Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

3 (p. 53, 54, 90 et 393)

Texte intégral

  • 38 HAS, t. II, p. 182 et 260. L’édition de 1753, publiée chez Brocas, reprend le même texte (HAS, t. (...)

1Dans son Histoire de l’Amerique septentrionale, Bacqueville de La Potherie décrit le site de deux forts érigés par les hommes de Perrot38. Mais rien n’assure que les deux descriptions correspondent à l’emplacement des fort Saint-Antoine et Saint-Nicolas qui apparaissent sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Jean-Baptiste-Louis Franquelin. Le problème est d’autant plus complexe qu’à la fin du xixe siècle des historiens américains ont exhumé les vestiges d’un bâtiment français à Trempealeau (Wisconsin), presque à mi-chemin entre les sites des forts Saint-Nicolas et Saint-Antoine.

  • 39 A. W. Newman fit carrière dans la magistrature et devint juge à la cour suprême du Wisconsin.
  • 40 Voir Eben D. Pierce, « Archeological Sketch », dans « Remains of a French Post Near Trempealeau », (...)
  • 41 Les Français, écrit Bacqueville de La Potherie, « trouverent un endroit où il y avoit du bois, qui (...)
  • 42 The History of Minnesota from Earliest French Explorations to the Present Time, p. 832. Il reprend (...)
  • 43 Ibid., p. 832. Voir aussi E. D. Neill, article cité, p. 300.
  • 44 Voir Eben D. Pierce, article cité, p. 112-113.
  • 45 Le bâtiment le plus ancien « was probably that of Perrot, the later with little doubt represented (...)

2Au début des années 1880, Lyman C. Draper, le secrétaire de la State Historical Society of Wisconsin, A. W. Newman39 et B. F. Heuston effectuèrent des fouilles à Trempealeau, sur la rive est du Mississipi, où des ouvriers de la compagnie de chemin de fer Chicago, Burlington & Northern Railway venaient de dégager les restes d’un foyer40. Très vite, l’idée que ces ruines appartenaient à un bâtiment construit à l’époque du régime français s’imposa dans l’esprit des historiens américains. Dès 1883, Edward Duffield Neill écrivait qu’à l’automne 1685 Perrot établit un poste « on the east side of the Mississippi, and above the Black River » et qu’il y passa l’hiver 1685-1686. Après avoir rappelé le texte de Bacqueville de La Potherie41, E. D. Neill ajoutait que « the bluff was probably, the « Montagne Trempe l’eau », which Major Long, in 1817, estimated at eight miles above the upper mouth of Black River42 ». Selon lui, ce ne fut qu’au printemps 1686 que Perrot poursuivit sa remontée du Mississipi pour établir le fort Saint-Antoine « just above the mouth of Lake Pepin, on the Wisconsin side43 ». En 1887, B. F. Heuston, qui était devenu juge entre temps, reprit les fouilles et, accompagné de G. H. Squier et d’Antoine Grignon, parvint à dégager les vestiges d’un bâtiment mesurant environ vingt pieds sur trente pieds (6 m. sur 9 m.). Au cours de leur travail, les trois hommes trouvèrent une pièce d’arme à feu, des clous, des os de bisons et les restes d’une forge44. Les ruines, selon George H. Squier, montraient deux occupations distinctes, les vestiges les plus anciens appartenant « probablement » à une construction érigée lors du passage de Nicolas Perrot dans la région en 1685, et les plus récents à un fort construit par Louis-René Godefroy de Linctôt45.

  • 46 L. P. Kellogg, « Historical Sketch », dans « Remains of a French Post Near Trempealeau », dans Pro (...)
  • 47 Ibid., p. 118. Voir aussi du même auteur, The Trench Régime in Wisconsin, p. 231-232. On trouve mê (...)
  • 48 L. P. Kellogg, « Historical Sketch », p. 119; F. Curtiss-Wedge et E. D. Pierce, History of Trempea (...)

