Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Guerre entreprise par Mr. de la Barre contre les Irroquois

Texte intégral

  • 1 Sur la guerre de 1684, voir supra, p. 36-48.
  • 2 Morel de La Durantaye.
  • 3 Il s’agit de Greysolon Dulhut.
  • 4 Jules Tailhan : « dans ce passage de notre ms. On peut lire indifféremment Kamalestgauda ou Kamale (...)
  • 5 Voir supra, p. 307, n. 10.
  • 6 Charlevoix observe que la baie des Puants, aujourd’hui Green Bay (Wisconsin), était aussi appelée (...)

1Mr. de la Barre, s’estant enfin determiné à la guerre qu’on luy avoit persuadée de faire aux Irroquois, envosya des presens aux nations Outaouases pour les inviter à le venir joindre au fort de Frontenac, afin de detruire conjointem[en]t ensemble le village des Onontagués1. Mr. de la Durantaye2 eust ordre de commander les Outaouas, et on luy donna pour second Mr. de Lude3, qu’il envoya avertir à Kamalestgoda, au fond du lac Superieur, où estoit son poste4. Il fit amasser touts les François qui se trouverent aux environs de Michillimakinak5. Tout son monde estant assemblé, il envoya presenter le casse teste aux Sauteurs, Missisakis et autres nations qui habitoient les lacs Huron et Superieur, mais il n’y en eust pas une qui l’acceptat. Il le fist porter chez les nations de la Baye, qui le refuserent pareillement6.

  • 7 Selon Lafitau, « le casse-tête, ou masse d’armes, tient lieu d’épée, & de massue, il est de racine (...)

2Mr. de la Barre m’avoit donné une permission d’aller commercer chez les Outaouas. En allant à la Baye, je trouvay, à cinq lieues de Michilkm[akina]k, les deputés, qui alloient inviter les nations de cette Baye avec le casse teste et des presents7, mais ils raporterent à leur retour qu’aucune des nations n’avoit voulu consentir à la guerre, °ny recevoir les presents qu’on leur avoit presenté[s]. On fust chez les Hurons, qui reçurent la hache.

  • 8 Les Sinagos étaient une des tribus outaouaises établies à Chequamegon Bay.

3Les Outaouas, les Kikapous et Sinagos n’en voulurent point entendre parler8.

  • 9 Sur la mission de Perrot, voir supra, p. 38-39.
  • 10 Aujourd’hui Saginaw Bay, une grande baie dans le lac Huron.

4Monsr. de Lude arriva la nuit suivante de kamalastigouia, et apprit qu’aucune des nations, excepté le Huron, n’avoient voulu partir pour faire la guerre. On luy dit, le landemain, que j’estois à Michillima[kina]k. Il m’envoya chercher, et me fit entendre que personne ne pourroit, mieux que moy, engager les nations à se joindre avec nous dans cette guerre, persuadé de l’ascendant que j’avois sur leur esprit. Je party donc un dimanche, après avoir entendu la s[ain]te messe, pour aller chez ces nations, qui m’ecou-terent et reçeurent le casse teste et les presens9. Ils me demanderent seulement quelques jours pour racommoder leurs cannots, et se mettre en estat de nous joindre. Ils eurent huit jours pour s’aprester. Ils se rendirent ensuitte et nous partimes tous ensemble, mais les Outaouas n’arriverent que trois jours aprés au Sakinang10, au nombre de quatre cens hommes, y compris les chefs et les vieillards. On envoya un cannot, après leur depart, informer ceux de la Baye qu’on estoit touts party de Michillimakinak, et que j’avois engagé des nations, qui avoient refusé d’accepter le casse teste et les presens, à se joindre en guerre avec nous. Je leur dis qu’ils m’avoient tousjours regardé comme leur pere et que je devois marcher à la teste des Outaouas, qui faisoient fort bien de me suivre. Un des chefs parla alors et fit connoitre à tous les villages que l’on estoit obligé de s’interesser dans cette guerre et d’y marcher, puisque j’y marchois. Il declara que luy et sa famille ne souffriroient pas que je m’exposasse au danger sans s’y trouver, et partit sans autre preparatif. Il fust suivy de cent jeunes gens ; tout le reste °l’auroit accompagé s’il y avoit eu des cannots.

  • 11 Bacqueville de La Potherie rapporte le fait, mais il note qu’on reprocha aux Outaouais « leur peu (...)

5Les Outaoüas ayant joint, Mess[ieu]rs nos commandans me les donnerent à menager. Un accident impreveu, qui arriva le trois[ièm]e jour de nostre marche, les intimida et leur fit mal augurer de la guerre que nous allions faire. Il y °eust un soldat françois qui laissa partir inopinement son fusil et en fust tué. Ce coup facheux remplit leurs imaginations d’idées peu favorables à nostre entreprise, mais je les en desabusay11

  • 12 Comme le signale Jules Tailhan, Perrot « donne ici le nom de Détroit à la rivière formée par la dé (...)
  • 13 L’incident est aussi rapporté par Bacqueville de La Potherie, qui s’inspire sans doute de Perrot ( (...)

6Quand nous fumes arrivés dans les isles du Detroit12, on obligea une bande de biches à se jetter dans l’eau ; un jeune homme, qui estoit au milieu d’un cannot, voulant tirer sur elles, cassa le bras à son frere, qui ramoit dans le devant du mesme cannot. Ce second accident fit une telle impression sur les Outaoüas, qu’ils alloient faire volte face, si je n’avois persuadé au pere du blessé d’engager son fils à declarer publiquement qu’il n’estoit party de son pays que dans l’intention de perir les armes à la main contre les Irroquois13. Il y mourust en effect de sa blessure ; son frere ne vecut guerre après luy, du chagrin qu’il en eust. Cependant les Outaouas ne purent se dispenser de continuer leur route.

