Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Deffaite et füitte des Hurons chassés de leur pays

Texte intégral

  • 1 Commentaire en marge du texte : « Dans les 3. Rivieres et au Montreal. » Le critique distingue les (...)
  • 2 « Entre le lac Huron et le lac Ontario », précise le commentateur. La remarque est juste, encore q (...)
  • 3 Selon Jules Tailhan, cette paix eut lieu en 1624, mais il est plus probable que Perrot fasse allus (...)
  • 4 Allusion probable au raid des Tsonnontouans contre le village huron de Saint-Joseph, le 4 juillet (...)
  • 5 Le 16 mars 1649, quelque mille deux cents Tsonnontouans et Agniers s’emparèrent de Saint-Ignace, p (...)
  • 6 Après le raid des Iroquois de mars 1649, les Hurons qui avaient échappé au massacre se réfugièrent (...)

1Les François ayant decouvert ce pays, firent sçavoir de nation en nation leur establissement. Les Algonkins demeuroient comme je l’ay cy devant remarqué le long de la riviere des Outaoüas1, et les Hurons dans leur ancien pays2. Ces derniers, aprés avoir eü la guerre avec les Irroquois, firent leur paix : on donna des missionnaires à un party qui en vint, et un detachement de soldats pour les soutenir, en cas qu’ils fussent insultés3. Les Irroquois susciterent la guerre contre un des villages Hurons, et le deffirent4. Ils continüerent la paix avec un autre village de la meme nation, et surprirent pareillement le troisieme, qu’ils battirent comme le premier5. Ceux qui purent en echapper, se diviserent, les uns furent vers les Illinois, et les autres descendirent dans la colonie avec les missionnaires et les soldats qui furent contraints d’abandonner leurs postes6.

  • 7 Parfois écrit « Saguinam », aujourd’hui Saginaw Bay, qui forme la pointe ouest du lac Huron (Michi (...)
  • 8 Aujourd’hui Thunder Bay, à la pointe du lac Huron (Ontario et Michigan).
  • 9 Île Manitouline, au nord-ouest du lac Huron (Ontario). Perrot l’appelle aussi île des Outaouais (v (...)
  • 10 Selon Antoine-Denis Raudot, le toponyme signifiait « la tortuë » (« Relation par lettres de l’Amér (...)
  • 11 Île située à l’entrée de la baie des Puants, ou Green Bay, aujourd’hui appelée île Washington (Wis (...)
  • 12 Les faits produits par Perrot semblent assez exacts, quoique leur chronologie demeure sujette à ca (...)
  • 13 La syntaxe de la phrase laisse à désirer : ce sont les Algonquins, c’est-à-dire les Outaouais, qui (...)
  • 14 Commentaire en marge du texte : « faux ». Voir Nations amérindiennes, infra, p. 526-527.
  • 15 Les jésuites ne font pas allusion à la venue d’Amérindiens à Trois-Rivières après la défaite des H (...)

2Cette deffaitte donna l’epouvante chez les Outaoüas, et leurs alliés qui estoient au Sankinan7, à l’Anse au Tonnerre8, à Manitoaletz9 et à Michillimakinak10. Ils furent demeurer ensemble chez les Hurons, dans l’isle que l’on appelle l’isle Huronne11. L’Irroquois continua aussy la paix avec un autre village establi au Detroit, que l’on nomme Huron de la nation neutre, parce qu’ils n’epouserent pas les interests de leurs alliés, et qu’ils s’estoient tenus dans la neutralité. Les Irroquois les obligerent cependant de quitter le Detroit, et de venir s’establir avec eux12. Ils augmenterent par là leurs forces, tant par le nombre des enfans prisonn[i]ers qu’ils firent que par la quantité de Hurons neutres qu’ils amenerent chez eux ; et ce fust alors qu’ils firent de si frequentes incursions sur les Algonkins, qu’ils se virent contraints de venir chercher un abry chez les François de la colonie13. Les Nepissings tinrent ferme quelques années dans leurs villages, mais il leur fallut ensuitte füir dans le fond du Nord à Alimibegon14, et les Sauvages qui habitoient le voisinage des Hurons s’en furent avec eux de la riviere des Outaoüas aux Trois Rivieres15.

  • 16 Dans les Relations des jésuites, on trouve de nombreuses allusions aux « audiances » de députés ir (...)

