Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

11 (p. 230)

Texte intégral

1Selon Lafitau, après que les parents ont lavé et graissé le corps du mort, peint son visage et sa tête et, dans le cas des chefs ou des personnes plus « considérables », pratiqué une forme d’embaumement (Mœurs, t. IV, p. 103-105), une « Matrone [...] entonne la première le bransle, que toute les autres femmes suivent, en gardant la même mesure, mais y appliquant différentes paroles qui conviennent à chaque personne, selon les différens rapports de parenté ou d’affinité qu’elles ont avec le mort. Cette musique dure ainsi pendant quelque temps : aprés-quoi l’un des anciens impose silence, & tout cesse dans l’instant, en sorte qu’on n’entend plus aucune plainte » (ibid., p. 106-107). Un de ceux qui est présent dans la cabane va alors informer le chef de la tribu du décès. Le chef fait « publier la mort dans tout le Village » et « députe dans les Villages voisins où le défunt avoit des alliances ». Si c’est un chef qui vient de mourir, on en informe les villages de toute la nation (ibid., p. 112).

2« Cependant on frappe sur les écorces, & l’on fait beaucoup de bruit, afin d’obliger l’ame du défunt de s’éloigner de son corps, & de se rejoindre à ses Ancêtres » (ibid., p. 112). Les amis et les parents du mort gagnent la cabane où la Matrone entame un discours « pour raconter en détail tout ce qui s’est passé depuis les premiers symptômes du mal jusqu’au trépas. Le discours fini, les pleurs recommencent : toutes les femmes participent ». Les pleurs s’arrêtent au moment où un chef, ou une personne considérable, commence à prononcer une oraison funèbre « qui roule sur les fables de leur Religion, sur les faits héroïques de leurs Ancêtres, sur les éloges du mort, & sur les motifs que doivent avoir les parens pour se consoler de sa perte ». Puis on congédie les gens présents et on invite « successivement les familles particulières pour venir pleurer à leur tour », si bien « que pendant que le mort est exposé, il est toujours gardé, & presque continuellement loüé & pleuré » (ibid., p. 112-113).

3Le jour de l’enterrement, a lieu un festin et chaque cabane fait « chaudière pour le défunt ». On ne prend rien des mets qu’on a préparés ; on les distribue dans les autres cabanes et chacun répond « parle même devoir de civilité » (ibid., p. 114).

4Le premier ou le troisième jour après ce repas, ou le septième ou le neuvième, dans le cas des chefs, ont lieu les obsèques. Les pleureuses pleurent d’abord le mort, puis, dans un profond silence, on le transporte sur un brancard jusqu’au lieu de sépulture (ibid., p. 115). Au moment de descendre le corps dans la fosse, « le Maître de Cérémonie lui coupe au sommet de la tête, un toupet de cheveux qu’il donne à son plus proche parent (ibid., p. 122-123). On dépose dans la fosse « les habits dont il est revêtu, quelques petits pains, un peu de sagamité, sa chaudière, son sac à petun, son calumet, une courge pleine d’huile, quelque peu de porcelaine, un peigne, des armes, des couleurs pour se peindre, & quelques bagatelles semblables » (ibid., p. 127).

5Dans la fosse, le corps, préalablement graissé, est placé dans « la posture d’un homme assis, ayant les jambes pliées contre les cuisses, les coudes entre les jambes, & le visage courbé sur ses mains ». Au premier rang, assises sur leurs talons, les femmes pleurent et « poussent des cris lamentables », alors que les hommes, placés derrières elles, « les embrassent d’une main, & passent l’autre souvent sur leurs bras, comme pour les consoler, ou les exhorter de continuer à pleurer ». Lorsque les pleurs cessent, un homme « pose une planche sur la fosse ; les femmes la recouvrent de terre, puis brûlent des offrandes et tous les meubles du défunt » (ibid., p. 132).

6Le chef qui préside la cérémonie lance alors au-dessus de « la Tombe au milieu de la troupe des jeunes gens, ou met lui-même entre les mains d’un des plus vigoureux, un bâton de la longueur d’un pied, que tous les autres s’éforcent de lui arracher, & que celui, qui en est le maître, tâche de défendre le mieux qu’il peut. Il en jette un semblable parmi la troupe des jeunes femmes & des jeunes filles, lesquelles ne font pas de moindres efforts pour le ravir, ou pour le conserver. Après ce combat qui dure assez long-temps, & qui fait un spectacle agréable, mais sérieux, on donne le prix qu’on a destiné pour ce sujet à celui & à celle qui ont remporté la victoire ; ensuite de quoi chacun se retire chez soi » (ibid., p. 130-131). Voir aussi HAS, t. II, p. 43-45.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search