Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

16 (p. 353, 356 et 373)

Texte intégral

1Selon Bacqueville de La Potherie, « certains Guerriers rencontrèrent à la Chasse » un groupe de sept Français, sans doute en juillet 1666. Parmi eux, se trouvaient M. de Chasy, le neveu de Prouville de Tracy, et Louis de Canchy de Lerole, son cousin. Agariata, un chef agnier, tua M. de Chasy, « M. de Montagni », en fait un capitaine au régiment de Carignan nommé Laumonier de Traversy, et un troisième homme. Plus bas, Bacqueville de La Potherie précise que Rémy de Courcelle fit pendre Agariata en présence d’une quarantaine d’Iroquois, venus à Québec pour remettre l’assassin aux autorités coloniales et pour demander la paix (HAS, t. II, p. 85 ; voir aussi F.-J. Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 138 ; Joumal des jésuites dans JR, vol. 50, p. 192). Selon Charlevoix, les trois officiers assassinés étaient MM. de Chasy, Chamat et Marin (HDG, t. I, p. 384). Dans leur Journal, les jésuites notent qu’en septembre 1666, Guillaume Couture était ramené à Québec par deux Amérindiens, dont l’un « de la nation neutre, chef de la brigade, qui a tué Monsr. De Chasy » (JR, vol. 50, p. 198). Rémy de Courcelle exigea qu’on lui livre l’assassin de M. de Chasy, menaça les Iroquois d’une guerre et ceux-ci « se déterminèrent enfin à lui envoyer Agariata », qui vint à Québec avec « quarante Iroquois », pour demander la paix. Rémy de Courcelle « fit pendre Agariata en présence des quarante Iroquois » (HAS, t. II, p. 85). Le récit de Bacqueville de La Potherie diffère de celui de Perrot, qui n’identifie pas le meurtrier, et de celui de Charlevoix, qui signale que deux ou trois Iroquois, faits prison­niers au cours de l’expédition de M. de Tracy, furent aussi exécutés au retour de l’armée à Québec (HDG, t. I, p. 384). C’est le Bâtard Flamand qui ramena M. de Canchy de Lerole à Québec, lorsque des pourparlers de paix s’amorcèrent (août 1666). L’exécution d’Agariata a pu avoir lieu entre le 28 août 1666, quand on apprit l’arrivée du Bâtard Flamand à Québec, et le 14 septembre, date du départ de Prouville de Tracy pour son expédition contre les Agniers, à moins qu’elle n’ait eu lieu après son retour. En effet, dans une lettre datée du 2 novembre 1666, Marie de l’Incarnation écrit au sujet des Iroquois que « l’on a ici au Château de Québec plusieurs de ces barbares captifs », mais que le Bâtard Flamand « est traitté à la table de Monsieur l’Intendant comme un grand Seigneur » (Correspondance, p. 770). Or dans la lettre du 12 novembre, elle écrit que « Monsieur de Tracy au retour de l’armée en a fait pendre un, faisant entendre aux autres que c’est parce qu’il a été infracteur de la paix, et qu’il étoit cause du malheur qui est arrivé aux Agneronons par les mauvais conseils qu’il leur avoit donnez » (Correspondance, p. 776). Comme Prouville de Tracy rentra d’expédition le 5 novembre et que le Bâtard Flamand partit de Québec le 8 novembre, l’exécution à laquelle fait allusion Marie de l’Incarnation a dû avoir lieu les 5, 6, 7, ou 8 novembre, si on inclut le jour d’arrivée de Prouville de Tracy et celui du départ du Bâtard Flamand. Peut-être Agariata n’a-t-il été exécuté qu’à ce moment, si tant est qu’il soit le condamné auquel fait allusion Marie de l’Incarnation (voir Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Mémoire de Mr. de Salière », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 101 ; T. Grassmann, DBC, t. I, p. 40-41 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 43 ; Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 770-776 ; « Relation » de 1666, dans JR, vol. 50, p. 202-204 ; R. Roy et G. Malchelosse, Le Régiment de Carignan, p. 34).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search