Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Terreur des Outaoüas à la veüe des Irroquois qui chassoient le long °de la riviere

Texte intégral

  • 1 Selon François-Joseph Le Mercier, la « derniere bande des Algonquins superieurs » arrivée à Montré (...)
  • 2 Lac Nipissing, qui communique par la rivière des Français, aujourd’hui French River, avec le nord (...)
  • 3 Lire Népissingues.
  • 4 Missisagués.
  • 5 Voir supra, p. 207, n. 10.
  • 6 Aujourd’hui lac des Chats, sur la rivière des Outaouais, à quelque soixante-dix kilomètres à vol d (...)
  • 7 Selon Benjamin Suite, « il n’est pas possible qu’il [Perrot] ait fait partie de l’expédition de Ca (...)
  • 8 Sans doute Perrot fait-il allusion aux trois rapides successifs du Long Saut, sur la rivière des O (...)

1Plus de neuf cents outaouas descendirent à Montreal en cannots ; nous estions cinq François dans cette troupe1. Il faut sçavoir que ces peuples estoient dans ce temps là fort lasches et peu aguerris. Nous trouvâmes dans nostre marche, au delà du Nepissing2, quelques cannots nepissings3 qui revenoient de Montreal, ce qui nous engagea de camper pour aprendre des nouvelles de la colonie. Ils nous asseurerent qu’il y avoit plusieurs bandes d’Irroquois, escortées de quelques François, qui chassoient aux environs de la riviere, et qui leur avoient fait un très bon accueil, en leur donnant des viandes pour se raffaichir. Le gros °party avoit desjà peur de ce qu’on venoit de dire et pensoit mesme à relascher. Mais comme les Outaoüas avoient beaucoup de confiance en moy, et que j’en estoit aimé, je leur persuaday de continuer le voyage, à la reserve de quelques cannots Saulteurs, Missisakis4 et Kiristinons, qui s’evaderent et retournerent chez eux. Quand nous eusmes descendu les Calumets5, nous rencontrames, un peu au dessous des Chats6, Mr. de la Salle, qui estoit à la chasse avec cinq ou six François et dix ou douze Irroquois7. Cette grosse flotte d’Outaouas paroissoit desja esbranlée, en les voyant, et vouloit relascher absolument, sur le raport des François, qui leur disoient qu’il y avoit encore plusieurs autres bandes d’Irroquois qui chassoient plus bas. Je ne pû m’empescher alors de leur reprocher leur lascheté, et les ayant rasseurés, ils continuerent la route, car il n’y eust pas lieu de les faire camper. Il fallut donc marcher toute la nuit et laisser à flot touts les cannots chargés, afin de pouvoir partir le landemain. Deux heures avant le jour, toute la flotte, en partant, prit le large dans la riviere, et fila vers la pointe du jour, sans faire de bruit. Nous eusmes, le matin, un gros brouillard, si epais qu’il nous empeschoit de voir nos cannots. Mais le soleil, à son lever, le dissipa, et nous fit remarquer vis à vis de nous un camp de sept Irroquois, auxquels estoient joints cinq à six soldats. La plus grande partie des Outaoüas estoient desja passés en ce temps là. Les Irroquois ne bougerent point de leur feu. Il n’y eust que les François qui parurent, et qui nous appellerent. Mais aucun des cannots ne voulut s’arrester. Ils s’efforcerent au contraire de ramer encore plus vigoureusement. J’obligeay cependant celuy où j’estois de mettre à terre. Les soldats me firent boire et manger avec eux, mes mattelots me pressoient tousjours de m’embarquer, car la journée que nous fimes fut grande. Le soleil s’alloit coucher quand le gros descendoit de file le long du sault8. Mon cannot estoit des premiers, de trente que nous estions, dont les uns estoient debarqués et les autres au large. Il y en avoit mesme [un] dans les rapides, qui ne pouvoit monter ny forcer le courant des eaux, qu’il nous fallut atttendre. A deux lieües plus bas, il se fit des decharges reiterées de coups de fusil, dont nous vismes la fumée s’elever en l’air. Cet alarme obligea touts les Outaoiias à se ranger en flotte et ceux qui estoient ° debarqués voulurent se rembarquer, malgré tout ce que je pû faire pour les empescher, et gagnerent le gros. Ils prirent la resolution de tout abandonner et de s’enfuir. Je fis mon possible pour les en detourner. Ceux qui estoient dans mon cannot avoient desja les bras morts. Je les fus trouver touts et leur proposay de me donner un cannot pour prendre le devant, et aller dans l’endroit où s’estoient faites les ° decharges. J’excitay les François à m’y accompagner, qui n’estoient pas moins saisis de crainte que les Sauvages. Je tachay enfin de les faire revenir de la terreur qui les avoit pris, en les asseurant que les Irroquois, pour preuve de leur sincerité, avoient des François avec eux. Je gagnay la teste du gros de la flotte et fis si bien en sorte qu’ils consentirent à me suivre. Et comme mon cannot estoit proche de terre, sur le soir, les Irroquois firent une derniere decharge pour nous saluer. Le gros des Outaoüas, ayant reconnu que ce n’estoit que pour nous faire honneur que l’on tiroit, reprirent leurs esprits, et mirent à terre sans debarquer les pelleteries. Cette bande estoit composée de douze Irroquois, qui avoient deux soldats de Montreal avec eux, que je connoissois. Les Outaouas trembloient encore et estoient dans la resolution de marcher toute la nuit, jusqu’à ce qu’ils fussent rendus aux premieres maisons françoises, ne se croyant pas en seureté parmy ces douze Irroquois, qui les auroient sans doute caressés et regalés, s’ils avoient eu quelques viandes de chasse à leur donner.

