Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Appendices

1 (p. 27, 377 et 378)

Texte intégral

  • 1 La date fait problème. Selon le procès-verbal copié par Pierre Margry (voir infra), la prise de po (...)

1« 16 May 16711.

  • 2 Le prénom de Daumont de Saint-Lusson est Simon-François, et non Jean-Baptiste.
  • 3 Aujourd’hui Sault Sainte Marie (Ontario), où les jésuites avaient établi une mission.
  • 4 Le 2 septembre 1665, le père Claude Allouez gagnait le lac Supérieur et lui donnait le nom « de Mo (...)
  • 5 Aujourd’hui Green Bay (Wisconsin).
  • 6 Aujourd’hui lac Michigan.

2Copie du Procés Verbal de prise de possession du sr. de St. Lusson Nous Jean Baptiste de St. Lusson2 envoyé par ordre de Monsieur Talon Intendant de Canada pour prendre possession reïterée de toutes les terres du costé du Nord, Estant arrivés a Ste. Marie du Sault3, y avons fait assembler le 15.e may 1671 avec l’assistance des Peres Jésuites qui y ont une Mission établie, Toutes les nations ou lesd. Peres Jesuites ont preché l’Evangile, qui s’y sont rendues par leurs deputes et au nombre de dix sept, Sçavoir toutes celles outaoüacs, celles du Lac des hurons et du Lac Superieur ou de Tracy4, des terres du Nord de la Baye d’hudson, celles de la Baye des Puans5 et du Lac des Illinois6. Toutes lesquelles ont declaré volontairement qu’elles se soûmettoient a la domination de sa Maté., et s’estant separées aprés plusieurs cris de joye, ont temoigné en presence desd. Peres Jesuites et avec toutes les ceremonies accoûtumées parmy ces Sauvages, qu’elles vouloient vivre et mourir dans cette resolution, De quoy Nous avons dressé le present procés verbal, a sainte Marie du Sault le seizieme May mil six cent soixante onze

  • 7 France, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et documents. Fonds divers. Amériq (...)

3Signé St. Lusson7 »

4« 14 Juin 1671

  • 8 Ce n’est pas au lac Supérieur, mais au lac Huron que Champlain donna le nom de Mer Douce (Voyages (...)
  • 9 Aucun administrateur au Canada ou en France ne porte ce nom à l’époque où a lieu la prise de posse (...)
  • 10 Sa Majesté.
  • 11 Compte tenu des distances à parcourir et compte tenu du fait que Daumont de Saint-Lusson et Perrot (...)
  • 12 Révérends pères.
  • 13 Il s’agit vraisemblablement des Sauteux.

5Simon François Daumont Escuyer Sr. de St. Lusson commissaire subdelegué de Mon. Seir. L’intendant de la Nlle. France pour la recherche de la mine de cuivre au pais des Outaouois, nez percez, illinois et autres nations Sauvages découvertes et à découvrir en l’Amérique Septentrionle. du côté du lac Superieur ou Mer Douce8 Sur les ordres que nous avons receues de Monseig. l’intendant de la Nlle. France le 3e. Septembre dernier signez et paraphez Talon et au dessous par M gr Varnier9 avec paraphe de nous transporter incessament au pays des Sauvages Outaouois, Nez Percez, Illinois et autres nations découvertes et à découvrir en l’Amerique Septentrionale du coté du lac Supérieur ou Mer Douce pour y faire la recherche et decouverte des mines de touttes façons surtout de celles de cuivre, nous ordonnant au surplus de prendre possession au nom du roy de tout le pays habité et non habité ou nous passerions plantant à la premiere bourgade la croix pour y produire les fruits du Christianisme et l’escu de france pour y assurer l’autorité de S. M.10 et la domination française, Nous en vertu de notre Commission ayant fait notre premier debarquement au village ou bourgade de Ste. Marie du Sault 11 lieu où les R. R. P. P. 12Jesuites font leurs missions et les nations des Sauvages nommées Achipués13

