Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Füitte des Hurons et des Outaoüas dans le Micissypy

Texte intégral

  • 1 L’événement a lieu en 1656 (voir infra, p. 314, n. 9). La venue d’Outaouais à Trois-Rivières, un p (...)
  • 2 Léonard Garreau.
  • 3 Erreur de Perrot, ce n’est qu’en 1660 que le père René Ménard se rendit chez les Outaouais.
  • 4 Comme Perrot confond deux événements, il est difficile d’identifier les cinq Français qui accompag (...)
  • 5 Voir infra, p. 314, n. 9.
  • 6 Après avoir observé que la phrase « n’exprime dans sa construction présente aucun sens raisonnable (...)
  • 7 Le 7 août 1640, Jérôme Le Royer de La Dauversière et Pierre Chevrier, baron de Fancamp, deux membr (...)
  • 8 La rivière des Prairies, en fait un bras du Saint-Laurent, sépare l’île de Montréal de l’île Jésus (...)
  • 9 Perrot est le seul auteur à rapporter cette circonstance. Mais comme le rappelle Jules Tailhan, Je (...)

1L’année suivante, les Outaoüas descendirent en gros aux Trois Rivieres1. On leur donna des Missionnaires. Les Hurons eurent le pere Garot2, et les Outaoùas le P. Mesnard3, avec cinq François qui les accompagnerent4. Le pere Garot fut tué par la bande du Batard Flammand5, qui s’estoit embarqué avec les Hurons sur le lac des Deux Montagnes, où il avoit fait construire un fort6. Mais ayant laissé passer le gros des Outaoüas et des Saulteurs, qui estoient bien meilleurs canotteurs que les Hurons, ils les joignirent quoyque bien esloignés d’eux, les deffirent et en prirent plusieurs. Les Irroquois et les François estoient alors en paix. Le Batard Flammand fit transporter le corps du pere à Montreal, qui estoit alors desja estably7. On luy demanda, sitost qu’il fut arrivé, pourquoy il avoit tiré sur le pere. Il repondit que luy, ny ses gens ne l’avoient pas °tué, que c’estoit un François, qui, ayant deserté de Montreal, estoit venu joindre son party dans le temps qu’il alloit dresser des ambuscades aux Outaoüas, qui vouloient monter la riviere des Prairies8. Ce François fut remis au gouverneur, et passé par les armes, faute d’executeur9.

2Le Batard Flammand emmena plusieurs prisonniers Hurons, auxquels il fist brusler les doigts, sans aucune opposition de la part des François, et leur accorda la vie quand il les eust rendu dans son village. Ils n’oublieront jamais la maniere dont nous les avons abandonné[s] dans cette occasion à la discretion de leurs ennemis.

  • 10 Plus bas, Perrot raconte l’événement : voir infra, p. 343-345.

3Ils se souviendront eternellement aussy du peu de mouvement que les François se donnerent pour s’opposer aux Irroquois, lorsqu’en temps de paix, ils les enleverent dans l’isle d’Orleans, et qu’ils les firent passer en cannots devant Quebec et les ° Trois Rivieres, en les obligeant de chanter pour les mortiffier davantage10. Mais en revanche les Outaoüas ont depuis cherché touttes les occasions de trahir les François, quoyqu’ils fassent semblant d’en estre parfaitement les amis. Ils en usent ainsy par politique et par crainte, ne se fiant à aucune nation, ce que l’on connoitra particulierement dans la suitte de ce memoire.

  • 11 Sans doute Perrot fait-il allusion à l’actuelle presqu’île de Keweenaw (Michigan), à l’ouest de Sa (...)
  • 12 Voir supra, p. 268, n. 48.
  • 13 Rivière Wisconsin (Wisconsin), un affluent du Mississipi.
  • 14 Sans doute s’agit-il de l’actuelle rivière Upper Iowa (Minnesota), qui se jette dans le Mississipi (...)

4Quand touts les Outaoüas se furent repandus vers les lacs, les Saulteurs et les Missisaky s’enfuirent dans le Nord, et puis à Chion-conan11 faute de chasse ; et les Outaoüas, craignants de n’estre pas assez forts pour soustenir les incursions des Irroquois, qui estoient informés de l’endroit où ils avoient fait leur establissement, se refugierent au Micissypy, qui se nomme à present la Loüisianne12. Ils monterent ce fleuve à douze lieües ou environ d’Ouiscon-ching13, où ils trouverent une autre riviere qui se nomme des Ayoës14. Ils la suivirent jusqu’à sa source et y rencontrerent des nations, qui les receurent cordialement. Mais dans toute l’etendüe de pays qu’ils parcoururent, n’ayant pas veü de lieu propre à s’establir, à cause qu’il n’y avoit du tout point de bois, et qu’il ne paroissoit que prairies et rases campagnes, quoyque les buffles et autres bestes y fussent en abondance, ils reprirent leur meme route pour retourner sur leurs pas, et aprés avoir encore une fois abordé la Louÿsianne, ils monterent plus haut.

  • 15 Jules Tailhan : « Ne faudrait-il pas lire : et de haches de caillou ? cette leçon me paraît plus c (...)

5Ils n’y furent pas longtemps sans s’ecarter pour aller d’un costé et d’autre à la chasse. Je parle d’une partie seulement de leurs gens, que les Scioux rencontrerent, prirent et ammenerent à leurs villages. Les Scioux, qui n’avoient aucune connoiss[anc]e des armes à feu et autres instruments qu’ils leurs voyoient, ne se servans que de cousteaux de pierre de moulange, de haches et de cailloux15, espererent que ces nations nouvelles qui s’estoient approchées d’eux leur feroient part des commodités qu’ils avoient, et croyans qu’ils estoient des esprits, parce qu’ils avoient l’usage de ce fer qui n’avoit pas de raport avec tout ce qu’ils avoient, comme les pierres et autres choses, ainsy que je l’ay dit, ils les emmenerent à leur village, et puis les rendirent à leurs gens.

  • 16 Voir supra, p. 248, n. 1.
  • 17 Sur la façon qu’avaient les Sioux de pleurer lorsqu’ils rencontraient d’autres Amérindiens et sur (...)

6Les Outaoüas et Hurons les reçurent fort bien à leur tour, sans neantmoins leur faire de grands presens. Les Scioux estant revenus chez eux avec quelques petites choses qu’ils avoient receues des Outaoùas, en firent part aux autres villages leurs alliés. Ils donnerent aux uns des haches, aux autres quelques cousteaux ou alaines16. Touts ces villages envoyerent des deputés chez les Outaoùas, où sitost qu’ils furent arrivés, ils commencerent, suivant la coustume, à pleurer sur touts ceux qu’ils rencontroient pour leur marquer la joye sensible qu’ils avoient de les avoir trouvé[s], et de les exhorter d’avoir pitié d’eux, en leur faisant part de ce fer qu’ils regardoient comme une divinité17.

  • 18 « Chose de peu d’importance » (Furetière, 1690).

7Les Outaoüas, en voyant ces gens pleurer sur touts ceux qui se presentoient devant eux, en conçurent du mepris et les regarderent com[m]e des gens bien au dessous d’eux, incapables mesme de faire la guerre. Ils leur donnerent aussy une bagatelle18, soit cousteaux ou alaisnes, que les Scioux temoignerent estimer beaucoup, levant les yeux au ciel et le benissant d’avoir conduit ces nations dans leur pays, qui estoient en estat de leur procurer de si puissants moyens pour faire cesser leur misere. Les Outaoùas, qui avoient quelques fusils les tirerent. Le bruit qu’ils firent les epouvanta tellement qu’ils s’imaginerent que c’estoit la foudre ou le tonnerre, dont ils estoient maistres pour exterminer ceux qu’ils vouloient.

  • 19 « Au sortir du Lac [Pépin], on rencontre l’isle Pelée, ainsi nommée, parce qu’elle n’a pas un seul (...)

8Les Scioux faisoient mil caresses aux Hurons et Outaoüas partout où ils estoient, leur marquant touttes les soumissions possibles, afin de les toucher de compassion, et d’en tirer quelque utilité. Mais les Outaoüas en avoient d’autant moins d’estime qu’ils insistoient à se tenir devant eux dans des postures humiliantes. Les Outaoùas se determinerent enfin à choisir l’isle nommée Pelée pour s’establir, où ils furent quelques années en repos19. Ils y receurent souvent la visitte des Scioux. Mais un jour, il arriva que les Hurons estant à la chasse rencontrerent des Scioux qu’ils tuerent.

9Les Scioux, en peine de leurs gens, ne sçavoient ce qu’ils estoient devenus. Ils en trouverent quelques jours après les cadavres, auxquels on avoit coupé la teste. Ils retournerent au village en dilig[en]ce porter cette triste nouvelle, °et rencontrerent quelques Hurons en chemin, qu’ils firent prisonniers. Quand ils furent arrivés chez eux, les chefs les relacherent et les renvoyerent à leurs gens. Les Hurons, ayant assez d’audace pour s’imaginer que les Scioux estoient incapables de leur resister sans armes de fer et à feu, conspirerent avec les Outaoüas de les entreprendre et de leur °faire la guerre, afin de les chasser de leur pays, et de se pouvoir estendre davantage pour chercher leur subsistance. Les Outaoüas et les Hurons se joignirent ensemble, et marcherent contre les Scioux. Ils crurent que sitost qu’ils paroistroient, ils fuiroient, mais ils furent bien trompés, car ils soustinrent leurs efforts et mesme les repousserent. Et s’ils ne s’estoient retirés, ils auroient esté entierement deffaits par le grand nombre de monde qui venoit des autres villages de leurs °alliés au secours. On les poursuivit jusqu’à leur establissement, où ils furent contraints de faire un mechant fort, qui ne laissa pas d’estre capable de faire retirer les Scioux, puisqu’ils n’oserent entreprendre de l’attaquer.