  • 14 Aujourd’hui Long Point, sur la rive nord du lac Érié (Ontario).
  • 15 Bacqueville de La Potherie rapporte ainsi la scène : « on est même surpris leur dit un François, q (...)
  • 16 Correction suggérée par J. Tailhan.
  • 17 Selon Bacqueville de La Potherie, on ne pouvait s’embarquer à cause du mauvais temps qui régnait s (...)

7Les gens de la Baye, dont j’ay parlé cy devant, nous joignirent à deux lieues de la Longue Pointe du lac Erien14 et firent entendre aux Outaouas que s’ils restoient longtemps absents de leurs femmes, elles jeuneroient, ne sçachant pas la maniere de pecher le poisson. Ils voulurent donc s’en retourner, mais je m’opposay à ce dessein, en leur faisant connoitre qu’il y avoit de la lascheté dans une telle resolution. Ils s’emporterent d’abord contre moy, et me repondirent brusquement qu’ils m’apprendroient ce qu’ils sçavoient faire15. Il y avoit dans ce temps là sept à huit jours que nous estions desgradés dans un endroit, [d’16] où nous avions eu soin d’envoyer des François à la decouverte vers le pays des Irroquois17.

  • 18 Selon Bacqueville de La Potherie, c’est un « découvreur François » qui blessa l’Outaouais, à qui i (...)

8Sur ce reproche, les Outaouas firent marcher aussy de leurs gens par terre, qui arriverent dans le pays, où nous avions envoyé les nostres pour decouvrir les ennemis, mais ils ne se rencontrerent que quelque temps apres. Les Outaouas se divertissoient à siffler en marchant et à contrefaire le sifflement du cerf, quand les François, qui n’estoient pas bien eloignés d’eux, crurent que c’en estoient veritablement. Ils entrerent dans le bois, allant vers l’endroit où ils avoient entendu siffler. En estant bien proches, quelqu’un d’eux, en avançant, aperçut quelque chose de blanc dans un hallier et crut voir le poitral d’un cerf, ce qui luy fit tirer son coup de fusil, dont il blessa un Outaouas qui portoit une chemise et perça celle de celuy qui le suivoit18.

  • 19 Jules Tailhan suggère de remplacer l’imparfait par le conditionnel « auroient ».
  • 20 Ajout de J. Tailhan.
  • 21 Chez Bacqueville de La Potherie, le récit est différent : en entendant les Outaouais accuser les F (...)

9Ce dernier coup acheva de les persuader qu’ils avoient19 bien eu raison de nous abandonner. Il y en eust mesme qui oserent dire qu’il falloit se battre contre nous, parce que nous commencions desja à les tuer. Je gagnay par mes raisons le blessé et son oncle, qui asseura les Outaouas que son nepveu, pour avoir esté blessé, n’estoit °pas mort, qu’il vouloit aller mourir plus loin, et qu’il estoit party de son pays à ce dessein. Il adjouta, en s’addressant directement à eux, qu’ils pouvoient cepend[an]t relascher s’ils vouloient, mais que pour luy et son nepveu, [ils20] suivraient par tout les François. Son discours fit un si bon effect, qu’ils continuerent la route avec nous21.

  • 22 La région avait une importance stratégique considérable. En février 1679, Cavelier de La Salle, en (...)
  • 23 « Jouir, signifie aussi, Disposer de quelqu’un, l’avoir à sa disposition » (Furetière, 1690).

10Nous arrivames enfin à Niagara22, où Mr. de la Durantay me chargea d’informer les Outaouas, en leur donnant le casse teste, que les trois barques du fort Frontenac s’y trouveroient chargées, à nostre arrivée, de trois cents fusils pour les armer, et d’autres munit[i]ons de guerre et de bouche à discretion. Je luy dis mon sentiment là dessus, qui estoit de ne pas s’engager à ces sortes °d’asseurances, qu’il serait temps de le dire quand on serait sur les lieux, en cas que cette abondance s’y trouvast, parce que si les choses alloient autrement, et qu’ils se vissent trompés, il ne serait plus possible de jouir d’eux23. Il voulut absolu[men]t, malgré touttes mes raisons, que j’executasse ses ordres là dessus.

  • 24 Correction suggérée par J. Tailhan.
  • 25 Le doublet n’a pas été biffé.

11Quand nous y fumes arrivés, il n’y avoit °aucune barque. Je les amusay cependant pendant deux ou trois jours, en leur faisant acroire [qu’un vent contraire24] les avoit empesché[s] de venir. Le temps se passoit et rien ne venoit. Cela les fit murmurer. Ils commencerent à me dire que je les avois °trompé[s], que les François les vouloient trahir et livrer entre les mains des Irroquois, qui n’auraient point de peine d’enlever leurs femmes par la suitte leurs femmes25 et leurs enfants. Les Commandans et touts les François ne sçavoient plus que dire là dessus ; on se consulta, et on assembla les chefs et tous les anciens des nations, auxquels on declara qu’il falloit prendre la route vers le nord °du lac, aller droit au fort Frontenac, qu’on y trouverait ou qu’on y attendrait Mr. de la Barre, s’il n’y estoit pas arrivé, et si on apprenoit qu’il y fust passé, on le suivrait, parce que son arrivée nous mettrait à l’abry des insultes de l’ennemi. Les Sauvages, qui sont des esprits de contradiction, voulant tousjours estre maistres de leurs volontés, dirent qu’il falloit prendre le sud et marcher droit aux Tsonontouans. Ils s’entesterent là dessus, quelques bonnes raisons qu’on put apporter pour les faire changer de resolution.

