Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

De l’insolence et de la vaine gloire des sauvages et de ce qui y a donné lieu

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 295-296.
  • 2 Dans son « Memoire instructif de L’Estat Des affaires de La Nouvelle france et de la conduitte De (...)
  • 3 Ajout de J. Tailhan.
  • 4 Correction suggérée par Jules Tailhan : « leur refuser ».
  • 5 « Minuter, signifie figurément, Projetter, avoir dessein de faire quelque chose, & sur tout en cac (...)

1Tous les Sauvages qui commercent avec le François ne le sont que de nom. Ils ont l’esprit de se servir de tout ce qu’ils voyent et connoissent leur pouvoir estre utile, egalement comme nous. L’ambition et la vaine gloire, comme je l’ay desja dit, sont les passions superieures qui les gouvernent1. Ils voyent les François faire mil bassesses touts les jours à leurs yeux, par un esprit d’interest, pour estre de leurs amis et en acquerir les pelleteries, non seulement dans la colonie, mais aussy dans leurs pays. Ils s’apperçoivent que les Commandants traittent comme les autres avec eux, car la coustume des chefs, parmy les Sauvages, est de donner gratuitement, et la chose leur paroit d’autant plus odieuse2. Ils ont la presomption de croire que l’on [n’3]oseroit les chatier, ny le faire ressentir à leurs familles, quand ils sont tombés en faute, se voyant, quoyque coupables, soustenus des "puissances, et le François bien souvent °innocent et fondé en droit °puny au sujet des differens qu’ils ont eu[s] avec eux. Cela fait qu’ils en ° abusent et surtout quand ils voyent chatier celuy contre lequel ils ont formé des plaintes. Les interpretes, ou ceux qui les dirigent, en sont bien souvent la cause, par le °penchant injuste qu’ils ont ordinairement pour eux. Ces sortes d’injustices, quoyqu’en leur faveur, leur fait avoir un mepris si grand pour nous qu’ils regardent ceux de la nation Françoise comme des miserables valets et des gens les plus malheureux du monde. Voilà comme on les a menagé[s] depuis quelque temps. Ils en sont devenus si fiers qu’il faut en user à present avec eux d’une espece de soumission. S’ils parlent aux puiss[an]ces du pays, c’est d’une maniere si haute et si imperieuse qu’ils n’oseroient pour ainsy dire leur avoir refusé4 ce qu’ils ont à demander. Et s’ils ne l’obtenoient pas, ils ne craindroient pas d’en temoigner leur ressentiment. On ne se laissoit pas autrefois gouverner de la sorte, on sçavoit les caresser à propos, et quand ils le meritoient, soit dans la colonie ou chez eux. On estoit pareillement exact à les chatier lorsqu’ils estoient fautifs. J’en ay cité plusieurs exemples dans ce memoire. Car combien de fois les ay je obligé à se soumettre quand ils ont mal parlé de Mons[ieu]r le Gouverneur, et de luy aller faire des presens en avouant leur faute ? Quand ils ont voulu minutter5 quelque entreprise contre l’Estat, je les ay obligé[s] à s’en desister. Ce memoire le marque en bien des endroits et si quelqu’un vouloit gloser contre ce que j’avance, je suis pret d’en prouver la verité en leur faisant connoitre sensiblement que tout ce que j’ay raporté est très fidel[e], par le temoi[gna]ge de deux cens personnes clignes de foy, qui ont veu et connu ce que j’ay fait dans leurs pays, je veux dire celuy des nations sauvages, pour la gloire et l’avantage de la colonie.

  • 6 Peut-être Charlevoix s’inspirait-il de ces lignes lorsqu’il stigmatisait « l’insatiable avidité de (...)
  • 7 Autre mémoire de Perrot malheureusement perdu.
  • 8 « Œuvre, se dit proverbialement [...] La fin couronne l’œuvre ; pour dire [...] Ce n’est pas assez (...)
  • 9 Ajout de J. Tailhan.

