Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie II. Un genre sans histoire ?

Chapitre 6. Un récit de formation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant de poursuivre la réflexion théorique entourant la question de la poétique narrative du journal, j’aimerais, dans ce chapitre, prendre un temps d’arrêt afin d’arrimer les propositions théoriques faites jusqu’à maintenant à l’analyse d’un type particulier de journaux, soit ceux qui répondent à l’esthétique des journaux intimes posthumes. C’est que, outre la nécessité d’illustrer empiriquement les différents postulats théoriques, il m’apparaît que la pratique du journal nommément intime, où il s’agit de s’aménager un espace d’écriture dans un cadre privé, induit un rapport particulier non seulement à l’écriture, mais aussi au temps et à soi-même. En effet, cette pratique, par l’exercice soutenu qu’elle propose, s’inscrit dans une dynamique créative double, dans la mesure où elle offre la possibilité de « transform [er] sans cesse le vécu en écriture [et de] fai [re] de l’écriture le vécu » (Major dans Dessaulles, 1989 : 61). De plus, elle n’est pas dépourvue d’une certaine force ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search