Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie II. Un genre sans histoire ?

Chapitre 5. Narrativité et fiction au cœur de l’écriture de soi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un genre non narratif ( ?) ou la délicate question de la fin

À cause de son caractère fragmentaire et de l’effet de discontinu qu’entraîne invariablement le constant renouvellement de la situation d’énonciation, le genre diaristique pose nombre de questions à la théorie de la narrativité qui, en revanche, pourrait bien être tentée de considérer rapidement ce genre comme appartenant à « la catégorie du monde commenté » plutôt qu’à celle du « monde raconté » (Weinrich, 1973 : 39). C’est également ce que font la plupart des théoriciens du journal qui, opposant cette forme à la forme autobiographique ou romanesque, voient dans l’absence de structure préétablie du journal la preuve irréfutable de sa nonnarrativité. C’est du moins la position énoncée très clairement par Béatrice Didier (1976 : 140), position qui, malgré le renouvellement aujourd’hui des réflexions sur les théories de la narrativité1, semble être aussi celle des théoriciens actuels du journal, avec, bien sûr, quelq...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search