Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Deffaite des algonkins par les Irroquois

Texte intégral

  • 1 « Aitres. s. m. Terme bas & populaire, dont le peuple & les bourgeois se servent pour exprimer les (...)

1Les irroquois n’avoient plus rien tant a Cœur que de destruire les Algonkins, qui estoient de tous leurs ennemis les plus redoutables. Ils avoient mis les Hurons hors d’estat de se faire craindre et regardoient les François comme gens qui n’estoient pas au fait de leurs guerres, et incapables de les pouvoir vaincre, ignorant les aistres1 des forests du pays.

  • 2 Perrot pense ici aux Algonquins « inférieurs », formés de clans nomades qui occupaient un territoi (...)

2Le bon accueil qu’on leur fit, quand ils se rendirent en grand nombre à Quebec pour traitter de la paix, leur fit s’imaginer qu’on les craignoit. S’ils y venoient en petit nombre, on les habilloit et on les caressoit avec des presents qu’on leur faisoit. Cela les engagea à conclure encore une fois la paix avec les Algonkins2. Ils se donnerent reciproquement des colliers, et jurerent entr’eux une union inviolable, promettant qu’ils ne manqueraient pas l’hyver suivant de venir la cimenter ensemble.

  • 3 La rivière Nicolet se jette dans le fleuve Saint-Laurent (rive sud) à la Pointe-du-Hameau, en amon (...)
  • 4 La rivière Yamachiche, toponyme actuel, se jette dans le fleuve Saint-Laurent (rive nord) à la poi (...)
  • 5 Bacqueville de La Potherie produit un récit plus circonstancié de l’exploit de Pieskaret : à la «  (...)
  • 6 Le substantif « cannot » est bien au singulier, même si la suite de la phrase est au pluriel. Sans (...)
  • 7 « Balle ramée, se dit à l’égard du mousquet, de deux balles attachées ensemble par un fil de fer » (...)
  • 8 Bacqueville de La Potherie, qui présente les exploits de Pieskaret dans l’ordre inverse de celui d (...)

3Les Algonkins, dont touts les villages estoient aux environs des Trois Rivieres, partirent dans la saison ordinaire pour leur chasse d’hyver et se diviserent en deux bandes. L’une prit sa route du costé de la riviere de Nicolet3, et l’autre vers celle d’Ouabmachis4. Il y avoit quantité d’elans dans ces pays là, et la neige estoit très favorable pour faire cette chasse, car sans se donner beaucoup de peine, ils en tuoient à la course autant qu’ils en rencontroient. On dit qu’un Algonkin, nommé Piskaret, qui estoit la terreur des Irro-quois, et dont ils connoissoient la valeur, ayant esté dans un des villages ennemis, cassa la teste à une famille entierre, et puis se retira dans un de leurs buchers. La nuit suivante, il en fit autant à une autre, et leur ayant enlevé la chevelure, il se cacha dans la meme retraitte. Mais la troisieme fois °qu’il voulut faire une expedition pareille aux deux precedentes, il fut decouvert et obligé de füir. Il estoit naturellement agile et dispos, et eust tousjours beaucoup d’avance au dessus des gens qui le poursuivoient. C’est pourquoy il se mit dans l’esprit de les attendre °jusqu’au soir. Voyant que la nuit approchoit, il se cacha dans le creux d’un arbre ; ceux qui avoient couru aprés luy crurent qu’il estoit bien loin et, n’esperant plus le joindre, se mirent à faire du feu proche de sa retraitte et y camperent. Quand il les vit bien endormis, il leur cassa à tous la teste, et revint chargé de leurs chevelures5. On dit encore dans une autre occasion qu’il donna luy cinquième sur cinq °cannots irroquois, qu’il fit tourner, non pas en tirant sur les hommes qui estoient dedans, °mais au fond de leur cannot6 avec des balles ramées7, qui les remplirent d’eau et les firent verser. Se jettant alors sur les ennemis, il les °tua touts, à la réserve de quelques prisonniers qu’il emmena pour divertir son village. Ce coup fust fait au large de l’embouchure de la riviere de Sorel, au milieu du fleuve. Ces actions extraordinaires et plusieurs autres de meme nature le rendirent redoutable chez l’Irroquois8.

