Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Autre trahison des Hurons

Texte intégral

  • 1 La Porte de Louvigny occupa les fonctions de commandant à Michillimakinac de 1690 à 1694 (voir Not (...)
  • 2 Aujourd’hui Saint Joseph River, dont la source se trouve en Indiana et qui se jette dans le lac Mi (...)
  • 3 C’est en 1694 qu’Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac, releva La Porte de Louvigny à Michillimakin (...)

1Les Hurons voyant que Mr. de Louvigny, qui commandoit en chef1, ne vouloit pas, conjointement avec les Outaouaks, que les Hurons changeassent de village, sachant parfaitement qu’ils n’avoient dessein de quitter ce lieu que pour s’aller rendre chez les Irroquois, se partagerent. Il en alla une moitié demeurer aux Miamis de la riviere de St. Joseph2. Mr. de Louvigny ayant esté alors rapellé, on eust pour commandant Mr. de Lamotte en sa place3.

  • 4 Les « autres memoires » de Perrot ne nous sont pas parvenus.

2J’estois dans ce temps là à la Baye, d’où je fis partir soixante hommes, comme je l’ay marqué dans mes °autres memoires4, et °d’Outaouaks, et qui allerent plustost avertir l’Irroquois que pour luy faire la guerre. Ils se trouverent neantmoins contraints de se battre, comme je l’ay dit cy devant.

  • 5 Selon Jules Tailhan, Perrot « fait, sans doute, allusion au complot tramé contre le Détroit [où co (...)

3Depuis l’establissement du Detroit, les Hurons n’ont ils pas conspiré d’y egorger les François qui y tenoient garnison, com[m]andée par Mr. de La Motte ? Et si on a eludé leur dessein, ce n’a esté que par une grande vigilance à se bien garder5.

Notes

1 La Porte de Louvigny occupa les fonctions de commandant à Michillimakinac de 1690 à 1694 (voir Notices biographiques, infra, p. 493-494).

2 Aujourd’hui Saint Joseph River, dont la source se trouve en Indiana et qui se jette dans le lac Michigan à la hauteur de la ville de Saint Joseph.

3 C’est en 1694 qu’Antoine Laumet, dit Lamothe-Cadillac, releva La Porte de Louvigny à Michillimakinac. Perrot fait sans doute allusion aux activités du chef huron Le Baron qui, en 1696, affirma qu’il voulait s’établir près des Miamis de la rivière Saint-Joseph, alors qu’il voulait en réalité les détruire et s’allier aux Iroquois.

4 Les « autres memoires » de Perrot ne nous sont pas parvenus.

5 Selon Jules Tailhan, Perrot « fait, sans doute, allusion au complot tramé contre le Détroit [où commandait Lamothe-Cadillac], en 1708, par les Hurons, les Miamis et quelques Iroquois » (Mémoire, p. 310, n. 4). Sur ce complot, voir infra, p. 403, n. 2 ; Rigaud de Vaudreuil et Raudot, lettre du 14 novembre 1708, ANF, Col. C11A 14, f. 44 ; Charlevoix, HDG, t. II, p. 322-323.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search