  • 26 Nouveau doublet, qui n’a pas été corrigé par le copiste.
  • 27 Correction suggérée par J. Tailhan : « croiroient bon ».
  • 28 Ajout de J. Tailhan.

12Je fus dans leur camp trouver touts les chefs, auxquels je fis voir que c’estoit trop se risquer que de s’exposer à une pareille entreprise et que nous ne manquerions pas d’estre deffaits, au lieu que nous nous mettrions en asseurance en faisant autrem[en]t. Je les pris touts l’un après l’autre en particul[ie]r, et je connus, suivant ce qu’ils me repondirent, qu’il n’y avoit que quelques uns seulement d’entre eux qui soutenoient avec opiniatreté ce sentiment. Et la raison pourquoy ils estoient si fermes estoit à cause du reproche de lascheté que je leur avois cy devant fait, qu’au reste je n’avois je n’avois26 pas tort. Tout le commun me disoit aussy la mesme chose, quoyque je ne leur en parlasse plus. Je retoumay vers Mrs. nos Commandans leur dire ce que je venois d’apprendre, et les asseurer que la terreur estoit dans le camp des Outaouas, et qu’ils craignoient qu’on ne prit la route par le pays des Tsonontouans. Je proposay un expedient, qui estoit de publier dans leur camp, que comme nous avions esté les maistre de la marche jusqu’à Niagara, nous leur defferions presentement le pouvoir de la gouverner, que nous estions prets de les suivre du costé qu’ils croient27, et que nous [nous28] reglerions sur le premier canot qui partirait. Ils agreerent ce que je viens de dire et sur le champ touts les cannots François furent mis à l’eau et les bagages embarqués.

13Quand tout cela fust fait, je criay dans leur camp[ :] Soyez maistres de la marche. Et aussytost ceux qui n’estoient pas du nombre des entestés °s’embarquerent prenans le nord du lac, et nous les suivimes.

  • 29 Arrivés à l’embouchure de la rivière Niagara sur le lac Ontario, lieu du rendez-vous avec les trou (...)

14Trente ou environ des opiniastres ne branlerent pas du camp le reste du jour. Ils envoyerent deux hommes à la decouverte, vers le pays des Irroquois, qui decouvrirent une barque à la voile et retournerent au plus tost en avertir leurs gens, qui nous en donnerent avis par un cannot29.

  • 30 Comme le fait remarquer Jules Tailhan, « il est impossible que l’armée de Mr. de La Barre, forte d (...)
  • 31 Sur Le Febvre de La Barre, voir la notice biographique, supra, p. 495-497.

15Le landemain, nous nous rendismes à Niagara, où la barque arriva, qui n’avoit autre chose que les lettres de Mr. de la Barre, dans lesquelles il donnoit avis de la necessité où il avait esté de faire la paix, par raport à la maladie qui s’estoit mise en son °camp, et dont il estoit mort près de neuf cens François et autant des Sauvages qui l’avoient accompagné30. Quoyque Mr. de la Barre avoit suivy les avis de plusieurs personnes en entreprenant cette marche, ils furent les premiers à escrire contre luy à la cour et mander qu’il n’estoit plus capable de faire la guerre. Il fust en effect rapellé l’année suivante et relevé par Mons[ieu]r. Denonville31.

  • 32 Après l’expédition de 1684, Perrot revint dans la colonie. Selon Benjamin Suite, une lettre datée (...)
  • 33 Le fait est confirmé par Brisay de Denonville : le 13 septembre 1685, il écrivait à Seignelay : «  (...)

16Je ne retournay pas aux Outaouas incessamment après la campagne32. Je n’y fus que le printemps suivant, sur les nouvelles qu’on eust par les voyageurs, qui raporterent que les gens de Mr. de La Salle troubloient les François qui alloient sur ses congés, depuis la baye des Puans jusqu’aux Illinois, et qu’ils enlevoient mesme leurs effects33.

  • 34 En français moderne, on écrirait : de l’Ouest.
  • 35 Selon Bacqueville de La Potherie, au printemps 1685, Le Febvre de La Barre, avant d’être relevé de (...)
  • 36 Il s’agit de Séraphin Margane.

17Je fus renvoyé à cette baye, chargé d’une commission pour y commander en chef, et dans les pays plus éloignés du costé du34 ouest, et de ceux mesme que je pourrais découvrir35. Mr. de la Durantay relevoit alors Mr. de la Valterie, qui y avoit esté command[an]t pendant la campagne des Irroquois36.

  • 37 À l’instar des autres officiers en mission dans l’Ouest, Perrot effectua des opérations de traite. (...)

18Je ne fus pas plustot arrivé dans les endroits où je de vois commander, que je reçus ordre de Mons[ieu]r. Denonville de revenir avec tous les François que j’avois. Je ne le pouvois plus sans abandonner les effects, qu’il m’avoit fallu emprunter des marchands pour mon voyage. Je me trouvois, en ce temps là, dans le pays des Scioux, où la gelée avoit brisé touts nos cannots. Je fus contraint d’y passer l’esté, pendant lequel je m’appliquay à m’en procurer pour aller à Michillimakinak, mais les cannots n’arriverent que dans l’automne37.