2Ne voyons nous pas des François, tous les jours, devant nos yeux, qui n’estoient que des miserables valets, qui, après avoir deserté dans les bois, ont amassé des richesses qu’ils ont aussytost dissipées, s’estre ingerés de raporter des merveilles aux puissances, qui y ont adjouté foy, et croyant faire pour le mieux, suivant le raport qu’on leur faisoit, ont ruiné touttes les affaires, et les ont reduit[s] dans un estat si pitoyable qu’il sera très difficile de les remettre6 ? On s’estoit proposé pour principe de detruire le Renard pour faire fleurir touttes choses. J’ay donné à Monseigneur de Vaudreuil un memoire là dessus, qui a esté traversé, puisqu’il n’a pas eu son effet. Il a connu par la °suitte que ce que j’y exposois est arrivé au prejudice de la colonie7. Je souhaitte que tout aille mieux, mais je crains le contraire, et que le proverbe usité dans le monde ne se trouve veritable, c’est à dire que la fin ne couronne l’œuvre8, à l’advantage de quelqu’autres que de la colonie. Je ne veux point marquer ce que je prevois, crainte de [causer du9] chagrin à des personnes qui m’en voudroient et qui neantmoins avoueroient dans la suitte que j’aurais exposé la verité.

  • 10 Nous n’avons pas trouvé trace de ces accusations.

3Quand j’ay eu l’honneur d’estre chargé de menager l’esprit des Sauvages, on m’a laissé la liberté de leur dire ma pensée. Il s’est trouvé des jaloux qui m’ont taxé d’avoir esté trop rude en leur endroit10. Quand je leur ay parlé serieusement, on les a veu venir se soumettre et temoigner le repentir qu’ils avoient de leur faute.

  • 11 Voir supra, p. 349, n. 10.
  • 12 Perrot fait peut-être allusion à sa mission, en 1690, alors qu’il revint dans l’Ouest en compagnie (...)

4Quand sept des nations outaouases se rangerent du costé des Irroquois, Mr. de Louvigny m’envoya les en empescher. Je leur fis voir qu’ils s’alloient livrer en des gens qui les detruiraient dans la suitte, et que si leur pere Onontio11 ne les avoit soutenu[s], ils seroient à present touts detruits. Je leur exposay la trahison qui estoit arrivée de la part des Irroquois envers les Hurons, dans les temps que les Miamis ayderent à les detruire et se joignirent à eux sans avoir egard à la paix qu’ils avoient faite ensemble12.

  • 13 Comme le rappelle Jules Tailhan (Mémoire, p. 317, n. 3), George Bancroft rapporte que des colons d (...)

5Lorsque les Anglois ont voulu les attirer par des presens, qu’ils ont acceptés, je leur ay fait comprendre qu’ils alloient s’allier avec des traitres qui avoient empoisonné une partie des nations qui s’estoient trouvés chez eux, et qu’aprés avoir enyvré les hommes, ils avoient sacrifié et °enlevé leurs femmes et leurs enfans pour les envoyer dans des isles eloignées, d’où ils ne revenoient jamais13, qu’ils voyoient bien que l’Irroquois en estoit comme le fils, qui n’auroient pas manqué de concert avec eux à les detruire, si leur pere Onontio ne les avoit protegé[s] et deffendu[s], que le bon marché des marchandises n’estoit qu’un appat, dont ils se servoient pour se rendre maistres d’eux et les donner en proye aux Irroquois. Quand ils ont voulu s’imaginer des raisons pour se faire la guerre, ne leur ay je pas donné à connoitre que c’estoit troubler le repos de leurs familles, et qu’ils devoient plustot se soustenir les uns et les autres contre l’Irroquois, qui estoit leur ennemy à touts ?

6Dans touttes leurs mauvaises entreprises, n’ont ils pas suivy mon sentiment pour s’en desister ? Je leur ay tousjours parlé de mon chef dans l’absence de mes superieurs. C’est ce qui [donna] lieu à des envieux de medire à mon sujet. C’est aussy d’où sont provenues touttes les mauvaises affaires qui sont survenues dans la suitte.

  • 14 Malgré l’adroite politique de Rigaud de Vaudreuil pour maintenir les Amérindiens dans l’orbite de (...)

7Si j’eusses monté avec Mr. de Louvigny, je me serois flatté d’engager les Renards à demander la paix, quoyque nos alliés n’y fussent pas portés14.

Notes

1 Voir supra, p. 295-296.

2 Dans son « Memoire instructif de L’Estat Des affaires de La Nouvelle france et de la conduitte De Denonville depuis la campagne derniere 1687. », du 10 août 1688, Brisay de Denonville dénonce les « bassesses » des coureurs des bois pour obtenir les pelleteries des Amérindiens et le « mepris » de ceux-ci à leur endroit (ANF, Col. C11A 10, f. 66). Comme les commandants des postes trafiquaient tout autant que les coureurs des bois, les Amérindiens ne devaient guère les distinguer sur ce plan des autres trafiquants.

