Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

L’Irroquois n’estant plus en guerre avec les François ny leurs alliés la porte chez les Andastes et les Chanouanons

Texte intégral

  • 1 Chaouanons.
  • 2 Ajout de J. Tailhan.

1L’irroquois ne pouvant plus faire la guerre à ses voysins, la force des armes l’ayant contraint de mettre fin à toutes ses cruautés, il alla chercher à la faire chez les Andastes et Chanouanons1, qu’il deffit en plusieurs rencontres et dont il augmenta considérablement ses forces, par le grand nombre d’enfans ou autres prisonniers auxquels ils donnèrent la vie. Les Andastes furent entièrement deffaits, et ceux qui restèrent se rendirent de gré à gré, ils furent reçeus et [sont2] présentement chez les Tsonontouans.

  • 3 Voir la notice biographique sur Buade de Frontenac, infra, p. 481.
  • 4 Ajout dej. Tailhan.
  • 5 Voir la notice biographique sur Buade de Frontenac, infra, p. 481-483.
  • 6 Sans doute faut-il lire Chagouamigon (Chequamegon Bay). Mais le lien de causalité, au début de la (...)
  • 7 Ajout de J. Tailhan.
  • 8 Le mémoire est perdu.

2Mr. de Courcelles, ayant fait la paix générale avec les Irroquois, résolut d’aller voir le lac Ontario. Il y fut avec peu de monde et se rendit à Kataracouy, qui est ce qu’on appelle le fort de Frontenac3. Il y fit venir les Irroquois, qui eurent [ordre4] de s’y assembler touts, pour leur proposer le dessein où il estoit de faire bastir un fort. Ils y consentirent. On leur fit quelques presens, auxquels ils répondirent. Dans le même automne, peu de temps auparavant, Mr. de Courcelles fust rapellé et relevé par Mr. de Frontenac, qui fit bastir ce fort dès l’esté suiv[an]t, qu’il fit nommer de son nom, où il ne°manquoit pas d’aller passer quelques mois de l’année5. Il y faisoit appeller les chefs de toutes les nations Irroquoises, et a maintenu tousjours l’union entre elles et les Sauvages d’en haut, jusqu’à ce que des guerriers Irroquois, qui venoient de Chaouanonk6, où ils n’avoient rien fait, leur enleverent cinq familles de Renards et un chef qui avoient esté solliciter un secours dans la guerre qu’ils avoient alors contre les Illinois. Cela fust cause [que7] l’Irroquois deffit un village Illinois, et qu’il frapa partout sans aucun egard. J’ay fait un memoire que vous avez, Monsieur, au sujet de ces guerres. C’est pourquoy je n’en marque rien dans ce memoire8.

  • 9 Dans son « Memoire concernant le Com[m]erce de traitte Entre les françois et Sauvages dans les pay (...)
  • 10 Correction du critique anonyme du texte : « Bellinzani ». Défait, Perrot, ou son copiste, orthogra (...)

3Mr. de Frontenac donna des congés à differens particuliers pour la traitte que l’on fait dans les pays d’en haut, chez les Sauvages qui sont hors de la colonie9. J’en obtins un aussy, par la faveur et recommandation de Mr. Belgralie10, secrétaire de Mr. de Colbert.

  • 11 Voir appendice 2, infra, p. 427-429.

4Ce fust environ le meme temps que Mr. du Chesneau, intendant du pays, escrivit contre Mr. de Frontenac et manda à la cour qu’il ne donnoit des permissions qu’à ses creatures. Ses lettres furent escoutées, et il fust deffendu d’en accorder à personne davantage11.

  • 12 Ajout de J. Tailhan.
  • 13 Nous n’avons pu identifier cet officier.
  • 14 Voir appendice 2, infra, p. 427-429.

5Les Canadiens, se voyant privés de ces franchises, se debanderent et crurent qu’elles leurs estoient °deües[ :] cela fust cause que la plus grande partie de la jeunesse du pays s’en alla, et ne revenoit qu’à la derobée chercher des marchandises en raportant les pelleteries qui estoient furtivement vendues. Ce negoce fit ouvrir les yeux aux commerç[ant]s, qui y trouvoient fort bien leur compte, et qui leur avançoient ce qui estoit necessaire dans leur voyage, quelques opposés que fussent les ordres qu’on donnoit là dessus. Tellement que ces Canadiens se rendirent semblables aux Sauvages, dont ils copierent si bien le libertinage, qu’ils oublierent ce qu’ils [devoient12] à la subordination et discipline françoise, et, si je l’ose dire, au Christianisme meme. Il auroit fallu, pour obvier à ce desordre dans son principe, chatier dès le commencement ceux qui estoient tombés en faute, en contrevenant aux ordres du Roy. La Cour, ayant esté informée que le mal ne diminuoit pas, envoya une amnistie, que Mr. de Frontenac fit publier dans le pays des Outaoüas, où il envoya Mr. de Villeraye13 pour cet effect, et l’établit commandant sur les lieux14.

