Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

2 (p. 34 et 381)

Texte intégral

1Le problème de la traite illégale des fourrures était endémique. Le 5 juin 1673, le roi émettait une ordonnance pour interdire aux habitants de la colonie « domiciliez ou non domiciliez de sortir ny abandonner leurs maisons et vaguer dans les bois plus de vingt quatre heures sans permission expresse du gouverneur » (ANF, Col. A 21, f. 58 ; Col. B 5, f. 24, et Col. C11A 4, f.11). Le 15 avril 1676, le roi dut interdire à nouveau aux colons « d’aller à la traite des pelleteries dans les habitations des Sauvages et profondeur des bois » (ANF, Col. A 21, f. 59 ; Col. B 7, f. 39). Le 17 septembre 1678, l’intendant Duchesneau faisait écho à l’ordonnance d’avril 1678 et publiait une ordonnance pour empêcher toute personne d’aller sans permission à la traite dans les habitations sauvages, notamment dans l’Ouest (ANF, Col. C11A 4, f.203-206). Mais comme l’ordonnance de 1676 était « en partie eludëe » (lettre du roi à Buade de Frontenac, du 12 mai 1678, ANF, Col. B7, f. 159), les autorités françaises durent la renouveler le 12 mai 1678 (ANF, Col. A 21, f. 63). Autre sujet de préoccupation : la vente d’alcool aux Amérindiens. Le 24 mai 1679, le roi fit interdire « de porter des boissons enyvrantes dans les habitations des Sauvages » (ANF, Col. B 8, f. 19-20), mais les coureurs des bois ne semblent pas avoir obtempéré.

2En 1681, la Cour décida de modifier les règles du jeu. En même temps que le roi amnistiait les coureurs des bois qui n’avaient pas obéi aux injonctions passées, il émettait une nouvelle ordonnance pour interdire la traite aux habitants et instaurait le système des « congés », qui autorisait les administrateurs coloniaux à délivrer une « permission à 25. Canots equipés de 3. Hommes chacun » pour aller faire la traite. Chaque « permission » devait être émise par le gouverneur et « visée » par l’intendant et aucun habitant ne devait bénéficier de ces congés « deux années de suite » (Ordonnance du 2 mai 1681, ANF, Col. A 21, f. 73-74 ; Col. B 8, f. 86-89 ; Col. F3 6, f. 10). Le régime des congés ne mit pas un terme à la traite illégale. Le 1er octobre 1682, Le Febvre de La Barre et l’intendant de Meulles émettaient une ordonnance pour interdire aux colons de pratiquer la traite sans congé (ANF, Col. F3 6, f. 25). Elle dut être renouvelée le 19 octobre 1682 (ANF, Col. F3 6, f. 27). D’autre part, des coureurs des bois vendaient leurs pelleteries aux Anglais d’Albany et de New York. Aussi, en avril 1684, un édit royal défendit-il « à tous les françois habitans de la nouvelle france de se retirer à orange, manatte et autres lieux appartenant aux anglois et hollandois » (ANF, Col. A 21, f. 75). Quelques mois plus tard, le 5 octobre 1684, le gouverneur et l’intendant durent intervenir pour interdire à des habitants de faire monter des canots aux Outaouais (ANF, Col. F3 6, f. 143). À peine deux mois plus tard, Jacques de Meulles, qui accusait le gouverneur de pratiquer la traite, émit une nouvelle ordonnance dans laquelle il menaçait de sanctions ceux qui contreviendraient aux ordres de la Cour, ainsi que ceux qui commanditeraient des expéditions illégales (Ordonnance du 20 décembre 1684, ANF, Col. F3 6, f. 201). Rien n’y fit : le 30 mars 1687, le roi émettait une nouvelle ordonnance pour interdire aux habitants d’aller s’installer chez les « nations voisines » (ANF, Col. C11A 9, f. 215-216). Le retour du comte de Frontenac, en 1689, n’arrangea en rien les choses. La traite illégale continua à se pratiquer sur une si grande échelle que le roi, dans son « Memoire » d’avril 1692, se plaignit que la traite des fourrures détournait les Amérindiens alliés de faire la guerre aux Iroquois (ANF, Col. B 16, f. 90-92). L’année suivante, la Cour reprocha aux administrateurs de la Nouvelle-France d’envoyer en France du « castor absolument gasté », parce que les coureurs des bois achetaient toutes les peaux sans discernement et parce qu’ils prenaient peu de précautions pour les acheminer en Europe (« Memoire » du roi de mars 1693, ANF, Col. B 16, f. 236). Les observations de la Cour produisirent peu d’effet, si bien qu’en mai 1694, le roi fit une longue mise au point et rappela à l’ordre le gouverneur et l’intendant (« Memoire » du roi de mai 1694, ANF, Col. B.17, f. 78-82). Frontenac fit la sourde oreille et la traite illégale se poursuivit de plus belle.

3Un nouveau problème vit alors le jour. Dans son « Memoire » du 14 juin 1695, le roi, qui rappelait une fois de plus les autorités coloniales à leur devoir, leur reprocha la « prodigieuse quantité du Castor des dernieres traittes et leur mauvaise qualité » (ANF, Col. B17, f. 181-184). Le marché de la fourrure était en passe d’être saturé. Le problème atteignit de telles proportions que, le 4 avril 1696, la Cour ordonna au comte de Frontenac et à Champigny de surseoir à tout nouvel envoi de fourrures et d’attendre ses ordres (ANF, Col. B 19, f. 66-67). Les « ordres » ne tardèrent pas à arriver : le 21 mai, le roi interdit la course dans les bois, ordonna l’évacuation des postes de l’Ouest, à l’exception du fort Saint-Louis des Illinois, abolit le régime des congés et exigea le retour de tous les Français dans la colonie (ANF, Col. A 21, f. 80-81 ; B19, f. 79-82, et f. 118-121). Dans son « Memoire » du 26 mai 1696, le roi expliqua sa décision : le conflit avec les Iroquois n’était rien d’autre qu’une guerre commerciale pour le contrôle du marché des fourrures ; l’hostilité des tribus de l’Ouest à l’endroit des Français, ou entre elles, tenait aux mêmes raisons ; la course dans les bois provoquait des divisions dans la colonie ; l’entretien des postes éloignés impliquait des « depenses insupportables » qui ôtaient « les moyens de faire une plus forte guerre aux Irocois » ; la traite des fourrures n’avait favorisé que des « Interests particuliers » ; les « debauches » et les « vices » des coureurs des bois les rendaient « inutiles et à charge de la société civile », en plus de provoquer l’hostilité des Amérindiens alliés à cause des prix excessifs de leurs marchandises ; enfin, l’« immense superflue, et ruineuse quantité de castors, et en partie de mauvaise qualité » que la colonie envoyait en France en avaient détruit le commerce (ANF, Col. B19, f. 85-89). Au-delà des raisons évoquées, on devine l’intention du roi de recentrer la colonie sur ses bases originelles, dont le « principe capital » était de « luy faire trouver sa subsistance dans l’employ des habitans au dedans de son estendüe et dans leur commerce avec le Royaume et avec les Sauvages » (ANF, Col. B19, f. 89).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search