3 Ajout de J. Tailhan.

4 Correction suggérée par Jules Tailhan : « leur refuser ».

5 « Minuter, signifie figurément, Projetter, avoir dessein de faire quelque chose, & sur tout en cachette, à la Sourdine » (Furetière, 1690).

6 Peut-être Charlevoix s’inspirait-il de ces lignes lorsqu’il stigmatisait « l’insatiable avidité des Particuliers, qui s’appliquoient uniquement » au commerce des fourrures et qui étaient venus à bout de faire « disparoître presqu’entierement » les bêtes du continent « en moins d’un siècle » (Journal, t. I, p. 246-247).

7 Autre mémoire de Perrot malheureusement perdu.

8 « Œuvre, se dit proverbialement [...] La fin couronne l’œuvre ; pour dire [...] Ce n’est pas assez de bien commencer, il faut bien achever » (Furetière, 1690).

9 Ajout de J. Tailhan.

10 Nous n’avons pas trouvé trace de ces accusations.

11 Voir supra, p. 349, n. 10.

12 Perrot fait peut-être allusion à sa mission, en 1690, alors qu’il revint dans l’Ouest en compagnie de La Porte de Louvigny et qu’il travailla à rétablir la confiance des Outaouais à l’endroit des Français (voir supra, p. 84-88). D’autre part, en 1694, en même temps qu’ils faisaient des ouvertures de paix, les Iroquois tentèrent de saper l’alliance des Hurons et des Outaouais de Michillimakinac avec les Français en soutenant que ceux-ci étaient prêts à négocier la paix au détriment de leurs alliés amérindiens. La Porte de Louvigny parvint à persuader les chefs hurons et outaouais de se rendre à Québec, où ils purent être détrompés. Peut-être Perrot joua-t-il alors un rôle important (voir HDG, t. II, p. 138-140).

13 Comme le rappelle Jules Tailhan (Mémoire, p. 317, n. 3), George Bancroft rapporte que des colons du Connecticut, du New Hampshire, de la Virginie et de la Caroline vendirent des Amérindiens comme esclaves à l’étranger (Histoire des Etats-Unis depuis la découverte du continent américain, Paris-Bruxelles, Firmin Didot frères, fils et Cie - A. Lacroix, Van Meenen et Cie, Éditeurs, 1881, t. I, « Première série : histoire de la colonisation », p. 185 et 186). Mais Perrot fait peut-être allusion aux colons du Massachussetts et du Rhode Island qui, après une révolte d’Amérindiens sur leur territoire en 1676, vendirent des captifs en esclavage aux Antilles (voir Esmond Wright, A History of the United States of America, Cambridge, Blackwell Publishers, 1995, t. I, « The Search for Liberty. From Origins to Independance », p. 147-148).

14 Malgré l’adroite politique de Rigaud de Vaudreuil pour maintenir les Amérindiens dans l’orbite de la France, un conflit éclata en 1712. Les Renards et les Mascoutins projetèrent de s’en prendre aux autres tribus à Détroit, mais leur complot fut éventé. Le 13 mai, les Français et leur alliés assiégèrent le village des Renards, mais ceux-ci parvinrent à s’échapper, à la nuit tombée. Les alliés les rejoignirent à la presqu’île près du lac Sainte-Claire, où ils les défirent : une centaine de Renards furent tués ou fait prisonniers. Rigaud de Vaudreuil fit alors occuper les postes de l’Ouest, malgré l’édit de 1696 qui avait ordonné leur abandon. En 1716, il chargea La Porte de Louvigny d’attaquer les Renards à la baie des Puants (Green Bay) afin de les obliger à faire la paix. Après avoir subi une nouvelle défaite, les Renards s’engagèrent à signer la paix l’année suivante, mais ne tinrent pas parole. En 1721, ils recommencèrent leurs raids contre les Français. Au lieu de leur faire la guerre, comme on le lui demandait, Rigaud de Vaudreuil conclut une paix avec eux dans le but de protéger les traitants de la Nouvelle-France (voir G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 212 ; Y. F. Zoltvany, DBC, t. II, p. 591-600).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search