Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Trahison des Outaoüas envers les François

Texte intégral

  • 1 « Les historiens du Canada », écrit Jules Tailhan, « ne disent rien [...] de cette conjuration des (...)

1On a veu aussy bien des fois l’Outaouas tramer contre les François qui estoient en traitte chez eux. N’ont ils pas, de ma connoissance, presenté le poignard à touttes les nations d’en haut pour les exciter à se rendre complices de l’attentat qu’ils avoient envie de faire, et les pousser à massacrer ceux qui commerçoient chez eux ? J’en parle comme temoin oculaire, ayant fait echoüer leur entreprise1.

  • 2 Dans leur lettre du 14 novembre 1708, Rigaud de Vaudreuil et Raudot évoquent le meurtre de trois F (...)
  • 3 Allusion au conflit qui opposa les Outagamis et les Français et leurs alliés, en 1712, et qui se d (...)
  • 4 Selon Charlevoix, le meurtre d’Iroquois par des Outaouais à Catarocouy (Kingston) eut lieu en 1704 (...)

2On sçait qu’ils ont egorgé les chefs Miamis, qui estoient venu conférer avec les François au Détroit et qu’ils ont frapé dans cette occasion2. Quand les Illinois, secondés des François, ont battu les Renards, n’estoient ils pas disposés à massacrer les François si les Renards [n’]eussent esté entierement deffaits3 ? C’est un fait incontestable qu’ils ont tué des Irroquois, qui s’estoient mis sous la protection du fort de Katarakouy4.

  • 5 Les Sakis étaient divisés en deux factions, dont l’une appuya les Outagamis contre les Français et (...)

3N’avons nous pas veu l’Irroquois ayder à bruler des Sakis qui en avoient esté pris5 ?

  • 6 Il est difficile de savoir avec précision à quels meurtres Perrot fait allusion. Mais les assassin (...)
  • 7 Ajout de J. Tailhan.

4Le Miami a tué des François, l’Illinois pareillement, le Saulteur de même, et les gens du Nord aussy. Ce n’a esté de leur part que conspiration contre nous, sans qu’on ait fait aucun mouvement pour s’en venger6. Quelle conséquence ne peut on pas tirer de la suitte ? Ne doit-on pas s’imaginer que le Renard estant entierement deffait (qui ne l’est pas encore), il surviendra encore d’autres guerres, et que le secours que ces traistres tirent de la colonie, pour ayder à les detruire, ne serviront qu’à la propre destruction des François, quand ils se seront destruits entre eux ? Car il n’y a pas de nation sauvage qui n’en veule à une autre. Le Miamy et l’Illinois se hayssent reciproquement. L’Irroquois en veut aux Outaouas et aux Saulteurs, et ainsy des autres. Il n’y a aucune de ces nations qui ne se dise fondée de faire la guerre les unes aux autres. On ne peut donc s’attendre qu’à des guerres successives et inevitables, si on n’y obvie. Mais j’apprehende qu’on ne se mette en estat de les prevenir trop tard et que le feu s’allume si bien qu’on ne le puisse pas eteindre, à cause du secours que le François continue de donner aux autres nations, en consideration de celle des Hurons, qui est plus traitre et plus rusée que toutes les autres. Car elles ne subsisteroit [plus7] si le François ne l’avoit protegée, quoyqu’elle ait bien des fois encourue son indignation.

  • 8 Sur les nations amérindiennes auxquelles Perrot fait allusion, voir infra, p. 414-417. Les différe (...)

5Voilà donc, Monseigneur, ce dont je puis vous informer. Je me serois un peu plus estendu, si le papier me l’avoit permis, mais, suivant ce que j’ay marqué, vous pourez facilement connoitre quels sont les mœurs des Sauvages. L’exemple des Tsonontouans vous persuadera facilement qu’on ne peut se fier à aucune des nations et qu’il vaudroit bien mieux les laisser vuider leurs differens entre eux que de s’en mesler, si ce n’est pour les accom-moder8. Ces accommodements qu’on auroit menagé[s] auraient esté capables d’insinuer dans leurs esprits la crainte et la subordination, parce q[ue] le Renard, qui est presque detruit, n’aurait attendu que la desobeissance de quelqu’un de ses ennemis pour se joindre à la nation qu’ils auraient voulu attaquer. Ainsy le Renard craintif et battu aurait esté forcé d’agreer la paix, et les ° autres se seroient trouvés contraints de l’accepter.