3L’année suivante, le nouveau secrétaire de la State Historical Society of Wisconsin, Reuben Gold Thwaites, s’intéressa à son tour au site et reprit les fouilles. L’idée que Perrot y avait établi un poste temporaire pour passer l’hiver 1685-1686 devint une certitude. Sans doute est-ce Louise Phelps Kellogg qui expose le mieux les assises de cette thèse. En se fondant sur le texte de Bacqueville de La Potherie, qu’elle cite dans la traduction anglaise d’Emma Helen Blair, elle observe que Perrot et ses hommes durent s’arrêter peu après avoir rejoint le Mississipi parce que « the weather was growing cold and travelling difficult46 ». Selon elle, ils le firent à la hauteur de Trempealeau car c’est le seul endroit qui corresponde à la description de Bacqueville de La Potherie : « there are the only bluffs near the river having a large prairie in their rear and Trempealeau Mountain47 ». En outre, l’endroit correspond à la « Butte d’hyvernement » que l’on trouve sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Franquelin48.

  • 49 Ibid., p. 119. En 1924, W. A. Titus défendit la même thèse, mais sans apporter d’éléments nouveaux (...)

4La description de Bacqueville de La Potherie renverrait donc à un poste temporaire que Perrot aurait fait construire pour passer l’hiver 1685-168649. Perrot aurait alors fait construire trois forts différents : le fort Trempealeau à l’automne 1685, le fort Saint-Antoine au printemps ou à l’été 1686 et le fort Saint-Nicolas à une date inconnue.

  • 50 L’étude d’Edward Duffield Neill, en 1883, repose sur une autre traduction, sans doute la sienne.

5Comme le montre le texte de Louise P. Kellogg, les historiens américains se fondent sur la traduction anglaise du texte de Bacqueville de La Potherie par Emma Helen Blair50. Cette traduction n’est pas sans faire problème. Selon elle, après avoir remonté le Mississipi vers l’Ouest et le Sud-Ouest, les Français

  • 51 E. Blair, The Indian Tribes of the Upper Mississippi Valley and Region of Great Lakes, t. I, p. 36 (...)

found a place where there was timber, which served them for building a fort, and they took up their quarters at the foot of a mountain, behind wich was a great prairie, abounding in wild beasts51.

  • 52 « Ils s’établirent au pied d’une montagne » (HAS, t. II, p. 182).
  • 53 On peut d’ailleurs se demander si E. H. Blair n’a pas été influencée par la thèse d’E. D. Neill au (...)

6Le verbe « s’établir », chez Bacqueville de La Potherie52, devient « take up quarters » chez Emma Helen Blair, ce qui confère un caractère temporaire au poste érigé par Perrot, alors qu’il s’agissait vraisemblablement d’un relais de traite fortifié permanent, le verbe « s’établir » convenant mal pour désigner l’érection d’un bâtiment temporaire53.

  • 54 Voir R. G. Thwaites, « The French Regime in Wisconsin 1634-1727 », dans Collections of the State H (...)
  • 55 Voir infra, p. 439, n. 85.

7Il est vrai que la description du site où « s’établirent » les Français peut autoriser un rapprochement avec Trempealeau, comme le montrent des reproductions de l’endroit54, mais la description de Bacqueville de La Potherie peut aussi s’appliquer à d’autres sites55.

8Les ruines découvertes à Trempealeau appartiennent sans doute à un, voire à deux bâtiments érigés par les Français, mais il serait présomptueux d’attribuer l’un des deux à Perrot, surtout que l’on n’y a découvert que peu d’artefacts et qu’aucune preuve matérielle ne permet d’associer les vestiges à Perrot.

9La découverte de Trempealeau a donné lieu à une polémique sur l’emplacement du fort Saint-Nicolas, à laquelle plusieurs articles du dixième volume des Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin font écho.

  • 56 Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, Madison, The State Historical (...)
  • 57 « L’établissement de Perrot se fit au dessous d’Ouiskouche, dans une situation fort avantageuse co (...)

10Dans un article intitulé : « French Fortifications near the mouth of the Wisconsin56 », James D. Butler rappelle que l’existence d’un ancien fort sur le site de Prairie du Chien, juste au-dessus de l’embouchure de la rivière Wisconsin, est attestée par une tradition orale qui remonte à l’époque de l’établissement des premiers colons anglo-américains dans la région. En se fondant sur le texte de Bacqueville de La Potherie57 et sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Franquelin, il estime qu’il s’agit du fort Saint-Nicolas et que Perrot le fit construire en « 1685 ».