  • 38 Les Tsonnontouans (Senecas, en anglais) étaient l’une des cinq tribus iroquoises qui formaient la (...)

19Je reçus encore d’autres ordres dans le commencement de l’hyver pour assembler touts les François et Sauvages qui se trouveroient à ma portée et sur ma route, afin de me rendre avec eux proche du lac, où sont establis les Tsonontouans38. Je me mis aussytot en chemin, et j’invitay les Miamis à cette guerre. Ils me le promirent, mais les Loups, qui estoient leurs voysins, les en dissuaderent, leur faisant acroire que les François les vouloient trahir et les faire manger aux Irroquois lorsqu’ils les auroient joints.

  • 39 Peut-être le copiste a-t-il sauté une ligne du mémoire car le sens de la phrase fait problème. Lec (...)
  • 40 Sur le fort Saint-Antoine, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

20Je fus par terre chez les Miamis, qui estoient à soixante lieues, ou environ de mon poste, et m’en revins par terre, de meme que j’y estois allé. J’appris en chemin, avant d’y arriver, qu’un corps de quinze cens hommes des nations de la Baye, Renards et Maskoueteck, Kikapous, qui alloient en guerre contre les Scioux, devoient piller mes marchandises, sachant que je n’y estois pas, et qu’ils devoient ensuitte faire autant plus haut, à des François, et les egorger. Il estoit vray39 aussy espier à mon poste, dans quelle situation on y estoit, sous pretexte de traitter de la poudre, °et qui raporterent au camp qu’ils n’avoient veu dans le fort que quatre personnes seulement40.

21Quand j’y fus de retour le landemain matin, °il en vint deux autres qui m’y trouverent. Je leur dis que j’avois à parler à leurs chefs. J’en nommay sept ou huit des principaux chefs. Ils retournerent à leur camp, et ceux mesme dont je leur avois parlé arriverent pour me voir.

  • 41 « On appelle pierres à feu, des pierres qu’on met aux arquebuses, des pierres à fusil, qu’on fait (...)

22La sentinelle qui estoit en faction m’en avertit. J’avois tous-jours soin de faire tenir la porte du fort fermée. Je la fis ouvrir pour les faire entrer et les menay en ma cabanne. Ils y virent plusieurs fusils en bon estat, ayant de bonnes pierres neuves et de bonnes placques41. Les deux espions qui estoient venus auparavant les avoient pareillement veus. Je leur fis acroire que nous faisions le nombre de quarante hommes, sans compter ceux que j’avois envoyé[s] à la chasse. Ils crurent la chose comme je la disois, parce qu’en entrant dans une cabane, les gens qu’ils y avoient veufs] changeoient aussytot de hardes et se presentoient derechef devant eux.

23Je leur fis donner à manger et, pendant, je leur reprochay le traistre dessein qu’ils avoient conçu de vouloir piller mes march[andis]es et egorger les François. Je leur declaray de point en point leur conspiration.

  • 42 Encore ici, le manuscrit semble être lacunaire. Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplac (...)

24Je leur fis connoitre aussy qu’ils estoient à pres[en]t en ma disposition, mais que je n’estois pas un traitre comme eux ; que je voulois seulement qu’ils se relaschassent de la guerre qu’ils alloient faire et qu’ils tournassent leurs armes plustost contre les Irroquois. Deux factionnaires furent tousjours postés aux deux bastions du fort, ayant plus[ieu]rs fusils auprès d’eux, qui se releverent toute la nuit. Ces Sauvages m’avouerent ce qu’ils avoient tramé. Je leur fis quelques presens pour les engager à m’obeir, et en42 eu de bouche toutte sorte de satisfaction.

25Le landemain, le gros du party arriva, qui crut entrer tout d’un coup. Je tenois les chefs par devers moy dans le fort et je leur fis entendre qu’ils estoient morts à la pr[emièr]e violence que leurs gens feroient, car nous commencerions par eux. Mes François se tenoient bien °avec les armes, sur leurs gardes. Il y eust quelques uns des chefs que je retenois, qui monterent dessus la porte du fort, qui crierent à leur monde que les affaires estoient claires et bonnes entre eux et nous.

  • 43 Sur le pillage du fort Saint-Antoine évité de justesse, voir supra, p. 63-64.

26Ils me prierent de traitter leurs pelleteries pour des munitions, afin qu’ils pussent faire la chasse du buffle. Je les faisois entrer tour à tour. Après avoir traitté avec eux ce qu’ils avoient, ils se diviserent chacun de leur costé pour faire la chasse43.

  • 44 « Aboucher, v. act. Aborder quelqu’un de prés, conferer avec luy bouche à bouche » (Furetière, 169 (...)
  • 45 Voir supra, p. 307, n. 10.
  • 46 Voir supra, p. 65-66. Si l’on se fie à la lettre que Denonville adressa à Seignelay, le 25 août 16 (...)
  • 47 Ajout de J. Tailhan.

