Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

10 (p. 192)

Texte intégral

1Bacqueville de La Potherie produit une version légèrement différente de l’origine du conflit entre Algonquins et Iroquois : « Les Algonquins qui regardoient toutes les Nations avec beaucoup de mépris, principalement les Iroquois qu’ils traitoient de Païsans, ne vouloient point s’appliquer comme eux à la culture des terres. La chasse étoit leur unique occupation, pendant que ceux-ci leur fournissoient du bled d’Inde & d’autres grains. Les Algonkins affectoient de régaler souvent les Iroquois de leur chasse, qui sans trop s’embarasser de leurs manières fieres & railleuses s’accommodoient assez de la bonne chère qu’ils leur faisoient. Ceux ci qui frequentoient rarement les forêts, n’étoient point faits à course des Orignaux ni des Cerfs. Ils acceptèrent l’offre qu’on leur fit de s’aprocher des Algonkins, & ne firent ensemble qu’un même établissement. Les Iroquois leur donnoient tous leurs grains, & les Algonkins leur apportoient leur chasse. Il falloit cependant beaucoup de vivres pour faire subsister tout ce monde. Ceux ci ayant détruit insensiblement toutes les bêtes qui étoient à leur portée, étoient contraints de chasser au loin. Ils commencèrent à s’en lasser. Ils témoi­gnèrent aux Iroquois qu’il étoit à propos d’avoir de leur jeunesse pour les accompagner à la chasse, afin d’éviter un malheur commun, puisque les uns avoient de la peine à contribuër de leur bled, & que les autres ne trouvoient des bêtes qu’avec bien des fatigues. Les Iroquois avouèrent qu’il falloit prendre cet expédient, & conçûrent en même tems qu’ils auroient lieu par là de se rendre habiles à la chasse.

2Les Algonkins formèrent donc plusieurs bandes, où ils incorporè­rent des Iroquois. Tous ces partis se divisèrent, afin de chasser plus facilement. Les Sauvages ont cette coutume, de s’approprier un terrain d’environ deux lieuës en quarré, qu’ils bâtent sans que d’autres osent y aller chasser. C’est une Loi qui est reçue par toutes les Nations, à moins que de vouloir se faire une guerre irréconciliable. Un de ces partis composé de six Algonkins & de six Iroquois, s’écarta plus loin que les autres. Ceux ci qui ne servoient pour ainsi dire, que de Chevaux de bas pour porter le butin, ne se rebutoient pas. Il arriva malheureusement que les Algonkins manquoient souvent leurs bêtes, ce qui les obligeoit de ne vivre que d’écorce de bois & de racines, que les Iroquois grattoient sous la nége. Cette extrémité obligea les Algonkins de faire bande à part. Après s’être prescrit les uns aux autres le jour de leur retour, chacun laissa son bagage dans une cabane commune, & prit son quartier. Les Iroquois qui commençoient à se bien servir de la flèche, avoient apris la manière d’aprocher les bêtes. Les Algonkins ne furent pas dans la suite gueres plus heureux. Ils revinrent les premiers au cabanage, s’imaginant que les Iroquois trop écartez seroient sans doute morts de faim. Comme ils s’entretenoient sur les mesures qu’il y avoit à prendre pour les aller chercher, les six Iroquois arrivèrent chargez de viande d’Orignaux. Les Algonkins eurent de la peine à croire qu’ils eussent été capables d’une si belle expédition, sans avoir été secourus d’ailleurs par quelques uns de leur Nation. Ils ne laissèrent pas de leur faire bonne mine & de les en congratuler. La bienveillance voulut que les Iroquois leur offrissent ce qu’il y avoit de meilleur. Le repas se fit avec beaucoup d’honnêteté de part & d’autre ; mais les Algonkins jaloux de ce succès les assassinèrent la nuit pendant qu’ils dormoient & les cachèrent dans la nége. Ils suivirent le lendemain les pistes par lesquels [sic] les Iroquois étoient revenus, & trouvèrent les endroits où ils avoient chassé. Ils y rencontrèrent un assez bon nombre de bêtes qu’ils firent sécher & s’en revinrent chez eux.