  • 58 Dans une autre étude, J. D. Butler confirme la position du fortin (voir « French Fort at Prairie d (...)

11Sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Franquelin, le « Fort S. Nicolas » est en effet placé sur la rive est du Mississipi, juste au nord de l’embouchure de la rivière « Ouisconsing ». Sur celle du « Canada Louisiane et Terres Angloises » de 1755, de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, l’« Ancien Fort François de S. Nicolas » est placé au même endroit58.

  • 59 C. W. Butterfield, « French Fort at Prairie du Chien a Myth », dans Report and Collections of the (...)

12Mais comme le rappelle Consul Willshire Butterfield59, Bacqueville de La Potherie écrit que c’est « au dessous » de la rivière Wisconsin que Perrot fit ériger son poste. Certes, Franquelin (1688) et Bourguignon d’Anville (1755) situent le fort Saint-Nicolas au-dessus de l’embouchure de la rivière, mais les deux géographes se sont tout simplement trompés, estime Consul Willshire Butterfield. En outre, observe-t-il, les berges de Prairie du Chien ne se prêtent pas à l’érection de bâtiments car elles sont sujettes à de fréquentes inondations. C’est donc ailleurs que le fort a été construit.

  • 60 Lyman C. Draper, « Early French Forts in Western Wisconsin », dans Report and Collections of the S (...)
  • 61 L. C. Draper, article cité, p. 324.
  • 62 Ibid., p. 324-325.
  • 63 Ibid., p. 325.
  • 64 Ibid., p. 326. Lyman C. Draper fait allusion au fort Crawford. Un premier fort fut construit en 18 (...)
  • 65 Ibid., p. 329.

13Dans le même volume de Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin60, Lyman C. Draper, après avoir rappelé qu’aucun site au-dessous de la rivière Wisconsin ne correspond au texte de Bacqueville de La Potherie « for a considerable distance61 », prend la défense de Franquelin en rappelant qu’il a pu interroger Perrot avant de dessiner sa carte62. Ce serait plutôt Bacqueville de La Potherie, qui n’a jamais voyagé dans la région, qui se serait trompé63. Quant au problème des inondations, Lyman C, Draper rappelle qu’en 1814-1815, les Américains érigèrent un fort à Prairie du Chien et qu’ils l’occupèrent jusqu’en 185664. Aussi donne-t-il finalement raison à James D. Butler et écrit-il à son tour que le fort Saint-Nicolas a dû être construit en 1685 à Prairie du Chien, partant au-dessus de l’embouchure de la rivière Wisconsin65.

  • 66 « Une lieuë au-dessus de l’embouchure du Moingona il y a dans le Micissipi deux Rapides assez long (...)
  • 67 L. C. Draper, article cité, p. 331. La rivière Des Moines, nom moderne de la rivière Moingona, se (...)
  • 68 L. C. Draper, article cité, p. 331.
  • 69 Ibid., p. 332. Un autre site, un peu au-dessous de Dubuque, à la hauteur de Galena Mines (Illinois (...)
  • 70 Ibid., p. 333.

14Mais Lyman C. Draper ne s’arrête pas là. Selon lui, le fort auquel fait allusion Bacqueville de La Potherie dans le texte cité par J. D. Butler n’est pas le fort Saint-Nicolas, mais un autre fort érigé plus au sud. Il rappelle d’abord qu’au cours de son voyage en Amérique du Nord, Charlevoix situait la mine de plomb découverte par Perrot à vingt et une lieues de la rivière « Moingona66 ». C’est une erreur car la mine, qui a été localisée précisément, se trouve à la hauteur de la ville de Dubuque (Iowa), soit à quelque soixante lieues de la rivière Des Moines67, mais à une vingtaine de lieues au-dessous de la rivière Wisconsin68. Or tout près, on trouve un site qui correspond à la description de Bacqueville de La Potherie, selon lui69. L. C. Draper pense que « l’établissement » de Perrot en 1690 n’est pas le fort Saint-Nicolas, mais un autre fortin, érigé « au-dessous » de la rivière Wisconsin, près de la mine de plomb de Dubuque70.