27Quelques jours apres, je m’en fus à travers les terres à la Baye avec deux François. J’en rencontrois à tout moment, qui m’enseignoient le meilleur chemin et me regaloient fort bien. Quand j’y fus rendu, je m’abouchay avec les nations44. Le printemps, j’en party avec toutte la jeunesse et arrivay après midy à Michillimakinak45. Mr. de la Durantay en estoit sorty le matin avec les François, qui n’avoient pû resoudre les Outaouas à se mettre en marche. Aussytost qu’ils me virent, ils me dirent de les attendre quelques jours, et qu’ils estoient dans l’intention de partir avec moy, que leurs cannois n’estoient pas en estat, et que lorsqu’ils seroient prets, ils suivroient les François. Je les cru et les esperay pendant huit jours. Mr. de la Durantay arresta trente Anglois, qui estoient venus traitter avec les Outaouas et confisqua tous leurs effects46. Il en fit distribuer la meilleure partie aux Outaouas, et particulierement leur eau de vie. Les Outaouas en avoient conservé un baril de vingt cinq pots pour enyvrer mes gens et faire en sorte de les debaucher. Ils firent ce qu’ils purent et leur donnerent un baril plein[ :] on m’en advertit. Je le fis casser devant moy et le [fis47] repandre à terre. Je m’embarquay avec mon monde apres avoir bien chanté injure aux Outaouas.

  • 48 Il s’agit de Greysolon Dulhut.
  • 49 Dans son édition, Jules Tailhan propose de remplacer le participe présent par le même verbe à l’im (...)

28Je joignis Mr. de la Durantay, qui avoit rencontré Mr. de Tonty au fort de Mr. de Lude48, situé au Detroit. Ils avoient encore arresté trente autres Anglois, qui estans49 sur le point de s’en retourner, si je n’estois arrivé, car soixante Anglois estant °devenus desja de trop forts ennemis pour eux, et qui avoient manqué à les faire detruire par les Sauvages mesmes qui les accompagnoient, d’autant que les François s’estoient saoulés de la boisson, qu’ils leur avoient pillée. Et s’ils n’avoient pris garde à eux, cela serait arrivé. Ils craignoient que les Irroquois, ayant connoissance de leur marche, ne leur dressassent des embuscades et que les Anglois se joignant à eux, ils n’eussent esté deffaits. Mon arrivée fit qu’on se mit en chemin le landemain matin, sans rien craindre, à cause du secours que mon party leur donnoit. Et au bout de deux jours, nous arrivames à Niagara, où nous fimes un retranchement pour nous deffendre des Irroquois, s’ils venoient à nous attaquer. Nous y demeurâmes quelques j[our]s.

  • 50 Le toponyme « Tejajagon » apparaît sur la « Carte des lacs du Canada. Dressée sur les Manuscrits d (...)

29Les Outaouas et Hurons nous y joignirent, qui s’y rendirent par terre de Thehegagon50, et laisserent leurs canots vis à vis dans le lac Huron. Ils prirent la resolution de suivre, quand ils °virent que les nations de la Baye ne les avoient pas voulu croire, car il aurait esté honteux pour eux de ne s’estre pas trouvé dans une occasion avec l’ennemi, s’il en estoit arrivé quelqu’une, ayant veu passer leurs alliés chez eux.

  • 51 Sur les opérations militaires de 1687, voir supra, p. 57-73.

30Nous y reçumes les ordres de Mr. Denonville et on avança vers les Tsonontouans. On y arriva en mesme temps que luy51.

  • 52 « A ne pas continuer la guerre », selon Jules Tailhan.

31Mr. Denonville ayant fait faire un retranchement sur le bord du lac, marcha avec les troupes contre les villages et se bastit, à une demi lieue du p[remi]er, contre huit cens Irroquois, qui estoient en embuscade et qui furent repoussés. Le landemain, on campa dans le village mesme et on en ravagea touttes les terres desertées. Pendant ce temps là, les Hurons et Outaouas debaucherent les Sauvages d’yci en bas et les firent consentir à cela52.

32Mr. Denonville m’ordonna de les haranguer et leur reprocher leur lascheté pour n’avoir pas voulu continuer leurs victoires. Je les engageay à nous suivre partout.

  • 53 Après la campagne de 1687 contre les Iroquois, Perrot revint dans la colonie. Il ne remonta dans l (...)

33La campagne estant faite, je descendis dans la colonie avec Mr. Denonville pour luy demander, comme mediateur, la paix de l’Irroquois avec le François et tous les Sauvages alliés53.

  • 54 Malgré l’ordre de suspendre les armes, raconte Bacqueville de La Potherie, les Outaouais « étoient (...)

34Quoyqu’on en eust porté la parole aux Outaouas et qu’on leur eust deffendu de sa part d’aller en guerre, ils y furent malgré Mr. de la Durantay54.

  • 55 Allusion à un document aujourd’hui perdu, à moins qu’il ne s’agisse du « mémoire » que Perrot est (...)

35J’ay marqué dans les memoires que je vous ay presenté[s], Monseigneur, ce qui arrive ordinairement parmy ces gens là, qui veulent tousjours ce qu’on ne veut pas et qui sont parrysans de la contradiction55. Il faut pour en venir à boust les sçavoir menager. Il est autrement difficile d’en faire quelque chose.

  • 56 Note autographe de Jules Tailhan sur le manuscrit : « Les mémoires dont il est ici question, ont é (...)

36Vous connoitrez facilement, par ces memoires, que les Sauvages sont naturellem[en]t traistres, surtout le Huron et l’Outaouak. J’en ay raporté plusieurs exemples de trahison et je ne finirais pas si je voulois m’etendre là dessus. Il suffira que je vous en cite encore icy quelques uns, qui n’y sont pas jusqu’à present inserés56.

