Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Arrivée de Mr. Talon Intendant ayant les ordres de faire poser les armes de France dans le pays des Outaouas et en prendre possession au nom du Roy

Texte intégral

  • 1 Jean Talon, qui revenait en Nouvelle-France pour un second mandat, avec le titre d’intendant de la (...)
  • 2 Si l’on se fie au « Memoire sur le Canada », du 2 novembre 1671, dans lequel Jean Talon informe la (...)

1Les premiers vaisseaux arriverent de France à Quebec pendant que touts les chefs y estoient. Mr. de Courcelles receut des lettres de Mr. Talon1, qui luy mandoit l’utilité qu’il y avoit d’arrester quelques François qui auroient esté aux Outaoüas, et qui en sçussent la langue, pour pouvoir y monter et prendre possession de leur pays au nom du Roy2. Mr. de Courcelles jetta d’abord la veüe sur moy et me fit rester à Quebec jusqu’au retour de Mr l’Intendant.

  • 3 Comme l’observe Jules Tailhan, « Perrot désigne ici sous le nom d’île des Outaouais, la grande île (...)
  • 4 Aujourd’hui French River (Ontario), à la hauteur de l’extrémité est de l’île Manitouline. Le texte (...)
  • 5 Aujourd’hui rivière Missisagi, vis-à-vis la partie ouest de l’île Manitouline (Ontario).

2Quand il fut arrivé, il me demanda si je voudrais me resoudre à monter aux Outaoüas en qualité d’interprette, et y conduire un subdelegué, qu’il y establiroit pour prendre possession de leur pays. Je luy fis connoitre que j’estois tousjours pret à luy obeir, en luy faisant offre de mes services. Je party donc avec le Sr. de St. Lusson, son subdelegué, et nous arrivames à Montreal, où nous restames jusqu’au commencement du mois d’octobre. Nous fumes contraints, dans le voyage, d’hyverner chez les Amikoüets. Les Saulteurs hyvernerent aussy dans les mêmes endroits, et firent une chasse de plus de deux mil quatre cents elans, dans une isle appellée l’isle des Outaoüas3, °qui a quarante lieues de longueur et contient l’estendue du lac Huron, depuis la partie vis à vis de la riviere des François4 jusqu’à celle de Missisakis5, en allant vers Michillimakina. Cette chasse extraordinaire ne fust cependant faite qu’avec des lacets.

  • 6 Jules Tailhan : « c’est-à-dire dans le pays des Sauteurs, à Sainte-Marie-du-Sault (Sault Sainte Ma (...)
  • 7 Encore ici, Perrot fait allusion au territoire dont Sainte-Marie-du-Sault, ou Sault Sainte Marie, (...)
  • 8 Comme le rappelle Jules Tailhan, il s’agit de la baie des Puants (Mémoire, p. 290, n. 4), aujourd’ (...)
  • 9 Perrot, ou le copiste, se trompe de deux ans : la prise de possession eut lieu le 14 juin 1671 (vo (...)

3Je les fis advertir de se rendre chez eux6, dans le printemps, le plus tost qu’ils pourroient, afin d’entendre la parole du Roy, que le Sieur St. Lusson leur portoit, et à toutes les nations. J’envoyay des Sauvages aussy pour faire sçavoir à ceux du Nord de ne pas manquer °de se rendre dans leur pays7. Je traisnay et portay ensuitte mon canot de l’autre costé de l’isle, où je m’embarquay ; car il est à remarquer que le lac ne se glace jamais que du costé où nous hyvernames, et non pas vers sa largeur, à cause des vagues continuelles que le vent y excite. Nous partimes de là pour aller vers la baye des Renards et Miamis8, qui n’en est pas bien eloignée, et je fis venir tous les chefs au Sault Ste. Marie, où se devoit planter le °picquet, et afficher les armes de France, pour prendre possession du pays des Outaouas. Ce fut l’année 1669 que cela se passa9.

  • 10 Potéouatamis, Sakis, Puants et Malhomines.
  • 11 Mascoutins.
  • 12 Kikapous.
  • 13 C’est-à-dire que ces chefs ne dépassèrent pas la baie des Puants, ou Green Bay, et n’assistèrent p (...)
  • 14 Charlevoix s’inspire sans doute de Perrot pour affirmer à son tour que le grand chef des Miamis, a (...)
  • 15 Comme l’observe Jules Tailhan, Charlevoix « hésite, quelque peu, à garantir la rigoureuse exactitu (...)
  • 16 Entreprendre : employé « absolument », le verbe « signifie, Avoir dessein de ruiner quelqu’un, l’a (...)