  • 71 L. P. Kellogg, The French Régime in Wisconsin, p. 248.
  • 72 HAS, t. II, p. 270-271.
  • 73 L. P. Kellogg, The French Régime in Wisconsin, p. 248. Dans une note, elle précise: « This post, f (...)

15L’hypothèse de l’érection d’un fort près de Dubuque est reprise par Louise P. Kellogg en 1925. Dans The French Régime in Wisconsin, elle écrit, après avoir rappelé à son tour le texte de Bacqueville de La Potherie, que les Français ont dû s’établir « somewhere opposite Dubuque71 », où se trouve la mine de plomb à laquelle Bacqueville de La Potherie fait allusion72. Mais dès l’année suivante, poursuit Louise P. Kellogg, soit en 1691, Perrot, à qui on avait ordonné de s’établir parmi les Miamis, fit ériger « a post among the Miami on the Fox River of Illinois73 ».

  • 74 G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 134.
  • 75 B. Suite, Mélanges historiques, p. 61. Toujours selon B. Suite, Perrot devait rester dans son post (...)
  • 76 Si la majorité des historiens estime que le fortin a été construit au moment où Perrot alla s’étab (...)

16Pour appuyer la thèse de Lyman C. Draper et de Louise P. Kellogg, rappelons que le rapprochement entre l’établissement de Perrot « au dessous d’Ouiskouche » et le fort Saint-Nicolas soulève des problèmes d’ordre chronologique, dont témoignent deux historiens canadiens. Comme l’observe Gérard Malchelosse, si l’on se fie à la chronologie de Bacqueville de La Potherie, le fort au-dessous de la rivière Wisconsin n’a pu être érigé avant 168874. Plus précis, Benjamin Suite estime que c’est en 1690, après avoir quitté Michillimakinac, où il laissa « M. de Louvigny [que Perrot] se rendit à la baie Verte, d’où il parvint de nouveau au Mississipi, et, vers l’automne, éleva un autre fort sur ce fleuve, toujours en vue de la traite avec les Sioux, en même temps que pour des fins politiques75 ». Pour les deux historiens, il s’agit du fort Saint- Nicolas. L’ennui, c’est que Franquelin signale l’existence du fort sur sa « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688. Sauf à penser que le cartographe a noté l’emplacement du fort avant le départ de Perrot pour l’Ouest en 1688 ou à mettre en doute la date indiquée sur la carte, il faut convenir que le fort Saint-Nicolas a été construit avant 168876 et que l’emplacement « au dessous d’Ouiskouche » décrit par Bacqueville de La Potherie correspond à un autre fort, vraisemblablement situé près de Dubuque, comme le croient Lyman C. Draper et Louise P. Kellogg.

  • 77 HAS, t. II, p. 167-177.
  • 78 HAS, t. II, p. 177. Perrot craignait que les Sauteux n’attaquent les Renards et que ces derniers n (...)
  • 79 Un de leur plus importants villages était situé sur la rivière Fox, un affluent de la rivière Wisc (...)

17Reste à savoir si, en 1685, c’est à la hauteur de Prairie du Chien ou à celle de Trempealeau que Perrot fit construire un fort. Peu avant de partir vers le pays des Sioux, Perrot retira la fille d’un chef sauteux des mains des Renards77. Lorsqu’il remit l’enfant à son père à la baie des Puants, il incita les Sauteux à ne pas chercher à se venger et il les informa « qu’il alloit demeurer chez eux [les Renards] pour les assurer qu’il [sic] ne feroient aucun mouvement78 ». Les Renards occupaient un territoire situé en partie au nord de la rivière Wisconsin79.

  • 80 HAS, t. II, p. 178-182.
  • 81 HAS, t. II, p. 182.
  • 82 Coordonnées de la rivière Wisconsin : 43°, 00’ de latitude ; 91°, 15’ de longitude.
  • 83 HAS, t. II, p. 183. Les Français se rendirent d’ailleurs au village, où ils établirent des liens c (...)
  • 84 Voir M. R. Blaine, The Ioway Indians, p. 21. La rivière Root (Minnesota) se jette dans le Mississi (...)