Notes

1 Sur la guerre de 1684, voir supra, p. 36-48.

2 Morel de La Durantaye.

3 Il s’agit de Greysolon Dulhut.

4 Jules Tailhan : « dans ce passage de notre ms. On peut lire indifféremment Kamalestgauda ou Kamalesigauda ; mais plus loin ce même nom reparaît très nettement écrit sous la forme Kamalastigouia, que j’ai adoptée pour cette raison » (Mémoire, p. 299, η. 1). Dans son Journal de voyage, Charlevoix écrivait qu’il n’y avait aucune nation établie sur les bords du lac Supérieur. Un critique anonyme observa au contraire : « Une partie des Outchiprouet est etablie dans l’angle des Kioucounan, une partie a la pointe de Chagouamigon ; il y a encore un village de Ouassés et peu d’outichiprouec a Camanettigouia. Le tout sur les bords du Lac superieur » (ACJ, Vanves, fonds Brotier, vol. 171, f. 70). Il s’agit d’un poste de traite, situé au nord-ouest du lac Supérieur, que fit ériger Daniel Greysolon Dulhut.

5 Voir supra, p. 307, n. 10.

6 Charlevoix observe que la baie des Puants, aujourd’hui Green Bay (Wisconsin), était aussi appelée « simplement la Baye » (Journal, t. I, p. 431).

7 Selon Lafitau, « le casse-tête, ou masse d’armes, tient lieu d’épée, & de massue, il est de racine d’arbre, ou d’un autre bois fort dur, de la longueur de deux pieds, ou de deux pieds & demi, équarri sur les côtés, & élargi ou arrondi à l’extrémité de la grosseur du poing » (Mœurs, t. III, p. 178). Après la venue des Européens, les Amérindiens utilisèrent plutôt de petites haches de fer, auxquelles ils donnèrent le même nom (voir J. Tailhan, Mémoire, p. 300, n. 2). Offrir le casse-tête, c’était inviter ceux à qui on l’offrait à participer à la guerre.

8 Les Sinagos étaient une des tribus outaouaises établies à Chequamegon Bay.

9 Sur la mission de Perrot, voir supra, p. 38-39.

10 Aujourd’hui Saginaw Bay, une grande baie dans le lac Huron.

11 Bacqueville de La Potherie rapporte le fait, mais il note qu’on reprocha aux Outaouais « leur peu de fermeté » et que ceux-ci « poursuivirent leur route » (HAS, t. II, p. 158).

12 Comme le signale Jules Tailhan, Perrot « donne ici le nom de Détroit à la rivière formée par la décharge du lac Huron dans le lac Érié » (Mémoire, p. 300, n. 4).

13 L’incident est aussi rapporté par Bacqueville de La Potherie, qui s’inspire sans doute de Perrot (HAS, t. II, p. 158).

14 Aujourd’hui Long Point, sur la rive nord du lac Érié (Ontario).

15 Bacqueville de La Potherie rapporte ainsi la scène : « on est même surpris leur dit un François, que vous soyez venus si loin. Vous êtes des lâches qui ne sçavez pas la Guerre, qui n’avez jamais tué des hommes, vous n’avez mangé que ceux qu’on vous a donnez liez & garotez. Ce reproche lui attira des injures bien atroces, tu verras lui dirent-ils si nous ne sommes pas des hommes quand on donnera l’attaque. Nous allons continuer & si tu ne fais pas ton devoir comme nous, nous te casserons la tête. Vous ne serez pas en cette peine leur répliqua-t-il ; car à la premiere huée vous lâcherez tous le pied. Les Chefs animerent tous leurs Guerriers & voulurent être à la tête de ce petit corps d’armée pour faire voir qu’ils étoient veritablement des hommes » (HAS, t. II, p. 159).

16 Correction suggérée par J. Tailhan.

17 Selon Bacqueville de La Potherie, on ne pouvait s’embarquer à cause du mauvais temps qui régnait sur le lac Érié. Les vagues étaient si hautes que, lorsque les Outagamis, qui avaient d’abord refusé de participer aux opérations, arrivèrent, « il n’y avoit pas moyen de débarquer ». Les Outaouais leur prêtèrent alors main-forte pour éviter les accidents et des noyades (HAS, t. II, p. 159-160). Comme le signale Jules Tailhan, le nom de Perrot apparaît sur l’« Etat de La depense faite es l’année 1684. au sujet de La guerre es Canada » : « A Nicolas Perot pour quatre Canots 108 : 15 : 1 » (Mémoire, p. 300-301, n. 6 ; ANF, Col. C11A 113, f.l6).

18 Selon Bacqueville de La Potherie, c’est un « découvreur François » qui blessa l’Outaouais, à qui il cassa le poignet, et qui faillit tuer l’Illinois qui l’accompagnait (HAS, t. II, p. 160). Sur les cerfs, voir supra, p. 182, n. 4.

19 Jules Tailhan suggère de remplacer l’imparfait par le conditionnel « auroient ».

20 Ajout de J. Tailhan.

21 Chez Bacqueville de La Potherie, le récit est différent : en entendant les Outaouais accuser les Français de les tuer et de vouloir les « trahir » et les « livrer à l’ennemi », le blessé les harangua en ces termes : « qui vous fait parler en insensez ! Etes-vous morts ? Oui nous sommes morts si tu meurs. Quand je mourois, leur repliqua-t-il, ma mort ne doit rien vous faire entreprendre que contre les Iroquois ; en partant j’ai abandonné mon corps au sort des armes, & si je meurs c’est l’Iroquois qui me tuë puisque je suis parti pour lui faire la Guerre » (HAS, t. II, p. 160-161).