3Les Irroquois, enflés de l’avantage qu’ils avoient eu sur leurs ennemis en les contraignant de prendre la füite, et ne trouvant plus sur quoy mordre, firent plusieurs coups sur les Algonkins, et sur les François mesme[s]. On leur fit quelques prisonniers qu’on renvoya chez eux. Cela donna lieu à plusieurs paix qui furent de peu de durée. Les anciennes relations qu’on en a faites en parlent assez. C’est pourquoy je ne m’estendray pas icy là dessus16. Je me borneray seulement à raporter ce qu’elles ont obmis, et ce que j’ay appris de la bouche des anciens de la nation Outaoüase.

  • 17 Jules Tailhan cite Bacqueville de La Potherie pour rappeler l’effroi que causa la défaite des Huro (...)

4L’année suivante, les Irroquois detacherent encore huit cents hommes pour y aller, mais ces nations, persuadées qu’ils seroient informés du lieu de leur establissement, et qu’ils ne manqueraient pas de faire une seconde entreprise, se precautionnerent en envoyant un party de leurs gens à la decouverte, jusqu’à l’ancien pays d’où les Hurons avoient esté chassés. Ils apperçurent le gros party qui devoit venir chez eux, et se presserent d’en aporter la nouvelle à leurs gens en cette isle, qui la quitterent au plus tost pour se retirer au Mechingan, où ils construisirent un fort, dans la resolution d’y attendre leurs ennemis, qui ne purent rien entreprendre pendant les deux premieres années17. Ils firent encore quelques efforts pour reussir, et mirent en campagne une espece de petite armée afin de detruire les villages de ce nouvel establisse-ment, qui avoient desja beaucoup travaillé à defricher les terres. Ils eurent cependant assez de temps pour recueillir leur grain avant l’arrivée de l’ennemi, car ils avoient tousjours soin de tenir du monde à la decouverte pour n’estre pas surpris, qui les decouvrirent veritablement. Les Irroquois arriverent donc enfin un matin devant le fort, qui leur parut imprenable. Dans cette armée, il y avoit plusieurs Hurons issus de ceux qu’on vouloit attaquer, et dont les meres avoient evité la deffaite qui arriva lorsque les Irroquois furent dans leur ancien pays. L’ennemy manquoit desja de vivres, parce que dans la route qu’ils avoient tenu[e] jusqu’à là, il ne s’estoit rencontré que très peu de bestes. On parlementa, et l’on proposa de traitter d’une paix ensemble, sçavoir que les Hurons qu’ils avoient dans leur armée seroient rendus, ce qui fust escouté et °accordé. Pour conclure les propositions, on convint que six chefs entreroient dans le fort des Hurons, et qu’en echange ils en livreroient six de leur costé en otages. C’est ainsy que la paix fut faite et arrestée entre eux. Les Outaoüas et les Hurons firent present aux Irroquois de quelques viandes et en traitterent aussy avec eux pour des colliers de porcelaine et des couvertes. Ils demeurerent campes plus[ieu]rs jours pour se raffaichir, sans neantmoins entrer dans le fort beaucoup à la fois, mais quelques uns seulement, que les Outaoüas tiroient par dessus les palissades avec des cordes.

  • 18 Une anecdote semblable est rapportée par Bacqueville de La Potherie : assiégés par des Iroquois, d (...)
  • 19 Jules Tailhan a proposé de combler la lacune en lisant ainsi le passage : « Dont l’un relascha de (...)
  • 20 Mississagués.
  • 21 C’est la seule allusion aux Mikikoués, ou Gens de la Loutre, que l’on trouve dans le texte de Perr (...)
  • 22 Les deux derniers pronoms « ils » renvoient aux Iroquois et non aux Outaouais. En se fondant sur l (...)
  • 23 Bacqueville de La Potherie reprend, en les résumant, les propos de Perrot sur le conflit entre les (...)

