Version classiqueVersion mobile

Les journaux intimes et personnels au Québec

 | 
Manon Auger

Partie I. Un genre sans forme ?

Chapitre 1. « Le journal est une plante sauvage »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le journal est une plante sauvage. Personne n’a jamais pu codifier ce type d’écriture, comme on a codifié d’autres genres. Peut-être d’ailleurs parce qu’il est né, en France du moins, après le classicisme et la grande époque des arts poétiques.
Béatrice Didier (1988 : 144)

Cette métaphore du journal que propose Béatrice Didier est certes belle, surtout pour ce qu’elle implique de respect à l’égard de cet objet si souvent dénigré. Ainsi, loin d’être simplement une excroissance gênante pour la poétique des genres, le journal, en tant que « plante sauvage », dépasserait la compréhension du « civilisé », incapable de reconnaître et d’apprécier sa complexité parce qu’il ne dispose ni des outils appropriés pour y arriver ni d’une connaissance approfondie de la flore sauvage. Voilà qui, à son tour, établirait de façon nette la différence entre, d’un côté, une littérature codée et appréciable parce que formellement reconnaissable et, de l’autre, une littérature libre et relativement anarchiqu...

© Presses de l’Université de Montréal, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search