3Les Iroquois s’informèrent de leurs Camarades. Les Algonkins répondirent assez froidement que ces six les avoient quittez au premier départ, sans sçavoir ce qu’ils étoient devenus. Les Iroquois trop impatients de ce qui pouvoit leur être arrivé, firent plusieurs détachemens sans les bois. On suivit les pistes de ces chasseurs, & après avoir beaucoup marché on trouva les cadavres des six Iroquois que les animaux avoient déterrez. Ils examinèrent les endroits du corps où ils avoient été frappez. C’en fut assez pour se plaindre de l’inhumanité des Algonkins. Ils firent beaucoup de reproches à leurs Chefs, qui se contentèrent de blâmer les meurtriers & de les obliger de satisfaire à ces morts par quelques petits presens, sans se mettre en peine du ressentiment des Iroquois, qu’ils regardoient comme gens incapables d’en pouvoir tirer vengeance.

4Les Iroquois rongèrent leur frein, & ne voulant plus se fier aux Algonkins, ils retournèrent au Printems suivant dans leurs premières terres qui étoient aux environs de Montréal, & le long du fleuve, en montant au lac Frontenac [Ontario]. Ils donnèrent avis de cet assassinat à toute la Nation, qui conçût beaucoup d’indignation contre l’Algonkin. Celui-ci informé des mouvemens secrets qu’ils faisoient, résolut d’entreprendre la guerre s’ils ne vouloient se soumettre à ses Loix. Les Iroquois quoique plus nombreux, les apprehendoient. Ils se retirèrent adroitement au lac Frontenac, après avoir soûtenu assez foiblement plusieurs attaques, qui les avoient cependant un peu aguerris, & comme ils commençoient à se connoître, ils se rendirent maîtres de ces lacs d’où ils chassèrent les Choüanons, qui n’étoient accoûtumez qu’à tuër des Ours & des Cerfs.

5L’Algonkin ayant pris goût à la Guerre, résolut de détruire l’Iroquois. Il alla l’attaquer au milieu de ses retraites. Les Iroquois furent contraints d’assembler toutes leurs forces pour lui résister. Ils s’aguerrirent de plus en plus, & le grand nombre arrêtoit souvent les incursions de l’Algonkin, qui les harceloit extrêmement dans tous les differens partis qu’ils faisoient, pendant que les autres ne pouvoient gueres résister & soûtenir qu’à force de monde » (HAS, t. I, p. 288-293).

6Bacqueville de La Potherie donne aussi une explication d’ordre économique au conflit entre les deux groupes : les Algonquins, qui trafiquaient des fourrures avec les Français, trouvaient leur « avantage de traiter avec nos voisins sans aller courir chez Les Iroquois qui demeuroient à plus de deux cens lieues de Quebec » (HAS, t. III, p. 53-54). Après avoir observé, au sujet des Iroquois, qu’on ne peut « pas remonter bien haut dans la recherche de ce qui s’est passé parmi eux, puisqu’ils n’ont point d’autres Bibliothèques que la mémoire des vieillards », Jérôme Lallemant écrit : « Ce que nous apprenons donc de ces livres vivans, est que vers la fin du dernier siècle, les Agnieronnons ont esté réduits si bas par les Algonquins, qu’il n’en paroissoit presque plus sur la terre ; que néanmoins ce peu qui restoit, comme un germe généreux avoit tellement poussé en peu d’années, qu’il avoit réduit réciproquement les Algonquins aux mesmes termes que luy ; mais cet estât n’a pas duré longtemps, car les Andastogehronnons leur firent si bonne guerre pendant dix années, qu’ils furent renversez pour la seconde fois, & la nation en fut presque esteinte, du moins tellement humiliée, que le nom seulement d’Algonkin les faisoit frémir, & son ombre sembloit les poursuivre jusques dans leurs foiers » (Relation de 1659-1660, dans JR, vol. 45, p. 204). En se fondant sur une observation de Champlain, C.-H. Laverdière écrit que le conflit aurait commencé « vers l’an 1570, si toutefois ce n’était pas une simple recrudescence d’une inimitié encore plus ancienne » (Œuvres de Champlain, vol. III, p. 1032, n. 1). Sur les conflits entre les Outaouais et les Iroquois, voir Nations amérindiennes, infra, p. 516-517 et 521-522.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search