Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

7 (p. 120)

Texte intégral

1Dans sa lettre du 15 octobre 1697 à Pontchartrain, Frontenac informait le ministre qu’il avait ordonné le retour de tous les Français « dans l’année prochaine » (ANF, Col. C11A 15, f. 95). Voir aussi la lettre du 13 octobre 1697, de Champigny (ANF, Col. C11A 15, f. 126). De fait, le retour des Français ne commença vraiment qu’en 1698. Dans leur lettre commune du 15 octobre 1698, Frontenac et Champigny écrivaient que les Français avaient dû quitter Michillimakinac le 20 août (ANF, Col. C11A 16, f. 6). Dans sa lettre du 12 juillet 1698, Champigny précisait qu’il attendait le retour des Français en septembre 1698 (ANF, Col. C11A 16, f. 100). Mais des Français restèrent dans l’Ouest : dans sa lettre du 27 octobre 1698, Champigny demanda en leur nom « surseance jusqu’à l’année prochaine » (ANF, Col. C11A 16, f. 132). Certains rentrèrent effectivement en 1699. Aussi, dans leur lettre du 20 octobre 1699, le gouverneur et l’intendant pouvaient-ils annoncer le retour de quarante-six Français, tout en reconnaissant que plusieurs étaient restés dans l’Ouest (ANF, Col. C11A 17, f. 4 et 6). Dans sa lettre du 21 septembre 1699, Champigny observait que les Français qui étaient demeurés dans les bois revenaient « dans la Colonie par petites bandes » (ANF, Col. C11A 17, f. 60). Dans leur lettre commune du 18 octobre 1700, Callières, qui était devenu gouverneur de la colonie, et Champigny informaient le ministre que Tonty, qui avait ordre de faire revenir tous les Français de Michillimakinac, n’avait pu en faire revenir qu’une vingtaine et qu’il en restait encore quatre-vingt-quatre, dont certains s’étaient retirés vers les nouveaux établissements du Mississipi (ANF, Col. C11A 18, f. 5). D’autre part, les Français conservaient le poste des Illinois, ce qui donna lieu à des abus, que dénonça Champigny dans sa lettre du 14 octobre 1698, alors qu’il accusa Lesueur d’être responsable du conflit entre les Sioux et les autres Amérindiens pour avoir procuré des armes et des munitions aux premiers dans le seul but de faire la traite (ANF, Col. C11A 16, f. 112).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search