  • 9 Dans sa lettre du 13 novembre 1680, l’intendant Duchesneau explique que « les Anglois acheptent le (...)
  • 10 Sur l’établissement d’Illinois parmi les Kaskaskias, puis dans la région de Pimitéoui, en Louisian (...)
  • 11 Le sens de la phrase reste obscur, si bien qu’il est difficile de savoir à quelle paix Perrot fait (...)

6On m’objectera peut etre que touttes les nations se seroient rangées du costé de l’Anglois. Helas, ne le sont elles pas ? Où sont celles qui ne s’y laissent pas attirer par le bon marché9 ? Le Huron, en qui on se fie le plus, fournit il bien des pellet[erie]s au Detroit et à Montreal ? Ne les vont ils pas porter chez les Anglois, et n’en donnent ils pas aux Miamis ? Les Illinöets n’iront ils pas chez ceux qui sont establis à la Louysiane10 ? C’est donc une foible raison qu’on aporte, quand on veut dire qu’ils iront se rendre à l’Irroquois, puisque l’Irroquois est plus porté °pour le Renard, qui est bien avec luy, que pour toutes les autres nations qu’ils ont tué[es] depuis la paix conclue entre elles et les François11.

7C’est aussy une raison qui n’a pas de fondement, de vouloir soustenir que les nations se donneront à l’Anglois, puisqu’elles luy aportent leurs pelleteries, à quoy il auroit esté facile de remedier, si on avoit eu moins de condescendance °pour elles et qu’on n’eust pas tant adheré °à leurs volontés. C’est d’où vient leur vaine gloire, disant qu’on ne se peut °passer d’elles, et qu’on ne pourroit se maintenir dans la colonie sans le secours qu’elles nous donnent.

  • 12 Sans doute est-ce à Michel Bégon, l’intendant de la colonie, que Perrot s’adresse. En effet, Charl (...)
  • 13 « Humaniser. v. act. Qui ne se dit qu’avec le pronom personnel. Devenir humain, traittable, famili (...)

8J’espere que vous voudrez bien, Monseigneur, examiner ce memoire et les autres que j’ay eu l’honneur de vous representer12, et qu’en y reflechissant, vous connoitrez qu’en etablissant la colonie, on commença d’abord à se rendre maistre des Sauvages, quoyqu’on fut fort peu de François dans ce temps là, et [qu’]on eust soin de se maintenir dans cette superiorité, malgré touttes les revolutions qui purent survenir, estant neantmoins bien plus nombreux et plus Sauvages alors, je veux dire brutaux, qu’ils ne sont à present. Et aujourd’huy qu’ils sont plus foibles et mieux humanisés13, ils veulent estre nos maistres. Ils poussent, dis je, leurs insolences jusqu’à, pour ainsy dire, se flatter d’estre en droit de nous faire la loy, voyant qu’on les tolere et qu’on les laisse dans l’impunité. Au lieu que °si les François leur eussent fait connoitre, comme il faut, les obligations qu’ils leur ont, les secours qu’ils leur ont donné[s] et qu’ils tiennent en un mot la vie de leur appuy et de leur protection, ils auroient plus de respect, d’egard et d’obeissance pour leurs bienfaiteurs.

Notes

1 « Les historiens du Canada », écrit Jules Tailhan, « ne disent rien [...] de cette conjuration des Outaouais contre les coureurs de bois de la colonie » (Mémoire, p. 311, n. 1). Mais dans son ouvrage, Bacqueville de La Potherie raconte qu’au moment où La Porte de Louvigny vint relever Morel de La Durantaye à Michillimakinac, à l’été 1690, les Hurons et les Outaouais négociaient en secret avec les Iroquois et que les seconds menaient une « Conspiration Generale » contre les Français. Perrot devait d’ailleurs « travailler à pacifier les troubles que les Outaouaks auroient pû causer de toutes parts » (HAS, t. II, p. 233-234).

