saurel, qui la commandait, rencontra en cours de route le Bâtard Flamand, qui ramenait à Québec les Français qui avaient échappé à la mort. Le 31 juillet, une délégation de Goyo-gouins arriva à Québec ; le 28 août, les représentants des autres tribus faisaient leur entrée dans la capitale de la colonie. Peu après, arrivèrent le Bâtard Flamand et ses hommes, escortés par le contingent commandé par M. de Saurel, avec les prisonniers français. Mais une fois encore, les pourparlers n’aboutirent pas, en partie parce que les Onneiouts et les Agniers se limitèrent à des déclaration d’intentions assez vagues, en partie aussi parce que la nouvelle de la déclaration de guerre entre la France et l’Angleterre était arrivée dans la colonie et que Prouville de Tracy pensait avoir plutôt recours à la force qu’à la diplomatie pour imposer la paix. A l’automne 1666, il mena une expédition en territoire iroquoien et dès le 13 décembre, les bases d’une paix avec les Goyogouins, les Onontagués et les Tsonnontouans étaient jetées. Les Agniers et les Onneiouts amorcèrent des discussions de paix le 20 avril 1667, mais Prouville de Tracy, qui refusa de les écouter tant qu’ils ne rendraient pas les prisonniers français, les renvoya le 27 en les menaçant. Les représentants des deux tribus revinrent le 5 juillet et une paix fut signée le 10 juillet 1667. Elle tiendra, tant bien que mal, jusqu’à l’expédition de Le Febvre de La Barre contre les Tsonnontouans en 1684 (Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Mémoire de Mr. de Salière des choses qui se sont passées en Canada les plus considérables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 98-101 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 26-43 ; J. Verney, The Good Régiment, p. 58-70 et p. 90).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search