  • 9 La rivière Saint-François, dont la source est le lac Saint-François, au sud-est de Thetford-les-Mi (...)
  • 10 Nom originellement donné par les Amérindiens à Charles Huault de Montmagny (1601-1657), qui fut go (...)
  • 11 Sur Pieskaret, voir Notices biographiques, infra, p. 503-504.

4Les °Algonkins nous disent que ce Piskaret estoit un homme genereux, et qu’il se fioit beaucoup sur son cœur et sur ses jambes. Il partit un jour de la riviere de Nicolet pour aller à la chasse au-delà de celle de St. François9, et comme il s’en retournoit chargé de muffles et de langues d’elans, il vit six Irroquois derriere luy, qui l’avoient apperceu auparavant et qui avoient un pavillon à la main. Ils chantoient en marchant leur chanson de paix, par laquelle ils faisoient entendre qu’ils venoient à dessein de la confirmer. L’Algonkin les aborda fierement et, s’estant assis avec eux, alluma sa pipe, leur donna à fumer et, dans la conversation qu’ils eurent ensemble, il leur aprit que son village estoit à la riviere de Nicolet, où estoit campé en gros la moitié des Algonkins, et l’autre à la riviere Ouabmachis. Les Irroquois l’informerent aussy de ce qui les amenoit dans le pays où ils se trouvoient, et luy dirent qu’ils alloient voir leur pere Onontio10, et congratuler les Algonkins. Aprés s’estre mutuellement fait des honnestetés et des caresses en fumant ensemble, ils se °leverent pour continuer leur chemin, et sur le champ, un des six Irroquois se chargea de ce que l’Algonkin avoit à porter. C’est la coustume des Sauvages d’en user ainsy avec ceux qu’ils honnorent et respectent beaucoup. Ils marcherent touts de front, l’Algonkin au milieu d’eux. Il y °eut un de la compagnie qui resta derriere et qui, les laissant aller un peu devant, les joignit ensuitte promptement et cassa la teste à l’Algonkin, qui ne s’en meffioit point11.

  • 12 Dans sa Relation de 1647, Jérôme Lallemant confirme l’événement (voir JR, vol. 30, p. 232-234).

5Ces Irroquois, dont je viens de parler, avoient esté detachés d’un gros party de près de mil hommes, pour aller à la decouverte. S’estant deffaits de l’Algonkin, ils coururent en dilig[en]ce informer leurs gens de tout ce qu’ils avoient °apris. Sur ces nouvelles, il fut resolu de se partager en deux corps, dont l’un iroit enlever les Algonkins à Nicolet et l’autre ceux d’Ouabmachis, ce qui fut executé le landemain à la pointe du jour. Il s’en echappa quelque’uns de leurs mains, mais la plus grande partie fut prise ou massacrée12.

  • 13 Les Poissons Blancs, ou Attikamègues, une tribu du groupe Montagnais, étaient établis au nord du S (...)
  • 14 Grâce à l’aide financière de Noël Brûlard de Sillery, qui fut ministre d’État, après avoir été amb (...)
  • 15 Le Saguenay, dont le toponyme apparaît dès 1535 (voir Jacques Cartier, Relations, édition critique (...)

6Après une telle deffaite, l’Irroquois n’eust plus rien à craindre, se voyant vainqueur partout, car le peu d’Algonkins qui restoient encore n’estoit pas capable, reunis ensemble, d’enlever un seul village des ennemis. Ainsy tout le mal qu’ils pouvoient faire estoit de casser la teste à ceux qu’ils rencontraient à l’ecart. Ils solliciterent les Poissons Blancs à les ayder, qui sont d’autres Algonkins establis au haut de la riviere des Trois R[iviè]res13. On fit venir à Sillerie14. un village des Montagnais du Saguenay15. Les Mikmaks de l’Accadie s’engagerent de les secourir, les Nepissings se joignirent à eux et formerent touts ensemble des partys qui estoient de quatre à cinq cents hommes. Mais le peu d’union qui regnoit entre eux rompit touttes leurs mesures et fit avorter tout ce qu’ils avoient projetté. Car comme je l’ay desja dit, l’Algonkin n’a jamais voulu souffrir de subordination. Le courage et l’orgueil les font agir seulement dans les occasions et les ont empesché[s] de se relever des pertes qu’ils ont faites, et quoyque l’Irroquois fust beaucoup plus nombreux, ils les auraient encore deffaits, s’ils s’estoient bien entendus, estant bien meilleurs guerriers qu’eux.

