Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

15 (p. 353)

Texte intégral

1Partie de Québec le 9 janvier 1666, l’expédition, comprenant quelque cinq cents hommes (selon les auteurs, le chiffre varie de quatre cents à six cents) qui devaient marcher en raquettes sur la neige, se rendit d’abord au fort Saint-Louis (Chambly). Le 30, le corps expéditionnaire quitta le fortin pour gagner le territoire iroquois, mais, faute de guides, s’égara. Le 20 février, les Français attaquèrent une « cabane » ennemie, où ils ne trouvèrent que quelques vieilles femmes et un enfant. Lorsqu’ils apprirent l’agression, les guerriers iroquois vinrent à la rencontre des troupes françaises : une escarmouche eut lieu ; quelques soldats furent tués, d’autres blessés. L’intervention du bourgmestre de Corlaer (Schenectady, New York), dont les Français s’étaient rapprochés sans le savoir, mit fin au combat. Rémy de Courcelle apprit alors qu’Albany était passé aux mains des Anglais depuis plus d’un an (« Articles of Capitulation of the Surrender of New Netherland », du 6 septembre 1664). Il acheta des vivres, laissa aux Anglais sept blessés, qui furent acheminés à Albany, et, le 21 février, ordonna le retour de l’expédition. Les Français arrivèrent au fort Saint-Louis le 8 mars, à Québec le 17 mars.

2Rémy de Courcelle avait frôlé la catastrophe : non seulement se perdit-il en forêt, mais en plus, la France et l’Angleterre venaient de se déclarer la guerre. Si les autorités d’Albany avaient été au courant, sans doute la situation des Français eût-elle pu devenir dramatique. Le chiffre des pertes en hommes varie selon les sources et selon les auteurs, Si Charlevoix estime que seulement « un Officier et quatre ou cinq Soldats périrent » (HDG, t. I, p. 385), le rédacteur du Journal des jésuites croit qu’il y eut plus de soixante hommes qui moururent de faim (JR, vol. 50, p. 182), alors que François de Tapie de Monteil, qui participa à l’expédition, chiffre les pertes à « quatre cens hommes, lesquels en marchant tomboient morts de froid » (« Le livre de raison de François de Tapie de Monteil », dans RHAF, vol. 14, 1960, p. 112). Jack Vemey juge exacts les chiffres avancés par Tapie de Monteil (The Good Régiment, p. 45), mais Marcel Trudel et Marie Baboyant réduisent le nombre des pertes à « une centaine d’hommes, tués ou morts de faim » (voir Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 257, n. 7). Sans doute les chiffres produits par François de Tapie de Monteil doivent-ils être nuancés car le même homme a tendance à dramatiser les faits : n’écrit-il pas que les Français tuèrent « beaucoup » d’ennemis (« Le livre de raison de François de Tapie de Monteil », p. 112) alors qu’il n’y eut qu’une escarmouche entre les Français et les Iroquois, près de Schenectady ? Quoi qu’il en soit, il semble difficile, sinon impossible, d’évaluer avec exactitude les pertes des Français.

3Même les causes de l’échec sont difficiles à établir. À l’instar de François-Joseph Le Mercier (Relation de 1665-1666, JR, vol. 50, p. 130-132), Bacqueville de La Potherie impute l’échec de l’expédition à « la rigueur de l’Hiver » et à « l’impossibilité où furent les troupes de marcher sur les néges en raquette, dont ils [sic] ignoraient l’usage » (HAS, t. II, p. 84). Pour Jack Verney, c’est parce que tous les hommes n’avaient pas de raquettes que la marche en forêt devint un calvaire pour les soldats (The Good Régiment, p. 44-45). C’est aussi ce que soutenait Henri de Chastelard, qui ajoutait que les hommes manquaient en plus de couvertures et de « chaussons » pour affronter le froid (« Mémoire de Mr. de Salière », f. 100). Dans leur Journal, les jésuites insistent surtout sur l’absence des guides « Algonquins » pour expliquer l’échec de l’entreprise, tout en rappelant que Rémy de Courcelle accusa le père Charles Albanel d’être responsable du retard des Algonquins (JR, vol. 50, p. 180-184).

4Malgré son échec sur le plan militaire, l’opération semble avoir impressionné les Iroquois, qui prirent conscience que leur territoire était accessible aux Français, même en hiver (Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Mémoire de Mr. de Salière des choses qui se sont passées en Canada les plus considérables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 100 ; W. C. Eccles, DBC, t. I, p. 583 ; L. Lamontagne, DBC, t. I, p. 568 ; Marie de l’Incarnation, Correspondance, p. 772-775 ; R. Roy et G. Malchelosse, Le Régiment de Carignan. Son organisation et son expédition au Canada, p. 30-33 et p. 36; M. G. Van Rensselaer, History of the City of New York, t. I, p. 491-530, et t. II, p. 59-50; J. Verney, The Good Régiment, p. 37-53).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search