Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Harangue qu’il auroit fallu faire à toutes les nations outaouases pour les obliger à la paix du Renard et ses alliés

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 349, n. 10. Pour un autre exemple de harangue de Perrot, voir appendice 19, infra, (...)

1Escoutez, mes enfans, dit vostre pere Onontio1, escouttez, dit il, j’ay du chagrin d’entendre tous °les ans parler des carnages qui se font dans vostre pays, en vous detruisant les uns les autres. J’ay en horreur le sang repandu et qui se repandra encore. Si je n’y mets fin, je suis asseuré qu’en peu de temps vous vous detruirez touts et que je n’auray plus d’enfans. J’aime vos personnes et vos familles et je veux qu’elles vivent.

  • 2 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « son » par « ton ».
  • 3 Voir supra, p. 318, n. 20.
  • 4 Dans le manuscrit, on lit : « l’auroit ». Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer le (...)

2Toy Outaoüack, tu fais la guerre au Renard, qui t’a donné la vie, prenant son2 party contre le Miamy, lorsque tu allois en chasse au haut de la Riviere Noire3, car il [t’4]auroit tué sans luy, et le Kikapou, qui s’opposerent à son dessein.

  • 5 Le toponyme n’apparaît pas sur les cartes de Franquelin (1688), de Bellin (1744) ou de d’Anville ( (...)
  • 6 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « a » par « eut ».
  • 7 Comme le fait remarquer Jules Tailhan, Chingouabé, chef des Sauteux établis à Chagouamigon, était (...)

3Toy Saulteur, dans le meme temps tu as sauvé la vie à toute la nation qui estoit dans Mamekagan5, lorsque Chingouabé pria le Miamy d’aller °manger ses chiens. Il te vouloit trahir et te manger, si le Renard, que tu regardois comme ton ennemy, a6 voulu consentir à ta perte. Tu l’as cependant tué, il ne s’est vengé que lorsque tu l’y as contraint, mais il t’a rendu de bon grés tes gens, et tu as encore les siens7.

  • 8 Selon Bacqueville de La Potherie, vers la fin du xviie siècle, les Outagamis, les Miamis et les Ou (...)

4Toy Miamy, tu sçay que le Renard n’a jamais eu guerre contre toy. Il t’a soutenu et t’a aydé à te venger lorsque tu as esté deffait par les °Scioux8.

  • 9 Jules Tailhan pense que Perrot s’adresse ici aux Mascoutins, décimés par la maladie (Mémoire, p. 3 (...)
  • 10 Les Miamis de la Grue (Atchatchakangouen) formaient un important groupe parmi les Miamis. Sous la (...)

5Toy.....9 tu n’ignore[s] pas que tes chefs moururent de maladie, quand le Renard fust venger les Miamis de la Grüe, qui auroient esté deffaits par les Scioux, s’il n’en avoit eu pitié. Il les a gagné[s] par des presens et a confirmé l’alliance que tu avois contractée avec luy, et avec lequel tu n’as jamais esté en guerre, non plus qu’avec le Kikapou, qui a fait tousjours village avec luy, au lieu que les autres Miamis ont tué les parens de tes gens cet hyver10.

  • 11 L’allusion à la défaite des Renards au Détroit, en 1716, implique que cette section des mémoires a (...)

6Toy, Illinoets, tu n’avois jamais eu guerre contre le Renard ny contre le Kikapou. Tu l’a[s] cependant attaqué lorsqu’il estoit au Detroit. Il s’est deffendu, vous vous esté tué[s] les uns les autres. Tu t’es vengé quand on l’a deffait au Detroit et quand il s’est rendu dans son pays. Il a pris un de tes chefs, qu’il a renvoyé, et tu as cassé la teste à ses deputés, tu dois estre content11

  • 12 En août 1721, Charlevoix a rencontré deux chefs potéouatamis près de la rivière Saint-Joseph, dont (...)

7Toy, Pouteoutemis, ta nation est demy Sakis. Les Sakis sont en partie Renards, tes cousins, et tes beaux freres sont Renards et Sakis. Pirimon et Ouenemek, qui sont tes chefs et qui pleurent les meurtres qui se font dans tes familles les uns sur les autres, ils sont aux Sakis12. Je vous aime touts, dit vostre pere Onontio, je veux esteindre les feux de la guerre qui sont si allumés, que, outre ceux de vous tous qui en ont esté °consommés, ne manqueront pas de consommer de part et d’autre le reste, si je ne les eteins.

8Toy, Huron, sois content. Tu as perdu tes gens, mais tu dois estre vengé. Tu es trop cruel. Souviens toy de ce que tu as fait contre moy et contre mes enfans, tes alliés, lorsque j’ay entrepris pour toy contre tous, °et si je ne te protegeois, tu ne serois plus. Tu n’a[s] voulu trahir en telle rencontre et je t’ay pardonné afin d’attirer ta reconnoissance.

9Toy, Outaouack, tu a[s] tué les Miamis au Detroit, qui estoient entre mes bras. Tu y as assasiné des François dans le meme temps et ailleurs.