  • 16 Les quatre premières compagnies du régiment de Carignan arrivèrent à Québec les 17 et 19 juin 1665 (...)

7Cette guerre a continué jusqu’à l’arrivée du regiment de Cari-gnan en ce pays16. Mr Le Moine, deffunct, fust pris la même année des Outaoüas et mené chez eux. Il y °avoit desja longtemps qu’ils meditoient de le faire mourir, s’il venoit à estre pris. Il estoit brave de sa personne et redouté de tous les Sauvages. On a voulu dire qu’une vieille faisoit secher les ecorces depuis près de dix ans pour le faire brusler. Quand il fut arrivé, on le condamna au feu, et comme on l’alloit brusler, un des consid[éra]bles de la nation arriva, qui obtint sa delivrance, et l’amena à Montreal, accompagné de plusieurs autres chefs.

  • 17 Lorsque le chef agnier Garakontié, en ambassade avec des Goyogouins et des Tsonnontouans, ramena C (...)

8Ils y virent à leur arrivée Mr. de Courcelles, gouverneur general du pays, et touttes les troupes nouvellement venues de France17.

  • 18 Prouville de Tracy arriva dans la colonie avant Rémy de Courcelle : voir Notices biographiques, in (...)
  • 19 Erreur de Perrot ou du copiste : les ambassadeurs étaient iroquois et non outaouais.
  • 20 Dès le 23 juillet 1665, quatre compagnies de soldats allèrent ériger des forts sur la route tradit (...)

9On attendoit incessamment Mr. de Tracy, qui avoit pris sa route par les isles de la Gardeloupe, dont Sa Majesté l’avoit fait Viceroy aussy bien que de cette colonie18. Ces ambassadeurs outaoüas19 furent bien estonnés en voyant tant de soldats, auxquels on donna ordre de se partager dans les costes pour soustenir les habitans de la Nouvelle France. On fit la même année les detachemens necessaires pour travailler à la construction des forts de Sorel et de Chambly20.

10Les ambassadeurs irroquois se rendirent à Montreal dans le meme temps pour traitter en apparence d’une paix semblable à celles qui s’estoient faites cy devant, mais quand ils virent le secours qui estoit arrivé dans le pays, ils changerent de notte et parlerent plus sincerement.

  • 21 Allusion aux opérations militaires de 1684 : voir supra, p. 36-48.

11Cette nouvelle se repandit dans tous les villages des nations Sauvages. Les Tsonontouans et les Goyogouans se joignirent à l’Ontagué pour faire leur paix avec les François et les nations d’icy bas, jusqu’à la guerre qui se fit contre les Tsonontouans21.

  • 22 Voir appendice 15, infra, p. 459-460.

12Les ambassadeurs onontagués, goyogouans et tsonontouans declarerent que leurs alliés ne vouloient pas, dès le meme hyver, faire la paix avec nous, ce qui obligea Mr. de Courcelles de marcher ° contre eux, à la teste de cinq cens hommes et d’un bon nombre de Canadiens. Les guides ne purent découvrir le chemin de leurs villages. Ils menerent le party à Corlard, où l’on ne trouva qu’une cabanne d’Irroquois. Le Batard Flammand y estoit aussy avec un party d’Aniés, dont il estoit chef. Il se passa quelques escarmouches dans les postes avancés et l’on se tira de part et d’autre plusieurs coups de fusils, mais l’ennemy fust repoussé. Le commandant des nostres quitta son poste en voulant poursuivre ceux qui festoient venus attaquer, qui resta luy cinquieme sans qu’il fut possible de le secourir. Mr. de Courcelles, se voyant à la veille de manquer de vivres, retourna dans sa premiere retraitte, et fust joint par cent Algonkins, qui, chassant aux environs, aprirent qu’il y estoit et luy vinrent faire offre de leurs services. Mais ne se trouvant pas en estat de pouvoir rien entreprendre sur les ennemis, il les remercia et continua sa route22.

  • 23 Les Agniers et les Onneiouts, qui faisaient partie de la confédération des Cinq Nations.
  • 24 Voir appendice 16, infra, p. 461-462.
  • 25 Voir supra, p. 352, n. 20.
  • 26 Voir Notices biographiques, infra, p. 504-506.

