Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie II. Un genre sans histoire ?

Chapitre 7. De l’invention de soi à l’invention d’un texte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Précédemment, j’ai élaboré quatre règles « constructionnelles » du genre diaristique qui, bien que présentes dans tous les types de journaux, interagissent cependant selon des degrés divers dans chacun d’eux, ce qui contribue à la fois à façonner la mise en scène de soi et à créer une lecture potentiellement fictionnelle, unique à chaque œuvre. On vient de constater à quel point, même à l’intérieur d’une même catégorie précise de textes (les journaux intimes posthumes), ces paramètres peuvent prendre des formes diverses, mais converger vers une poétique semblable. D’une part, on a vu que la présence d’un « projet » diaristique préétabli par le diariste donne une orientation à la pratique sans pour autant en déterminer de façon nette les contours, puisque la mise en récit quotidienne et la dynamique formative de la pratique font souvent émerger un « projet » sous-jacent, plus ou moins concerté de la part du diariste. Ainsi, « le fait d’écrire son journal met l’écrivain dans une certa...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search