5Les Outaoüas firent sçavoir à l’armée des Irroquois, avant leur depart, qu’ils estoient dans le sentiment de leur faire present à chacun d’un pain de bled d’Inde. Ils composerent un poison pour y mettre. Quand ces pains furent cuits, ils les leur envoyerent, mais une femme Huronne, qui avoit son mari parmy les Irroquois, sçavoit le secret, et en avertit son fils, elle luy dit de n’en point manger parce qu’il estoit empoisonné, son fils en donna sitost avis aux Irroquois, qui en jetterent à leurs chiens, dont ils moururent. Il n’en fallut pas davantage pour les asseurer de la verité de cette conspiration18, et se resoudre à partir sans vivres : ils resolurent de se partager en deux partys, dont l’un relascha de là........ qui fut deffait par les Saulteurs19, Missisakis20, et les gens de la Loutre, qui veut dire en leur langue Mikikoüet21, dont il y en eust peu qui echaperent. Le gros party poussa plus loin, et se trouva en peu de temps parmy les buffles. Si les Outaoüas avoient esté aussy braves que les Hurons, et qu’ils les eussent poursuivis, egard à la disette où ils estoient, ils les auroient sans doute deffaits ; mais quand ils eurent abondament des vivres, ils avancerent tousjours, jusqu’à ce qu’ils tomberent sur une petite brigade d’Illinoëts22, dont ils deffirent les femmes et les enfants, car les hommes s’enfuirent vers leurs gens, qui n’estoient pas bien esloignés de là. Ils s’assemblerent d’abord, et coururent aprés les Irroquois, qui ne s’en meffioient pas. Aprés les avoir joints la nuit, ils donnerent dessus et en tüerent plusieurs. D’autres villages Illinoets qui chassoient aux environs, de distance en distance, ayant eü avis de ce qui se venoit de passer, accoururent et trouverent leurs gens qui venoient de faire coup sur les Irroquois. Ils se joignirent ensemble, s’encouragerent, et s’estants hastés, attraperent l’ennemi, luy donnerent combat et le deffirent entierement. Car il y en eust trés peu qui se rendirent à leurs villages. C’est la premiere connoissance que l’Illinoets a eù de l’Irroquois et qui leur a esté fatale, mais dont ils se sont bien vengés23.

Notes

1 Commentaire en marge du texte : « Dans les 3. Rivieres et au Montreal. » Le critique distingue les Algonquins, qui vivaient dans la région de Trois-Rivières, des Outaouais, établis le long de la rivière des Outaouais. Perrot ne fait pas toujours cette distinction.

2 « Entre le lac Huron et le lac Ontario », précise le commentateur. La remarque est juste, encore que les sites connus des villages hurons permettent de mieux circonscrire le territoire de la tribu (voir Nations amérindiennes, infra, p. 518-520).

3 Selon Jules Tailhan, cette paix eut lieu en 1624, mais il est plus probable que Perrot fasse allusion à la paix conclue avec les Agniers en 1645. Le 5 juillet 1645, des délégués iroquois arrivèrent à Trois-Rivières pour négocier la paix avec les Français et leurs alliés hurons et algonquins. Le 12 juillet, la paix était conclue en présence de Charles Huault de Montmagny, le gouverneur de la colonie, venu de Québec pour l’occasion, et de représentants hurons et algonquins, dont Pieskaret, qui fit des présents aux ambassadeurs iroquois (JR, vol. 27, p. 246-272). Le 20 septembre de la même année, après le retour des ambassadeurs agniers, qui parlaient en principe au nom des autres tribus iroquoises, une assemblée générale entérina la paix. Mais ni les Onneiouts, ni les Onontagués n’étaient inclus dans le traité (JR, vol. 29, p. 146), si bien que « la mesme année 1646, qui vit la naissance de la paix, en vit aussi la mort », lorsque des Iroquois attaquèrent les Algonquins, au printemps 1647 (P. Ragueneau, Relation de 1649-1650, dans JR, vol. 36, p. 22). Le 6 août 1648, vingt-six Français partaient de Trois-Rivières pour se rendre en Huronie : cinq pères jésuites (Francisco Giuseppe Bressani, Adrien Daran, Gabriel Lalemant, Jacques Bonin et Adrien Grelon), un frère coadjuteur (Nicolas Noirclair), trois « enfans », neuf « travaillans » et huit soldats, auxquels devaient se joindre quatre autres soldats, à Montréal, firent partie de l’expédition. Une « piece de canon » était aussi embarquée dans les canots hurons (Journal des jésuites, dans JR, vol. 32, p. 98 ; C. De Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 43-63).