18Au paragraphe suivant, Bacqueville rapporte le récit du voyage de Perrot vers le Mississipi, qui se conclut par l’érection d’un fort80. Peu après, les Français rencontrèrent des Aiouez, mais l’endroit où eut lieu la rencontre demeure incertain. Selon Bacqueville de La Potherie, peu après l’érection du fort, des députés des Aiouez « donnèrent avis que leur village approchoit dans le dessein de s’établir avec » les Français. Dans une note en bas de page, il précise que « les Ayoës demeur[ai]ent assez loin par delà de Missisipi, vers le 43. degré de latitude81 », c’est-à-dire à la hauteur de l’embouchure de la rivière Wisconsin82. Peu après, de nouveaux députés des Aiouez vinrent au poste français et l’un d’eux, « qui parloit Islinois » informa Perrot « que leur village étoit à neuf lieues au dessus, sur le bord du fleuve83 ». Il est peu probable que le poste français auquel fait allusion Bacqueville de La Potherie soit le fort Saint Antoine car ce sont les Sioux qui occupaient la région en amont de la rivière Chippewa, où sera érigé le fort. Le poste de Trempealeau semble aussi devoir être exclu. D’une part, il est peu probable que les Aiouez aient voulu s’établir près d’un poste « d’hyvernement » érigé temporairement ; de l’autre, le village des Aiouez, selon Bacqueville de La Potherie, se trouvait à neuf lieues au-dessus du poste français, or Trempealeau se trouve au-dessus du village des Aiouez, qu’on le localise, comme le fait Martha R. Blaine sur les rives de la rivière Root ou sur celles de la rivière Upper Iowa84. En revanche, si l’on retient l’hypothèse que l’établissement de Perrot est le fort Saint-Nicolas construit à l’embouchure de la rivière Wisconsin, le village des Aiouez se trouverait à une vingtaine de lieues au-dessus, dans le cas de la rivière Root, et à quelque neuf lieues au-dessus, dans le cas de la rivière Upper Iowa.

  • 85 « Fort Crawford at Prairie du Chien, 1829, by Seth Eastman », dans Alice E. Smith, The History of (...)
  • 86 Pénicaut, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 412.

19Un des éléments retenus par les historiens pour affirmer que Perrot établit un fort à Trempealeau repose sur la ressemblance entre le site et la description produite par Bacqueville de La Potherie. Mais une gravure du fort Crawford, construit au pied d’une élévation, à Prairie du Chien, près de l’embouchure de la rivière Wisconsin85, évoque singulièrement le texte de Bacqueville de La Potherie, tout comme la description de Prairie du Chien par Pénicaut : « vis-à-vis de l’embouchure de Ouisconsin », écrit ce dernier, « il y a quatre isles dans le fleuve du Mississipy et une montagne vis-à-vis, à gauche, fort élevée, qui contient une demi-lieue de long [...] De l’embouchure de Ouisconsin, à dix lieues plus haut du mesme costé, l’on trouve le commencement d’une grande prairie longue de soixante lieues86 ».

  • 87 Aucun des deux forts n’apparaît sur la carte de l’« Amerique Septenlle. depuis environ 27. jusqu’à (...)

20Sans doute Perrot a-t-il fait ériger un poste en 1685 à l’embouchure de la rivière Wisconsin, avant qu’il ne fît construire, au printemps ou à l’été 1686, le fort Saint-Antoine, où il s’installa87. Peut-être s’agissait-il au départ d’un simple entrepôt pour servir de relais entre le fort Saint-Antoine et la mission jésuite de la baie des Puants. Le nom même, Saint-Nicolas, ne lui a peut-être été attribué qu’au moment où Perrot rencontra Franquelin.

21En 1690, c’est vraisemblablement « au dessous » de la rivière Wisconsin, comme l’écrit Bacqueville de La Potherie, sans doute assez près de la mine de plomb à la hauteur de l’actuelle ville de Dubuque, qu’il fit ériger un autre fort.

  • 88 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f.203). Voir supra, p. 98.

22En 1693, selon les ordres de Buade de Frontenac, Perrot s’établit à « Maramet88 », c’est-à- dire sur les rives de la rivière Fox (Illinois), pour s’assurer de l’allégeance des Miamis. Si l’on se fie à la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Franquelin, l’endroit correspond à la boucle que dessine la rivière Fox près de l’actuelle ville de Norway, avant sa jonction avec la rivière Big Indian (Illinois).