4Je me rendy le cinq[ièm]e du mois de May au Sault Ste. Marie avec les principaux chefs des Pouteoatamis, Sakis, Puans et Malhommis10. Ceux des Renards, Mascouetechs11, Kikabous12 et Miamis ne passèrent pas la Baye13 entre autres le nommé Tetin-choua, le principal chef des Miamis14, qui, comme s’il en avoit esté le roy, avoit jour et nuit en sa cabane quarante jeunes gens pour la garde de sa personne15. Le village qu’il commandoit estoit de quatre à cinq mil combattants. Il estoit en un mot craint et respecté de tous ses voysins. On dit cependant qu’il estoit d’un naturel fort doux et qu’il n’avoit point d’autre conversation qu’avec ses lieutenants ou gens de son conseil chargés de ses ordres. Les Pouteoutamis n’osèrent, par considération, l’exposer à faire le voyage, aprehendant pour luy les fatigues du canot, et craignants qu’il n’en tombât malade. Ils luy représentèrent que s’il luy arrivoit quelque accident, sa nation les en croiroit responsables, et qu’elle les entre -prendroit pour ce sujet16. Il se rendit enfin à leurs raisons et les pria mesme de faire pour luy dans l’affaire qui se presentoit comme il feroit pour eux, s’il estoit présent. Je leur avois expliqué de quoy il estoit question et pourquoy on les faisoit appeller.

  • 17 Sur les différentes tribus présentes lors de la prise de possession, voir appendice 1, infra, p. 4 (...)
  • 18 Il s’agit de Jacques Marquette.
  • 19 Pour le procès-verbal de la prise de possession et les Français présents sur les lieux, voir appen (...)
  • 20 Voir supra, p. 334-340. Le procès-verbal ne signale pas que les Hurons et les Outaouais arrivèrent (...)

5Je trouvay, à mon arrivée, non seulem[en]t les chefs du Nord, mais encore tous les Kiristinons, Monsonis, et des villages entiers de leurs voysins17. Les chefs des Nepissings y estoient, aussy ceux des Amikouets ; tous les Mississakis, les Mikikouets et touts les Saulteurs, qui avoient leur établissement dans l’endroit mesme. On planta le piquet en leur présence, et les armes de France y furent appliquées, du consentement de toutes les nations, qui ne sçachant écrire, donnèrent pour leur signature des presens, affirmans de cette manière qu’ils se mettoient sous la protection et l’obéissance du Roy. On dressa les procès verbaux au sujet de cette prise de possession, dans lesquels je signay comme interprète, avec le S1, de St. Lusson, subdelegué. Les R. P. °missionnaires Dablon, Allouez, Dreuillette et Marquet18 signèrent plus bas, et au dessous d’eux, les François qui se trouvèrent sur les lieux en traitte19. Cela fut exécuté suiv[an]t l’instruction donnée par Mr. Talon. Après cela, toutes ces nations s’en retournèrent chacune chez elles, et vécurent plusieurs années sans aucun trouble de part et d’autre. J’ai oublié de dire que les Hurons et les Outaouas n’arrivèrent qu’après la prise de possession, parcequ’ils s’estoient enfuy de Chagouamikon, pour avoir mangé les Scioux, comme je l’ay dit cy devant20. On parla de ce qui se venoit de faire, et ils agréèrent comme les autres tout ce qui avoit esté conclu et arresté.

Notes

1 Jean Talon, qui revenait en Nouvelle-France pour un second mandat, avec le titre d’intendant de la colonie, arriva à Québec le 18 août 1670.

2 Si l’on se fie au « Memoire sur le Canada », du 2 novembre 1671, dans lequel Jean Talon informe la Cour du succès de la mission de Daumont de Saint-Lusson, celui-ci devait non seulement prendre possession des territoires de l’Ouest et découvrir des mines de cuivre, mais aussi s’informer sur les routes pouvant mener à la « mer Vermeil », qui borde la Californie, et à celle de « l’ouest ». Dans son rapport, Jean Talon explique qu’« On ne croit pas que du lieu où led[i]t S[ieu]r de s[ain]t Lusson a percé il y ait plus De trois cens lieues jusqu’aux extremitez des terres qui bordent la mer Vermeil ou Du Sud, les terres qui bordent la mer De l’ouest ne paraissent pas plus esloignées de celle que les François ont descouvertes selon la Supputation qu’on a fait[e] sur le recit des sauvages ». Plus bas, l’intendant précise que « Le Voyage que led[i]t S[ieu]r de S[ain]t Lusson a fait pour la decouverte de la mer Du sud comme p[ou]r celle de la mine de cuivre ne coustera rien au Roy » (ANF, Col. C11A 3, f. 162).

