Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

13 (p. 240)

Texte intégral

1Tout en constatant que l’immortalité de l’âme est « la Croyance la mieux établie » parmi les Amérindiens, Charlevoix précise que ceux-ci « ne la croyent pourtant pas purement spirituelle ». Lorsqu’on « leur demande ce qu’ils pensent de leurs Ames, ils répondent, qu’elles sont comme des ombres & les images animées du corps, & c’est par une suite de ce principe, qu’ils croyent que tout est animé dans l’Univers » (Journal, t. II, p. 691-692). Sans doute Charlevoix s’inspire-t-il de Paul Lejeune, qui écrit dans sa Relation de 1634 que les « Sauvages se persuadent que non seulement les hommes & les autres animaux : mais aussi que toutes les autres choses sont animées, & que toutes les ames sont immortelles ». Plus bas, le relationnaire rappelle que les Montagnais « se figurent les ames comme une ombre de la chose animée, n’ayant jamais ouy parler d’une chose purement spirituelle, ils se représentent l’ame de l’hõme, comme une image sombre & noire, où [sic] comme une ombre de l’homme mesme, luy attribuant des pieds, des mains, une bouche, une teste, & toutes les autres parties du corps humain » (JR, vol. 6, p. 174-176). Jules Tailhan, qui écrit lui aussi que rien n’est « mieux constaté » que la croyance en l’immortalité de l’âme chez les Amérindiens, relève toutefois une exception : les Illinois Péouaroua (Mémoire, p. 184-185, n. 1). En effet, alors qu’il veut baptiser un enfant à l’agonie, le 7 juin 1694, Jacques Gravier se heurte aux parents qui le chassent de leur cabane et qui lui disent « que l’homme mourrait entièrement et que si l’ame vivoit », comme le soutenait le missionnaire, « on verrait des hommes revenir sur terre après leur mort » (« Lettre du Père Jacques Gravier en forme de Journal de la Mission de l’Immaculée Conception de N. D. Aux Ilinois », dans JR, vol. 64, p. 164). Reste à savoir si l’intervention des Illinois ne repose pas sur un malentendu fondé sur la résurrection des corps à laquelle croient les chrétiens. Selon les Montagnais, après la mort, les âmes gagnent un « grâd village situé où le Soleil se couche ». Pendant la journée, elles demeurent « assises tenans leurs deux coudes sur leurs genoux, & leur [sic] testes entre leur [sic] deux mains, posture assés ordinaire aux Sauvages malades : pendant la nuict elles vont & viennent, elles travaillent, elles vont à la chasse » des âmes des animaux (P. Lejeune, Relation de 1634, dans JR, vol. 6, p. 176-178). Voir aussi Chrestien Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspesie, p. 410 ; Joseph Jouvency, « De Regione et Moribus Canadensium seu Barbarorum Novae Franciae », dans JR, vol. 1, p. 260 ; Pierre Biard, Relation de 1616, dans JR, vol. 3, p. 134 ; lettre de Charles Lallemant à son frère Jérôme Lallemant, du 1er août 1626, dans JR, vol. 4, p. 200 ; Paul Lejeune, Relation de 1635, dans JR, vol. 8, p. 120 ; P. Lejeune, Relation de 1637, dans JR, vol. 12, p. 28 ; P. Lejeune, Relation de 1639, dans JR, vol. 16, p. 190 ; Barthélémy Vimont, Relation de 1643-1644, dans JR, vol. 26, p. 124 ; Paul Ragueneau, Relation de 1646-1647, dans JR, vol. 30, p. 26 ; F. G. Bressani, Brève Relatione, dans JR, vol. 39, p. 12.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search