Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Assassin1 fait envers un Irroquois

Texte intégral

  • 1 Sur le substantif « assassin », voir supra, p. 187, n. 6.
  • 2 « Precautionner, se precautionner. V. n. pass. Prendre ses precautions » (Académie, 1694 et 1695). (...)

1Des soldats du regiment de Carignan se mirent dans l’esprit de vouloir courir les bois avec les Irroquois et de les suivre partout dans leurs chasses. Ils se precautionnerent2 de beaucoup d’eau de vie et partirent sans le dire à personne. Ils avertirent de leur depart quelqu’un de leurs officiers seulement, qui aydoit mesme à les mettre en estat de faire ce voyage dans l’esperance d’y avoir un peu de part.

  • 3 « Stiler, signifie aussi, Accoustumer ; & se dit même des animaux » (Furetière, 1690).
  • 4 Le toponyme est demeuré pour désigne une pointe de terre qui s’avance dans le lac Saint-Louis, à l (...)
  • 5 Allusion sans doute au « Long Sault » de la rivière des Outaouais : voir infra, p. 367, n. 8.

2Cinq de ces soldats, qui estoient desja stylés3 à ces sortes de voyages et qui sçavoient la route de cette riviere et les endroits où les Irroquois avoient coustume de chasser, partirent la nuit, et arriverent à la Pointe Claire du lac St. Louis4, où ils trouverent un Irroquois qui avoit son cannot plein de peaux d’elans. Ces soldats luy demanderent s’il ne vouloit pas boire un coup d’eau de vie. Il repondit que non. Voyant neantmoins qu’on luy vouloit donner à boire gratuitement et sans interest, il accepta l’offre qu’on luy faisoit. Cela l’engagea à en boire davantage, et à force de l’exciter, il en but tant qu’il se soula mort yvre. Ces soldats, le voyant °hors de raison et sans connoissance, luy attacherent une pierre au col, et le jetterent dans l’eau, au large du lac. Les autres Irroquois qui avoient fait leur chasse, estant rendus à Montreal, demanderent quelque temps apres si on ne l’avoit pas veü ; on leur dit que non, tellement qu’ils le crurent noyé le long du sault de la rivieres des Outaoüas5.

  • 6 La construction de la phrase laisse à désirer : c’est la pierre qui n’était pas assez pesante, et (...)

3Cependant quelques Sauvages, allant ou revenant de la chasse, aperçurent un corps flottant sur l’eau, soit que la corde qui servoit à luy attacher la pierre au col fut rompue ou qu’elle ne fust pas assez pesante6. Ils furent droit vers ce corps et reconnurent celuy dont on ne sçavoit point de nouvelles. Ils le transporterent à Montreal et, dans les plaintes qu’ils firent, ils representerent que dans leurs chasses il n’y avoit pas eu d’autres Sauvages qu’eux, et °par consequent ce n’estoit que des François qui pouvoient avoir tué leur camarade. On fit d’exactes recherches pour decouvrir les autheurs de cette action, sans pouvoir reussir.

4Les soldats, apres avoir fait ce coup, apporterent nuittament les pelleteries chez leur officier, et luy firent acroire qu’ils les avoient traittées avec des Irroquois, qui estoient retournés à la chasse. Cet officier en donna en payement à quelqu’un, car c’estoit l’usage de s’en servir au lieu de monnoye dans le pays. Celuy qui les avoit eu[es] de cet officier, les avoit aussi données à quelqu’autre, et de cette maniere elles estoient passées en plusieurs mains. Il arriva qu’un François, en ayant une, la porta chez un marchand où se trouverent presens des Irroquois, qui la reconnurent par la marque differente que chacun ° d’eux y met. Ils la saisirent pour la porter sur le champ au commandant de la ville. On fit venir le François, qui fust questionné pour sçavoir de qui il avoit eu cette peau. Il nomma la personne qui la luy avoit donnée. On la fit appeller ; elle nomma aussy celle dont elle l’avoit reçeue, et on reconnut par ce moyen qu’elle estoit venue en premier lieu de la maison où demeuroit l’officier. On y fouilla et plusieurs peaux de la meme marque s’y trouverent, qui furent reconnues appartenir à ce sauvage assassiné. Ces preuves ne laisserent plus douter qu’il avoit esté tüé par des soldats. Ces soldats dans ce temps là estoient partis derechef pour traitter de l’eau de vie dans la riviere des Outaoüas, apres avoir remboursé l’officier de la premiere avance et de la derniere, qu’il leur avoit faite pour le reste du butin de l’Irroquois qu’ils avoient assassiné. Il fut ordonné à l’officier de les an-ester aussytost qu’ils seroient de retour, ou d’avertir, afin de les punir et de rendre justice aux Irroquois, car on les entendoit desja murmurer. Ils donnoient à connoitre que leur indignation estoit assez grande pour renouveller la guerre, si on avoit manqué à leur faire raison de cet assassin.

Notes

1 Sur le substantif « assassin », voir supra, p. 187, n. 6.

2 « Precautionner, se precautionner. V. n. pass. Prendre ses precautions » (Académie, 1694 et 1695). Ni le Dictionnaire de l’Académie ni celui de Furetière (1690) ne produisent d’exemple du verbe utilisé avec un complément.

3 « Stiler, signifie aussi, Accoustumer ; & se dit même des animaux » (Furetière, 1690).

4 Le toponyme est demeuré pour désigne une pointe de terre qui s’avance dans le lac Saint-Louis, à la hauteur de Beaconsfield, un arrondissement de Montréal.

5 Allusion sans doute au « Long Sault » de la rivière des Outaouais : voir infra, p. 367, n. 8.

6 La construction de la phrase laisse à désirer : c’est la pierre qui n’était pas assez pesante, et non la corde.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search