13Quoyque ce party ne fit aucun progrès, il ne laissa pas d’intimider les Aniés et Anoyés23, qui avoient de nos prisonniers chez eux, entr’autres Mr. de Noirolle, nepveu de Mr. de °Tracy24. Mr. de Chasy son cousin fust tué au nord du fort de La Motte dans le lac Champlain25. A l’issue de cette campagne, les Aniés tinrent conseil entre eux et prirent des mesures pour rendre les prisonniers et demander la paix26.

  • 27 Perrot confond les faits : c’est pendant son expédition au cours de l’hiver 1666 que Rémy de Courc (...)

14Mr. de Tracy fit commander l’esté suiv[an]t un party de trois cents hommes, François et Algonkins, qui rencontrerent le Batard Flam[man]d, ayant avec luy Mr. de Noyrolle et trois autres François, dont il y en avoit un de blessé au talon, que Mr de Courcelles recommanda en partant au Sr. Corlard27. Les François et Algonkins de l’avant garde prirent et lierent le Batard Flammand et deux de ses gens, mais sitost que le gros des troupes eust joint, qui accourust aux clameurs et aux huées des Algonkins, Mr. de Sorel, commandant en chef, les fit delier. Les Algonkins en temoignerent leur mecontentement, et se porterent à dire quelques insolences au commandant, car ils vouloient qu’on les brulat. Mais Mr. de Sorel les relança avec tant de feu et de fermeté qu’ils n’eurent pas le mot à luy repliquer. Vous remarquerez qu’ayant esté pris, ils declarerent qu’ils venoient en ambassade pour parler d’accommodement, et que ce fust la raison pourquoy Mr. de Sorel en usa ainsy à leur egard.

  • 28 La traduction anglaise de la lettre, datée du 30 avril 1667, adressée à Arendt van Corlaer, se tro (...)

15Il amena ces ambassadeurs avec luy à Quebec, et les presenta à Mr. de Tracy, qui en renvoya un dans son pays, avec une lettre pour Mr. Corlard, par laquelle il l’ asseuroit de sa parole pour les faire venir touts en asseurance dans la colonie, et qu’ils y seroient très bien reçus28.

  • 29 Dès 1667, les jésuites invitaient les Iroquois à s’établir à la Prairie-de-la-Madeleine, une seign (...)

16Il partit vers le meme temps un chef de guerre consid[éra]ble du pays des Aniés, je veux dire, un mois avant que le Batard Flammand en sortit, ayant trente guerriers sous son commandement, qui ramenoient les prisonniers françois qu’ils avoient à Montreal. Il alla se poster avec ses gens à la prairie de la Magdeleine29, où il n’y avait encore aucun establissement, et y trouva des Onontagués qui y avoient chassé pend[an]t l’hyver, pour mieux persuader les François de la solidité de cette paix qu’ils venoient de faire ensemble. Ils aprirent à ce party nouvellement arrivé que le Batard Flammand estoit à Quebec pour y conclure la paix.

  • 30 Sans doute s’agit-il d’Agariata, un chef agnier que Prouville de Tracy aurait invité, ainsi que le (...)

17Ce °chef, ayant apris cette nouvelle, ne voulut point passer outre. Il y laissa reposer son party, et s’embarqua avec les Onontagués, qui l’amenerent à Montreal. Quand il y fut arrivé, on depecha un batteau, dans lequel il se mit pour se rendre à Quebec. Il trouva la paix faite à son arrivée. Mr. de Tracy le reçut fort bien, et le faisoit manger souvent avec le Batard Flammand à sa table, car c’estoit un homme de poids et de consideration parmy les Sauvages de sa nation30.

18Mr. de Tracy, donnant un jour à manger, temoigna à table combien la perte qu’il venoit de faire de Mr. son nepveu luy estoit sensible, mais que le bien du public l’avoit engagé nonobstant cela à donner la paix au Batard Flammand, qui la luy avoit demandée. Cela suffisoit pour faire comprendre à ce chef orgueilleux des Aniés la douleur que Mr. de Tracy ressentoit de la mort de Mr. de Chasy, qu’ils avoient tué, et l’obliger par bienseance à diminuer son orgueil. Mais loin de compatir à la peine qu’il en marquoit, il leva en sa pres[en]ce et celle de toutte la compagnie son bras, se vantant hautement que c’estoit le sien qui luy avoit cassé la teste.

  • 31 Voir appendice 16, infra, p. 461-462.
  • 32 Perrot, qui écrit plusieurs années après les faits, ne respecte pas toujours la chronologie des év (...)

