Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand la mort frappe l'immigrant

 | 
Lilyane Rachédi
, 
Béatrice Halsouet

Première partie. Entre mobilisation et impuissance

Témoignage. Mourir ici et à « tout prix » : l’Association de la sépulture musulmane au Québec

Hadjira Belkacem

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 1er juillet 2006, j’ai mis les pieds pour la première fois au Canada en tant qu’immigrante, accompagnée de ma famille, c’est-à-dire de mon mari et de nos trois enfants. Les cinq premières années, l’installation et l’intégration au nouveau pays, le retour aux études et la nouvelle culture ont été des plus difficiles, d’autant plus que nos enfants étaient très jeunes. Durant toutes ces années, je sentais le stress de la mort sur mes épaules. Et si je mourais ? Et si mon mari décédait ? Que ferions-nous ? Nous n’avions pas les moyens, à l’époque, de faire rapatrier nos corps ni d’organiser un enterrement au Québec. Restait à savoir s’il y avait des cimetières pour les musulmans ici même. Or, nous n’avions aucune information sur le processus funéraire au Québec. C’était le flou total, à vrai dire !

En avril 2014, nous avons pris la décision d’être enterrés ici, au Québec, qui était désormais notre nouvelle terre d’accueil. Nous étions alors bien installés. Nous avions un travail stabl...

Auteur

Cofondatrice de l’Association de la sépulture musulmane au Québec, un organisme indépendant à but non lucratif, qui vise à la facilitation du processus funéraire des Québécois de confession musulmane.

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540