4 Allusion probable au raid des Tsonnontouans contre le village huron de Saint-Joseph, le 4 juillet 1648. Les Iroquois détruisirent le village, tuèrent un grand nombre de Hurons, ainsi que le jésuite Antoine Daniel, et firent prisonniers quelque sept cents Hurons (voir « Epistola P. Pauli Ragueneau ad R. P. Vincentium Caraffam, Praepositum Generalem Societatis Jesu, Romae », du 1er mars 1649, dans JR, vol. 33, p. 258-264 ; P. Ragueneau, Relation de 1648-1649, dans JR, vol. 34, p. 86-98 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 69-73).

5 Le 16 mars 1649, quelque mille deux cents Tsonnontouans et Agniers s’emparèrent de Saint-Ignace, puis de Saint-Louis, où ils exécutèrent les pères Jean de Brébeuf et Gabriel Lalemant, après avoir massacré une bonne partie de la population huronne (P. Ragueneau, Relation de 1648-1649, dans JR, vol. 34, p. 122-156 ; Christophe Regnaut, « Bien heureuse mort, du Pere Jean de Brebceuf et du Pere Gabriel L’Alemant En la Nouvelle france, dans le pays des Hurons par les Iroquois, ennemis de la Foy », dans JR, vol. 34, p. 24-36 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 75-90).

6 Après le raid des Iroquois de mars 1649, les Hurons qui avaient échappé au massacre se réfugièrent à Sainte-Marie, où œuvraient les jésuites Paul Ragueneau, François-Joseph Le Mercier, Pierre Chastelain, Adrien Daran, Jacob Bonin et Amable du Frétat. Peu après, les Hurons décidèrent de se réfugier sur l’île Saint-Joseph, aujourd’hui Christian Island, dans le lac Huron (Ontario). Quelque trois cents familles s’établirent sur l’île, où les jésuites les rejoignirent. D’autres Hurons préférèrent se retirer plus à l’ouest, vers Michillimakinac et sur l’île Manitouline. Au cours de l’hiver, alors que les Iroquois poursuivirent leurs raids meurtriers et attaquèrent la mission de Saint-Jean, où étaient des Petuns, les Hurons de l’île Saint-Joseph connurent une « famine extreme ». Aussi, au printemps 1650, les Hurons décidèrent-ils d’abandonner l’île Saint-Joseph et, le 10 juin, accompagnés des Français et des jésuites de la mission, ils quittèrent l’île pour se retirer à Québec, où ils arrivèrent le 28 juillet, avant de s’établir sur l’île d’Orléans, sur un lotissement appartenant aux jésuites (P. Ragueneau, Relation de 1648-1649, dans JR, vol. 34, p. 222-226 ; P. Ragueneau, Relation de 1649-1650, dans JR, vol. 35, p. 78-118 et 182-214 ; P. Ragueneau, Relation de 1650-1651, dans JR, vol. 36, p. 202-220 ; C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au xviie siècle, t. II, p. 93-117). Sur les migration des Hurons, voir aussi infra, p. 344, n. 5.

7 Parfois écrit « Saguinam », aujourd’hui Saginaw Bay, qui forme la pointe ouest du lac Huron (Michigan).

8 Aujourd’hui Thunder Bay, à la pointe du lac Huron (Ontario et Michigan).

9 Île Manitouline, au nord-ouest du lac Huron (Ontario). Perrot l’appelle aussi île des Outaouais (voir infra, p. 375, n. 3).

10 Selon Antoine-Denis Raudot, le toponyme signifiait « la tortuë » (« Relation par lettres de l’Amérique septentrionale », ANC, MG 18, E 29, f. 94-95). Aujourd’hui Mackinaw sur le détroit du même nom entre les lacs Huron et Michigan (Ontario). Le poste français était situé sur la rive sud, à l’endroit connu aujourd’hui sous le nom de Old Mackinaw, dans l’État du Michigan (voir Charlevoix, Journal of a Voyage to North America. Translated from the French of Pierre François Xavier de Charlevoix. Edited with historical Introduction, Notes and Index, [par] Louise Phelps Kellogg, Chicago, The Caxton Club, 1923, t. II, p. 39, n. 7). D’abord mission jésuite en territoire amérindien, Michillimakinac se transforme en poste militaire lorsque Brisay de Denonville ordonne la construction d’un fort, en 1686. Bacqueville de La Potherie observe que Michillimakinac « est l’assemblée generale de tous les François, qui vont commercer chez les Nations étrangeres. C’est l’abord & l’asile de tous les Sauvages qui traitent de leurs Pelleteries » (HAS, t. II, p. 65). Plus bas, il ajoute que c’est « l’endroit où Michapous a séjourné le plus long-temps. Il y a une montagne sur le bord du lac qui à [sic] la figure d’un liévre. Ils croyent que c’étoit le lieu de son séjour & ils apellent cette montagne Michapous » (ibid., t. II, p. 66-67). Des remarques semblables se retrouvent sous la plume du père Claude Allouez, qui rappelle que des Amérindiens soutenaient que l’île de Michillimakinac était « le Pays natal d’un de leurs Dieux nommé Michabous, c’est à dire le grand Lievre, Ouissaketchak, qui est celuy qui a creé la Terre, & que ce fut dans ces Isles qu’il inventa les rets pour prendre du poisson » en observant une araignée tisser sa toile (Relation de 1669-1670, dans JR, vol. 54, p. 200).