  • 14 Nom déformé des Maramegs, ou Gens de la Barbue, une bande ou un clan de Sauteux, qui occupaient al (...)
  • 15 Nom d’une tribu algonquienne repérée la première fois à la baie des Noquets, à l’embouchure de Gre (...)
  • 16 Il s’agit peut-être des Puants.
  • 17 Le nom peut faire penser aux Makoukoueks, qui formaient un clan des Outagamis ou Renards (F. W. Ho (...)
  • 18 Potéouatamis.
  • 19 Malhomines.
  • 20 Dans la Relation de 1640, Paul Lejeune, qui s’inspire d’un rapport de René Ménard, signale l’exist (...)
  • 21 Outagamis.
  • 22 Cris.
  • 23 Assiniboines.
  • 24 Monsonis. Selon F. W. Hodge, les Monsonis n’étaient pas présents à la cérémonie de la prise de pos (...)
  • 25 Selon F. W. Hodge, il s’agit d’un clan de Cris, qui vivaient sur les rives de la baie d’Hudson (Ha (...)
  • 26 Peut-être s’agit-il d’une déformation de Kuskacoueiak ou Kiskakons, qui formaient une bande d’Outa (...)
  • 27 Selon Jules Tailhan, il s’agit peut-être des Mikikouets ou des Nikikoueks (Mémoire, p. 293). Les M (...)
  • 28 Ni les relations des jésuites, ni les rapports des administrateurs ne signalent cette île.
  • 29 Contiguës.
  • 30 « Gazon. S. M. Motte de terre grasse & molle tirée d’une prairie, & qui est couverte d’herbe » (Fu (...)
  • 31 Incursion.
  • 32 « S’établir en un certain lieu » (Richelet, 1680).
  • 33 Dans la marge, on a écrit : « (sic ) » . Dans Découvertes et établissements des Français (1879, t. (...)

6Malamechs14 Noquets15 et autres font leurs actuelles résidences, nous avons fait assembler le plus des autres nations voisines qu’il nous a été possible, lesquelles s’y sont trouvées au nombre de 14. nations à savoir : les Achipoès, les Malamechs, habitant ledit lieu de Ste. Marie du Sault et les Banabeouiks16 et les Makomiteks17, les Poulteattemis18, Oumalominis19, Sassasaouacottons habitant dans la baye nommée des Puants20 et lesquels sont chargez de leur faire Savoir à leurs voisins qui sont les Illinois Mascouttins, Outtougamis21 et autres nations, les Christinons22, Assinipoals23, Aumoussoniks24, Outaouois Bouscouttons25, Niscaks26 et Masquikoukioeks27, tous habitans des terres du Nord et proches voisins de la Mer lesquels se sont chargez de le dire et faire savoir à leurs voisins que l’on tient etre en tres grand nombre habitans sur le bord de la mer mesme ausquels en presence des R. R. P. P. de la Compagnie de Jésus et de tous les françois cy apres nommez nous avons fait faire lecture de notre dite commission et ycelle fait interpretter en leur langue par le Sr. Nicolas Perrot enterprette pour S. M. en cette partie affin qu’ils n’en puissent ignorer fesant ensuite dresser une croix pour y produire les fruits du Christianisme et proche d’ycelle un bois de cèdre auquel nous avons arboré les armes de France en disant par trois fois et à haute voix et cri publicq, qu’au nom du tres haut, tres puissant et très redoutté monarque Louis 14e du nom très chrestien, roy de france et de Navarre nous prenons possession dudit lieu Ste. Marie du Sault comme aussy des lacs Huron et Superieur, isle de Caientoton28 et de tous les autres pays, fleuves, lacs et rivières contigues29 et adjacentes iceluy tant découverts qu’à découvrir qui se borne d’un costé aux Mers du Nord et de l’Ouest et de l’autre costé à la Mer du Sud, comme de toute Sa longitude ou profondeur levant à chacune desdites trois fois un gazon de terre30 en criant, vive le Roy et le faisant crier à toutte l’assemblée tant françoise que sauvage declarant auxdites nations cy dessus que dorénavant comme dès à présent ils étoient relevants de S. M. sujets à subir Ses lois et suivre Ses coutumes, leur promettant toute protection et secours de sa part contre l’incurse31 ou l’invasion de leurs ennemis, déclarant à tous les autres potentats, princes, souverains estats que republiques, eux ou leurs sujets qu’ils se peuvent ny ne doivent s’emparer, ny s’habituer32 en aucun lieu de cedit pays que sous le bon plaisir de S. dite M. tres chrestienne et de celuy qui gouvernera le pays de sa part, à peine d’en encourir sa haine et les efforts de ses armes et affin qu’aucun n’en pretende cause d’ignorance, nous avons attaché au derrière des armoiries de France autant33 du présent de notre procès Verbal de prise de possession, signé de nous et des personnes cy après nommées lesquelles estoient toutes présentes.

  • 34 Correction dans la marge : Joviel.
  • 35 Nous n’avons pu produire des renseignements biographiques sur les témoins.

