Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Sedition esmeüe par les Outaoüas d’une maniere inopinée à Montreal

Texte intégral

  • 1 La foire de Montréal, où se fait « le grand commerce de toute la Nouvelle France », écrit Bacquevi (...)
  • 2 À notre connaissance, seul Perrot signale cette sédition.

1La traitte des Outaoüas avec les François estant fort avancée (elle se fait ordinairement dans la commune de Montreal, où ils ont coustume d’etaler leurs marchandises1), il arriva qu’un sauvage de la nation cy dessus nommée desroba quelque chose °à un march[an]d françois sans qu’il s’en apperçût. La sentinelle, qui avoit ordre de veiller sur eux afin qu’ils ne fussent point molestés ou fait tort, vit faire le vol. Il en avertit celuy à qui on venoit de le faire, qui se jetta incontinent sur le voleur, et luy voulut arracher quelques lambeaux de castors qu’il avoit. Le sauvage resista. Le factionnaire avança pour s’opposer à ceux qui l’auroient voulu fraper, et presenta le bout de son fusil pour arrester le monde qui se vouloient jetter en foule sur luy. Il pressa le sauvage de rendre ce qu’il luy avoit veü prendre. Plusieurs des spectateurs crurent qu’on les couchoit enjoüé, °et se jetterent à corps perdus sur le soldat et luy osterent en effet son fusil. Quand il se vit desarmé, il mit l’epée à la main. Celuy qui avoit fait le vol le voulut saisir et la luy oster, et n’ayant pu en venir à bout, reçut un coup d’espée au bras. Il presenta ensuitte la pointe à touts ceux qui faisaient mine de l’aprocher. Aussytost les Outaouas accoururent les armes à la main. Je m’y transportay aussy le plus tost qu’il me fust possible. Plusieurs chefs que je connoissois se joignirent avec moy et nous arrestames la sedition qui alloit naistre2.

  • 3 Sur Pierre Saint-Paul de Lamothe-Lussière, voir Notices biographiques, infra, p. 508-509.
  • 4 Ajout de J. Tailhan.

2Mr. de Lamotte3, homme de cœur et d’honneur, commandoit alors à Montreal. Sa compagnie estoit la seule du regim[en]t de Carignan restée dans le pays. Ayant esté averty que touts ses soldats et ceux de la garde estoient dans la commune, [il4] fit battre l’assemblée et marcha à la teste des troupes pour y ranger tout le monde à son devoir, mais quand il arriva, la sedition estoit appaisée. Il s’apperçut, sans me connoitre, que je parlois fortement aux Sauvages et connut bien que j’en sçavois le langage. Il s’addressa à moy °pour me demander où estoient les chefs. Je les luy montray. Il les fit d’abord ar[r]ester et conduire chez luy. Je fis en sorte de suivre pour voir l’issu de cette affaire. On posta en mesme °temps le long des palissades touts les soldats de la garnison, qui faisoient en tout le nombre de soixante hommes, qui furent commandés par un sergent, avec ordre de faire feu sur les p[remie]rs Outaouas qui paroitroient se vouloir soulever. Une personne considerable, qui vouloit monter aux Outaouas par l’occasion de cette flotte qui s’en retournoit, se trouva presente.

  • 5 « On appelle cheval de bois, une figure de cheval qui se hausse & se baisse par le moyen de quelqu (...)

3Monsieur de La Motte le pria de demander à ces gens, en leur langue, la raison qu’ils avoient eu pour exciter ce tumulte. Ils accuserent ingenüement la verité, mais ce nouvel interprette repeta la ° chose autrement pour leur faire plaisir, et fit entendre qu’il y avoit purement en tout cela de la faute du soldat. Mr. de La Motte, qui estoit un ancien capitaine et recommandable par son service, ordonna au second sergent de sa compagnie de l’aller querir et de le faire incontinent mettre sur le cheval de bois, °avec deux cents livres pesants aux pieds5.

