Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

9 (p. 173, 219 et 228)

Texte intégral

1« Rassade. s. f. (Verroterie) espèce de verroterie, ou petits grains de verres de diverses couleurs, dont les Nègres des côtes d’Afrique, & les peuples de l’Amérique se parent, & qu’on leur donne en échange de quantité de riches marchandises » (article signé Dejaucourt, Encyclopédie, 1765, t. 13). Comme le rappelle Bacqueville de La Potherie, les colliers n’ont pas qu’une fonction esthétique chez les Amérindiens : « un Collier c’est un Porte-paroles, ou un Contract, qui a la même vertu que celui que l’on feroit par devant Notaire » (HAS, t. III, « Termes et expressions des Sauvages », n. p.). Lafitau écrit que « les Colliers sont de larges ceintures, où les petits cylindres blancs & pourpre, sont disposés par rangs, assujettis par de petites bandelettes de cuir, dont on fait un tissu assez propre. Leur longueur, leur largeur, & les grains de couleur, se proportionnent à l’importance de l’affaire. Les Colliers communs & ordinaires, sont de onze rangs de cent quatre-vingt grains chacun » (Mœurs, t. I, p. 505). « Nous apellons Colliers des grains de Porcelaine enfilez, d’environ deux pieds de long, sur trois à quatre pouces de large, arrangez d’une telle maniere qu’ils font diverses figures », écrit Bacqueville de La Potherie, qui poursuit : « C’est leur écriture pour traiter de la Paix, pour faire des Ambassades, pour déclarer leurs pensées, pour apaiser les Procez, pour faire quelque entreprise, pour juger, condamner ou absoudre ; ils servent d’ornemens aux jeunes Guerriers lors qu’ils vont à la guerre, ils en font des bracelets & des ceintures qu’ils mettent sur leurs chemises blanches. Ces porcelaines viennent de la côte de Manhathe, en la Nouvelle York. Ce sont des Bourgos ou Colimaçons, qui sont blancs & violets, tirant sur le noir, qu’ils scient avec une pierre à fusil, dont ils font des grains un peu longs & qu’ils percent : cela aussi tient lieu de monnoye » (HAS, t. I, p. 333-334). Les perles, ou « porcelaine » des colliers provenaient de coquilles « cannelées, allongées, un peu pointuës » qu’on trouvait le long de la côte est des U.S.A. et que les Amérindiens polissaient pour leur donner une couleur plus vive (Charlevoix, Journal, t.I, p. 467). Selon Lafitau, la porcelaine provenait de la « Concha-Venerea » (Mœurs, II, 200) ; selon William N. Fenton et Elizabeth L. Moore, de la « Venus mercenaria L. » (dans Lafitau, Customs of the American Indians Compared with the Customs of Primitive Times, Toronto, The Champlain Society, 1974, t. I, p. 309, n. 1).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search