7Fait à Ste. Marie du Sault le 14e jour de Juin, l’an de grace 1671 ; aux présences des R. R. P. P. le R. P. Claude Dablon superieur des missions de ces pays là ; le R. P. Gabriel Dreuillette le R. P. Claude Allouez, le R. P. André, tous de la Cie. de Jesus et du Sr. Nicolas Perrot interprette pour S. M. en cette partie, le Sr. Jolliet Jacques Mogras, habitans des 3 Rivieres, Pierre Moreau Sr. de la Tauppine, soldat de la garnison du Chateau de Québec, Denis Masse, françois de Chavigny, Sr. de la Chevriottiere, Jacques Largillier, Jean Mayseré, Nicolas Dupuis, françois Ribaude, Jacques Jouel34, Pierre Porteret, Robert Duprat, Vital Driol, Guillaume Bonhomme et autres témoins35.

8Ainsy Signé.

  • 36 BNF, mss, N.A.F., vol. 9288, f. 76-77. Les mots soulignés l’ont été par le copiste ou par un lecte (...)

9Daumont de St. Lusson avec paraphe36 ».

  • 37 Erreur de date relevée par Benjamin Suite (Mélanges historiques, p. 52).

10Selon Bacqueville de La Potherie, le 4 juin 167137, on planta « un Poteau », puis on distribua des présents aux Amérindiens et on leur demanda s’il voulaient se « reconnoître en qualité de sujets le grand Onontio des François ». Les chefs présents répondirent par des présents qu’ils « n’avoient rien de plus à cœur que l’alliance des François » et « l’estime particuliere de leur grand Chef », dont ils imploraient l’appui. Alors « Le Sieur Perot faisant piocher en même temps trois fois la terre, leur dit : Je prends possession de cette terre au nom de celui que nous appelions notre Roi, cette terre est sienne, & tous ces peuples qui m’entendent sont ses Sujets, qu’il protégera comme ses enfans ; il veut qu’ils vivent en paix, il prendra leurs affaires en main. Si quelques ennemis se soulevent contr’eux il les détruira : s’ils forment entr’eux quelques differens il veut en être le juge ». Daumont de Saint-Lusson attacha ensuite au poteau une « plaque de fer », sur laquelle étaient « peintes » les armes du roi, fit dresser un procès-verbal et le fit signer par tous. Il fit aussi dresser d’autres procès-verbaux, uniquement signés par les Français. On en glissa un entre la plaque et le bois du poteau, mais peu après, les Amérindiens jetèrent le document et arrachèrent la plaque, « craignant que cette écriture ne fut un sort qui feroit mourir tous ceux qui habiteroient ou frequenteroient cette terre » (HAS, t. II, p. 128-130).

11Selon Benjamin Suite, Cavelier de La Salle était présent à la cérémonie (Histoire des Canadiens-Français 1608-1880, Montréal, Wilson & Cie, Editeurs, 1882, t. V, p. 18-19), mais dans son mémoire du 2 novembre 1671, Talon écrit : « Le Sr. de lasalle n’est pas encore de retour de son voyage fait du costé du sud de ce païs, Mais le sr. De St. Lusson est revenu après avoir poussé jusqu’à près de cinq cens lieues d’icy planté la croix et arboré les armes du Roy en présence de dix sept nations sauvages assemblées de touttes parts à ce sujet ». Plus bas, il signale la présence des pères jésuites à la cérémonie (ANF, Col. C11A 3, f. 161). Si Cavelier de La Salle avait été présent, il l’aurait indiqué.

Notes

1 La date fait problème. Selon le procès-verbal copié par Pierre Margry (voir infra), la prise de possession a eu lieu le 14 juin 1671.

2 Le prénom de Daumont de Saint-Lusson est Simon-François, et non Jean-Baptiste.

3 Aujourd’hui Sault Sainte Marie (Ontario), où les jésuites avaient établi une mission.

4 Le 2 septembre 1665, le père Claude Allouez gagnait le lac Supérieur et lui donnait le nom « de Monsieur de Tracy en reconnoissance des obligations, que luy ont les peuples de ces contrées » (« Journal du Voyage du Pere Claude Allouez dans les Pas des Outaoüacs », JR, vol. 50, p. 264).

5 Aujourd’hui Green Bay (Wisconsin).

6 Aujourd’hui lac Michigan.

7 France, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et documents. Fonds divers. Amérique 5, f. 282. Un double du document est conservé au f. 283 du même fonds.

8 Ce n’est pas au lac Supérieur, mais au lac Huron que Champlain donna le nom de Mer Douce (Voyages et descouvertures faites en la Nouvelle France, depuis l’année 1615. jusques à la fin de l’année 1618., dans Works, vol. 3, p. 45 ; carte de 1632).