2 Dans leur lettre du 14 novembre 1708, Rigaud de Vaudreuil et Raudot évoquent le meurtre de trois Français au Détroit, perpétré deux ans plus tôt par des Outaouais, et dans lequel un chef nommé Le Pesant était impliqué. Les Outaouais avaient aussi alors agressé « des nations Sauvages » dont l’identité n’est pas précisée (ANF, Col. C11A 28, f. 7). Lorsque les Outaouais vinrent plus tard dans la colonie pour « demander pardon », Rigaud de Vaudreuil et Raudot, qui savaient bien que les Outaouais ne leur livreraient pas les meurtriers, adoptèrent une politique de conciliation et, tout en menaçant les Outaouais de représailles s’ils assassinaient d’autres Français, ordonnèrent à Lamothe-Cadillac, en poste au Détroit, d’essayer de calmer les tensions entre les Amérindiens. Lamothe-Cadillac fit alors venir Le Pesant au Détroit, mais ne parvint pas à persuader les Hurons et les Miamis de ne pas se venger. Le Pesant quitta en cachette le poste : « cette affaire et la veüe dud[it] Pezant en cet endroit a irrité les hurons, et les Miamis à un point, » expliquent Rigaud de Vaudreuil et Raudot, « que ce printemps ils comploterent avec 20. Iroquois qui revenoient de guerre des terres plattes d’égorger le Sieur de la mothe, et tous les françois qui estoient dans le fort, et les Sauvages outtaouais qui y sont establis. » Le projet avorta parce que les Hurons et les Miamis n’étaient pas assez nombreux pour le réaliser. Mais « les miamis enragés que leur projet avoit eté decouvert ont fait coup Sur trois françois qu’ils ont tués, et une Vache » (ANF, Col. C11A 28, f. 10). Rigaud de Vaudreuil et Raudot imputèrent ces meurtres et ces dissensions à la maladresse de Lamothe-Cadillac. Selon Charlevoix, qui omet nombre de circonstances, toute l’affaire aurait commencé lorsque des Miamis tuèrent des Outaouais, en 1706. Comme ces derniers craignaient d’être abandonnés à la merci de leurs ennemis, ils prirent les devants et assassinèrent cinq Miamis (HDG, t. II, p. 306-309). Faute d’avoir pu se venger, les Miamis assassinèrent des Français (HDG, t. II, p. 322-323).

3 Allusion au conflit qui opposa les Outagamis et les Français et leurs alliés, en 1712, et qui se déroula sur fond de concurrence commerciale entre les Français et les Anglais pour le contrôle de la région du Détroit. Charlevoix, qui rappelle les circonstances du conflit, estime que les Outagamis étaient aussi braves que les Iroquois, mais moins politiques qu’eux (HDG, t. II, p. 365-372).

4 Selon Charlevoix, le meurtre d’Iroquois par des Outaouais à Catarocouy (Kingston) eut lieu en 1704 (HDG, t. II, p. 292).

5 Les Sakis étaient divisés en deux factions, dont l’une appuya les Outagamis contre les Français et leurs alliés en 1712. Lors du siège du fortin où s’étaient retranchés les Outagamis, des Sakis se rendirent aux Français et d’autres furent pris lorsque les Outagamis essayèrent de s’enfuir de nuit (HDG, t. II, p. 371-372). Sans doute est-ce à cette occasion que les Iroquois prêtèrent main forte aux Outaouais pour brûler les Sakis.