22 La région avait une importance stratégique considérable. En février 1679, Cavelier de La Salle, en compagnie de Henri de Tonty, avait fait ériger un fortin, le fort Conti, à l’entrée de la rivière Niagara. Mais peu de mois après, l’établissement était détruit par le feu. Après sa désastreuse expédition contre les Iroquois, en 1684, Le Febvre de La Barre ne chercha pas à rétablir le poste. En revanche, le marquis de Denonville fit ériger un nouveau fort au cours de l’été 1687, après son expédition contre les Tsonnontouans.

23 « Jouir, signifie aussi, Disposer de quelqu’un, l’avoir à sa disposition » (Furetière, 1690).

24 Correction suggérée par J. Tailhan.

25 Le doublet n’a pas été biffé.

26 Nouveau doublet, qui n’a pas été corrigé par le copiste.

27 Correction suggérée par J. Tailhan : « croiroient bon ».

28 Ajout de J. Tailhan.

29 Arrivés à l’embouchure de la rivière Niagara sur le lac Ontario, lieu du rendez-vous avec les troupes de la colonie qui apportaient des munitions de guerre et de bouche, les Français et leurs alliés ne trouvèrent personne, écrit Bacqueville de La Potherie. Les Amérindiens commencèrent à murmurer. Malgré les efforts des Outagamis pour « pacifier les choses », une assemblée fut convoquée à la demande des Outaouais. Au cours des discussions, ces derniers accusèrent les Français de leur mentir et annoncèrent qu’ils allaient suivre la rive sud du lac Ontario et attaquer « le Village des Iroquois ». Les Français tâchèrent de les en dissuader et essayèrent de persuader les Amérindiens de ranger la rive nord du lac pour gagner le fort Frontenac, afin d’y avoir des nouvelles de l’armée. La discussion s’envenima et des Outaouais invectivèrent les Français. Dans le but de les « adoucir », on les laissa maîtres de la marche. Du coup, les Outaouais mirent leurs canots à l’eau et prirent la route du nord, en direction du fort Frontenac. Toute l’armée suivit. « L’on campa la même nuit sur le bord du lac », mais à minuit, un coup de feu se fit entendre. Ce fut l’alarme dans le camp, jusqu’à ce que quelqu’un criât en langue outaouaise que la barque attendue était arrivée à Niagara. « La joie devint universelle » (HAS, t. II, p. 161-163).

30 Comme le fait remarquer Jules Tailhan, « il est impossible que l’armée de Mr. de La Barre, forte de onze cents hommes (Charlevoix, I, 489, 490) en ait perdu dix-huit cents par les maladies. Le copiste aura vraisemblablement ajouté ici un zéro au chiffre porté dans l’original » (Mémoire, p. 338). Les chiffres avancés par Charlevoix sont légèrement inférieurs (voir supra, p. 45). Selon Bacqueville de La Potherie, à la nouvelle de la paix, les Outaouais « vomirent mille injures contre les François ». Mais on parvint à engager « les plus considerables des Chefs de se rendre à Montreal pour voir le Gouverneur general » (HAS, t. II, p. 163).

31 Sur Le Febvre de La Barre, voir la notice biographique, supra, p. 495-497.

32 Après l’expédition de 1684, Perrot revint dans la colonie. Selon Benjamin Suite, une lettre datée du 20 août 1684 et adressée à M. de Saint-Martin, notaire au Cap-de-La-Madeleine, semble prouver sa présence à cette date à « Rivière-Puante » (Mélanges historiques, p. 57-58 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 301-302, n. 7). Nous n’avons pas retrouvé la lettre.

33 Le fait est confirmé par Brisay de Denonville : le 13 septembre 1685, il écrivait à Seignelay : « On m’a dit que M.r de Tonty ne veut pas laisser aler nos françois en traitte du costé des Illinois. Si le Roy a donné à Mr. de la Salle seul ce pays-là, il serait bon que vo[u]s Eussiez la bonté de me le faire sçavoir afin de me conformer aux ordres de sa Maiesté » (ANF, Col. C11A 7, f. 88). En 1683, Le Febvre de La Barre avait envoyé Morel de La Durantaye et Henri de Baugy dans l’Ouest pour empêcher la traite illégale des fourrures et pour prendre le contrôle de Michillimakinac et du fort Saint-Louis, situé sur la rivière des Illinois, où commandait Henri de Tonty, le lieutenant de Cavelier de La Salle.

34 En français moderne, on écrirait : de l’Ouest.

35 Selon Bacqueville de La Potherie, au printemps 1685, Le Febvre de La Barre, avant d’être relevé de son poste par Brisay de Denonville, envoya une vingtaine de Français, sous le commandement de Perrot, pour tenter de « penetrer dans l’Ouest ». Perrot avait alors le titre de « Commandant de cette contrée » (HAS, t. II, p. 166). La mission de Perrot s’inscrivait dans la politique commerciale et militaire des autorités coloniales. En 1683, Morel de La Durantaye faisait construire un fort à Saint-Ignace (Green Bay) ; l’année suivante, les Français érigeaient le fort La Tourette sur la rive septentrionale du lac Nipigon (Ontario). Deux ans plus tard, en 1685, on bâtit un autre fort au confluent des rivières Kénogami et Albany, au nord-est du lac Nipigon, pour compléter le dispositif défensif du nord du lac Supérieur. En 1686, le fort Saint-Joseph était construit sur le site de l’actuelle ville de Port Huron (Michigan) et, en 1691, un second fort Saint-Joseph était bâti sur la rivière Saint-Joseph, à la hauteur de Niles (Michigan). Ces établissements avaient pour but d’assujettir les tribus amérindiennes de la région, de s’assurer du commerce des fourrures et d’empêcher les Anglais de prendre pied dans la région (voir Lyle M. Stone et Donald Chaput, « History of the Upper Great Lakes Area », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 603). Sur le voyage de Perrot et sur les opérations de sa mission, voir supra, p. 48-57.

