Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie I. Un genre sans forme ?

Chapitre 2. Les journaux intimes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fondamentalement, les journaux intimes répondent au besoin de s’exprimer, de s’aménager un espace d’écriture où le scripteur puisse évoluer en toute liberté. Il s’agit, je le rappelle, d’un écrit entrepris sans raison autre que celle d’écrire au quotidien et qui, conséquemment, fait de la personne qui tient le journal le fil conducteur, ce par quoi le journal trouve sa raison d’être, son unité, sa cohérence. Cependant, le fait qu’ils soient écrits secrètement ou bien dans le but plus ou moins avoué d’être publié aura une incidence certaine sur la forme et le contenu de l’œuvre. C’est cette distinction importante entre le « posthume » et « l’anthume », ainsi que ses implications esthétiques et critiques, que je souhaite examiner dans ce chapitre. Je voudrais, dans un premier temps, différencier le modèle canonique que les premiers incarnent dans l’imaginaire collectif et la part qu’ils occupent de fait dans la réalité éditoriale québécoise. Dans un deuxième temps, je tenterai de soul...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search