19Cette insolence outrée rompit la paix que Mr. de Tracy avoit accordée au Batard Flammand, et faisant dire sur le champ à ce chef indiscret qu’il n’en tueroit jamais d’autres, [il] le fit prendre et lier, et ayant envoyé chercher l’executeur, sans le faire mettre en prison, il ordonna qu’il fust etranglé en presence du Batard Flammand31, et partit peu de temps après, à la teste de quatorze cents hommes, soldats, Canadiens et Algonkins, accompagné de Mr. de Courcelles, pour aller contre les Aniés. Il avoit laissé à Sorel, en passant, le Batard Flammand, qu’il renvoya chez luy apres cette campagne, qui fust employée à brusler et jetter dans la riviere les bleds d’Inde de quatre villages, dont il mourust de faim plus de quatre cents ames pendant l’hyver. Ceux qui °vecurent furent errants çà et là °et mandoient des vivres chez les Onontagués, qui les refusoient et se mocquerent d’eux, en leur disant que le Nord Est impetueux avoit foudroyé leurs grains par leur faute32.

  • 33 Voir supra, p. 329, n. 56.
  • 34 Sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11 ; sur la loutre, voir supra, p. 263, n. 25 ; sur le cerf (...)
  • 35 Sur les négociations de paix, voir appendice 17, infra, p. 462-464. Peu après la paix de 1667, les (...)

20A la fin de la campagne, le Batard Flammand fut renvoyé, et arriva chez luy, où il trouva une desolation entierre. Les Aniés s’imaginoient avoir tousjours les François aux environs de leurs villages. Ils le presserent de retourner sur ses pas et de demander avec instance la paix. Il ne tarda guere en effect à se rendre à Quebec, où il protesta avec touttes les asseurances qu’on voudroit exiger de luy qu’il desiroit avoir la paix, qu’il resteroit en otage et qu’il viendroit luy mesme demeurer avec sa famille dans la colonie, pour prouver la sincerité qui luy faisoit venir la demander. Ces raisons furent escouttées favorablement. Il ne manqua pas aussy d’accomplir ce qu’il avoit promis, car plusieurs de la meme nation, à son exemple, vinrent s’etablir à Montreal, sans y defricher cependant aucunes terres. Ils s’estendirent depuis la riviere des Outaouas, jusqu’à la Riviere Creuse33, où la chasse des castors, des loutres, des cerfs, des biches et des elans est très commune34. On les voyoit le printemps et l’automne descendre dans la colonie chargés de si grande quantité de toutes sortes de pelleteries que le prix en diminua de plus de moitié en France35.

Notes

1 « Aitres. s. m. Terme bas & populaire, dont le peuple & les bourgeois se servent pour exprimer les appartemens, les piéces d’appartemens, les chambres & autres endroits d’une maison » (Dictionnaire de Trévoux, 1721).

2 Perrot pense ici aux Algonquins « inférieurs », formés de clans nomades qui occupaient un territoire compris entre la rivière Saint-Maurice (Québec) et l’Atlantique, d’une part, le fleuve Saint-Laurent et la baie d’Hudson, de l’autre, et non aux Algonquins « supérieurs », ou Outaouais (voir Charlevoix, Journal, 1.1, p. 425-426). Sur la paix de 1645, voir supra, p. 342, n. 3.

3 La rivière Nicolet se jette dans le fleuve Saint-Laurent (rive sud) à la Pointe-du-Hameau, en amont de Trois-Rivières.

4 La rivière Yamachiche, toponyme actuel, se jette dans le fleuve Saint-Laurent (rive nord) à la pointe Yamachiche, en amont de Trois-Rivières.