23D’autres forts ne sont pas à exclure. Chaque fois que Perrot est monté dans l’Ouest pour trafiquer et qu’il n’a pas résidé dans un poste déjà établi ou à une mission jésuite, il a dû faire construire des bâtiments, autant pour se protéger des attaques des Amérindiens que pour entreposer le produit de sa traite. Ainsi les vestiges trouvés à Trempealeau appartiennent peut- être à des baraquements construits sur l’ordre de Perrot. Le malheur veut que les seuls vestiges du passage de Français dans la région se trouvent précisément là où aucun fort dûment identifié n’apparaît sur la « Carte de l’Amerique Septentrionnalle » de 1688, de Jean-Baptiste-Louis Franquelin, le seul document d’époque qui possède une certaine précision.

Notes

38 HAS, t. II, p. 182 et 260. L’édition de 1753, publiée chez Brocas, reprend le même texte (HAS, t. II, p. 182 et 260).

39 A. W. Newman fit carrière dans la magistrature et devint juge à la cour suprême du Wisconsin.

40 Voir Eben D. Pierce, « Archeological Sketch », dans « Remains of a French Post Near Trempealeau », dans Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin. 1915, Madison, State Historical Society of Wisconsin, 1916, p. 111-112.

41 Les Français, écrit Bacqueville de La Potherie, « trouverent un endroit où il y avoit du bois, qui leur servit à faire un Fort : ils s’établirent au pied d’une montagne, derriere laquelle il y avoit une grande prairie, remplie de bestiaux » (HAS, t. II, p. 182).

42 The History of Minnesota from Earliest French Explorations to the Present Time, p. 832. Il reprend la même thèse dans ses « Notes on early Wisconsin Exploration, Forts and Trading Posts », dans Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, Madison, State Historical Society of Wisconsin, 1888, vol. 10, p. 299. Dans sa « Relation », Pénicaut signale le toponyme « Montagne qui trempe à l’eau » (voir « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 411).

43 Ibid., p. 832. Voir aussi E. D. Neill, article cité, p. 300.

44 Voir Eben D. Pierce, article cité, p. 112-113.

45 Le bâtiment le plus ancien « was probably that of Perrot, the later with little doubt represented by Linctôt » (G. H. Squier, « Additional Archeological Details », dans « Remains of a French Post Near Trempealeau », dans Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin. 1915, 1916, p. 113). L’auteur confirme les dimension de l’édifice (article cité, p. 116). Né à Trois-Rivières en 1675, Louis-René Godefroy de Linctôt fit carrière dans l’armée. En 1718, il établit un poste à Chagouamigon, dont il fut le commandant de 1720 à 1722. En 1723, il fut nommé commandant au Détroit et en 1731, il fit ériger un fortin à Trempealeau.

46 L. P. Kellogg, « Historical Sketch », dans « Remains of a French Post Near Trempealeau », dans Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin. 1915, 1916, p. 118.

47 Ibid., p. 118. Voir aussi du même auteur, The Trench Régime in Wisconsin, p. 231-232. On trouve même un dessin du fort dans les Proceedings: voir « The Old French Post near Trempealeau From an Idealized Sketch by Mrs. Hettie M. Pierce », dans Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin. 1915, 1916, entre les pages 110 et 111.

48 L. P. Kellogg, « Historical Sketch », p. 119; F. Curtiss-Wedge et E. D. Pierce, History of Trempealeau County Wisconsin, 1917, p. 54. Selon F. Curtiss-Wedge et E. D. Pierce, « the description of the site of Perrot’s wintering quarters in 1685-86 is very clearly that of Trempealeau bluffs, because these are the only bluffs near the river having a large prairie in their rear, and Trempealeau Mountain, moreover, is a well-known landmark on the upper Mississippi » (op. cit., p. 54).

49 Ibid., p. 119. En 1924, W. A. Titus défendit la même thèse, mais sans apporter d’éléments nouveaux. Il ne fit que résumer les textes de Eben D. Pierce, de George H. Squier et de Louise P. Kellogg (voir « Historic Spots in Wisconsin », The Wisconsin Magazine of History, vol. 7, n° 3, mars 1924, p. 340-344).