4Ayant entendu que le sauvage se condamnoit dans ce qu’il venoit de dire et qu’il avoüoit ingeniiement comme l’affaire s’estoit passée, je ne pus m’empescher d’eclatter et d’asseurer que, suivant °la deposition qu’il venoit de faire, le soldat estoit innocent et qu’il ne merittoit pas le chatiment qui avoit esté ordonné, puisque l’interprete ° avoit dit la chose autrement qu’elle n’estoit. Mr. de La Motte, irrité contre le soldat, marchoit dans sa chambre à grands pas sans faire attention à ce que je venois de dire. Je repetay encore une fois l’affaire et me fit entendre de l’enseigne de la compag[ni]e. L’interprete, sans faire semblant de m’avoir oüy, se douta bien que l’officier ne manqueroit pas de s’expliquer et d’en parler à Mr. de La Motte. Il s’emporta et se picqua d’abord contre moy, et demanda justice du dementy que je venois de luy donner, au sujet de sa fausse interpretation. Je m’aprochay de luy dans la presence de Mr. de La Motte et luy soustins qu’il avoit mal expliqué la deposition du sauvage, que j’en sçavois la langue, et qu’en interpretant, il °n’avoit pas dit ce qu’il venoit d’avouer.

  • 6 « Accuser, signifie aussi simplement, Declarer » (Furetière, 1690).
  • 7 Il est impossible de s’assurer de l’exactitude des faits avancés par Perrrot et d’identifier l’int (...)

5Mr. de La Motte, qui avoit suspendu son jugement à l’egard du soldat, l’envoya chercher, et aprés l’avoir interrogé, il luy ordonna d’accuser juste comme tout estoit arrivé6. Il parla comme le sauvage et de la maniere que je venois de faire. Mr. de La Motte, se tournant ensuitte vers la personne qui n’avoit pas dit la verité du fait, se contenta de luy dire quelques paroles mortiffiantes et puis renvoya le soldat et les chefs qu’il avoit fait arrester7.

  • 8 Au haut du recto du feuillet 216 du manuscrit, on lit : « pour le nombre Neant ». Le dernier mot e (...)

6La traitte des Outaoüas alloit finir, quand il arriva un canot à Montreal de la part de Mr. de Courcelles, avec ordre de faire descendre à Quebec tous les chefs de cette nation et ceux des Irroquois, pour y conclure la paix entre eux8.

7Mr. de La Motte, ayant reçu ces ordres, me fist appeller et m’ordonna de m’embarquer avec les Outaouas, qui firent difficulté de partir. Ils furent obligés d’obeir malgré eux. Les Iroquois ne parurent avoir aucune repugnance là dessus.

  • 9 À l’été 1670, Rémy de Courcelle ordonna aux Outaouais et aux Iroquois venus à Montréal pour y fair (...)

8Quand les chefs Outaoüas se virent forcés d’entrer dans la barque destinée pour le voyage, ils renvoyerent touts leurs gens chez eux, et firent suivre leurs canots. Un officier et douze soldats furent commandés pour les escorter jusqu’au premier campement que nous fimes, en partant de Montreal. Ils me prierent de demander à l’off[ici]er qu’il leur fust permis de s’embarquer dans leurs canots. Il y consentit, et nous arrivames heureusement à Quebec, où les amis de celuy que j’avois dementy à Montreal firent tous leurs efforts pour me deservir auprès de Mr. de Courcelles, et empescher que je ne fusse l’interprete. Mais Mr. de La Motte avoit escrit en ma faveur et certiffié ma constance et ma fidelité, en sorte que mes ennemis ne furent pas escoutés. Il y eust quelqu’un qui voulut trouver à redire à l’interpretation que j’avois faite, et soustenir qu’elle n’estoit °pas juste, mais il en eut toute la confusion, car elle fut generalement reçeue pour veritable9.