5 Bacqueville de La Potherie produit un récit plus circonstancié de l’exploit de Pieskaret : à la « fonte des néges », il partit seul en mettant « ses raquettes le devant derriere, afin que, si l’on vint à découvrir ses traces, l’on crût qu’il s’en fut allé chez lui ». Arrivé près d’un village iroquois, « il se mit le reste de la journée dans un arbre creux ». La nuit venue, il entra dans une cabane, « où il tua ceux qui dormoient, dont il enleva les chevelures », puis se cacha « dans son trou ». Le lendemain matin, les Iroquois découvrirent les traces de ses raquettes et les suivirent inutilement. La nuit suivante, Pieskaret « entra dans une autre cabane où il en tua autant qu’il en trouva », puis alla se cacher dans un tas de bois qui servait de provisions aux Iroquois pour faire du feu. Le lendemain, les Iroquois firent vainement de nouvelles recherches pour trouver leur ennemi, mais ils laissèrent « deux hommes » en sentinelle dans chaque cabane. La nuit venue, Pieskaret s’approcha d’une cabane, dont il tua le « factionnaire » qui « sommeilloit la pipe à la bouche ». Mais la seconde sentinelle, qui gardait l’autre entrée de la cabane, donna l’alerte et Pieskaret dut s’enfuir. On se mit à sa poursuite. Pieskaret prit soin de garder ses poursuivants à bonne distance, tout en faisant en sorte qu’ils ne le perdent pas de vue. Il les conduisit ainsi jusqu’à la nuit, avant de se cacher à nouveau dans un arbre creux. Fatigués par leur longue course, les Iroquois « camperent la nuit assez proche de lui ». Pieskaret attendit qu’ils fussent endormis pour les tuer et leur enlever « leurs chevelures » (HAS, t. I, p. 299-302).

6 Le substantif « cannot » est bien au singulier, même si la suite de la phrase est au pluriel. Sans doute s’agit-il d’une faute d’inattention du copiste. Dans son édition, Jules Tailhan a corrigé le texte et écrit le mot « cannots » au pluriel.

7 « Balle ramée, se dit à l’égard du mousquet, de deux balles attachées ensemble par un fil de fer » (Furetière, 1690).

8 Bacqueville de La Potherie, qui présente les exploits de Pieskaret dans l’ordre inverse de celui de Perrot, rapporte le fait de la façon suivante : voulant « vanger la mort d’un des leurs que les Iroquois avoient brûlé », Pieskaret partit avec une petite bande d’Algonquins de Trois- Rivières et prit position « dans les Isles de Richelieu ». Le lendemain, les Algonquins, qui naviguaient sur la rivière, aperçurent cinq canots de dix Iroquois chacun. Pensant que les Algonquins précédaient une armée plus importante, les Iroquois prirent la fuite ; mais ne voyant pas paraître d’autres canots, ils firent demi-tour, interceptèrent les Algonquins et intimèrent l’ordre à Pieskaret de se rendre. Celui-ci fit semblant d’obtempérer, tout en invitant les Iroquois « de venir au milieu du fleuve ». Il avait fait « passer de gros fil d’archal de dix pouces de longueur dans des balles de plomb, arrêtées par les deux extrêmitez, & les avoit accommodez en peloton ». Lorsque les canots iroquois se furent rapprochés du canot algonquin et qu’il « fallut se battre, Piskaret fit un mouvement pour se trouver enveloppé. Les Iroquois à l’envi des uns & des autres s’ecarterent avec trop de précipitation. Les Algonkins prêts à faire feu, chanterent leurs chansons de mort, feignans de se rendre ; mais ils firent tout à coup leur décharge par ordre qu’ils réitererent trois fois, reprenant d’autres armes. Les Iroquois culbuterent de leurs canots, qui coulerent bas, & les Algonkins leur casserent la tête », à la réserve de quelques chefs qu’ils exécutèrent plus tard (HAS, 1.1, p. 297-299).

9 La rivière Saint-François, dont la source est le lac Saint-François, au sud-est de Thetford-les-Mines, se jette dans le lac Saint-Pierre, un élargissement du fleuve Saint-Laurent (Québec).

10 Nom originellement donné par les Amérindiens à Charles Huault de Montmagny (1601-1657), qui fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1636 à 1648, « onontio » signifiant « grande montagne ». Le nom fut ensuite donné aux autres gouverneurs de la colonie (voir Paul Lejeune, Relation de 1640-1641, dans JR, vol. 20, p. 220 ; HDG, t. I, p. 226). Mais selon un commentateur du Journal de voyage de Charlevoix, le mot « onontio » ne signifiait pas « grande montagne mais belle montagne » (ACJ, Vanves, fonds Brotier, vol. 171, f. 49).

11 Sur Pieskaret, voir Notices biographiques, infra, p. 503-504.

12 Dans sa Relation de 1647, Jérôme Lallemant confirme l’événement (voir JR, vol. 30, p. 232-234).

13 Les Poissons Blancs, ou Attikamègues, une tribu du groupe Montagnais, étaient établis au nord du Saint-Maurice (Québec), la rivière « des Trois-Rivières », de Perrot. Menacée par les Iroquois, la tribu alla s’établir plus au nord, dans la région de Tadoussac (voir F. W. Hodge, Handbook, 1907, p. 116).