  • 9 La Grande Anse est une anse de l’île Perrot, du nom de Jean-Marie Perrot, un des gouverneurs de Mo (...)
  • 10 Sur cette expédition, voir appendice 18, infra, p. 464-465.

2Quand les Outaouas virent les Irroquois endormis, ils s’embarquerent touts vers la mynuit, mon cannot demeura seul. Cependant mes mattelots ne cessoient pas de m’appeller pour m’embarquer ; je dormois d’un si profond sommeil, avec ces deux François, que je ne les entendois pas. Un de mes canotteurs se hazarda de venir m’eveiller, mais si doucement que °vous eussiez dit qu’il alloit surprendre une sentinelle. Il me dit tout bas à l’oreille qu’il estoit temps d’embarquer et que toutte la flotte estoit desja bien loin. Je me levay sur le champ pour m’en aller avec luy, et à la pointe du jour, elle nous parut à perte de veüe. Ils ramoient touts vigoureusement °et ne nous attendirent qu’à la Grande Anse, dans le lac St. Louis9. Nous en partimes pour aller à Montreal, sur les deux heures après midy, où les Outaouas commencerent à respirer, et à se trouver en parfaite asseurance, quand nous y fumes rendus10.

Notes

1 Selon François-Joseph Le Mercier, la « derniere bande des Algonquins superieurs » arrivée à Montréal comptait « 80. ou 90. Canots : sur lesquels il y avoit plus de 400. Personnes » (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 42). Comme le remarque Jules Tailhan, ces chiffres n’excluent pas que la flotte ait compris plus d’embarcations et plus d’hommes. Autre observation de Jules Tailhan : c’est la première fois que Perrot se met en scène (Mémoire, p. 257, n. 1).

2 Lac Nipissing, qui communique par la rivière des Français, aujourd’hui French River, avec le nord de la baie Georgienne (Ontario), et qui permet de rejoindre la rivière des Outaouais.

3 Lire Népissingues.

4 Missisagués.

5 Voir supra, p. 207, n. 10.

6 Aujourd’hui lac des Chats, sur la rivière des Outaouais, à quelque soixante-dix kilomètres à vol d’oiseau, à l’ouest de Gatineau.

7 Selon Benjamin Suite, « il n’est pas possible qu’il [Perrot] ait fait partie de l’expédition de Cavelier de la Salle qui se mit en route l’été de 1669 et remonta le fleuve de Lachine au lac Erié. Deux prêtres du séminaire de Saint-Sulpice, MM. Dollier et Galinée, étaient du voyage. La Salle se sépara d’eux entre Toronto et Niagara et dit qu’il allait se rendre à l’Ohio. Au mois de mai 1670, ces deux prêtres arrivaient au Sault Sainte Marie, d’où plusieurs bandes de canots partaient en ce moment pour se rendre à Montréal par la voie de la rivière Ottawa. Perrot et quatre Français étaient sur l’une de ces flottilles. A sa grande surprise, il rencontra Cavelier de la Salle qui était à la chasse avec cinq ou six Français et dix ou douze Iroquois, un peu au-dessous des Chats, rivière Ottawa. C’était vers le commencement de juin » (Mélanges historiques, p. 51).

8 Sans doute Perrot fait-il allusion aux trois rapides successifs du Long Saut, sur la rivière des Outaouais, entre Grenville et Pointe-Fortune (Québec).

9 La Grande Anse est une anse de l’île Perrot, du nom de Jean-Marie Perrot, un des gouverneurs de Montréal, entre la Pointe-du-Domaine et la Pointe-du-Moulin. Située à l’est de l’île Perrot, elle s’ouvre sur le lac Saint-Louis.

10 Sur cette expédition, voir appendice 18, infra, p. 464-465.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search