  • 20 Aujourd’hui Black River (Wisconsin).
  • 21 Chagouamigon, aujourd’hui Chequamegon Bay, à l’extrémité sud-ouest du lac Supérieur (Wisconsin). S (...)

10Les incursions continuelles que les Scioux faisoient sur eux les contraignirent de füir. Ils ° avoient eü connoissance d’une riviere qu’on nomme la Riviere Noire20. Ils entrerent dedans, et estant arrivés là où elle prend sa source, les Hurons y trouverent un lieu propre pour s’y °fortiffier et y faire leur village. Les Outaoùas pousserent plus loin, et marcherent jusqu’au lac Superieur, et fixerent leur demeure à Chaoumillon21. Les Scioux, voyant leurs ennemis partis, demeurerent en repos sans les suivre davantage ; mais les Hurons n’en voulurent point demeurer là. Ils formerent quelques partys contre eux, qui firent peu d’effect, leur attirerent de la part des Scioux de frequentes incursions, et les obligerent de quitter leur fort pour aller joindre les Outaoùas à Chaouamikon, avec une grande perte de leurs gens.

  • 22 Voir supra, p. 256, n. 14
  • 23 Le Mississipi.
  • 24 Aujourd’hui Saint Croix River, qui sert de frontière aux États du Wisconsin et du Minnesota et qui (...)
  • 25 Aujourd’hui Minnesota River (Minnesota).
  • 26 Si le masculin n’est pas une erreur du copiste, il s’agit d’un particularisme de la langue de Perr (...)
  • 27 Voir supra, p. 312, n. 22.
  • 28 Jules Tailhan suggère de substituer « dedans », à « devant », si bien que la phrase se lirait ains (...)
  • 29 Malgré la correction proposée par Jules Tailhan, le texte demeure obscur. Peut-être Perrot veut-il (...)

11Aussytost qu’ils furent arrivés, ils songerent à former un party de cent hommes pour aller contre les Scioux et s’en vanger. Il est à remarquer que le pays où ils sont n’est autre chose que lacs et marests remplis de folles avoines22, separés les uns des autres par de petites langues de terre qui n’ont tout au plus, d’un lac à l’autre, que trente à quarante pas, et d’autres cinq à six ou un peu plus. Ces lacs ou marests contiennent cinquante lieües, et davantage en quarré, et ne sont separés par aucune riviere que par celle de la Loüsianne23, qui a son lit dans le milieu : où une partie de leurs eaux vient se degorger. D’autres tombent dans la riviere de Ste. Croix, qui est située à leur egard au nord est, et qui les range de près24. Enfin les autres marests et lacs situés à l’oüest de la riviere de St. Pierre25 s’y vont jetter pareillement, si bien que les Scioux sont inaccessibles dans un pays si marecageux, et ne peuvent y estre detruits que par des ennemis ayant des cannots comme eux pour les poursuivre, parce que dans ces endroits il n’y a que cinq ou six familles ensemble, qui forment comme un gros ou un espece26 de petit village, et touts les autres sont de meme eloignés à une certaine distance, afin d’estre à portée de se pouvoir prester la main °à la premiere alarme. Si quelqu’une de ces petites °brigades27 estoit attaquée, l’ennemy n’en peut deffaire que très peu, parce que touts les voysins se trouvent assemblés tout d’un coup, et donnent un prompt secours où il est besoin. La methode qu’ils ont pour naviguer dans ces sortes de lacs est de couper devant leurs semences avec leurs canots28, et les portant de lac en lac, ils obligent l’ennemy qui veut fuir à tourner autour qui vont tousjours d’un lac à un autre, jusqu’à ce qu’ils les ayent touts passés et qu’ils soient arrivés à la grande terre29.

12Les cent hommes Hurons s’engagerent dans le milieu de ces marets sans cannots, où ils furent decouverts par quelques Scioux, qui accoururent pour donner l’alarme partout. Cette nation estoit nombreuse et dispersée dans toutte la circonference des marests, où l’on recueilloit quantité de folles avoines, qui est le grain de cette nation, dont le goust est meilleur que celuy du riz.

  • 30 Dans son édition, Jules Tailhan, qui a corrigé la phrase en intervertissant les termes et écrit : (...)
  • 31 Dans son édition, J. Tailhan écrit le verbe au conditionnel : « serviroient ». Tout logique qu’ell (...)
  • 32 Selon Bacqueville de La Potherie, les pays des Sioux « est un labirinte de marais, qui les mettent (...)

13Plus de trois mil Scioux se rendirent de touts costés, et investirent les Hurons. Le grand bruit, les clameurs, et les huées dont l’air retentissoit, leur firent bien concevoir qu’ils estoient environnés de touttes parts, et qu’ils n’avoient d’autre ressource que celle de faire teste aux Scioux, qui ne tarderoient guerre à les decouvrir, s’il ne se presentoit quelqu’endroit favorable pour se retirer. Ils jugerent que dans l’etroite conjoncture où ils estoient, ils ne pouvoient mieux faire que de se cacher dans ces folles avoines, où ils avoient de l’eau et de la boue jusqu’au menton. Ils se disperserent un à un de touts costés, se donnant bien garde de faire du bruit en marchant. Les Scioux, qui les cherchoient avec une grande attention et qui n’aspiroient qu’à les rencontrer, n’en trouvant que très peu, se persuaderent qu’ils estoient absolument cachés dans ces folles avoines. Mais ce qui les etonna le plus est °qu’ils ne voyoient que °les vestiges de l’entrée et non ceux de la sortie30. Ils s’aviserent donc de tendre dans ces langues de terre des rets à castor, auxquels ils attacherent des grelots, qu’ils avoient eu[s] des Outaoüas, et de leurs alliés dans leurs entrevues, comme il a esté dit cy dessus. Ils se partagerent en detachem[en]ts bien nombreux pour garder tous les passages, et veillerent jour et nuit, presumants que c’estoit le temps dont les Hurons se servoient31 pour eviter le danger qui les menaçoit. Ils réussirent en effet, car les Hurons, se glissants à la faveur des tenebres, marchoient à quatre pattes, et sans se mefier de ces sortes d’embuscades, donnerent de la teste contre ces rets qu’ils ne pouvoient fuir, et qui ne manquerent pas de sonner. Les Scioux embusqués en prenoient prisonniers autant qu’il s’en presentoit. Ainsi, de tout ce party, il n’en echapa qu’un, qui avoit nom Le Froid en sa langue, et qui est meme mort depuis peu de temps32.

  • 33 Tout en reconnaissant que les Amérindiens de l’Amérique du Nord pratiquaient l’anthropophagie, Jul (...)
  • 34 Selon Claude Dablon, les Sioux se servent de l’arc « avec tant d’adresse, & avec tant de promptitu (...)

14Les prisonniers furent conduits au plus prochain village, où s’assemblerent les gens de touts les autres pour en faire le partage. Il faut remarquer que les Scioux, quoyqu’ils ne soient pas si °guerriers, sont plus rusés que les autres nations. Ils ne sont pas antropophages comme elles car ils ne mangent ny chien ny chair d’homme33. Ils ne sont pas meme cruels comme les autres Sauvages, ne faisant mourir les prisonniers qu’ils font sur les ennemis que depuis qu’ils brulent les leurs. Ils estoient naturellement indulgents, et le sont encore, puisqu’ils renvoyent chez eux la plus grande partie de ceux qu’ils ont pris. Le supplice ordinaire qu’ils font souffrir à ceux qu’ils ont destiné à mourir, est celuy de faire tirer des fleches sur eux par leurs enfans, aprés les avoir attaché[s] à un arbre ou à un piquet, car ce n’estoient ny les hommes, ny les guerriers, ny les femmes qui s’en mesloient. Mais sitost qu’ils virent qu’on les brusloit, ils resolurent par represailles d’en faire autant, sans cependant s’y porter avec la meme cruauté que leurs ennemis, soit qu’un motif de pitié et de compassion ne leur permit pas de les voir souffrir, ou qu’ils crussent qu’il n’y avoit que le desespoir qui put les faire ° chanter dans les tourmens avec tant de constance et de bravoure, si elle peut estre appellée telle. C’est pourquoy °ils ne tardent guerre à leur faire casser la teste34.

  • 35 Jules Tailhan a remplacé le verbe par « renvoyerent », ce qui rend mieux le sens du texte.
  • 36 Cris.
  • 37 Assiniboines.
  • 38 Sur les relations tendues entre les Sioux et leurs voisins, voir Kikapous, Mascoutins, Renards et (...)
  • 39 Commentaire de Jules Tailhan : « Le texte de Perrot me paraît ici tellement maltraité que je n’ess (...)
  • 40 Le texte fait problème. Si Perrot suggère ici que les Renards, les Mascoutins et les Kikapous ont (...)

15Les Scioux, ayant fait le partage des prisonniers, en envoyerent35 une partie et de l’autre ils en firent leur jouet, qu’ils livrerent, comme je l’ay dit, à leurs enfans pour les faire mourir à coups de flesches. Leurs corps sont ensuitte jettes a la voyrie. Ceux auxquels ils donnerent la vie sauve furent condamnés à voir mourir leurs camarades et renvoyés chez eux, où estans arrivés, ils firent un fidel[e] raport de tout ce qui s’estoit passé, et dirent qu’ils avoient veüs le nombre des Scioux, qu’on ne croyoit pouvoir detruire. °Les Outaoüas estoient très attentifs à ce que ces nouveaux arrivés racontoient, mais n’estant pas trop bons guerriers, ils ne voulurent faire aucune tentative, et les Hurons, se voyant fort peu de monde, prirent le party de ne pas songer à se venger et de vivre paisiblem[en]t à Chaouamigon °pendant plusieurs années. Pendant tout ce temps là, ils ne furent point insultés des Scioux, qui ne s’appliquerent uniquement qu’à faire la guerre aux Kiristinons36, aux Assiniboules37 et à toutes les nations du Nord, qu’ils ont detruits et desquels ils se sont aussy fait detruire respectivement38. Car les uns et les autres ne sont à present qu’en très petit nombre, puisque les Scioux, qui estoient autrefois plus de sept ou huit mil hommes, semblent estre ceux qui vont en cannnot39, au lieu que les autres des prairies ne peuvent tout au plus composer aujourd’huy que cent hommes ou environ. Il est vray que les Renards40, les Maskoutechs et les Kikapous ont beaucoup contribué à les deffendre, et non pas les autres nations.

