Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Deffaite des Hurons

Texte intégral

  • 1 Après leur défaite aux mains des Iroquois, des Hurons se réfugièrent à Québec (1650), où ils passè (...)
  • 2 Cap Rouge, en amont de Québec, entre l’anse de Labaie et l’anse du Cap Rouge. Une municipalité por (...)
  • 3 Aujourd’hui rivière Richelieu, du nom d’Armand-Jean Du Plessis, cardinal de Richelieu. Champlain, (...)
  • 4 Selon Elisabeth Tooker, « les hommes chassaient, pêchaient, commerçaient, et les femmes exécutaien (...)

1Le traitté de paix estant fait entre l’Algonkin et l’Irroquois, ces derniers formerent de touts leurs villages un gros party pour venir en guerre dans la colonie, et enlever les Hurons establis en village au bout de l’isle d’Orleans, qui y avoient des terres defrichées1. Il faut sçavoir qu’il n’y avoit alors aucune habitation franç[ai]se depuis les Trois Rivieres jusques au Cap Rouge2, et que ce party deboucha par la riviere de Richelieu, qui se nomme à present de Sorel3. Les Irroquois passerent la nuit devant les Trois Rivieres sans estre decouverts, descendirent à Quebec, où ils en firent autant, et marcherent ensuitte vers les terres des Hurons pour y dresser leurs embuscades. Il fut resolu d’attendre au landemain, afin de mieux surprendre les Hurons lorsqu’ils iroient pour cultiver leurs terres, parce que dans ce temps là, ils seroient touts hors de leur fort. Ces pauvres gens, qui ne s’attendoient à rien moins, et qui comptoient sur la paix qui estoit entre eux et les Irroquois, sortirent hommes et femmes, à l’heure ordinaire, pour travailler à leurs terres, car chez cette nation naturellement laborieuse, °les hommes, contre la coustume des Sauvages, assistent les femmes dans leurs travaux4. Aussytost que les Irroquois les crûrent tous sortis, ils s’emparerent du terrain qui estoit entre le fort et les Hurons afin de les empescher de s’y refugier, et firent tout le gros village prisonnier. On vit facilement de Quebec la maniere dont l’affaire se passa

  • 5 L’événement est rapporté par Paul Lejeune, dans la Relation de 1656-1657 (JR, vol. 43, p. 114-124) (...)
  • 6 En 1656, le père Simon Le Moyne séjournait chez les Agniers (Relation de 1656-1657, dans JR, vol. (...)

2Les Irroquois, s’estants ainsy rendus maistres des Hurons, les firent embarquer dans leurs cannots et passerent en plein jour devant Quebec, en les obligeant de chanter en y passant, pour les mortiffier davantage. Cela fit murmurer ceux de la ville et tout le monde s’estonna qu’on ne reprimoit pas leur insolence, en faisant tirer l’artillerie sur leurs cannots, qui marchoient costé à costé, en forme de bataillon5. Mais on ne voulut en rien faire, à cause, dit on, des missionnaires qui estoient chez eux, qu’ils n’ont pas laissé pour cela de livrer aux plus cruels supplices. Je ne m’etendray pas sur ce sujet, les Relations en ayant fait suffisamment mention6.

3Cependant les Irroquois se rendirent chez eux triomphans. Ils firent mourir une partie des prisonniers et donnerent la vie aux autres, qui se ressouviendront, et leur posterité, d’avoir esté abandonnés par les François à la mercy de leurs ennemis.

Notes

1 Après leur défaite aux mains des Iroquois, des Hurons se réfugièrent à Québec (1650), où ils passèrent l’hiver, avant de s’installer sur l’île d’Orléans, en 1651 (voir C. Morissonneau, « Huron of Lorette », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 389-393).

2 Cap Rouge, en amont de Québec, entre l’anse de Labaie et l’anse du Cap Rouge. Une municipalité porte aujourd’hui le nom de Cap-Rouge.

3 Aujourd’hui rivière Richelieu, du nom d’Armand-Jean Du Plessis, cardinal de Richelieu. Champlain, qui la remonta « quelques cinq ou six lieuës », le 30 juin 1603, lui donna le nom de rivière des « Irocois » (Des Sauvages, 1603, dans Works, t. I, p. 141), ou des « Yroquois », en juillet 1609, lorsqu’il décrivit plus en détail le cours d’eau (Voyages, 1613, dans Works, t. II, p. 75-79). Peu après l’arrivée au Canada du régiment de Carignan, en 1665, Prouville de Tracy, qui voulait couper la route qu’empruntaient les Iroquois pour attaquer la colonie, fit ériger des fortins le long de la rivière Richelieu. Le premier, construit à l’embouchure de la rivière, sur l’emplacement de l’ancien fort Richelieu bâti sous Montmagny, prit le nom de Sorel, du nom de son commandant. La rivière prit alors le même nom, mais le toponyme fit long feu et celui de Richelieu finit par demeurer à la rivière.

4 Selon Elisabeth Tooker, « les hommes chassaient, pêchaient, commerçaient, et les femmes exécutaient les travaux agricoles » (Ethnographie des Hurons, p. 59). Sans doute sous l’influence des missionnaires et à cause des circonstances de leur établissement sur l’île d’Orléans, les hommes semblent avoir participé aux travaux agricoles: ils étaient aux champs avec les femmes lorsque les Iroquois les attaquèrent.

5 L’événement est rapporté par Paul Lejeune, dans la Relation de 1656-1657 (JR, vol. 43, p. 114-124). En mars 1651, une partie des Hurons chassés de leur pays par les Iroquois s’établit sur l’île d’Orléans. D’autres familles huronnes, qui s’étaient installées à Trois-Rivières et à Beauport, près de Québec, les rejoignirent. Le 18 mai 1656, une bande d’Iroquois attaqua les Hurons, alors en train de travailler aux champs, en tua une partie et fit le reste prisonnier, avant de passer devant Québec, où la population maugréa contre M. De Lauson, le nouveau gouverneur de la colonie, qui ne prit pas le risque d’intercepter la flottille iroquoise. Après le raid meurtrier des Iroquois, les Hurons se rapprochèrent de Québec et s’établirent sur la côte de Beauport, puis à Notre-Dame de Foy (Sainte-Foy). En 1673, ils passèrent à L’Ancienne-Lorette, puis, en 1697, à la Jeune-Lorette, sur un site qui appartenait aux jésuites (voir C. Morissonneau, « Huron of Lorette », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 389-393; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 118-125).

6 En 1656, le père Simon Le Moyne séjournait chez les Agniers (Relation de 1656-1657, dans JR, vol. 43, p. 208-218). En 1655, les pères Joseph-Marie Chaumonot et Claude Dablon se rendirent chez les Onontagués et, après un conseil des anciens, au cours duquel les Iroquois demandèrent des missionnaires, le père Dablon rentra à Québec pour en informer les autorités civiles et religieuses. Le 17 mai 1656, les pères François-Joseph Le Mercier, Claude Dablon, Joseph-Marie Chaumonot, René Ménard, Jacques Fremin, ainsi que les frères Ambroise Broar et Joseph Boursier partirent de Québec pour se rendre chez les Onontagués. Le 7 juillet, ils gagnaient leur territoire, où ils fondèrent une mission, qu’ils durent abandonner en 1658 (voir Relation de 1655-1656, dans JR, vol. 43, p. 60-112 et 200-216 ; Relation de 1656-1657, dans JR, vol. 43, p. 126-184; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 139-155)

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search