Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Autre assassin

Texte intégral

  • 1 À la lumière du texte de Jacques Bruyas (voir supra, 361, n. 1), Jules Tailhan estime que « ce dou (...)
  • 2 Le toponyme est demeuré, ainsi que l'expression « bout de l'île » pour désigner l'extrémité ouest (...)
  • 3 « Entendre, se dit aussi de celuy qui sçait tout ce qu'il doit sçavoir sur quelque chose » (Fureti (...)

1Quelques années après1, onze Irroquois [qui] estoient à la chasse au sud du lac des Deux Montagnes, vers le bout de l'isle de Montreal2, traitterent avec un marchand qui les y vint trouver. Ce commerçant prit avec luy un Canadien fort entendu3, qui sçavoit parfaitement bien la langue Irroquoise, et qui en estoit fort consideré. Les Irroquois, ayant sçû où estoit son logis, le furent voir. Il les regala et les asseura qu'il ne manqueroit pas de les aller visitter aussy dans leur hyvernement. Il n'y manqua pas, car il partit un jour, accompagné d'un marchand et de son valet, et s'y rendit. Ils furent touts les trois parfaitement bien receus, et d'autant plus agreablement qu'ils avoient eu soin d'aporter avec eux de l'eau de vie, dont ils leur firent present. Les Irroquois en ayant bû hors de raison, les François les massacrerent pour avoir leur butin. Cet assassin fut decouvert, et les meurtriers, ayant esté avertis par leurs amis de se retirer, se sauverent si bien, chacun de leur costé, qu'on ne les pût prendre.

  • 4 Ajout de J. Tailhan.

2Les Irrroquois [sachant4] les recherches exactes que l'on faisoit partout pour leur rendre justice, et ne doutant plus que c'estoit tout de bon, par rapport à la satisfaction entiere qui leur avoit esté donnée au sujet de l'assassin precedent, ne temoignerent aucun ressentiment de ce dernier. Ils continuerent tousjours à chasser le °long de la riviere des Outaoüas, ayant avec eux quelques François qui faisoient bien leurs affaires, et dont ils avoient un grand soin. Ils en demanderent meme encore à Mr. de Courcelles, afin que s'il descendoit des Outaouas qui n'eussent pas connoissance de la paix, il n'arrivat pas de demeslé ny de carnage.

Notes

1 À la lumière du texte de Jacques Bruyas (voir supra, 361, n. 1), Jules Tailhan estime que « ce double assassinat [a] été commis dans le cours d'une seule et même année » et qu'il faut, par conséquent, « changer en quelques mois, les quelques années de Perrot » (Mémoire, p. 253, η. 1). Son observation est pertinente car, même si l'un des meurtres a été commis au cours de l'hiver 1669 et le second pendant le printemps de 1670, ce sont « quelques » mois qui séparent les deux crimes et non pas « quelques années ». Selon Charlevoix, en 1670, pendant les recherches que l'on faisait pour trouver les meurtriers du chef iroquois (voir p. 358-362), « trois autres François trouverent six Mahingans », ou Mahicans, qu'ils tuèrent pour s'emparer de leurs pelleteries. Un des assassins, mécontent de ses complices, révéla le crime à un de ses amis, qui ébruita le fait, si bien que les Amérindiens commencèrent à murmurer et à s'agiter. Ce serait pour calmer les esprits que Remy de Courcelle « fit casser la tête » des trois soldats du premier meurtre en présence des Iroquois, tout en promettant le même châtiment aux assassins des Mahicans, une fois qu'on les aurait arrêtés (HDG, t. I, p. 426).

2 Le toponyme est demeuré, ainsi que l'expression « bout de l'île » pour désigner l'extrémité ouest de l'île de Montréal, à la hauteur des bouches de la rivière des Outaouais.

3 « Entendre, se dit aussi de celuy qui sçait tout ce qu'il doit sçavoir sur quelque chose » (Furetiere, 1690). Pour leur part, les rédacteurs du Dictionnaire de Trévoux écrivent : « une personne entendue ; pour dire, intelligente & habile » (1721). Furetière et les rédacteurs du Dictionnaire de Trévoux produisent le même exemple : « il est entendu aux finances ».

4 Ajout de J. Tailhan.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search