6 Il est difficile de savoir avec précision à quels meurtres Perrot fait allusion. Mais les assassinats de trafiquants par des Amérindiens ne devaient pas être rares. Selon Bacqueville de La Potherie, en 1682, les Amérindiens de la baie des Puants pillaient et massacraient « presque tous » les Français « qu’ils trouvoient à l’écart » (HAS, t. II, p. 150). En 1687, des Mascoutins assassinèrent des trafiquants français qui revenaient du territoire illinois (HAS, t. II, p. 210). Pour sa part, Charlevoix rappelle qu’en 1707 trois Français furent tués par des Miamis mécontents de l’attitude des Français qui n’avaient pas vengé le meurtre des leurs par des Outaouais (HDG, t. II, p. 322-323. Selon Jules Tailhan, ces assassinats, qui, « sauf de rares exceptions, n’eurent lieu qu’à titre de représailles », n’étaient pas sans justification. Brisay de Denonville n’écrivait-il pas à Seignelay, le 12 juin 1686, que « les libertains qui par la lissence qu’ils ont pris contre les ordonnances du Roy de porter en une année seule cent bariques d’eau-de-vie à Michilimakina se sont plongés dans des desordres et libertinages qui ont esté à une telle extremité que c’est merveille que les sauvages ne les ayent pas tous assomés pour se garentir des violences qu’ils ont reçeu des françois et leur oster leurs filles et leurs femmes » (ANF, Col. C11A 8, f. 61) ? Jules Tailhan, qui cite le texte de Brisay de Denonville, rappelle que ces « complots » et ces « trahisons » reposaient sur des raisons précises : nécessité de ménager un ennemi puissant, volonté de prévenir la conclusion d’un traité qui pouvait être nuisible, espoir de nouer des relations commerciales plus lucratives avec les Anglais (voir Mémoire, p. 311-314, n. 2).

7 Ajout de J. Tailhan.

8 Sur les nations amérindiennes auxquelles Perrot fait allusion, voir infra, p. 414-417. Les différents gouverneurs de la colonie ont eu à cœur de maintenir la paix entre les tribus alliées des Français autant pour les réunir contre les Iroquois, l’ennemi commun, que pour assurer la traite des fourrures. Mais comme on a pu le constater à la lecture du texte de Perrot, ce projet ne s’est jamais réalisé sans difficultés.

9 Dans sa lettre du 13 novembre 1680, l’intendant Duchesneau explique que « les Anglois acheptent le castor le double de ce qu’on le paye au magazin de la ferme », si bien que même les coureurs des bois de la colonie cherchent à écouler leurs pelleteries sur les marchés de la Nouvelle-Angleterre (ANF, Col. C11A 5, f. 174 ; voir aussi sa lettre du 13 novembre 1681, ANF, Col. C11A 5, f. 298). Lorsqu’il analyse les causes de la « décadence du commerce en Canada », Charlevoix estime qu’il aurait fallu « augmenter en France le pris du Castor, & diminuer en Canada celui des marchandises de traité » car les Amérindiens, y compris les Amérindiens alliés, voire « domiciliés » dans la colonie, préféraient vendre les peaux de fourrure aux marchands anglais plutôt qu’aux Français, qui leur offraient moins que les premiers (HDG, t. II, p. 373 ; voir aussi t. II, p. 156-157).

10 Sur l’établissement d’Illinois parmi les Kaskaskias, puis dans la région de Pimitéoui, en Louisiane, voir la notice consacrée aux Illinois dans Nations amérindiennes.

11 Le sens de la phrase reste obscur, si bien qu’il est difficile de savoir à quelle paix Perrot fait allusion. Sur le plan grammatical, le pronom « elles » renvoie aux « autres nations » : Perrot ferait alors allusion à la grande paix de 1701, qui impliquait les Iroquois. Mais comme il lui arrive de passer du masculin au féminin pour désigner une nation amérindienne, il pense peut- être aux « nations » des Iroquois et des Renards, auquel cas, il désignerait plutôt la paix conclue avec les Renards au lendemain de leur défaite, en 1716. Mais les deux lectures demeurent insatisfaisantes, dans la mesure où Perrot parle d’une paix, au singulier, alors que les Iroquois et les Renards n’ont pas conclu de paix avec les Français au même moment.

12 Sans doute est-ce à Michel Bégon, l’intendant de la colonie, que Perrot s’adresse. En effet, Charlevoix, qui s’est servi des « mémoires » de Perrot pour rédiger son Histoire et description générale de la Nouvelle France, précise que c’est Michel Bégon qui les lui a communiqués (« Liste des auteurs », t. II, p. lx-lxj ; J. Tailhan, Mémoires, p. 315, n. 4). Les « autres » mémoires de Perrot sont perdus.

13 « Humaniser. v. act. Qui ne se dit qu’avec le pronom personnel. Devenir humain, traittable, familier » (Furetière, 1690). Mais l’auteur oublie que le verbe est pronominal et produit l’exemple suivant : « L’Evangile a humanisé les Cannibales & les peuples les plus farouches des Indes. »

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search