Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Trahison du Huron avortée contre touttes les nations outaoüases

Texte intégral

  • 1 Voir la notice biographique sur Sasteretsi, infra, p. 509-510.
  • 2 Allusion aux Sauteux.
  • 3 Allusion aux tractations de paix qui eurent lieu après le conflit de 1687 et que le chef huron Sas (...)
  • 4 Les Agniers formaient une des tribus iroquoises.
  • 5 Sur Michillimakinac, voir supra, p. 307, n. 10. Sur le « Sakinang », voir supra, p. 384, n. 10. Su (...)
  • 6 Jules Tailhan a corrigé le verbe en l’écrivant au singulier.
  • 7 Perrot est le seul à indiquer le nom du chef des Amikoués.
  • 8 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer l’indicatif par le participe présent.
  • 9 Allusion probable au voyage de Perrot dans l’Ouest en 1688 (voir supra, p. 75-81). Bacqueville de (...)

1Le Rat1, qui mourust à Montreal, alla trouver les Irroquois et leur proposa la destruction des nations outaoüases. Ils convinrent ensemble que l’Irroquois viendroit avec un gros party à Michillimakinak et qu’il y envoyeroit des avant coureurs pour voir et examiner les endroits par où on pourrait les attaquer. Il fut resolu que les Hurons occuperoient le flanc du fort, que le Rat parlerait à toutes les nations de la Baye et Saulteuse2, et les inviteroit de se rendre à ce fort de la part des Irroquois, qui ne manqueraient pas de les y venir voir pour confirmer plus fortement la paix qu’ils avoient fait[e] ensemble, et que le gouverneur leur avoit fait conclure, mais qu’il estoit à propos et meme necessaire d’en renouveller une autre entre eux, independante de celle là, qui seroit bien plus solide et plus asseurée3. Les Irroquois, pour les en mieux persuader, avoient fait present de colliers au Rat, afin d’en presenter aux autres nations outaouaks, quand elles seroient assemblées. Ils leur donnerent encore des asseurances bien plus fortes, en leur faisant dire qu’ils pouvoient faire un bon fort, car le dessein des Irroquois estoit, suivant les mesures qu’ils avoient prises, de rendre les Hurons maistres d’une palissade, et qu’ils saperaient. De cette maniere, l’assaut estoit asseuré, parce que le Huron ne tireroit qu’à poudre. Cette trahison fut enfin decouverte, car un Anies4, venant en traitte à Michillima[kina]k, rencontra des Amikouets et autres Sauvages au Sakinang5, qui le reçurent bien et luy donnerent mesme des pelleteries. Ils furent si obligeans à son egard qu’il ne purent6 s’empescher de decouvrir cette conspiration au chef des Amikouets, qui se nommoit Aumanimek7, un de mes bons amis, qui sçavoit8 bien que je devais monter du Montreal aux Outaouaks, m’attendoit pour hyverner avec moy dans l’endroit, où il falloit s’arrester, dans les voyages, pour y passer l’hyver9.

  • 10 Dans son édition, Jules Tailhan a modifié le texte du manuscrit, peu cohérent ici, et écrit : « po (...)

2J’arrivay chez luy et aussytost nous partimes pour aller à la Baye des Puans. Il me declara la trahison, en passant à Michillimakinak. Je fis dire aux R. P. ce qu’il m’avoit dit, qui se servirent de moy sans nommer l’Aniés, ny le chef des Amikouets, pour faire avouer au Rat, qui y estoit pour avouer au10 qu’il estoit autheur de la trahison. Ils l’envoyerent chercher et luy dirent qu’ils avoient apris de la bouche des Irroquois mesme le dessein qu’il avoit de detruire les nations outaouases. Les peres, pour l’en convaincre plus fortement, luy dirent les moyens dont il estoit convenu pour en venir à boust, et tout ce qu’il avoit projette pour les mieux tromper. Il ne put pas le nier et tout avorta.