  • 41 Lac Michigan.
  • 42 Aujourd’hui Black River (Wisconsin).
  • 43 Sur les circonstances de la mort du père René Ménard, voir infra, p. 500.

16Le Pere Mesnard qu’on avoit donné pour missionnaire aux Outaoüas, accompagné de quelques François qui alloient com[m]ercer chez cette nation, fust abandonné de touts ceux qu’il ° avoit avec luy, à la reserve d’un qui luy rendit jusqu’à la mort touts les services et les secours qu’il en pouvoit esperer. Ce pere suivit les Outaoüas au lac des Illinoëts41, et dans leur fuite à la Loüisianne jusqu’au dess[u]s de la Riviere Noire42. Ce fut là qu’il n’y eust qu’un seul François qui tint compag[ni]e à ce missionnaire, et que tous les autres le quitterent. Ce François, dis je, suivoit attentivement la route et faisoit son portage °dans les mesmes endroits que les Outaoüas, ne s’ecartant jamais de la meme riviere qu’eux. Il se trouva un jour dans un rapide qui l’entrainoit dans son cannot, le pere pour le soulager debarqua du sien, et ne prit pas le bon chemin pour venir à luy. Il s’engagea dans celuy qui estoit battu des animaux, et voulant retomber dans le bon, il s’embarrassa dans un labyrinte d’arbres et s’egara. Ce François, aprés avoir surmonté ce rapide avec bien de la peine, attendit ce bon pere, et comme il ne venoit point, resolut de l’aller chercher. Il l’appella dans les bois de toutes ses forces pendant plus[ieu]rs jours, esperant de le decouvrir, mais inutilement. Cependant il fit rencontre en chemin d’un Saky, qui portoit la chaudiere du missionnaire, qui luy aprist de ses nouvelles. Il l’asseura qu’il avoit trouvé sa piste bien avant dans les terres, mais qu’il n’avoit pas veü le pere. Il luy dit qu’il avoit aussy trouvé la trace de plusieurs autres qui alloient vers les Scioux. Il luy declara meme qu’il s’imaginoit que les Scioux l’auroient pu tuer ou qu’il en auroit esté pris. En effet, on trouva plusieurs années aprés chez cette nation son breviaire et sa soutanne, qu’ils exposoient dans les festins en y vouant leurs mets43.

  • 44 Aujourd’hui Chequamegon Bay, au sud-ouest du lac Supérieur (Wisconsin).
  • 45 Sur le maïs, voir supra, p. 186, n. 2 ; sur les citrouilles, voir supra, p. 186, n. 5.
  • 46 Vraisemblablement Keweenaw Bay : voir supra, p. 315, n. 11.
  • 47 Les Outaouais s’établirent effectivement à Chequamegon Bay, où ils formèrent trois villages (1666) (...)

17Les Outaoüas s’estant establis à Chaouamikon44, s’attacherent à y cultiver des bleds d’Inde et des citroüilles45, dont ils vivoient avec leur peche. Ils chercherent le long du lac, s’il y avoit d’autres nations et rencontrerent les Saulteurs, qui s’estoient enfuÿs au nord, et quelques François avec eux, qui les avoient suivis à Chagouamikon pour s’y establir aussy. Une partie s’en allerent vers Kionconan46, et rapporterent qu’ils avoient veû bien des nations, que le castor y estoit extrémément commun, et que s’ils n’estoient pas revenus touts ensemble, c’est qu’ils avoient laissé de leurs gens au nord, qui estoient dans l’intention d’y demeurer, sans avoir cepend[an]t de village fixe, mais dans le dessein de roder de tous costés, et que les Nepissings et Amikoüets estoient à Alimibegon47.

18Les Outaoüas partirent sur ces nouvelles pour aller au nord chercher à com[m]ercer avec ces nations, qui leur donnerent toutes leurs robes de castor pour des vieux cousteaux, de vieilles alaisnes, de mauvais rets et des chaudieres usées et hors de service. °Ils en furent de plus très humblement remerciés, et leur temoignerent qu’ils leurs estoient bien obligés d’avoir la compassion d’eux, en leur faisant part des marchandises qu’ils tiroient des François, et en reconnoissance leur firent present de plusieurs pacquets de pelleteries, esperants qu’ils ne manqueroient pas de les venir voir °tous les ans, et leur aporter en marchandises les mesmes secours. Ils les asseurerent en partant qu’ils alloient chasser pour leur arrivée, qu’ils se trouveroient sans faute au rendez vous dont ils convinrent, et qu’ils ne manqueroient pas de les y attendre.

  • 48 Le Journal des jésuites signale l’arrivée d’Outaouais à « Montreal le 25. Juillet [1663] au nombre (...)
  • 49 Saint-Ours était une seigneurie située au sud-est de Montréal et dont le fleuve Saint-Laurent cons (...)

19L’année suivante, les Outaoüas et touttes les autres nations qui commerçoient avec le François descendirent en gros à Quebec48. Ce ne fut pas sans crainte car ils s’imaginoient que l’Irroquois estoit embusqué partout. Ils n’en trouverent cependant qu’au cap Massacre, qui est l’endroit des dern[ièr]es concessions, au bas de St. Ours49, où il y avoit seize Irroquois, qui enleverent un canot à la veüe de toute leur flotte, et huit hommes qui le menoient. Cette flotte, dis je, bien loin de donner la chasse à un si foible ennemy, fut sur le point de s’en retourner et d’abandonner sa pelleterie, et celle que les François avoient embarqué[e] avec eux. Il est constant qu’on eust bien de la peine °à les en dissuader, et qu’ils auroient  suivi la resolution qu’ils avoient pris de s’en aller droit chez eux.

  • 50 Il est difficile de savoir à qui Perrot fait allusion. Si l’auteur anonyme des « Memoires sur le C (...)
  • 51 Voir supra, p. 207, n. 10.
  • 52 Comme le signale Jules Tailhan, le pronom renvoie aux Outaouais.
  • 53 Ajout de J. Tailhan.
  • 54 Le 6 aout 1665, le redacteur du Journal des jesuites signale l’arrivée « de plus de 400 Outaouak a (...)

20Estant arrivés à Quebec, on fit mettre le chef des Outaoüas en prison, les fers aux pieds, pour avoir abandonné le missionnaire qui s’estoit ecarté. Toute sa trouppe donna des presens considerables pour le faire eslargir. Aussytost que ses gens l’eurent, ils traitterent leurs pelleteries, et retournerent à leurs villages avec deux François qu’ils amenerent °avec eux50. Au bout de deux ans, ils descendirent dans la colonie pour y venir chercher leurs besoins. Ils furent joints au portage des Calumets51 par un party d’Irroquois qui les °attendoit ou ils avoient fait un mauvais fort de pieux, que l’on auroit renverse avec les bras, s’ils52 avoient eii le courage d’en aprocher, d’autant qu’ils n’estoient pas bien gros. Ils tacherent seulement de faire tomber quelqu’arbres sur ce fort, sans pouvoir reiissir, tellement qu’ils 1’investirent. Aprés les avoir tenus assieges pendant cinq jours sans les prendre, les Irroquois parlerent et dirent aux Outaoiias de continuer leur route en toute asseurance, protestants qu’ils ne les suivroient pas. Ils ne s’y fioient pas trop, et peu s’en fallut qu’ils ne jettassent à terre leurs pelleteries, et qu’ils n’abandonnassent aussy celle des François, qui estoient embarqués avec eux, et qu’ils [avoient53] emmenes les annees precedentes. Ils furent exhortes à n’en rien faire, et ceux de la colonie les engagerent par belles promesses à y rendre leurs marchandises. A force d’instance, ils consentirent a descendre jusqu’aux Trois Rivieres, jettant, chemin faisant, dans le fleuve la plus grande partie de leurs pelleteries pour sauver celle des François, qui, ayant receus ce qui leur appartenoit, se cacherent jusqu’à leur depart. Cette °ruse leur a attiré de la part des Outaoüas mil reproches et mil indignités54.

  • 55 Sans doute Perrot pense-t-il à Jérôme Lallemant (1593-1673), le supérieur de la mission huronne, d (...)
  • 56 Selon Réal Ouellet et Alain Beaulieu, la rivière Creuse est la rivière Mattawa (Lahontan, Œuvres c (...)
  • 57 Aujourd’hui île des Allumettes et rapides des Allumettes, sur la rivière des Outaouais, en amont d (...)
  • 58 Voir Tessouat, dans Notices biographiques, infra, p. 512-513.

