Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

12 (p. 232 et 233)

Texte intégral

1Dans sa « relation », Lamothe-Cadillac, qui décrit la cérémonie, rapporte que les Amérindiens doivent s’emparer d’objets placés au faîte d’un « May » préalablement huilé ou graissé (dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 104-106). Bacqueville de La Potherie se contente de signaler l’existence de cette fête, sans vrai­ment la décrire (HAS, t. II, p. 47-48). Comme le signale Jules Tailhan (Mémoire, p. 183, n. 5), d’autres auteurs décrivent une fête semblable, notamment Champlain (Voyages, 1619, dans Works, t. III, p. 160-163), Jean de Brébeuf (dans la Relation de 1636, JR, vol. 10, p. 278-304), Jérôme Lallemant (dans la Relation de 1642, JR, vol. 23, p. 208-220), Lafitau (Moeurs, t. II, p. 446-457) et Charlevoix (Journal, t. II, p. 732-734). A ces auteurs, on peut ajouter Francisco Guiseppe Bressani (Relation de 1653, dans JR, vol. 39, p. 30-32) et Gabriel Sagard (Le Grand Voyage du pays des Hurons, p. 284-286). A noter que Lafitau reprend la description de Jean de Brébeuf, à laquelle il ajoute « quelques circonstances » empruntées au texte de Perrot (Mœurs, t. II, p. 446-447). La grande fête des morts, qui avait lieu « environ de douze en douze ans » chez les Hurons (P. Lejeune, Relation de 1636, dans JR, vol. 10, p. 142), était sans doute plus solennelle que celle que décrit Perrot qui a Heu « tous les ans ». En outre, malgré nombre de traits communs, le cérémonial des fêtes des morts différait d’une tribu à l’autre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search