Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie III. Un genre sans littérature ?

Chapitre 9. Du journal contre la littérature

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On vient de le voir, l’écriture diaristique est une forme qui a relevé, et relève encore, de la catégorie des écritures ordinaires, et sa place au sein d’une typologie des formes littéraires demeure précaire1. Par ailleurs, les causes de cette marginalité du journal dans l’ensemble des pratiques littéraires sont nombreuses. Parmi celles-ci, la forme, fragmentaire par définition, qui s’oppose à l’idée d’« œuvre » – qui formerait, elle, un tout unifié, cohérent et linéaire grâce à un travail d’écriture dont on ne voit jamais les coutures –, mais également le statut des auteurs, qui ne sont pas tous écrivains. En tant que genre littéraire, le journal intime est en effet décrié en grande partie dans la mesure où il semble marqué par le sceau de l’amateurisme. Ce reproche, lorsqu’il englobe tous les pans du genre (c’est-à-dire tous les types de journaux identifiés dans la première partie), a sans doute un fondement, puisque, parmi tous les auteurs de journaux, peu font prédominer la qual...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search