21J’ay oublié de vous faire remarquer que les Hurons ayant abandonné leur pays, les uns pour se rendre à la colonie, les autres pour se refugier plus loin, que ceux, dis je, qui descendirent à la colonie, avoient pour missionnaire le pere 1’Allemand, °et qu’on fit un détachement de soldats françois pour les recevoir55. Entre la Riviere Creuse56 et les Calumets, il y a une grande isle, appellée communément l’Isle du Borgne, autrement dite l’Isle des Allumettes57. Elle est nommée l’Isle du Borgne parce que le chef du village Algonkin qui y estoit estably estoit borgne58. Il y commandoit quatre cens guerriers, qu’on regardoit comme la terreur de touttes les nations, meme de l’Irroquois. Ce chef tiroit un certain peage de touts ceux qui descendoient dans la colonie françoise, °pour passer avec sa permission, sans laquelle il ne souffroit pas qu’on allât plus loin. Il falloit donc se soumettre à la luy demander, en montant ou en descendant, et pour l’aller trouver, on estoit °obligé de prendre par le grand chenal, qui est vers le sud de l’isle, le petit chenal bien plus court est au nord. Quand les Hurons se virent au haut de l’isle, ils voulurent passer, suivant la coustume, par le village, pour rendre au chef leur devoir et luy demander la permission de passer. Le pere l’Allemand leur fît entendre que le François, estant le maistre de la terre, n’estoit point obligé à cela, et leur persuada de suivre le petit chenal. Le Borgne en fut bientost averty, qui envoya tous ses guerriers pour les faire venir touts au village. Et aprés leur avoir demandé la raison pourquoy ils avoient eu dessein de passer sans sa permission, ils s’excuserent en disant que c’estoit le pere l’Allemand qui les en avoit empesché[s], et qui leur avoit fait croire que le François estoit le maistre des nations.

22Le Borgne fît prendre le p[ère] l’Allemand et le [fit] suspendre à un arbre par les aisselles, en luy disant que le François n’estoit pas maistre de son pays, qu’il en estoit °luy seul reconnu pour chef et qu’on y estoit sous sa puissance.

  • 59 En 1650, Paul Ragueneau (1608-1680), qui était supérieur de la mission huronne depuis 1645, accomp (...)

23L’année suivante, il descendit en la colonie, se faisant embarquer, et debarquer par ses gens, et ne faisant jamais un pas sans estre escorté de ses gardes. Cela n’empescha pas qu’on ne le fît prendre et enfermer dans un cachot. Les Sauvages de sa suitte voulurent faire quelque mouvem[en]t pour l’en tirer ; on se mit d’abord sur la deffensive et on leur fit dire d’agir. Tout le party enfin qu’ils eurent à prendre fut celuy de se soumettre et de s’humilier avec des offres de presens, pour obtenir l’elargissement de leur chef, qu’on fit sortir quelques jours aprés59.

  • 60 Voir infra, p. 409-413.

24Voilà ce que les François ont fait dans les premiers establissements de la colonie, quoyqu’elle ne fust alors que peu considerable en monde. On a sçû conserver et soustenir la gloire de la nation contre les Sauvages, incomparablement plus forts et plus nombreux dans ces temps là, qu’ils ne le sont à present, puisque, si je l’ose dire, on en estoit le maitre. Ne les obligeoit on pas à le reconnoitre par des presens considerables, qui n’estoient reconnus que par de très ° mediocres, mesme leur faisoit on sçavoir, en les leur faisant, que ce n’estoit que par compassion de leur misere, au lieu que dans le temps où nous sommes, ils veulent dominer et estre nos superieurs. Ils nous regardent mesme comme gens dependants en quelque maniere d’eux. Je feray voir ce qui a donné lieu à cette presomption, et combien il sera difficile de l’aneantir dans leurs esprits60.

  • 61 « On dit même tout simplement qu’on va manger une Nation, pour signifier qu’on veut lui faire la g (...)

25Les Outaoüas et autres nations ont paisiblement vescu plusieurs années dans le pays où ils s’estoient refugiés pour eviter d’estre troublés des Scioux. Un party Irroquois vint un jour au Sault Ste. Marie pour chercher un village à manger61. Ils se fioient qu’après avoir porté la terreur chez touts les autres Sauvages qu’ils avoient chassés de leur pays, ils se feroient redouter aussytost qu’ils paroistroient. Les cent hommes Irroquois, qui composoient le party, monterent le Sault Ste. Marie, et allerent camper à l’embouchure du lac Superieur, à cinq lieües ou environ du sault, où ils apperçurent des feux qui °couraient du long des montagnes au nord, peu eloignées d’eux. Ils envoyerent à la decouverte vers là pour reconnoitre ce que ce pouvoit estre.

  • 62 Le poisson blanc, ou grand corégone (Coregonus clupeaformis), appelé vulgairement poisson blanc et (...)

26Quelques Saulteurs, Outaoüaks, Nepissings et Amikouets partirent de leur establissem[en]t, pour venir chasser l’elan dans le voysinage de ce sault et faire la peche de grands poissons blancs, ou saumons62, qu’ils y prennent à pleine prise au milieu des gros bouillons de ce sault. On ne voit guerre d’endroit où ce poisson soit si grand ny si gros que ceux qui s’y trouvent. Ces gens estoient °dispersés à la chasse, quand quelqu’un d’eux apperçut la fumée du camp des Irroquois. Ils s’avertirent les uns les autres et se rallierent ensemble, au nombre de cent hommes. Ils elurent pour chef du party un Saulteur, qui merittoit bien de l’estre, parce qu’il avoit une parfaite connoiss[anc]e du pays où l’on se trouvoit, l’ayant habité avant la guerre de l’Irroquois.

27Ce chef envoya premierement un cannot à la decouverte, qui fut veü des Irroquois qui avoient esté detachés pour le meme effet. Mais croyans n’avoir pas esté apperçus, ils ne firent aucun mouvement, crainte de manquer leur coup, et que s’ils venoient à echapper de leurs mains, ils iroient avertir tout le village, qui s’enfuirait aussytost. Les Saulteurs avancerent et se rendirent jusqu’au camp des Irroquois sans estre decouverts ; un bois fort epais les favorisa, pour avoir le temps de les compter, et les femmes qu’ils avoient avec eux. L’intention et le dessein des gens qui estoient campés estoit d’enlever les villages l’un après l’autre, d’y demeurer pour consommer les vivres qu’ils y trouveroient, et d’en faire de meme à l’egard des autres.

  • 63 « Ecore. s. f. Terme de Marine et de Riviere, il se dit d’une côte qui est escarpée & presque coup (...)
  • 64 La défaite des Iroquois aux mains des Sauteux est confirmée par Jérôme Lallemant : au printemps 16 (...)

28Le detachement des Saulteurs ayant reussy, retourna au camp raporter la decouverte qu’il venoit de faire. On s’embarqua sur le champ, et on marcha toute la nuit sans pouvoir arriver au lieu où estoient les Irroquois. Ils le passerent cependant avec un brouillard fort epais, sans estre apperçus de personne. Ils avoient eu connoissance d’une petite anse assez profonde, dont le fond estoit à la queue du camp. Ils s’y rendirent et conclurent qu’il falloit differer au landemain pour les attaquer. Ils firent pendant la nuit leurs approches, et se posterent sur une petite butte de terre escarpée, de la hauteur de cinq à six pieds, au bas de laquelle estoient les tentes des Irroquois, qui dormoient fort tranquillement. Leurs chiens, sentant les Saulteurs embusqués, furent amorcés par un peu de viande qu’on leur jetta afin de les empescher d’aboyer, et comme le jour commençoit à paroitre suffisament pour decocher leurs fleches seurement, ils firent leurs cris ordinaires. Les Irroquois s’eveillerent et, voulant courir à leurs armes, furent percés de coups qu’on leur tirait de tous les costés, et forcés de faire volte face par la prodig[ieu]se quantité de fleches qu’on leur decochait. Quand les Saulteurs eurent achevé de les tirer, je parle des hommes, ils sauterent au bas de l’ecors63, entrerent dans les tentes des ennemis, le casse tete à la main ; ce fut alors que la jeunesse Saulteuse lascha le pied, et fuirent vers leurs cannots, pend[an]t que les hommes faisoient main basse partout, et que l’on connaissoit à leurs cris chaque Irroquois qu’ils tüoient. Ceux qui voulurent s’enfuir vers la grêve furent chargés vivement. Les jeunes gens Saulteurs, qui n’avoient pas secondé dans l’action leurs anciens, entendant les cris victorieux qu’ils faisoient, reprirent leurs esprits et se presenterent devant ceux qu’on avoit mis en deroute, qu’ils acheverent de deffaire sans qu’il en echappat aucun. Voilà comme la victoire devint complette64.

29Les Irroquois qui avoient esté detachés à la decouverte, estant revenus à leur camp quelques jours après cette deffaite, crurent y joindre leurs gens, mais quand ils ne virent que des cadavres par terre, sans teste, et les os de ceux dont la chair avoit esté mangée, ils coururent en diligence aprendre dans leur pays cette funeste nouvelle. On dit que les Irroquois n’ont osé depuis ce temps là s’engager dans le lac Superieur, quoyque à dire le vray, ils ne se soient jamais prescrit de limites en faisant la guerre, et que comme des antropophages impitoyables, ils ayent tousjours pris plaisir à boire le sang et manger la chair de touttes sortes de nations, en allant chercher leur proye jusques aux confins de l’Amerique.

  • 65 Vraisemblablement Keweenaw Bay : voir supra, p. 315, n. 11.
  • 66 Voir supra, p. 318, n. 21.
  • 67 Ajout de J. Tailhan.

30Après la deffaite des Irroquois, les Saulteurs et leurs compagnons retournerent triomphants à Kionconang65 et à Chakoumicong66. Ils y furent tousjours en repos jusqu’à ce que quelques Hurons, °qui allerent chasser du costé des Scioux (car Chagouamikong n’en est eloigné, coupant par les terres en ligne directe, que de cinquante à soixante lieues) [en prirent °quelques uns67] qu’ils amenerent à leurs villages, en vie, n’ayant pas voulu les tuer. On les reçut fort bien, et surtout les Outaoüas, qui les chargerent de presents. Quoyqu’ils ne parurent pas bien sensibles au bon accueil, il est certain que sans eux on les aurait mis à la chaudiere.

  • 68 Les Sinagos étaient une des nations outaouaises établies à Michillimakinac (« Relation du Sieur de (...)
  • 69 Ce qui devait enlever aux peaux toute valeur commerciale.
  • 70 Sur le calumet, voir infra, n. 73.
  • 71 Ajout de J. Tailhan.

