Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

14 (p. 294)

Texte intégral

1Commentaire en marge du texte : « Il n’est plus question de présents lorsqu’on a coupé la teste du coupable, mais c’est ce qui arrive si rarement qu’on pourroit dire point du tout ». Comme l’observe Jules Tailhan, qui se fonde sur les observations des missionnaires jésuites, « les empoisonneurs pris sur le fait, ou ceux qu’on soupçonnait d’avoir par leurs sorcelleries causé la mort de quelqu’un étaient tués sans forme de procès ». Dans le cas des « autres meurtriers, ils n’étaient ordinairement obligés qu’à payer le prix du sang aux parens de la victime. Et encore n’étaient-ce pas eux, mais leur village, ou leur nation qui devait le fournir » (Mémoire, p. 205-206, n. 5). D’autre part, rappelle Charlevoix, « un Assassinat, qui interesseroit plusieurs Cabannes, aurait cependant toujours des suites fâcheuses, souvent il n’en faut pas davantage pour mettre en combustion toute une Bourgade, & même toute une Nation. C’est pourquoi dans ces rencontres le Conseil des Anciens ne néglige rien pour accommoder de bonne heure les Parties, & s’il en vient à bout, c’est ordinairement le Public, qui fait les Présens, & toutes les démarches nécessaires auprès de la Famille offensée » (Journal, t. I, p. 565). Voir aussi Lafitau (Mœurs, t. I, p. 490-491) et J. Lallemant (lettre, 1645, dans JR, vol. 28, p. 48). En somme, « c’est le crime qui est puny », plutôt que le coupable (P. Ragueneau, Relation de 1647-1648, dans JR, vol. 33, p. 234). À notre connaissance, Perrot est le seul voyageur à décrire avec autant de précision une députation en mission de conciliation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search