11 Île située à l’entrée de la baie des Puants, ou Green Bay, aujourd’hui appelée île Washington (Wisconsin). Sur les différentes migrations des Outaouais, voir Nations amérindiennes, infra, p. 528.

12 Les faits produits par Perrot semblent assez exacts, quoique leur chronologie demeure sujette à caution : voir Nations amérindiennes, infra, p. 527.

13 La syntaxe de la phrase laisse à désirer : ce sont les Algonquins, c’est-à-dire les Outaouais, qui furent contraints de chercher refuge dans la colonie (voir supra, p. 191 et 302).

14 Commentaire en marge du texte : « faux ». Voir Nations amérindiennes, infra, p. 526-527.

15 Les jésuites ne font pas allusion à la venue d’Amérindiens à Trois-Rivières après la défaite des Hurons par les Iroquois. Mais comme le rappelle Albert Tessier, la ville servait de lieu de rendez-vous des Amérindiens de l’Outaouais, des Grands Lacs et du Haut-Saint-Maurice depuis longtemps (Les Trois-Rivières. Quatre siècles d’histoire, 1535-1935, Trois-Rivières, Le Nouvelliste Éditeurs-Imprimeurs, 1934, p. 49).

16 Dans les Relations des jésuites, on trouve de nombreuses allusions aux « audiances » de députés iroquois, aux discussions de paix, aux trêves et aux traités qui ont ponctué les relations tumultueuses entre les Iroquois, les Français et leurs alliés, de 1644 à 1661 : voir notamment B. Vimont, Relation de 1644-1645 (JR, vol. 27, p. 246-304), J. Lallemant, Relation de 1645-1646, (JR, vol. 28, p. 274-288 et 290-302, vol. 29, p. 50-54), J. Lallemant, Relation de 1647 (JR, vol. 31, p. 110-112), P. Ragueneau, Relation de 1649-1650 (JR, vol. 36, p. 22), F.-J. Le Mercier, Relation de 1652-1653 (JR, vol. 40, p. 114-116 et 156-192), F.-J. Le Mercier, Relation de 1653-1654 (JR, vol. 41, p. 42-46, 50-54 et 214-216), P. Lejeune, Relation de 1660-1661 (JR, vol. 47, p. 104). Voir aussi le Journal des jésuites : JR, vol. 32, p. 86, 88, 94 et 96 ; vol. 34, p. 52-58 ; vol. 35, p. 42, 50, 52 et 58 ; vol. 36, p. 118-142 ; vol. 37, p. 92, 96 et 98-118 ; vol. 41, p. 18-22 ; vol. 42, p. 252-254 ; vol. 43, p. 34-42, 48, 50 et 52 ; vol. 44, p. 84-90, 94, 96-100 ; 106-108, 110-114, 120-128 ; vol. 45, p. 80-94 et 100-104 ; vol. 48, p. 232 ; vol. 50, p. 190.

17 Jules Tailhan cite Bacqueville de La Potherie pour rappeler l’effroi que causa la défaite des Hurons (Mémoire, p. 214, n. 3 ; HAS, t. II, p. 51-53). Mais tout le second tome de l’ouvrage de Bacqueville de La Potherie repose sur des informations produites par Perrot. Il n’est donc pas étonnant qu’il confirme le texte des Mémoires.

18 Une anecdote semblable est rapportée par Bacqueville de La Potherie : assiégés par des Iroquois, des Potéouatamis tentèrent de les empoisonner, mais une Huronne prévint son fils, qui était lui aussi prisonnier, et fit avorter le complot (HAS, t. II, p. 54-55).