31Quand les Scioux voulurent retourner chez eux, Sinagos, chef des Outaoüas68, avec ses gens, et quatre François, les accompagne rent. On leur fit bien des caresses en arrivant, et tout le temps qu’ils y furent, mais ils n’en raporterent pas grande pelleterie, parce qu’ils ont coustumes de griller les castors pour les manger69. On combla d’honneurs le chef Sinagos, et on luy chanta le calumet, qui est une des grandes marques de distinction qui se pratique parmy eux70, car ils rendent enfant de la nation celuy qui a eu cet avantage, et le naturalisent comme tel. On est obligé de luy obeir, quand on luy presente le calumet, et qu’on [le71] luy a chanté.

  • 72 Pour Richelet, le verbe « ne se dit bien qu’au figuré. Il se dit en parlant de la Foy & de la paro (...)
  • 73 Observations semblables chez Bacqueville de La Potherie, qui décrit ainsi le calumet : « C’est une (...)

32Le calumet oblige et engage ceux qui l’ont chanté de suivre en guerre, celuy à l’honneur duquel il a esté chanté, sans qu’il soit dans la meme obligation. Le calumet arreste les guerriers de la nation de ceux qui l’ont chanté, et touttes les vengeances qu’on seroit en droit de tirer pour ceux qui auroient esté tués. Le calumet fait aussy faire les suspensions d’armes, donne entrée aux deputés des ennemis qui veulent aller °chez les gens qui en ont esté recem[m]ent tués. C’est luy en un mot qui a la force de °confirmer tout, et qui fait adjouter foy aux sermens solennels qui se font. Les Sauvages croyent que le soleil l’a donné aux Panys, et qu’il s’est depuis communiqué de village en village jusques chez les Outaoùaks. Ils ont tant de respect et de veneration pour luy, qu’ils regardent comme deloyal et traitre celuy qui a faussé le calumet72. Ils asseurent qu’il a commis un attentat qu’on ne peut pardonner. C’estoit autrefois l’entestement des Sauvages. Ils sont encore dans le meme sentiment, mais cela n’empeche pas qu’en se servant du calumet, il ne se commette quelque trahison chez eux. Ceux des prairies y sont attachés inviolablement et le tiennent comme une chose sacrée. Ils n’iroient jamais contre la foy qu’ils ont donnée à ceux qui l’ont chanté, quand °la nation auroit frapée sur la leur, à moins que celuy qui l’auroit chanté ne participat comme un perfide au coup qui auroit esté fait sur eux. Ce serait le plus grand de touts les traistres, °parce qu’il casserait le calumet, et romprait l’union qui auroit esté contractée par son moyen73.

33Je viens cy devant de dire que le Scioux chanta le calumet au chef Sinagos. La ceremonie en fut autentique et solennellement observée dans les villages. Touts les chefs s’y trouverent, et consentirent à une paix inviolable.

  • 74 La rupture entre les Sioux et les Outaouais et les Hurons de Chequamegon Bay semble avoir eu lieu (...)

34Après cette solemnité, le chef Sinagos retourna avec ses gens et les François qui l’avoient accompagné à Chagouamikong. Aprés avoir asseuré les Scioux de les revenir voir dans l’année suivante, ce qu’il ne fit pas, ny mesme deux ans aprés. Les Scioux ne savoient ce qui luy avoit donné lieu d’y manquer. Il arriva cepend[an]t que quelques Hurons, s’estant éloignés pour chasser vers le pays des Scioux, furent pris par quelques jeunes gens de la nation et menés au village. Le chef, qui avoit chanté le calumet à celuy de Sinagos, se courroussa fortement en voyant ces prison[ni]ers, et prit le fait en main pour les protéeer. Peu s’en falut qu’il ne frapat ceux qui les avoient pris, et que cela ne causat la guerre entre son village, et celuy de ceux qui avoient fait le coup. Il l’emporta et les fit elargir. Dès le landemain, ce chef en renvoya un à Chagouamikong pour les asseurer qu’il n’y avoit pas eu de sa faute dans l’affaire qui s’estoit passée, que ç’avoit esté des jeunes gens egarés, qui n’estoient pas meme de sa nation, qui avoient fait le coup, et que dans peu de jours, il menerait luy mesme chez eux ceux qu’il avoit retenu[s] auprès de luy74.

35Ce Huron, qu’il avoit envoyé à Chagouamikong pour asseurer sa nation de la sincerité de ses sentiments, dit, soit qu’il voulust mentir ou qu’on l’y excitat, que les Scioux l’avoient fait prisonnier et ses compagnons, qu’il s’estoit heureusement eschappé de leurs mains et qu’il ne savoit depuis son depart si ses camarades vivoient encore, ou si on les avoit fait mourir.

36Ce chef des Scioux qui avoit chanté le calumet avec celuy des Sinagos, voulut aller en personne °pour rendre ces Hurons prisonniers à leur nation. Il partit de son village avec eux, mais quand ils se virent proche de Chagouamikong, ils deserterent. Estant chez eux, ils dirent qu’ils venoient d’eviter la mort en s’enfuyant. Ce chef, ne voyant plus le landemain ses gens, fut bien surpris. Il persista neantmoins dans la resolution de continüer sa route, et se rendit la meme journée au village. Mais n’osant aller chez les Hurons, dont il se meffioit, il entra dans la cabane du chef Sinagos, auquel il avoit chanté le calumet, qui le reçut fort bien, et tous les Outaoùas pareillement. Il leur parla, et fit connoitre qu’il avoit delivré les Hurons. Il estoit luy cinquieme, une femme comprise qui l’accompagnoit.

  • 75 Selon Johanna E. Feest et Christian F. Feest, ce n’est qu’en 1676 que des Outaouais s’établirent à (...)
  • 76 Sans doute Perrot fait-il allusion à la venue des Outaouais dans la colonie à l’été 1671.

37Les Hurons rusés, et la plus traitre de touttes les nations sauvages, ne pouvant persuader aux Outaoüas que ses gens s’estoient eux-mesmes delivrés, s’aviserent d’user de presens et gagner par ce moyen le chef Sinagos chez qui estoient entrés les Scioux. Ils reussirent car ils le corrompirent, et tous les Outaoüas, à son exemple, se laisserent aller tellement, qu’ils eurent l’inhumanité de les mettre à la chaudiere et de les manger. Et abandonnant en mesme temps leurs villages, ils allerent demeurer à Michillimakinak et Manitoaletz75. Ils descendirent l’année suivante à Montreal, et traitterent pour leurs pelleteries touts fusils et munitions de guerre, dans le dessein de marcher contre les Scioux, d’y bastir un fort et de leur faire la guerre pendant tout l’hiver76.

  • 77 Baie des Puants, aujourd’hui Green Bay (Wisconsin).

38Après leur traitte, estant de retour chez eux, ils firent la recolte de leurs grains à la hatte et partirent touts ensemble pour aller contre les Scioux. Ils augmenterent leurs forces en chemin, car le chef Sinagos avoit pour beau frere celuy des Sakis, qui demeuroit à la Baye77, dont les allliés estoient les Poutoûamis et les Renards. Comme les Outaouas avoient apporté avec eux touttes les marchandises qu’ils avoient traittées avec les François, ils en rirent des presens aux Poutoutamis, Sakis et Renards, qui formerent un corps de plus de mil hommes, ayant tous des fusils ou autres armes de bonne deffense.

  • 78 Kiskakons.
  • 79 L’observation de Perrot est confirmée par le rédacteur de la Relation de 1672-1673, qui observe qu (...)

39Aussytost qu’ils furent arrivés dans le pays des Scioux, ils tomberent sur quelques petits villages, dont ils mirent les hommes en fuite et enleverent les femmes et les enfans qui s’y trouverent. Ce coup fut fait si vivement qu’ils n’eurent pas le temps de se reconnoitre et de se fortiffier. Les fuyards ne tarderent guerre à porter l’alarme dans les villages °voysins, qui accoururent en foule pour donner sur les ennemis. Ils les chargerent si vigoureusement qu’ils les mirent en fuite, et abandonnerent le fort qu’ils avoient commencé. Les Scioux les poursuivirent sans relasche et en tuerent une grande quantité, car la terreur estoit si extraordinaire parmy eux qu’ils avoient jette en fuyant leurs armes, et d’autres furent depoüillés touts nuds. Il y en avoit à qui il restoit une mauvaise peau de chevreuil pour les couvrir. En un mot, les coups, la faim et la rigueur du temps les firent presque perir touts. Il n’y eust que les Renards, les Kiskaouets78 et les Pouteoutamis, gens moins agueris que les autres, qui ne perdirent pas tant dans cette occasion, parce qu’ils lacherent le pied dès le commencement du combat. Les Hurons, les Sinagos et les Sakis se distinguerent dans cette occasion, et favoriserent beaucoup les fuyards, en leur donnant le temps, par la courageuse resistance qu’ils firent, de prendre le devant. Le desordre fut enfin si grand parmy eux qu’ils se mangerent les uns les autres79.

  • 80 Ajout de J. Tailhan.
  • 81 Ajout de J. Tailhan.

40Les deux chefs du party furent faits prison[ni]ers, et celuy des Sinagos fut reconnu [pour celuy80] auquel ils avoient chanté le calumet. Ils luy reprocherent sa perfidie d’avoir mangé celuy qui l’avoit [fait81] enfant de sa nation. Ils ne voulurent pas cependant le faire brusler, non plus que son beau frere, mais ils le faisoient venir dans les repas et luy coupoient des tranches de chair sur les cuisses et sur toutes les autres parties du corps, pour en faire des grillades et les luy donner à manger, luy faisant comprendre qu’ayant tant mangé de chair humaine, dont il avoit esté si avide, il eust à s’en rassasier en mangeant la sienne. Son beau frere eust le meme traittement. C’est toute la nourriture qu’ils eurent jusqu’à la mort.

