Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Justice rendue aux Irroquois au sujet de l’assassin mentionné cy dessus

Texte intégral

1Les autheurs de cet assassin n’ayant point de retraitte plus asseurée que chez leur officier, arriverent la nuit chez luy, où ils furent arrestés et mis en prison. Le conseil de guerre s’estant assemblé pour les juger, ils avouerent dans les premieres interrog[ati]ons le crime dont on les accusoit, et furent condamnés touts les cinq à estre passés par les armes en presence des Irroquois.

  • 1 Perrot confond peut-être deux événements. Au cours de l’hiver 1669, trois Français assassinèrent s (...)

2On les fit conduire et attacher tous les cinq, chacun à un potteau. Les Irroquois s’estonnerent de l’ample justice qu’on leur rendoit, et demanderent grace pour quatre, parce que n’ayant perdu qu’un homme, il n’estoit pas juste, disoient ils, d’en deffaire cinq, mais un seulement. On leur fit comprendre que les cinq estoient egalement criminels et merittoient sans exception la mort. Les Irroquois, qui ne s’attendoient pas à une satisfaction si etendue, redoublerent leurs instances pour obtenir la grace de quatre, et firent pour ce sujet des presens de colliers de porcelaine, mais on ne les escouta pas et on les passa touts les cinq par les armes1.

3La justice qui fust dans cette occasion rendue aux Irroquois fust publiée dans touts leurs villages, qui eurent beaucoup de confiance aux François ; plusieurs de leurs familles, engagés par une reparation si eclatante, descendirent dans la colonie et s’y arresterent, par la chasse abondante et les autres commodités de la vie qu’ils y trouvoient pour vivre grassement.

Notes

1 Perrot confond peut-être deux événements. Au cours de l’hiver 1669, trois Français assassinèrent six Onneiouts pour s’emparer de leurs fourrures (F.-J. Le Mercier, Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 32 ; Jacques Bruyas, Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 53, p. 240). Au printemps suivant, pour la même raison, trois soldats, et non cinq, tuèrent un « considérable Yroquois » (Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 279), c’est-à-dire un chef tsonnontouan. Reconnus coupables du meurtre, les soldats furent passés par les armes le 6 juin 1669, selon Dollier de Casson, le 6 juillet, selon G. Lanctot, sur ordre de Rémy de Courcelle (Dollier de Casson, op. cit., p. 279 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 61-62). Dans la Relation de 1669-1670, Pierre Millet fait allusion au « chastiment exemplaire que Monsieur le Gouverneur avoit fait de ces assassins », après le meurtre d’un Tsonnontouan (JR, vol. 54, p. 118).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search