3 Comme l’observe Jules Tailhan, « Perrot désigne ici sous le nom d’île des Outaouais, la grande île Manitouline, résidence primitive des Outaouais proprement dits (Ondataouaouat, Cheveux-relevés) » (Mémoire, p. 290, η. 1). L’île se trouve au nord-ouest du lac Huron (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 49). Sur les élans, voir supra, p. 199, n. 21.

4 Aujourd’hui French River (Ontario), à la hauteur de l’extrémité est de l’île Manitouline. Le texte de Perrot fait problème : l’île Manitouline ne « contient [pas] l’estendue du lac Huron », mais se trouve dans le lac Huron, à la hauteur des rivières French et Missisagi.

5 Aujourd’hui rivière Missisagi, vis-à-vis la partie ouest de l’île Manitouline (Ontario).

6 Jules Tailhan : « c’est-à-dire dans le pays des Sauteurs, à Sainte-Marie-du-Sault (Sault Sainte Marie), où devait avoir lieu la prise de possession » (Mémoire, p. 290, n. 2 et 3).

7 Encore ici, Perrot fait allusion au territoire dont Sainte-Marie-du-Sault, ou Sault Sainte Marie, constituait le centre d’échanges entre Amérindiens et Français.

8 Comme le rappelle Jules Tailhan, il s’agit de la baie des Puants (Mémoire, p. 290, n. 4), aujourd’hui Green Bay.

9 Perrot, ou le copiste, se trompe de deux ans : la prise de possession eut lieu le 14 juin 1671 (voir supra, p. 26-27).

10 Potéouatamis, Sakis, Puants et Malhomines.

11 Mascoutins.

12 Kikapous.

13 C’est-à-dire que ces chefs ne dépassèrent pas la baie des Puants, ou Green Bay, et n’assistèrent pas à la prise de possession.

14 Charlevoix s’inspire sans doute de Perrot pour affirmer à son tour que le grand chef des Miamis, au moment de la prise de possession des territoires de l’Ouest en 1671, s’appelait Tetinchoua (HDG, 1.1, p. 43).

15 Comme l’observe Jules Tailhan, Charlevoix « hésite, quelque peu, à garantir la rigoureuse exactitude des détails qu’on lit dans Perrot sur le respect et la déférence des Miamis pour leur grand chef » (Mémoire, p. 291, n. 6). Tout en reconnaissant que « les Chefs des Miamis sont plus respectés, & moins aisés à aborder, que ceux de la plupart des autres Nations Sauvages du Canada », Charlevoix ajoute que « les choses ont beaucoup changé depuis » l’époque de Perrot (HDG, t. I, p. 437). Mais, de rappeler Jules Tailhan, Claude Dablon confirme les observations de Perrot : dans la Relation de 1670-1671, il écrit que le chef des Miamis « est respecté dans sa cabane comme serait un Prince dans son Palais » : il « y estoit toujours environné des plus considérables du Bourg, que nous pourrions presque appeller des courtisans, tant ils estoient dans une posture honneste, pleine de déférence, y gardant toujours un silence respectueux pour faire paroistre l’estime qu’ils faisoient de sa personne, & de nous » (JR, vol. 55, p. 210).

16 Entreprendre : employé « absolument », le verbe « signifie, Avoir dessein de ruiner quelqu’un, l’assaillir de tous costez, luy faire tout le mal qu’il est possible » (Furetière, 1690).

17 Sur les différentes tribus présentes lors de la prise de possession, voir appendice 1, infra, p. 421-427.

18 Il s’agit de Jacques Marquette.

19 Pour le procès-verbal de la prise de possession et les Français présents sur les lieux, voir appendice 1, infra, p. 421-427.

20 Voir supra, p. 334-340. Le procès-verbal ne signale pas que les Hurons et les Outaouais arrivèrent après la prise de possession : le document note la présence des Outaouais, mais passe sous silence celle des Hurons (voir infra, p. 421-427).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search