  • 82 Selon Jules Tailhan, des Sioux vinrent à Chequamegon Bay en 1665-1666, puis rentrèrent dans leur p (...)

41A l’egard des prisonniers, on les fit touts mourir, et passer par les flesches, excepté un Panys qui appartenoit au chef des Sinagos, que l’on renvoya dans son pays afin de raporter fidelement ce qu’il avoit veü et la justice qu’on s’estoit rendüe82.

Notes

1 L’événement a lieu en 1656 (voir infra, p. 314, n. 9). La venue d’Outaouais à Trois-Rivières, un poste de traite important, n’était pas un phénomène nouveau. Le 31 juillet 1653, le « Journal » des jésuites signale l’arrivée de deux canots d’Outaouais à Trois-Rivières (JR, vol. 38, p. 180). Dans sa Relation de 1653-1654, François-Joseph Le Mercier, qui note la venue à Trois-Rivières et à Montréal de canots de Hurons et d’Outaouais, précise qu’ils avaient quitté leur ancien pays pour aller « vers le grand lac, que nous appelions des Puants, à cause qu’ils habitent proche de la Mer, qui est salée, & que nos Sauvages appellent l’eau puante, c’est du costé du Nord » (JR, vol. 41, p. 76-78).

2 Léonard Garreau.

3 Erreur de Perrot, ce n’est qu’en 1660 que le père René Ménard se rendit chez les Outaouais.

4 Comme Perrot confond deux événements, il est difficile d’identifier les cinq Français qui accompagnèrent le père Garreau ou le père Ménard.

5 Voir infra, p. 314, n. 9.

6 Après avoir observé que la phrase « n’exprime dans sa construction présente aucun sens raisonnable », Jules Tailhan propose de la rétablir ainsi : « Le. P. Garot, qui s’estoit embarqué avec les Hurons, fut tué par la bande du Bâtard Flammand sur le lac des Deux-Montagnes, où il [le Bâtard] avoit fait construire un fort » (Mémoire, p. 228, n. 1). Le lac des Deux-Montagnes, à l’ouest de Montréal, est formé par la rencontre de la rivière des Outaouais et du fleuve Saint-Laurent.

7 Le 7 août 1640, Jérôme Le Royer de La Dauversière et Pierre Chevrier, baron de Fancamp, deux membres de la Compagnie du Saint-Sacrement, fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal, créée en vue de coloniser l’île de Montréal et d’évangéliser les Amérindiens, obtenaient de Jean de Lauzon la cession de l’île. Deux ans plus tard, le 17 mai 1642, Paul Chomedey de Maisonneuve fondait « Ville-Marie ».

8 La rivière des Prairies, en fait un bras du Saint-Laurent, sépare l’île de Montréal de l’île Jésus, au nord de l’île de Montréal.

9 Perrot est le seul auteur à rapporter cette circonstance. Mais comme le rappelle Jules Tailhan, Jean de Quen, dans la Relation de 1655-1656, écrit que parmi les assaillants du missionnaire se trouvait un « jeune François, qui par un dépit remply de rage & de trahison, s’estoit jetté parmy les Iroquois ». Le père Garreau lui aurait « fait voir l’enormité de son crime », au point de provoquer chez celui-ci « des regrets & des larmes ». Une fois pris par les Français et ramené à Québec, l’homme aurait été exécuté (JR, vol. 42, p. 244). Jules Tailhan pense que ce jeune Français pourrait bien être le meurtrier du père Garreau, ce qui expliquerait la sévérité de son châtiment (Mémoire, p. 229-230, n. 2). Mais le fait est que les Iroquois offrirent deux présents aux jésuites lorsqu’ils ramenèrent le missionnaire blessé à Montréal, le premier « pour témoigner qu’ils estoient marris de l’accident », le second « pour essuyer [les] larmes, & appaiser [les] regrets » des jésuites, ce qui était une façon de reconnaître leur responsabilité dans « l’accident » du missionnaire (J. De Quen, Relation de 1655-1656, dans JR, vol. 42, p. 236).

10 Plus bas, Perrot raconte l’événement : voir infra, p. 343-345.

11 Sans doute Perrot fait-il allusion à l’actuelle presqu’île de Keweenaw (Michigan), à l’ouest de Sault Sainte Marie, au sud du lac Supérieur, et appelée « Kioüchounaning » sur la carte du « Lac Superieur et autres lieux ou sont les missions des peres de la Compagnie de Jesus comprises sous le nom d’Outaouacs » (Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55 ; R. G. Thwaites, JR, vol. 55, p. 270, n. 7).

12 Voir supra, p. 268, n. 48.

13 Rivière Wisconsin (Wisconsin), un affluent du Mississipi.

14 Sans doute s’agit-il de l’actuelle rivière Upper Iowa (Minnesota), qui se jette dans le Mississipi à une soixantaine de kilomètres au nord de la rivière Wisconsin, c’est-à-dire à environ douze lieues au nord de celle-ci. Selon R. G. Thwaites, les Iowas, ou Ayoës, s’établirent sur les rives des rivières Iowa et Des Moines au début du xviiie siècle (JR, vol. 60, p. 321, n. 27).

15 Jules Tailhan : « Ne faudrait-il pas lire : et de haches de caillou ? cette leçon me paraît plus conforme au sens général de tout le passage. Perrot en effet veut moins énumérer ici les armes diverses des Sioux, qu’en indiquer la matière. Quant à la pierre de moulange dont ces sauvages fabriquaient leurs cousteaux, ce n’est autre chose que notre pierre de meule, ou meulière » (Mémoire, p. 231, n. 3). Furetière orthographie le mot sans « n » : « moulage » (Dictionnaire, 1690).

16 Voir supra, p. 248, n. 1.

17 Sur la façon qu’avaient les Sioux de pleurer lorsqu’ils rencontraient d’autres Amérindiens et sur leur conflit avec les Outaouais, voir Nations amérindiennes, infra, p. 531-532.

18 « Chose de peu d’importance » (Furetière, 1690).

19 « Au sortir du Lac [Pépin], on rencontre l’isle Pelée, ainsi nommée, parce qu’elle n’a pas un seul Arbre », écrit Charlevoix, qui ajoute toutefois que « c’est une très-belle Prairie » (Journal, t. II, p. 767). L’île, située à une quinzaine de kilomètres en aval de la ville d’Hasting (Minnesota), porte aujourd’hui le nom de Prairie Island (voir Louise Phelps Kellogg, dans Charlevoix, Journal of a Voyage, t. II, p. 212, n. 42).

20 Aujourd’hui Black River (Wisconsin).

21 Chagouamigon, aujourd’hui Chequamegon Bay, à l’extrémité sud-ouest du lac Supérieur (Wisconsin). Sur les différentes migrations des Hurons et des Outaouais après la défaite des Hurons aux mains des Iroquois, en 1648-1649, voir Hurons et Outaouais, dans Nations amérindiennes, infra, p. 518-520 et 528.

22 Voir supra, p. 256, n. 14

23 Le Mississipi.

24 Aujourd’hui Saint Croix River, qui sert de frontière aux États du Wisconsin et du Minnesota et qui se jette dans le Mississipi en amont du lac Pepin.

25 Aujourd’hui Minnesota River (Minnesota).

26 Si le masculin n’est pas une erreur du copiste, il s’agit d’un particularisme de la langue de Perrot : le Dictionnaire de Furetière (1690), le Dictionnaire de l’Académie (1694 et 1695) et celui de Trévoux (1721) mettent le substantif au féminin.

27 Voir supra, p. 312, n. 22.

28 Jules Tailhan suggère de substituer « dedans », à « devant », si bien que la phrase se lirait ainsi : « La methode qu’ils ont pour naviguer dans ces sortes de lacs est de couper dedans leurs semences avec leurs canots » (Mémoire, p. 241, n. 7).

29 Malgré la correction proposée par Jules Tailhan, le texte demeure obscur. Peut-être Perrot veut-il dire que les Sioux obligent leurs ennemis, qui ne savent pas naviguer dans les marais, à les contourner, alors qu’eux les harcellent tant qu’ils n’ont pas réussi à gagner la terre ferme.

30 Dans son édition, Jules Tailhan, qui a corrigé la phrase en intervertissant les termes et écrit : « les vestiges de l’entrée et non ceux de la sortie », revient sur sa correction dans une note pour se donner tort, « car, à tout prendre, la leçon originale offre un sens très clair et très raisonnable : par une ruse familière aux sauvages, et pour mieux dépister les Sioux qui les poursuivaient, les Hurons entrèrent à reculons dans les lacs de folle-avoine, ne laissant ainsi que des vestiges de leur sortie » (Mémoire, p. 242, n. 8).

31 Dans son édition, J. Tailhan écrit le verbe au conditionnel : « serviroient ». Tout logique qu’elle est, la correction ne s’impose pas absolument.

32 Selon Bacqueville de La Potherie, les pays des Sioux « est un labirinte de marais, qui les mettent en été à l’abri de l’insulte de leurs ennemis » (HAS, t. II, p. 217). Il raconte ensuite la défaite des Hurons en s’inspirant manifestement du récit de Perrot (op. cit., t. II, p. 217-218). Selon Jules Tailhan, cette expédition des Hurons « suivit » leur arrivée à Chagouamigon et ne put avoir lieu avant 1662. « Elle précéda, de plusieurs années, peut-être, la visite que le chef des Outaouais Sinagaux [Sinago] rendit aux Sioux en 1665, ou 1666 [...] Il est donc très vraisemblable que la défaite des Hurons par les Sioux se rattache à l’une des deux années 1662 ou 1663 » (J. Tailhan, Mémoire, p. 241-242, n. 8). Mais comme le signale l’adverbe « peut-être », la date des événements demeure sujette à caution.