36 Il s’agit de Séraphin Margane.

37 À l’instar des autres officiers en mission dans l’Ouest, Perrot effectua des opérations de traite. L’ordre de rentrer ne dut lui parvenir qu’au cours de l’été ou de l’automne 1686, alors qu’il venait de faire ériger le fort Saint-Antoine (voir HDG, t.I, p. 512).

38 Les Tsonnontouans (Senecas, en anglais) étaient l’une des cinq tribus iroquoises qui formaient la confédération des Cinq Nations.

39 Peut-être le copiste a-t-il sauté une ligne du mémoire car le sens de la phrase fait problème. Lecture proposée par J. Tailhan : « Il en estoit venu ».

40 Sur le fort Saint-Antoine, voir appendice 3, infra, p. 430-441.

41 « On appelle pierres à feu, des pierres qu’on met aux arquebuses, des pierres à fusil, qu’on fait aussi de caillou » (Furetière, 1690), et sur lequel on frappe pour en tirer une étincelle. « Quelques-uns appellent la plaque d’un pistolet, ou d’une arme à feu, ce qu’on appelle aussi platine », soit une pièce « où s’attache [sic] le ressort & le chien » du fusil (Furetière, 1690).

42 Encore ici, le manuscrit semble être lacunaire. Dans son édition, Jules Tailhan suggère de remplacer le pronom « en » par le verbe « ont ».

43 Sur le pillage du fort Saint-Antoine évité de justesse, voir supra, p. 63-64.

44 « Aboucher, v. act. Aborder quelqu’un de prés, conferer avec luy bouche à bouche » (Furetière, 1690). La définition du Dictionnaire de Trévoux (1721) élargit un peu le sens du verbe : « il signifie aussi, Faire conferer une personne avec une autre ». Les deux dictionnaires produisent les mêmes exemples : « Il faut que ces Chefs de parti s’abouchent ensemble. Les rois de France & d’Espagne se sont abouchez pour la paix des Pirenées en 1659. »

45 Voir supra, p. 307, n. 10.

46 Voir supra, p. 65-66. Si l’on se fie à la lettre que Denonville adressa à Seignelay, le 25 août 1687, l’irruption des Anglais dans la région pouvait être lourde de conséquences : « Il est certain que si les deux partis Anglois n’avoient pas esté aretez et pillez, et sy leurs eaües de vie et autres marchandises eussent entré dans Michilimakina, tous nos François auroient eu la gorge coupée par une revolte de tous les hurons et otaoas, qui aurait esté suivie de toutes les autres nations les plus eloignées, c’est une verité connue à tout ce que nous avons de françois, par les presens qui avoient esté envoyés secrétement à tous les sauvages eloignez » (ANF, Col, C11A 9, f. 61 ; voir aussi J. Tailhan, Mémoire, p. 308-309, n. 3).

47 Ajout de J. Tailhan.

48 Il s’agit de Greysolon Dulhut.

49 Dans son édition, Jules Tailhan propose de remplacer le participe présent par le même verbe à l’imparfait.

50 Le toponyme « Tejajagon » apparaît sur la « Carte des lacs du Canada. Dressée sur les Manuscrits du Depost des Cartes, Plans et Journaux de la Marine et sur le Journal du RP. de Charlevoix », de Nicolas Bellin (HDG, t. III). Le site se trouve au sud du lac de « Taronto » (Simcoe), à la hauteur de l’actuelle ville de Toronto (Ontario).

51 Sur les opérations militaires de 1687, voir supra, p. 57-73.

52 « A ne pas continuer la guerre », selon Jules Tailhan.

53 Après la campagne de 1687 contre les Iroquois, Perrot revint dans la colonie. Il ne remonta dans l’Ouest qu’à l’été 1688 : voir supra, p. 75-81.

54 Malgré l’ordre de suspendre les armes, raconte Bacqueville de La Potherie, les Outaouais « étoient si outrez contre les Iroquois qu’ils passerent outre » et « leur firent la guerre plus que jamais » (HAS, t. II, p. 222). Ils ramenèrent même des prisonniers iroquois à Michillimakinac dans l’intention de les bruler. Les jésuites et Morel de La Durantaye intervinrent en vain pour les empêcher de les exécuter, mais Perrot put les sauver (HAS, t. II, p. 223-227). Perrot clôt ici son récit historique pour passer à la dénonciation des « trahisons » des Hurons et des Outaouais.

55 Allusion à un document aujourd’hui perdu, à moins qu’il ne s’agisse du « mémoire » que Perrot est en train de rédiger.

56 Note autographe de Jules Tailhan sur le manuscrit : « Les mémoires dont il est ici question, ont été imprimés dans le second volume de La Potherie (Hist de l’Ameriq. Sept.) au moins à partir de la page 87. Je serais porté à croire que le titre de ce mémoire ou de ces mémoires était : Détail et caractère particulier des peuples alliez de la nouvelle France. J. T. ». Sur les liens entre les « mémoires » de Perrot et l’Histoire de l’Amérique septentrionale de Bacqueville de La Potherie, voir supra, p. 13-15.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search