14 Grâce à l’aide financière de Noël Brûlard de Sillery, qui fut ministre d’État, après avoir été ambassadeur de Catherine de Médicis en Espagne et en Italie, et qui investit dans la Compagnie de la Nouvelle-France, le père Paul Lejeune put fonder, en 1637, une réduction amérindienne près de Québec. En plus des maisons destinées aux Amérindiens, la mission, appelée Saint-Michel, comprenait une résidence pour les pères, une chapelle, un hôpital, ainsi qu’un fortin (voir P. Lejeune, Relation de 1638, dans JR, vol. 14, p. 204-216 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au XVIIe siècle, t. 1, p. 244-248).

15 Le Saguenay, dont le toponyme apparaît dès 1535 (voir Jacques Cartier, Relations, édition critique par Michel Bideaux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1986, p. 135), est un affluent du fleuve Saint-Laurent, au nord de Québec.

16 Les quatre premières compagnies du régiment de Carignan arrivèrent à Québec les 17 et 19 juin 1665 (voir F.-J. Le Mercier, Relation de 1664-1665, dans JR, vol. 50, p. 80). Le 30 juin, ce furent les compagnies d’Orléans, de Chambellé, de Poitou et de Lallier qui arrivèrent, en même temps que Prouville de Tracy. Les 18 et 19 août, huit autres compagnies arrivèrent, avec à leur tête Henri de Chastelard, marquis de Salières, le colonel du régiment (voir « Memoire de Mr. de Saliere des choses qui se sont passées en Canada les plus considérables depuis qu’il est arrivé », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 98 ; F.-J. Le Mercier, Relation de 1664-1665, dans JR, vol. 50, p. 80-82 ;Journal des jésuites, dans JR, vol. 49, p. 164). Les huit dernières compagnies arrivèrent le 14 septembre. Le dispositif militaire de la colonie s’en trouva renforcé significativement, encore que des différends entre le marquis de Salières, Prouville de Tracy et Rémy de Courcelle ne permirent pas toujours d’utiliser au mieux les troupes (voir « Memoire de Mr. de Saliere », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 98-99 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 38-39).

17 Lorsque le chef agnier Garakontié, en ambassade avec des Goyogouins et des Tsonnontouans, ramena Charles Le Moyne à Québec en décembre 1665, il put effectivement observer bien des changements dans la colonie. Deux nouveaux administrateurs, Jean Talon et Daniel Rémy de Courcelle, étaient arrivés depuis le 12 septembre. Garakontié a dû aussi être surpris par l’accroissement du nombre des militaires, les différentes compagnies du régiment de Carignan étant arrivés à Québec (voir supra, n. 16), et par l’animation causée par la présence d’Alexandre Prouville de Tracy, chargé des opérations militaires.

18 Prouville de Tracy arriva dans la colonie avant Rémy de Courcelle : voir Notices biographiques, infra, p. 504-506.

19 Erreur de Perrot ou du copiste : les ambassadeurs étaient iroquois et non outaouais.

20 Dès le 23 juillet 1665, quatre compagnies de soldats allèrent ériger des forts sur la route traditionnellement empruntée par les Iroquois pour attaquer la colonie. Le 13 août, Pierre de Saurel, sur l’ordre de Prouville de Tracy, fit bâtir un fort à l’emplacement de l’ancien fort Richelieu (1642), à l’embouchure de la rivière des « Iroquois », aujourd’hui Richelieu ; en septembre était achevé le fort Saint-Louis, à la hauteur des rapides de Chambly, dont il prit le nom plus tard ; entre le 15 et le 26 octobre, le fort Sainte-Thérèse, appelé plus tard fort Saint-Jean, était achevé, à trois lieues en amont des rapides. Enfin, au cours de l’été 1666 était construit le fort Sainte-Anne, sur une île située à l’extrémité nord du lac Champlain, et qui prit le nom de Lamothe, du nom Pierre Saint-Paul de Lamothe-Lussière, qui supervisa la construction du fortin. En outre, on fit des routes pour relier le fort Saint-Louis, le fort Sainte-Thérèse et Montréal (voir Henri de Chastelard, marquis de Salières, « Mémoire de Mr. de Salière », BNF, mss., F. F., vol. 4569, f. 98-99 ; F. Dollier de Casson, Histoire du Montréal, p. 263-266 et 269-270, n. 44 ; G. Lanctot, Histoire du Canada, p. 39 ; F.-J. Le Mercier, Relation de 1664-1665, dansJR, vol. 49, p. 252-254 ; F.-J. Le Mercier, Relation de 1665-1666, dans JR, vol. 50, p. 140 ; R. Roy et G. Malchelosse, Le Régiment de Cangnan, p. 28-30 ; J. Vemey, The Good Régiment, p. 18-36).