50 L’étude d’Edward Duffield Neill, en 1883, repose sur une autre traduction, sans doute la sienne.

51 E. Blair, The Indian Tribes of the Upper Mississippi Valley and Region of Great Lakes, t. I, p. 367.

52 « Ils s’établirent au pied d’une montagne » (HAS, t. II, p. 182).

53 On peut d’ailleurs se demander si E. H. Blair n’a pas été influencée par la thèse d’E. D. Neill au cours de son travail de traductrice. Les éditions du Dictionnaire de l’Académie française de 1694 et de 1718 produisent la même définition du verbe établir, ainsi que le même exemple : « rendre stable. Establir sa demeure en quelque lieu ». Les éditions de 1740 et de 1762, qui reprennent la même définition, la précisent par l’ajout d’un verbe : « rendre stable, fixer. Etablir sa demeure en quelque lieu ».

54 Voir R. G. Thwaites, « The French Regime in Wisconsin 1634-1727 », dans Collections of the State Historical Society of Wisconsin, Madison, State Historical Society of Wisconsin, vol. 16, 1902, entre les pages 154 et 155, et « La Montagne qui Trempe à l’Eau as seen from Brody’s Peak », dans Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin. 1915, 1916, entre les pages 110-111.

55 Voir infra, p. 439, n. 85.

56 Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, Madison, The State Historical Society of Wisconsin, vol. 10, 1888, p. 54-63.

57 « L’établissement de Perrot se fit au dessous d’Ouiskouche, dans une situation fort avantageuse contre les insultes des nations voisines » (HAS, t. H, p. 260).

58 Dans une autre étude, J. D. Butler confirme la position du fortin (voir « French Fort at Prairie du Chien », dans Wisconsin Historical Collections, s. d., vol. 10, p. 54-63). Dans ses Mélanges historiques, Benjamin Suite, qui confond les sites des forts Saint-Antoine et Saint-Nicolas, écrit que Perrot « construisit sur le Mississipi, à la Prairie du Chien, non loin de l’île Pelé » un fort qu’il appelle Saint-Nicolas (Mélanges historiques, p. 59). Il corrigera son erreur par la suite (voir G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 126, n. 26).

59 C. W. Butterfield, « French Fort at Prairie du Chien a Myth », dans Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, vol. 10, 1888, p. 307-320.

60 Lyman C. Draper, « Early French Forts in Western Wisconsin », dans Report and Collections of the State Historical Society of Wisconsin, vol. 10, 1888, p. 321-372.

61 L. C. Draper, article cité, p. 324.

62 Ibid., p. 324-325.

63 Ibid., p. 325.

64 Ibid., p. 326. Lyman C. Draper fait allusion au fort Crawford. Un premier fort fut construit en 1816, puis en second en 1829 (voir A. E. Smith, The History of Wisconsin, vol. 1, p. 99).

65 Ibid., p. 329.

66 « Une lieuë au-dessus de l’embouchure du Moingona il y a dans le Micissipi deux Rapides assez longs, où il faut décharger & traîner la Pirogue, & au-dessus du second Rapide, c’est-à-dire, à vint & une lieuës du Moingona, on trouve des deux côtés du Fleuve des Mines de Plomb, découvertes autrefois par une fameux Voyageur du Canada, nommé Nicolas PERROT, & qui portent son nom » (Journal, t. II, p. 766. Les majuscules sont de Charlevoix). Dans sa « Relation », Pénicaut la situe plus justement à une vingtaine de lieues au-dessous de la rivière Wisconsin (Pénicaut, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 412).

67 L. C. Draper, article cité, p. 331. La rivière Des Moines, nom moderne de la rivière Moingona, se jette dans le Mississipi à la hauteur de l’actuelle ville de Keokuk (Iowa). La distance indiquée par Charlevoix est effectivement erronée.

68 L. C. Draper, article cité, p. 331.

69 Ibid., p. 332. Un autre site, un peu au-dessous de Dubuque, à la hauteur de Galena Mines (Illinois), correspond aussi à la description de Bacqueville de La Potherie, mais L. C. Draper ne le retient pas (ibid., p. 332-333).