Notes

1 La foire de Montréal, où se fait « le grand commerce de toute la Nouvelle France », écrit Bacqueville de La Potherie, débute « au mois de Juin », alors que commencent à arriver les Amérindiens « en grandes bandes. Les Chefs de chaque Nation vont d’abord saluër le Gouverneur, à qui ils font present de quelques Pelleteries, & le prient en même tems de ne pas souffrir qu’on leur vende trop cher les marchandises, quoiqu’il n’en soit pas le maître, puis qu’un chacun dispose du sien comme il le juge à propos. Ils tiennent une Foire sur le bord du fleuve, le long des palissades de la Ville. Des sentinelles empêchent que l’on n’entre dans leurs cabanes, pour éviter les chagrins qu’on leur pourroit faire, & pour leur donner la liberté d’aller & venir dans la Ville, où toutes les boutiques leur sont ouvertes. [...] Ce commerce dure trois mois à plusieurs reprises » (HAS, t. I, p. 364-365). Le fait que les Amérindiens campent en dehors de la ville proprement dite est confirmé par l’intendant Duchesneau, qui en donne d’ailleurs la raison, dans sa lettre du 13 novembre 1680 : « Lors que les Sauvages arrivent à montreal on les met dans un Islet separé d’un petit ruisseau des maisons des habitans aux advenues duquel il est nécessa[i]re de poser quelques gardes pour empescher qu’on ne les Insulte et que les françois ne les viollantes [sic], trois ou quatre gardes au plus suffisent pour cet office » (ANF, Col.C11A5,f. 173).

2 À notre connaissance, seul Perrot signale cette sédition.

3 Sur Pierre Saint-Paul de Lamothe-Lussière, voir Notices biographiques, infra, p. 508-509.

4 Ajout de J. Tailhan.

5 « On appelle cheval de bois, une figure de cheval qui se hausse & se baisse par le moyen de quelques chevilles de fer. Il sert dans le manege à faire les exercices pour voltiger » (Furetière, 1690). Ici, le « cheval de bois » sert à supplicier son cavalier, à qui l’on a mis des poids aux pieds pour rendre incommode sa position.

6 « Accuser, signifie aussi simplement, Declarer » (Furetière, 1690).

7 Il est impossible de s’assurer de l’exactitude des faits avancés par Perrrot et d’identifier l’interprète qui aurait mal traduit la déposition des Outaouais.

8 Au haut du recto du feuillet 216 du manuscrit, on lit : « pour le nombre Neant ». Le dernier mot est d’une calligraphie différente du reste du texte du manuscrit.

9 À l’été 1670, Rémy de Courcelle ordonna aux Outaouais et aux Iroquois venus à Montréal pour y faire la traite et faire « entendre de part et d’autre leurs plaintes reciproques » de se rendre à Québec. « Sur la fin de Juillet », vingt délégués de chaque nation arrivèrent à Québec, où on « assembla le Conseil, où se firent trois assemblées générales ». Au cours de la seconde assemblée, les Outaouais accusèrent les Iroquois d’avoir agressé une centaine des leurs. Lors de l’assemblée suivante, tout en menaçant de punir tous ceux qui troubleraient la paix, le gouverneur s’engagea à châtier les coupables des meurtres, et ce avec d’autant plus de conviction que les Iroquois avaient aussi tué des Français, dont « ses propres nepveux » (voir appendice 16, infra, p. 461-462). Mais si les Outaouais avaient libéré deux prisonniers l’année précédente, quatre cette année et qu’ils se disaient prêts à libérer tous ceux qui restaient entre leurs mains, les Iroquois n’avaient libéré aucun captif, si bien que M. de Courcelle s’engagea à exiger des Iroquois qu’ils rendissent leurs prisonniers outaouais, à défaut de quoi il les considérerait comme des « perturbateurs de la paix, & qu’il les traitteroit comme les ennemis du Roy » (voir Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 40-50). L’année suivante, un chef iroquois ramenait dans la colonie huit des vingt-cinq ou trente captifs outaouais (voir Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 54, p. 262-266).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search