Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Conclusion. Une forme qui tarde à être reconnue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1975, lorsqu’il publiait Le pacte autobiographique, Philippe Lejeune soulignait avec raison que les formes d’écriture de la littérature intime tardaient à être reconnues comme un genre littéraire à part entière (1975 : 7). Trois ans plus tard, c’était au tour de Peter Boerner de constater que l’absence d’une reconnaissance en ce qui concerne spécifiquement le journal intime ne venait pas tant de l’absence d’œuvres que du manque d’intérêt d’une critique qui soutenait que, dans la mesure où le « but » du journal est « plus utilitaire que littéraire, il ne mérit [ait] pas l’attention que l’on porte aux genres traditionnels » (1978 : 218). À cette époque, la reconnaissance du genre sur le plan littéraire était en effet loin d’être acquise et, à n’en pas douter, l’intégration « dans l’ordre de la littérature, c’est-à-dire de l’institutionnel [de] quelque chose qui n’était [auparavant] que de l’ordre du privé, de l’intime » (Rannaud, 1978 : 278), a bouleversé un certain ordre des chose...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search