Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

8b (p. 120)

Texte intégral

1Difficultés financières de Perrot : tentative d’Olivier Morel de la Durantaye de se faire rembourser la somme de 6800 £ de Perrot (3 juillet 1699, ANQ, Archives judiciaires, Juridiction de Montréal, Registre des audiences, vol. 4, f. 163v°) ; transport de castors à François Chorel de Saint-Romain, un marchand de Montréal (acte passé devant Me Pierre Raimbault, le 28 août 1699, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 3504, acte n° 185) ; traité avec Charles de Couagne, un marchand de Montréal (acte passé devant Me Antoine Adhémar, dit Saint-Martin, le 25 février 1700, ANQ, Greffe des notaires, Montréal, bobine n° 4639, acte n° 5064) ; obligation de Perrot à Joseph Prieur, un huissier de Québec (acte passé devant Me Charles Rageot de Saint-Luc, le 15 mai 1700, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 11521, actes non numérotés) ; vente de droits successifs mobiliers et immobiliers situés en la censive de la seigneurie de Beaupré, par Perrot, fondé de procuration de Joseph Parent, taillandier, et Madeleine Marette, son épouse, de Montréal, tant en son nom que comme procureur de Jean-Baptiste Marette, à Charles Marette et François Marette, frères (acte passé devant Me Étienne Jacob, le 23 novembre 1700, ANQ, Greffe des notaires, Québec, bobine n° 19782, acte n° 690). D’autre part, les nombreux procès dans lesquels furent impliqués Perrot et son épouse ont laissé des traces dans les minutes des « jugements et délibérations du Conseil supérieur » de Québec : appel du 6 juillet 1705 de N. Perrot contre Charles de Couagne (t. V, p. 100) ; appel du 13 juillet 1705 de Michel Chevalier contre Perrot (ibid., p. 100-101) ; arrêt du 31 août 1705 déboutant Marie-Madeleine Raclot au sujet de meubles qu’elle soutenait lui appartenir après la séparation des biens du couple (ibid., p. 142). Dix ans plus tard, les époux Perrot engagaient des procédures contre Pierre Hazeur de L’Orme, le curé de Champlain, qui était allé recueillir en France une part d’héritage qui leur revenait et qui demandait une commission : appel du 26 mars 1715 de Marie-Madeleine Raclot (ibid., t. VI, p. 938-941) ; signification du 25 juin 1715 (ibid., p. 965) ; appel du 5 août 1715 du curé de Champlain (ibid., p. 994-996) ; jugement du 12 août 1715 qui déboute Pierre Hazeur de L’Orme de ses prétentions (ibid., p. 1000-1002). Sur cette affaire, voir R. Douville, « Quelques notes inédites [...] », p. 53-54.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search