19 Jules Tailhan a proposé de combler la lacune en lisant ainsi le passage : « Dont l’un relascha de l’a[utre côté du lac] ». Toutefois, il reconnaît que « le peu d’espace laissé en blanc par le copiste, enlève toute vraisemblance à cet essai de restitution ». Mais sommes-nous certains que l’espace laissé en blanc corresponde à l’espace nécessaire aux mots qui manquent ? « Ce qui est certain, c’est que, des deux partis Iroquois, l’un revint sur ses pas, et traversant la baie des Puans et le lac des Illinois, se dirigea vers son pays, en côtoyant les bords du lac Huron, où il fut surpris et battu par les Saulteurs, Mississakis et Mikikouets : l’autre poussa plus loin vers le sud-ouest, et pénétra jusqu’au territoire des Illinois, où il fut, lui aussi complètement défait. C’est ce qui ressort des récits comparés de Perrot et de La Potherie ». Cependant, ajoute J. Tailhan, « ce dernier, par un quiproquo évident, fait aller aux Illinois ceux des Iroquois, dont, après leur départ du pays des Poutéoatamis, la marche suivit les bords du lac Huron, ce qui est absurde ; car pour se rendre du Michingan au lac Huron, il leur fallait de toute nécessité tourner le dos aux Illinois, et aux vastes prairies où l’on prétend qu’ils les auraient rencontrés » (Mémoire, p. 218, n. 4). Dans sa Relation de 1662-1663, Jérôme Lallemant rapporte qu’au printemps 1662, une centaine d’Agniers et d’Onneiouts, qui s’étaient aventurés sur les rives du lac Huron, furent surpris par des Sauteux, qui les défirent entièrement (JR, 58, p. 74-76 ; HDG, t.I, p. 370 ; J. Tailhan, Mémoire, p. 245-246, n. 12).

20 Mississagués.

21 C’est la seule allusion aux Mikikoués, ou Gens de la Loutre, que l’on trouve dans le texte de Perrot, constate Jules Tailhan, qui se demande si le copiste n’a pas confondu « Mikikoués » et « Nikikoués », une « nation algonquine, qui demeurait sur la rive nord du lac Huron, entre les Mississakis et les Amikoués », à l’est de la rivière Missisagi. L’hypothèse est confirmée par Ives Goddard, pour qui les termes « Mikikoüet » (Perrot), « Nikikouek » (J. Lallemant, Relation de 1648-1649, dans JR, vol. 33, p. 148) et « Nikikoüets » (Lettre de Thierry Beschefer, du 21 octobre 1683, dans JR, vol. 62, p. 202) renvoient au même groupe « ojibwais » (voir E. S. Rogers, « Southeastem Ojibwa », dans B. G. Trigger, Northeast, p. 770). Cela dit, peut-être Perrot confond-il les Nikikouets et les Amikoueks car, observe Jules Tailhan, il « est assez surprenant que dans le récit de Perrot, il ne soit point parlé des Amikoués ; puisque, d’après la relation de 1671 (II, 32), c’est à leur chef que reviendrait la principale part dans la victoire remportée par les Saulteurs, les Mississakis et les gens de la Loutre sur les Iroquois retournant dans leur pays » (Mémoire, p. 219, n. 5). De fait, dans la Relation de 1670-1671, Claude Dablon fait allusion au capitaine de la Nation du Castor, mort depuis trois ans, et dont le nom est ressuscité par son fils au cours d’une cérémonie car son père « s’étoit signalé contre les Iroquois en diverses rencontres ; sur tout, lors que ses ennemis étans venus jusques icy [île Ouibétchioün] au nombre de six vingt, ils furent si bien repoussez par ce Capitaine, qu’il ne s’en échappa de ses mains qu’un seul » (JR, vol. 55, p. 136).

22 Les deux derniers pronoms « ils » renvoient aux Iroquois et non aux Outaouais. En se fondant sur le texte de Bacqueville de La Potherie, dans lequel c’est un « petit village d’Islinois » que les Iroquois attaquent (HAS, t. II, p. 55), Jules Tailhan propose de remplacer le mot « brigade » par « bourgade » (Mémoire, p. 220, n. 6).

23 Bacqueville de La Potherie reprend, en les résumant, les propos de Perrot sur le conflit entre les Illinois et les Iroquois (HAS, t. II, p. 55).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search