70 Ibid., p. 333.

71 L. P. Kellogg, The French Régime in Wisconsin, p. 248.

72 HAS, t. II, p. 270-271.

73 L. P. Kellogg, The French Régime in Wisconsin, p. 248. Dans une note, elle précise: « This post, formely believed to have been on the Kalamazoo River, Michigan, is now thought to have been situated at the “Maramech” of Franquelin’s map of 1684, and the “Maramec” of 1688, near Fox River of the Illinois » (ibid., p. 248, n. 10). C’est plutôt en 1693 que Perrot s’établit sur les rives de la rivière Fox (Illinois). Sur l’érection de ce poste, voir supra, p. 98, n. 463, et p. 99, n. 464.

74 G. Malchelosse, « Nicolas Perrot au Fort Saint-Antoine », p. 134.

75 B. Suite, Mélanges historiques, p. 61. Toujours selon B. Suite, Perrot devait rester dans son poste jusqu’en 1692 (ibid., p. 61).

76 Si la majorité des historiens estime que le fortin a été construit au moment où Perrot alla s’établir près des Sioux, en 1685, G. P. Stickney (Nicholas Perrot. A Study in Wisconsin History, p. 12) et Peter Lawrence Scanlan (Prairie du Chien : French British American, s. l., s. é., 1985 (1937), p. 13) pensent que le fort a plutôt été bâti en 1683.

77 HAS, t. II, p. 167-177.

78 HAS, t. II, p. 177. Perrot craignait que les Sauteux n’attaquent les Renards et que ces derniers ne le tuent : il dit au père de la jeune fille de prendre « garde de ne pas agir en étourdi ? que si les gens étoient assez indiscrets de vouloir aigrir leur esprit, les Renards lui casseroient la tête. Que s’il venoit à être tué par eux il pourroit s’assurer que les François vangeroient sa mort sur lui & sur sa nation » (HAS, t. II, p. 177).

79 Un de leur plus importants villages était situé sur la rivière Fox, un affluent de la rivière Wisconsin. Il est vrai que Perrot a pu mentir en annonçant son intention de s’établir parmi les Outagamis : il cherchait peut-être uniquement à éviter un conflit entre les Sauteux et les Outagamis. Mais il courait le risque que son mensonge fût rapidement éventé.

80 HAS, t. II, p. 178-182.

81 HAS, t. II, p. 182.

82 Coordonnées de la rivière Wisconsin : 43°, 00’ de latitude ; 91°, 15’ de longitude.

83 HAS, t. II, p. 183. Les Français se rendirent d’ailleurs au village, où ils établirent des liens commerciaux avec les Aiouez (HAS, t. II, p. 183-184).

84 Voir M. R. Blaine, The Ioway Indians, p. 21. La rivière Root (Minnesota) se jette dans le Mississipi à la hauteur de La Crosse (Wisconsin) ; la rivière Upper Iowa se jette dans le fleuve à la hauteur de New Albin (Iowa).

85 « Fort Crawford at Prairie du Chien, 1829, by Seth Eastman », dans Alice E. Smith, The History of Wisconsin, vol. 1, entre les pages 225 et 226. La gravure fait partie de la collection du Peabody Museum de l’Université Harvard.

86 Pénicaut, « Relation », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 412.

87 Aucun des deux forts n’apparaît sur la carte de l’« Amerique Septenlle. depuis environ 27. jusqu’à 62. degrez de latt. », dessinée par Franquelin en 1686 (date traditionnellement attribuée à la carte) ou en 1687 (voir Jean Delanglez, « Franquelin, Mapmaker », dans Mid-America, janvier 1943, vol. 25, nouvelle série, vol. 14, n° 1, p. 64). A l’automne 1686, lorsque Perrot voulut embrigader les Miamis, qui vivaient près de l’embouchure de la rivière Wisconsin, pour les faire participer à la guerre contre les Iroquois, il dut parcourir « soixante lieues », ce qui correspond à la distance entre le fort Saint-Antoine et le village des Miamis, et il ne semble pas s’être arrêté à l’embouchure de la rivière Wisconsin, peut-être parce qu’il s’y rendit « par terre ».

88 « Relation » de 1692-1693 (ANF, Col. C11A 12, f.203). Voir supra, p. 98.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search