  • 11 Pour sa part, Bacqueville de La Potherie pose le problème de la loyauté des Hurons de Michillimaki (...)

3On sçait bien que les Hurons ont tousjours cherché à detruire les nations d’en haut et qu’ils n’ont jamais esté fort attachés aux François, mais ils n’ont pas osé se declarer ouvertement. Quand ils ont eu la guerre avec les Irroquois, ce n’a esté qu’en apparence, car ils estoient dans le fond en paix avec eux, et leur ont protesté que nous les tenions dans la colonie comme des captifs, et qu’ils ne portoient les armes que par force contre eux, sans pouvoir faire autrement, d’autant qu’ils se trouvoient au milieu des François et des Outaouaks, qui les auroient molestés et chagrinés s’ils avoient refusé d’obeir11.

  • 12 Sur les opérations militaires de Brisay de Denonville, voir supra, p. 57-73.

4Après le combat de Mr. Denonville contre les Tsonontouans, les deputés arriverent chez eux pour s’excuser de ce qu’ils avoient accompagné l’armée françoise. Les Tsonontouans leur repondirent qu’ils ne venoient que lorsque les herbes estoient grandes et qu’on ne leur voyoit que le boust de la teste, voulant dire qu’ils n’estoient venus les avertir de leur malheur que lorsqu’il estoit arrivé. Les Hurons leur dirent qu’ils devoient en avoir eu avis auparavant par un Anié, qu’ils avoient envoyé. Il est vray aussy qu’il en arriva deux à Michillima[kina]k, comme les voyageurs alloient partir pour joindre l’armée d’en bas, aux Tsonontouans. Les commandans se fierent sur la ° fidélité d’un des deux, contre le sentiment de tout le monde, qui deserta à huit lieues du village, sans quoy on les auroit trouvés chez eux, car lorsqu’on arriva au bord du lac, ils commençoient à decamper et à brusler leur village12.

Notes

1 Voir la notice biographique sur Sasteretsi, infra, p. 509-510.

2 Allusion aux Sauteux.

3 Allusion aux tractations de paix qui eurent lieu après le conflit de 1687 et que le chef huron Sasteretsi tenta de faire avorter.

4 Les Agniers formaient une des tribus iroquoises.

5 Sur Michillimakinac, voir supra, p. 307, n. 10. Sur le « Sakinang », voir supra, p. 384, n. 10. Sur la baie des Puants, un peu plus bas, voir supra, p. 383, n. 6.

6 Jules Tailhan a corrigé le verbe en l’écrivant au singulier.

7 Perrot est le seul à indiquer le nom du chef des Amikoués.

8 Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer l’indicatif par le participe présent.

9 Allusion probable au voyage de Perrot dans l’Ouest en 1688 (voir supra, p. 75-81). Bacqueville de La Potherie ne faitpas allusion à cette « trahison » (HAS, t. II, p. 221-244).

10 Dans son édition, Jules Tailhan a modifié le texte du manuscrit, peu cohérent ici, et écrit : « pour faire avouer au Rat qu’il estoit autheur de la trahison ».

11 Pour sa part, Bacqueville de La Potherie pose le problème de la loyauté des Hurons de Michillimakinac termes économiques : « ils sont du nombre de nos alliez. Ils nous ont cependant fort embarrassé [sic] dans ces dernieres guerres contre les Iroquois & les Anglois. Ils souhaitoient l’alliance des Anglois pour pouvoir établir un commerce ouvert avec eux, se persuadant qu’ils en tireroient plus de profit de celui-ci, qu’avec les François, dont ils ont toujours trouvé les marchandises plus chères, & ils étoient bienaises en même tems d’avoir pour amis les Iroquois, afin de n’être pas inquietez dans leur chasse, & dans les mesures qu’ils vouloient prendre avec les Anglois » (HAS, t. I, p. 226-227).

12 Sur les opérations militaires de Brisay de Denonville, voir supra, p. 57-73.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search