9 Aucun administrateur au Canada ou en France ne porte ce nom à l’époque où a lieu la prise de possession.

10 Sa Majesté.

11 Compte tenu des distances à parcourir et compte tenu du fait que Daumont de Saint-Lusson et Perrot ont passé l’hiver dans la région, la mission de Sainte-Marie-du-Sault n’est pas leur « premier débarquement ».

12 Révérends pères.

13 Il s’agit vraisemblablement des Sauteux.

14 Nom déformé des Maramegs, ou Gens de la Barbue, une bande ou un clan de Sauteux, qui occupaient alors la rive est de la partie nord du lac Supérieur (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 804-805).

15 Nom d’une tribu algonquienne repérée la première fois à la baie des Noquets, à l’embouchure de Green Bay. Les Noquets se sont sans doute intégrés aux Sauteux ou aux Malhomines (F. W. Hodge, Handbook, 1910, p. 82-83).

16 Il s’agit peut-être des Puants.

17 Le nom peut faire penser aux Makoukoueks, qui formaient un clan des Outagamis ou Renards (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 793).

18 Potéouatamis.

19 Malhomines.

20 Dans la Relation de 1640, Paul Lejeune, qui s’inspire d’un rapport de René Ménard, signale l’existence de Rasaouakouetons près des Puants (JR, vol. 18, p. 230). Selon Reuben Gold Thwaites, il s’agirait de Mascoutins, le « R » du nom étant une faute d’impression pour un « M » (JR, vol. 18, p. 259, n. 17). Mais selon Frederick W. Hodge, il s’agit peut-être d’un clan outaouais (Handbook, 1910, p. 34).

21 Outagamis.

22 Cris.

23 Assiniboines.

24 Monsonis. Selon F. W. Hodge, les Monsonis n’étaient pas présents à la cérémonie de la prise de possession du territoire (Handbook, 1907, p. 932-933).

25 Selon F. W. Hodge, il s’agit d’un clan de Cris, qui vivaient sur les rives de la baie d’Hudson (Handbook, 1907, p. 163).

26 Peut-être s’agit-il d’une déformation de Kuskacoueiak ou Kiskakons, qui formaient une bande d’Outaouais. En 1668, Claude Allouez les rencontre à la Pointe Saint Esprit, près de l’actuelle ville de Bayfield (Wisconsin). En 1677, ils vivaient avec les Hurons à Michillimakinac (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 703-704).

27 Selon Jules Tailhan, il s’agit peut-être des Mikikouets ou des Nikikoueks (Mémoire, p. 293). Les Mikikouets, ou Maskegons, formaient une tribu algonquine proche des Cris, qui occupait un territoire délimité par le lac Winnipeg, le lac des Bois et la baie d’Hudson (F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 813-814). Quant aux Nikikoueks, ou Gens de la Loutre, c’était une petite tribu algonquine, qui vivait originellement sur la rive nord du lac Huron. Ils se seraient rapprochés des Sauteux, mais les raids iroquois auraient fini par les faire disparaître (F. W. Hodge : Handbook, 1910, p. 70-71). Comme le remarque F. W. Hodge, il est peu probable que le procès-verbal fasse allusion aux Nikikoueks, car ceux-ci occupaient un territoire fort éloigné des tribus du Nord auxquelles fait alors allusion le texte. Aussi estime-t-il qu’il s’agit plutôt des Mikikouets (Handbook, 1907, p. 813).

28 Ni les relations des jésuites, ni les rapports des administrateurs ne signalent cette île.

29 Contiguës.

30 « Gazon. S. M. Motte de terre grasse & molle tirée d’une prairie, & qui est couverte d’herbe » (Furetière, 1690).

31 Incursion.

32 « S’établir en un certain lieu » (Richelet, 1680).

33 Dans la marge, on a écrit : « (sic ) » . Dans Découvertes et établissements des Français (1879, t. I, p. 96-99), Pierre Margry a remplacé « autant » par le substantif « extrait ».

34 Correction dans la marge : Joviel.

35 Nous n’avons pu produire des renseignements biographiques sur les témoins.

36 BNF, mss, N.A.F., vol. 9288, f. 76-77. Les mots soulignés l’ont été par le copiste ou par un lecteur du texte. Le même texte est repris dans Pierre Margry, Découvertes et établissements des Français, 1879, t. I, p. 96-99.

37 Erreur de date relevée par Benjamin Suite (Mélanges historiques, p. 52).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search