33 Tout en reconnaissant que les Amérindiens de l’Amérique du Nord pratiquaient l’anthropophagie, Jules Tailhan estime qu’ils ne le faisaient « que très exceptionnellement, et pour des motifs qui n’avaient rien de commun avec l’abominable convoitise des Caraïbes » (Mémoire, p. 242-245, n. 9).

34 Selon Claude Dablon, les Sioux se servent de l’arc « avec tant d’adresse, & avec tant de promptitude, qu’en un moment ils remplissent l’air, sur tout quand à la façon des Parthes, ils tournent visage en fuyant, car c’est pour lors qu’ils décochent leurs fleches si presentement (sc. prestement), qu’ils ne sont pas moins à craindre dans leur fuite que dans leurs attaques » (Relation de 1670-1671, dans JR, vol. 55, p. 168). Dans sa lettre au père Germon, du 9 novembre 1712, Gabriel Marest écrit que « c’est principalement sur l’eau qu’ils sont redoutables » car ils manient leurs embarcations « avec tant de dextérité et de vitesse, que leurs canots semblent voler sur l’eau » (JR, vol. 66, p. 288-290). Dans la Relation de 1679, Claude Dablon observe que les Sioux « font mourir sur la Croix ceux qu’ils prennent en guerre » (JR, vol. 61, p. 136), mais R. G. Thwaites remarque que le missionnaire est le seul écrivain à signaler cette méthode d’exécution des prisonniers (JR, vol. 61, p. 269, n. 7).

35 Jules Tailhan a remplacé le verbe par « renvoyerent », ce qui rend mieux le sens du texte.

36 Cris.

37 Assiniboines.

38 Sur les relations tendues entre les Sioux et leurs voisins, voir Kikapous, Mascoutins, Renards et Sioux, dans Nations amérindiennes, infra, p. 522, 523-524, 529-530 et 531-532.

39 Commentaire de Jules Tailhan : « Le texte de Perrot me paraît ici tellement maltraité que je n’essaierai même pas d’en découvrir le véritable sens. Tout ce que je crois y comprendre, c’est que les Sioux, tant ceux qui vont en canot, que ceux des prairies détruisirent leurs ennemis, non sans éprouver eux-mêmes des pertes si considérables, qu’ils se virent réduits presque à rien » (Mémoire, p. 245, n. 10). Voir la note suivante.

40 Le texte fait problème. Si Perrot suggère ici que les Renards, les Mascoutins et les Kikapous ont défendu les Sioux, plus bas, il signale que les mêmes tribus « alloient en guerre contre les Scioux » lorsque ces derniers voulurent piller ses marchandises, en 1686 (voir infra, p. 393). De fait, les Sioux étaient hostiles aux Renards, aux Mascoutins et aux Kikapous, qui présentaient des traits culturels et linguistiques semblables à ceux des Sakis, ce qui suggère que ces groupes avaient auparavant vécu les uns près des autres. Sur les Renards et leurs conflits avec les autres nations amérindiennes et les Français, voir Nations amérindiennes, infra, p. 529-530.

41 Lac Michigan.

42 Aujourd’hui Black River (Wisconsin).

43 Sur les circonstances de la mort du père René Ménard, voir infra, p. 500.

44 Aujourd’hui Chequamegon Bay, au sud-ouest du lac Supérieur (Wisconsin).

45 Sur le maïs, voir supra, p. 186, n. 2 ; sur les citrouilles, voir supra, p. 186, n. 5.

46 Vraisemblablement Keweenaw Bay : voir supra, p. 315, n. 11.

47 Les Outaouais s’établirent effectivement à Chequamegon Bay, où ils formèrent trois villages (1666), puis cinq. Cela dit, le texte de Perrot fait problème. Selon lui, les Outaouais, établis à Chequamegon Bay, rencontrèrent des Sauteux qui s’étaient enfuis « au nord, et quelques François », qui étaient avec eux et « qui les avoient suivis à Chagouamikon pour s’y establir aussy ». Le texte suggère que les Sauteux et les Français, rencontrés par les Outaouais, étaient établis à Chequamegon Bay. Mais Perrot veut peut-être dire que les Sauteux et les Français se dirigeaient vers Chequamegon Bay pour s’y établir. Toujours selon lui, une autre partie des Outaouais se dirigea vers « Kioconan » (Keweenaw Bay, dans le Michigan), à l’est de Chequamegon Bay. Puis il revient aux Outaouais partis vers le Nord pour signaler que des Népissingues et des Amicouas étaient établis à « Alimibegon », c’est-à-dire au lac Nipigon, au nord du lac Supérieur (Ontario). Dans son étude sur les Népissingues, Gordon M. Day reprend l’information de Perrot, mais ne cite aucune autre source pour la confirmer (voir « Nipissing », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 789).

48 Le Journal des jésuites signale l’arrivée d’Outaouais à « Montreal le 25. Juillet [1663] au nombre de 35. Canots. 150. hommes » (JR, vol. 47, p. 306). Le relationnaire ne précise pas si les Outaouais se sont rendus à Québec. Dans sa Relation de 1662-1663, Jérôme Lallemant observe que « sept François, de neuf qu’ils estoient », accompagnaient les Outaouais, le père Ménard et Jean Guérin étant morts en mission (JR, vol. 48, p. 116). Selon un auteur anonyme, en 1664, un convoi de deux cents « Canots D’outaouacs, chargez de Castors Dont le chef estoit Kinonché c’est à dire Grand Brochet », arriva à Montréal sous la direction d’un jésuite, le père Nicolas. Le convoi se rendit ensuite à Québec, où se trouvait Rémy de Courcelles (« Memoires sur le Canada », BNF, mss., F. F., vol. 25055, p. 475).

49 Saint-Ours était une seigneurie située au sud-est de Montréal et dont le fleuve Saint-Laurent constituait une frontière naturelle (1672). Aujourd’hui, une municipalité du comté de Verchères porte le nom de Saint-Ours (Québec). Le Richelieu, voie traditionnellement empruntée par les Iroquois pour effectuer des raids dans la colonie, traverse la seigneurie avant de se jeter dans le fleuve (voir M. Trudel, Atlas de la Nouvelle-France, carte n° 78, p. 178). Mais, contrairement à ce qu’avance Perrot, le cap de Victoire ou cap de Massacre n’est pas situé sur la rive sud du Saint-Laurent, en amont de Sorel, aux limites de la seigneurie de Saint-Ours, mais il est bien visible, en aval, à l’extrémité de l’île Saint-Ignace. La Relation des Jésuites de 1646 a peut-être semé la confusion car on y situe le « Cap nommé de massacre à une lieuë plus haut que Richelieu (Relation de 1645-1646, JR, vol. 29, p. 22), c’est-à-dire Sorel » (communication de m. Christian Morissonneau ; voir aussi Relation de 1664-1665, JR, vol. 49, p. 248). Dans Filles du fleuve, les îles de Berthier et de Sorel (Montréal, Hurtubise HMH, 2002, p. 64-71, C. Morissonneau montre, en analysant la situation de l’île et les péripéties de la bataille du Richelieu de 1610, et en interrogeant les témoignages de Champlain et de Gabriel Sagard que le cap de Victoire porte le nom qui commémore la victoire de Champlain et de ses alliés sur les Iroquois retranchés au bord du Richelieu, et qu’il s’agit aussi de l’île, lieu de traite durable et régulier, lieu de rendez-vous des alliés autochtones et des Français. Le cap au toponyme commémoratif a pu étendre son nom à l’île. Quant au nom cap de Massacre, il rappellerait les longues séances de torture et de mises à mort qui suivirent la victoire. Dès 1636, Huault de Montmagny baptise l’île « Saint-Ignace » en l’honneur du fondateur de la Compagnie de Jésus. Ainsi, à la fin des années 1630, le lieu de traite et le nom cap de Victoire ou cap de Massacre sortent-ils de l’histoire. Aucune carte ancienne ou moderne ne désigne l’endroit en le nommant ainsi.

50 Il est difficile de savoir à qui Perrot fait allusion. Si l’auteur anonyme des « Memoires sur le Canada » rapporte exactement la vérité, le missionnaire pourrait être le père Louis Nicolas et le chef outaouais, Kinonché (voir supra, n. 48). Mais Perrot pense peut-etre au pere Rene Menard, abandonne par ses guides amerindiens a 1’été 1661, alors qu’il tentait de rejoindre des Hurons près des bouches de la riviere Noire, ou Black River (Wisconsin).

51 Voir supra, p. 207, n. 10.

52 Comme le signale Jules Tailhan, le pronom renvoie aux Outaouais.

53 Ajout de J. Tailhan.

54 Le 6 aout 1665, le redacteur du Journal des jesuites signale l’arrivée « de plus de 400 Outaouak aux trois rivieres le 3me. Bien chargez de Pelleteries ». Les Outaouais seraient repartis « avec le P. Alloüez le 7 » (JR, vol. 49, p. 162).

55 Sans doute Perrot pense-t-il à Jérôme Lallemant (1593-1673), le supérieur de la mission huronne, de 1638 à 1645. Mais ce n’est pas lui qui ramena les Hurons dans la colonie en 1650 : il avait quitté la mission dès le printemps ou l’été 1645 (voir sa lettre du 15 mai 1645, dans JR, vol. 28, p. 38 et 100 ; L. Pouliot, DBC, t. I, p. 425-426 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 245, n. 11) et il résidait à Québec, à titre de supérieur des jésuites. C’est Paul Ragueneau qui conduisit les Hurons à Québec : voir infra, n. 59.

