Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie III. Un genre sans littérature ?

Chapitre 8. De la littérature contre le journal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est certain aussi que cette écriture qui a longtemps été marginalisée est en train de devenir la littérature. Comme si la fiction ne pouvait plus tenir le coup devant la réalité.
Nicole Brossard (dans Gauvin, 1986a : 106)

En 1965, soit deux ans après la parution de Le journal intime et la notion de personne – le deuxième ouvrage d’importance consacré au genre diaristique après celui de Michèle Leleu en 1952 –, Alain Girard fait paraître le texte d’une conférence intitulée « Le journal intime, un nouveau genre littéraire ? », donnée lors du XVIe congrès de l’Association internationale des études françaises, qui présentait, entre autres, un colloque sur les « journaux intimes ». Prenant la forme d’une question, le titre de la conférence de Girard signale ainsi une préoccupation que l’on pourrait croire plus récente, mais pourtant déjà bien présente dès le milieu des années 1960, à savoir la légitimité d’introduire le genre diaristique dans la typologie des formes littéraires institué...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search