  • 15 « S’adresser, Attaquer quelqu’un, soit par raillerie, soit par malignité » (Dictionnaire, de Trévo (...)
  • 16 Il est difficile de confirmer les faits avancés par Perrot, encore qu’il est probable qu’il dise l (...)

6Les Irroquois commencerent encore à donner sur les Illinois et sur d’autres nations, car leurs forces augmentoient tousjours. Ils voulurent mesme s’adresser aux Outaouas et Nepissings15, dont ils firent plusieurs prisonniers. Mr. de Frontenac, estant party pour aller au fort qu’il avoit fait bastir, fit assembler aussytot qu’il y fut arrivé tous les chefs Irroquois, auxquels il parla de maniere qu’ils rendirent les prisonniers et demeurerent en repos, promettants de ne plus faire [d’]incursions sur nos alliés compris dans la paix. On sollicitoit cependant tousjours Mr. de Frontenac à leur faire la guerre, mais il prevoyoit que si une fois elle s’allumoit, on ne l’eteindroit pas sitost. Il se contenta donc de l’intimider de paroles et reussit16. Il naissoit des differens continuels entre luy et Mr. Duchesneau par les suggestions de leurs creatures de part et d’autre. Le roy en ayant esté informé, les rapella tous les deux en France et envoya °Mr. de la Barre, pour relever Mr.de Frontenac, et Mr. de Meule en la place de Mr. du Chesneau. Les mauvais avis qu’on leur donna à l’un et à l’autre causerent cette revocation, au detriment du pays.

  • 17 Il n’existe pas de lac des Outaouais, mais il est possible que Perrot pense au lac Huron, les Outa (...)
  • 18 Voir supra, p. 37.

7Mrs. De la Barre et de Meule les ayant relevés, furent persuadés par des ecclesiastiques de faire la guerre contre l’Irroquois. Les marchands meme[s], qui n’envisageoient pas tant la destruction de cette nation que leurs propres interests, poussoient de leur costé à la faire declarer. Ils ne prevoyoient pas qu’en s’en rendant l’ennemy, on ne les feroit pas revenir quand on voudrait. Ils s’imaginerent que sitost que le François viendrait à paroitre, l’Irroquois luy demanderait misericorde, qu’il serait facile d’establir des magasins, construire des barques dans le lac Ontario et dans celuy des Outaouas17, et que c’estoit un moyen de trouver bien des richesses. Touts ces conseillers reussirent à faire entreprendre cette guerre18.

Notes

1 Chaouanons.

2 Ajout de J. Tailhan.

3 Voir la notice biographique sur Buade de Frontenac, infra, p. 481.

4 Ajout dej. Tailhan.

5 Voir la notice biographique sur Buade de Frontenac, infra, p. 481-483.

6 Sans doute faut-il lire Chagouamigon (Chequamegon Bay). Mais le lien de causalité, au début de la phrase suivante (« Cela fust cause »), demeure obscur.

7 Ajout de J. Tailhan.

8 Le mémoire est perdu.

9 Dans son « Memoire concernant le Com[m]erce de traitte Entre les françois et Sauvages dans les pays esloignez des outaoüacs, Illinois, miamis et autres nations », du 12 octobre 1691, Champigny explique qu’un « Congé est une permission à un particulier d’équiper un Canot d’ecorce conduit par trois hommes qui peut porter pour trois à quatre Milliers de marchandises tant pour traitter que pour leurs vivres ». Ces congés étaient attribués à des particuliers « soit en recompense », soit parce qu’ils étaient « dans la necesité ». Ceux-ci les vendaient mille livres à des marchands ou à des voyageurs. Mais comme l’observe l’intendant, en plus de ces congés, en principe limités à vingt-cinq par année, on autorisait des commerçants à faire monter jusqu’à quarante-cinq canots aux Illinois, aux Miamis ou aux Sioux, si bien que la traite échappait complètement aux habitants de la colonie (ANF, Col. C11A 11, f. 294).

10 Correction du critique anonyme du texte : « Bellinzani ». Défait, Perrot, ou son copiste, orthographie mal le nom du secrétaire de Colbert.

11 Voir appendice 2, infra, p. 427-429.

12 Ajout de J. Tailhan.

13 Nous n’avons pu identifier cet officier.

14 Voir appendice 2, infra, p. 427-429.

15 « S’adresser, Attaquer quelqu’un, soit par raillerie, soit par malignité » (Dictionnaire, de Trévoux, 1721). Perrot donne au verbe un sens plus concret de s’en prendre physiquement à quelqu’un.

16 Il est difficile de confirmer les faits avancés par Perrot, encore qu’il est probable qu’il dise la vérité, les Iroquois ayant bel et bien agressé les Illinois, les Outaouais et les Népissingues.

17 Il n’existe pas de lac des Outaouais, mais il est possible que Perrot pense au lac Huron, les Outaouais et les Hurons s’étant établis à Michillimakinac pour fuir les Iroquois.

18 Voir supra, p. 37.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search