21 Allusion aux opérations militaires de 1684 : voir supra, p. 36-48.

22 Voir appendice 15, infra, p. 459-460.

23 Les Agniers et les Onneiouts, qui faisaient partie de la confédération des Cinq Nations.

24 Voir appendice 16, infra, p. 461-462.

25 Voir supra, p. 352, n. 20.

26 Voir Notices biographiques, infra, p. 504-506.

27 Perrot confond les faits : c’est pendant son expédition au cours de l’hiver 1666 que Rémy de Courcelle confia des blessés aux Anglais d’Albany (voir Notices biographiques, infra, p. 507). Rémy de Courcelle n’a d’ailleurs pas participé aux opérations de l’été 1666, effectuées sous le commandement de M. de Saurel. Corlard, ou Korla, était le nom générique donné par les Amérindiens aux commandants du fort Orange (Albany), puis aux gouverneurs hollandais et anglais de New York, à partir du nom d’Arendt van Corlaer, ou Curler, le commandant hollandais d’un poste situé près de fort Orange vers 1640 (voir J. W. Fortescue, Calendar of the States Papers, Colonial Séries, America and West Indies, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1860-1939, t. XIII, vol. 13, p. 460 et 461).

28 La traduction anglaise de la lettre, datée du 30 avril 1667, adressée à Arendt van Corlaer, se trouve dans les Documents relating to the Colonial History of the State of New York ; procured in Holland, England and France (Albany, Weed, Parsons and Company, Printers, 1853, t. III, p. 151-152). Un ajout, daté du 12 mai 1667, complète la lettre. Dans sa lettre, Prouville de Tracy identifie l’ambassadeur renvoyé chez les Iroquois : le Bâtard Flamand.

29 Dès 1667, les jésuites invitaient les Iroquois à s’établir à la Prairie-de-la-Madeleine, une seigneurie qui leur appartenait et qui était située sur la rive sud du Saint-Laurent, en face de Montréal. Mais les terres étaient peu propres à la culture. En 1675, l’intendant Jacques Duchesneau permit aux jésuites de déménager la mission au saut Saint-Louis (voir G. F. C. Stanley, « The First Indian "Reserve" in Canada », dans RHAF, vol. 4, n° 2, sept. 1950, p. 196-203).

30 Sans doute s’agit-il d’Agariata, un chef agnier que Prouville de Tracy aurait invité, ainsi que le Bâtard Flamand.

31 Voir appendice 16, infra, p. 461-462.

32 Perrot, qui écrit plusieurs années après les faits, ne respecte pas toujours la chronologie des événements.

33 Voir supra, p. 329, n. 56.

34 Sur le castor, voir supra, p. 207, n. 11 ; sur la loutre, voir supra, p. 263, n. 25 ; sur le cerf et la biche, voir supra, p. 182, n. 4 et 5 ; sur l’élan, voir supra, p. 199, n. 21.

35 Sur les négociations de paix, voir appendice 17, infra, p. 462-464. Peu après la paix de 1667, les sulpiciens fondaient une mission iroquoise à la baie d’Urfé, aujourd’hui un arrondissement de Montréal, à l’ouest de l’île. A la même époque, des familles iroquoises s’installaient à la Prairie-de-la-Madeleine, sur un site qui appartenait aux jésuites. En 1675, la mission jésuite, qui avait pris le nom de Saint-François-Xavier-des-Prés, fut déplacée au saut Saint-Louis, aujourd’hui Kahnawake, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent. Pendant ce temps, les sulpiciens fondaient une autre mission iroquoise au lac des Deux-Montagnes (aujourd’hui Kanesatake), à l’ouest de l’île de Montréal (voir C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 402-403 et 418-426).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search