Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Je reprendray icy le détail que j’ay laissé touchant la guerre des Algonkins contre les Irroquois

Texte intégral

  • 1 Ajout de J. Tailhan.
  • 2 Voir Nations amérindiennes, infra, p. 516-517.

1Les Irroquois, ayant deffait les Hurons et chassé plusieurs nations dans les pays eloignés, se virent maistres de touttes les terres circonvoisines et n’eurent °plus à craindre que les Algonkins. Ils s’appliquerent donc uniquement à les detruire et descendirent dans leur pays pour y faire la guerre. Mais les Algonkins, ne se sentant pas assez forts pour [se1] soustenir contre ceux qui les venoient attaquer, chercherent un azile dans la colonie. Ils y furent poursuivis2. Alors les François se joignirent aux Hurons sauvés du carnage qui s’estoit fait dans leur ancien pays, et prirent les interets des Algonkins. Pendant toutte cette guerre, il se fit plusieurs partys, petits et gros, qui furent tantost vainqueurs, et tantost deffaits. Quand l’Irroquois, traitre et rusé, vist qu’il ne pouvoit venir facilement à boust de ses desseins, il demanda la paix. Et quoyqu’on fust bien avancé dans les propositions sur ce sujet, il ne laissa pas de commettre des actes d’hostilité, et de casser des testes, quand on y pensoit le moins, se fondant qu’elle ne regardoit qu’un de leurs villages, et que par consequent, touts les autres pouvoient sans difficulté faire la guerre comme auparavant. On a veü mesme les gens du village avec lequel on estoit en paix s’incorporer dans ceux qui ne l’estoient pas. S’ils se voyoient pris et qu’on leur demandast pourquoy ils se joignoient à nos ennemis, ils disoient que s’estant trouvés par hazard dans un village où se formoit un party, ils s’estoient enrollés avec le chef qui le commandoit. Ces raisons n’estoient que specieuses et faisoient assez connoitre qu’ils persistoient tousjours dans le dessein de faire la guerre.

  • 3 Les Iroquois n’attendirent pas d’avoir défait les Hurons et les Algonquins pour s’en prendre aux c (...)

2Il s’est fait plusieurs paix de cette nature, dans lesquelles l’Algonkin n’a jamais voulu estre compris, persuadé de la malignité et mauvaise foy des Irroquois, qui n’ont °jamais eu autre veu que celle de les detruire absolum[en]t. Il a consenty cependant à °quelques paix qui ont esté faites, mais à dire le vray, il n’y en a eu aucune de bien sincere, puisqu’ils s’en sont servy fort souvent pour mieux couvrir leur jeu, et faire des coups avec plus d’asseurance3.

Notes

1 Ajout de J. Tailhan.

2 Voir Nations amérindiennes, infra, p. 516-517.

3 Les Iroquois n’attendirent pas d’avoir défait les Hurons et les Algonquins pour s’en prendre aux colons français. A l’été 1641, ils rompirent une des nombreuses trêves qui ponctuaient le conflit qui les opposait aux Français et à leurs alliés. En septembre 1645, les Agniers conclurent une paix avec les Français, mais, peu après, des Iroquois brûlèrent le fort Richelieu et formèrent des corps expéditionnaires pour attaquer les alliés des Français. Au cours des années qui suivirent, les Iroquois s’en prirent aux colons, notamment à ceux de Montréal, et terrorisèrent la colonie, tout en détruisant la Huronie et en attaquant les autres tribus alliées des Français. En 1653, une paix fut à nouveau conclue. Elle dura quatre ans, mais les Agniers, qui n’étaient pas partie prenante du traité, continuèrent d’attaquer des colons. De plus, la paix n’incluait pas les Amérindiens alliés des Français ; aussi les Iroquois poursuivirent-ils leurs raids contre eux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search