  • 13 Sans doute une allusion à la paix de 1701.
  • 14 Ajout de J. Tailhan.

10Toy, Saulteur, tu as pareillement tué des François, toy de meme, Missisakis. J’ay avalé le chagrin que j’avois de mes morts et je ne t’ay pas chatié, et toy, Miamy, aussy. J’ay pardonné à tous et bien loin de me venger, je vous ay soustenu contre l’Irroquois qui estoit un de mes fidel[e]s enfans, que vous avez tué et qui n’a jamais remué depuis la derniere paix que je luy ay fait faire avec vous, sans laquelle il vous aurait touts detruits13, car il estoit capable de vous deffaire, sans emprunter de moy que ma volonté et mon consentement. Au contraire, pour vous soustenir, je vous ay non seulement fourny le secours de mes armes, mais encore ma jeunesse, qui a esté °entierem[en]t [tüée14] à cause de vous. Je vous ay mesme soustenu contre le Renard, qui ne m’en a jamais tué.

11Je veux, mes enfans, que cette guerre finisse, et si quelqu’un ne m’obeit pas, je me declare contre luy et pour le Renard. Touttes les nations auroient consenties à la paix. C’est pourquoy on ne doit pas craindre de leur reprocher leurs vices, non plus que les services qu’on leur a rendus, car le caractere du sauvage est de ne point oublier le bien qu’on luy a fait, dans les °occasions qui sont survenues.

  • 15 Comme le rappelle Jules Tailhan, les autorités coloniales adoptèrent une attitude contraire en s’e (...)

12Voilà, Monseigneur, mes petites pensées, qui auraient eüe leurs succès, si j’avois accompagné Mr. de Louvigny15. Quant aux Renards, j’en serais bien venu à bout.

13La disette de papier °ne me permet pas de m’estendre sur ces sortes de harangues comme j’aurais eu lieu de le faire, si je n’en avois pas esté depourveu.

Notes

1 Voir supra, p. 349, n. 10. Pour un autre exemple de harangue de Perrot, voir appendice 19, infra, p. 465-466.

2 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « son » par « ton ».

3 Voir supra, p. 318, n. 20.

4 Dans le manuscrit, on lit : « l’auroit ». Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer le « 1 » par un « t ».

5 Le toponyme n’apparaît pas sur les cartes de Franquelin (1688), de Bellin (1744) ou de d’Anville (1755) ; il n’est pas davantage recensé par Thomas Corneille dans son Dictionnaire universel, geographique et historique (Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1708). Mais un lac et une rivière Namekagon, dans Chequamegon National Forest, au sud de la partie ouest du lac Supérieur (Wisconsin), évoque le nom Mamekagan.

6 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer « a » par « eut ».

7 Comme le fait remarquer Jules Tailhan, Chingouabé, chef des Sauteux établis à Chagouamigon, était l’un des députés des nations de l’Ouest auxquels le comte de Frontenac donna audience en juillet 1695 (Mémoire, p. 317-318, n. 2).

8 Selon Bacqueville de La Potherie, vers la fin du xviie siècle, les Outagamis, les Miamis et les Outaouais s’étaient alliés contre les Sioux (HAS, t. II, p. 338-351).

9 Jules Tailhan pense que Perrot s’adresse ici aux Mascoutins, décimés par la maladie (Mémoire, p. 318, n. 3). Bacqueville de La Potherie signale que plusieurs morts avaient eu lieu au sein de la tribu (HAS, t. II, p. 249-250).

10 Les Miamis de la Grue (Atchatchakangouen) formaient un important groupe parmi les Miamis. Sous la pression des Illinois, ils se seraient installés à l’ouest du Mississipi, mais en butte à l’hostilité des Sioux, ils se rapprochèrent de la mission jésuite de Saint-François-Xavier de la baie des Puants (Green Bay). Selon le père Claude Allouez, ils s’étaient établis dans les bois, un peu à l’ouest de la mission proprement dite (voir Relation de 1672-1673, dans JR, vol. 68, p. 40). Les Miamis de la Grue finirent par se fondre dans le reste de la nation (F. W. Hodge, Handbook, 1907, t. I, p. 107).

11 L’allusion à la défaite des Renards au Détroit, en 1716, implique que cette section des mémoires a été écrite après cette date.

12 En août 1721, Charlevoix a rencontré deux chefs potéouatamis près de la rivière Saint-Joseph, dont l’un s’appelait « Pirémon », l’autre « Ouilamek » (Journal, t. II, p. 645). Selon D. J. Horton, Ouilamek (ou Ouenemek, Haouilamek, Ouilameg, Wilamak) était chef potéouatami vers 1695-1717 (DBC, t. II, p. 525-526). Comme les noms amérindiens étaient transmis d’une génération à l’autre, il n’est pas étonnant que Charlevoix ait rencontré deux chefs qui portaient des noms semblables à ceux signalés par Perrot.

13 Sans doute une allusion à la paix de 1701.

14 Ajout de J. Tailhan.

15 Comme le rappelle Jules Tailhan, les autorités coloniales adoptèrent une attitude contraire en s’en prenant aux Outagamis (Mémoire, p. 318, n. 5).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search