56 Selon Réal Ouellet et Alain Beaulieu, la rivière Creuse est la rivière Mattawa (Lahontan, Œuvres complètes, t. II, p. 1190). Mais lorsque Perrot fait allusion à la rivière Mattawa, il ne lui attribue aucun nom (voir supra, p. 206). Selon C.-H. Laverdière, le toponyme désignerait une section de la rivière des Outaouais, en amont de l’île aux Allumettes (Œuvres de Champlain, vol. 2, p. 508, n. 5). Le toponyme « R. Creuse » apparaît sur la « Carte de la partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Dédiée à Monseigneur le Comte de Maurepas Ministre et Secretaire d’Etat, Commandeur des Ordres du Roy. Par N. Bellin Ingénieur de la Marine. 1744 », ainsi que sur la « Carte des lacs du Canada. Dressée sur les Manuscrits du Depost des Cartes, Plans et Journaux de la Marine et sur le Journal du RP. de Charlevoix » (HDG, t. II et III). Sur ces cartes, la rivière Creuse est située entre la rivière Acouanagousin, qui vient du lac Caouinaganic, au nord de la rivière des Outaouais, et les « Petites » et « Grandes Alumettes ». Compte tenu des distances indiquées sur les cartes de Nicolas Bellin, peut-être s’agit-il de l’actuelle rivière Schyan (Québec), qui se jette dans la rivière des Outaouais en aval de Deep River.

57 Aujourd’hui île des Allumettes et rapides des Allumettes, sur la rivière des Outaouais, en amont de Gatineau (Québec).

58 Voir Tessouat, dans Notices biographiques, infra, p. 512-513.

59 En 1650, Paul Ragueneau (1608-1680), qui était supérieur de la mission huronne depuis 1645, accompagna les Hurons qui avaient décidé d’émigrer dans la colonie pour échapper aux Iroquois. Si l’on en croit le Journal des jésuites, il arriva à Québec le 28 juillet 1650 « avec toute sa bande » de Hurons (JR, vol. 35, p. 50). Sans doute est-ce lui, le missionnaire agressé par Le Borgne et ses hommes. Mais seul Perrot rapporte le fait.

60 Voir infra, p. 409-413.

61 « On dit même tout simplement qu’on va manger une Nation, pour signifier qu’on veut lui faire la guerre à toute outrance » (Charlevoix, Journal, t. I, p. 467). En 1641, les pères Charles Raymbault et Isaac Jogues atteignaient les rapides qui séparent le lac Supérieur du lac Huron et qui portent le nom de « Sault de Gaston », sur la « Carte de la nouvelle france » (1632), de Champlain. La mission du Sault Sainte Marie vit le jour en 1668, sous la direction du père Claude Allouez (L. P. Kellogg, dans Charlevoix, Journal of a Voyage, t. II, p. 42, n. 10). Aujourd’hui, de chaque côté de la rivière Saint Mary, on trouve deux villes qui portent le même nom, Sault Sainte Marie, l’une en Ontario, l’autre dans l’État du Michigan.

62 Le poisson blanc, ou grand corégone (Coregonus clupeaformis), appelé vulgairement poisson blanc et « attikameke » par les Algonquins, est un poisson d’eau douce de l’Amérique du Nord fort répandu (voir W. F. Ganong, « Identity of the Animais and Plants », p. 233 ; C. Mélançon, Les Poissons de nos eaux, p. 136-138 ; W. B. Scott et E. J. Crossman, Poissons d’eau douce du Canada, p. 290-299). Sur la façon de pêcher le poisson blanc, voir la Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 128-130). Le saumon (Salmo salar), qui sert ici de point de comparaison, est un poisson indigène de l’Atlantique Nord, qui est répandu le long des côtes maritimes de l’Est du Canada et qui remonte les rivières, l’été, pour frayer. Selon W. B. Scott et E. J. Crossman, il « se rencontrait jadis dans le lac Ontario ». Lahontan l’incluait dans sa liste des « Poissons du Fleuve Saint Laurent, depuis son emboucheure jusqu’aux Lacs de Canada » (Mémoires de l’Amérique septentrionale, dans Œuvres complètes, t. I, p. 583 ; C. Mélançon, Les Poissons de nos eaux, p. 60-66 ; W. B. Scott et E. J. Crossman, Poissons d’eau douce du Canada, p. 207-212).

63 « Ecore. s. f. Terme de Marine et de Riviere, il se dit d’une côte qui est escarpée & presque coupée à pic » (Encyclopédie, 1755, t. V). Le terme renvoie à la position des Sioux, installés « sur une petite butte de terre escarpée ».

64 La défaite des Iroquois aux mains des Sauteux est confirmée par Jérôme Lallemant : au printemps 1662, une centaine d’Agniers et d’Onneiouts, qui s’étaient aventurés sur les rives du lac Huron, furent surpris par une troupe de Sauteux (Relation de 1662-1663JR, vol. 48, p. 74-76 ; HDG, t. I, p. 370 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 245-246, n. 12).

65 Vraisemblablement Keweenaw Bay : voir supra, p. 315, n. 11.

66 Voir supra, p. 318, n. 21.

67 Ajout de J. Tailhan.

68 Les Sinagos étaient une des nations outaouaises établies à Michillimakinac (« Relation du Sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 80). Sur les Outaouais et leurs nombreux déplacements, voir Nations amérindiennes, infra, p. 528.

69 Ce qui devait enlever aux peaux toute valeur commerciale.

70 Sur le calumet, voir infra, n. 73.

71 Ajout de J. Tailhan.

72 Pour Richelet, le verbe « ne se dit bien qu’au figuré. Il se dit en parlant de la Foy & de la parole qu’on a promise, il signifie violer, rompre, manquer » (Dictionnaire, 1680). Même si le mot ne s’emploie en principe qu’au figuré, ce que confirment Furetière, pour qui le verbe veut dire « manquer de foy, de fidelité envers quelqu’un » (Dictionnaire, 1690), et l’Académie, pour qui le verbe « ne se dit guere que dans les phrases suivantes. Fausser sa foy, fausser sa parole, fausser son serment » (Dictionnaire, 1695), il signifie essentiellement que l’on viole sa parole ou qu’on rompt une entente. Comme le calumet sert de garant à la bonne foi entre des parties, il peut, à l’instar d’une « parole » ou d’un « serment », être « faussé ».

73 Observations semblables chez Bacqueville de La Potherie, qui décrit ainsi le calumet : « C’est une maniere de Pipe fort longue de pierres rouges enjolivée de têtes de Pic-bois, de Canards-branchus ». Sur le « bâton du Calumet », on place des « éventails » faits « des plumes d’ailes d’un oiseau qu’ils appellent Kibou, qui est un véritable Aigle » et qui sont peintes en rouge ou laissées à leur état naturel, soit « grises & blanches », selon la signification que l’on veut donner au calumet (HAS, t. II, p. 15-17 et p. 19-20 ; J. Gravier, « Relation ou Journal du voyage du Pere Gravier, de la Compagnie de Jesus en 1700 depuis le Pays des Illinois Jusqu’en l’Embouchure du Fleuve Mississipi », dans JR, vol. 65, p. 122-124 ; Lahontan, Nouveaux Voyages de Mr le Baron de Lahontan, dans Œuvres complètes, 1.1, p. 303 ; J. Marquette, « Le premier Voÿage qu’a fait Le P. Marquette vers le nouveau Mexique & Comment s’en est formé le dessein », dans JR, vol. 59, p. 130-132 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 246-251, n. 13). Selon Lahontan, « calumet » est « un mot Normand, qui vient de chalumeau » (op. cit., t. I, p. 513). Lahontan signale lui aussi « la vénération que tous les Sauvages de Canada ont pour cette fameuse pipe » (Mémoires de l’Amérique Septentrionale, dans Œuvres complètes, t. I, p. 725). Si l’on en croit Lafitau, « les Iroquois, non plus que les autres Sauvages des environs de Quebec, & du bas du fleuve Saint-Laurent » ne faisaient usage du calumet (Mœurs, t. II, p. 314).

74 La rupture entre les Sioux et les Outaouais et les Hurons de Chequamegon Bay semble avoir eu lieu au cours de l’hiver 1670-1671 (voir Sioux, dans Nations amérindiennes, infra, p. 531-532).

75 Selon Johanna E. Feest et Christian F. Feest, ce n’est qu’en 1676 que des Outaouais s’établirent à Michillimakinac. Sans doute pensent-ils aux Kiskakons, qui vinrent effectivement s’établir à Michillimakinac en 1676. Mais en 1670, puis en 1671, des Outaouais occupèrent l’île Manitouline, « Manitoaletz » de Perrot, (voir supra, p. 307, n. 9), alors que les Hurons revenaient à Michillimakinac (E. Tooker, « Wyandot », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 399).

76 Sans doute Perrot fait-il allusion à la venue des Outaouais dans la colonie à l’été 1671.

77 Baie des Puants, aujourd’hui Green Bay (Wisconsin).

78 Kiskakons.

79 L’observation de Perrot est confirmée par le rédacteur de la Relation de 1672-1673, qui observe que « la guerre que tous ces peuples [Outaouais] ont eu avec Les Nadouessi [Sioux] Les a obligez a quitter Le lac superieur et a venir se placer dans le lac Huron, ou La paix qu’ils ont avec L’Iroquois Leur a preparé un asile contre leur nouvel ennemy » (JR, 57, p. 202).

80 Ajout de J. Tailhan.

81 Ajout de J. Tailhan.

82 Selon Jules Tailhan, des Sioux vinrent à Chequamegon Bay en 1665-1666, puis rentrèrent dans leur pays avec le chef des Sinagos et quatre Français. Pour appuyer sa thèse, il se fonde sur la Relation de 1666-1667, dans laquelle on fait allusion à la visite de Sioux à la pointe Saint-Esprit du « lac Tracy », ou Supérieur (voir JR, vol. 49, p. 52). Selon lui, en 1670-1671, quatre ou cinq ans au moins s’étaient écoulés entre cette visite et l’abandon de Chequamegon Bay par les Hurons et par les Outaouais (Mémoire, p. 251, n. 14). Sur la torture des prisonniers, voir la « Relation du Sieur de Lamothe Cadillac », dans P. Margry, Découvertes et établissements des Français, t. V, p. 97-101.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search