Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

Continuation de la guerre des Algonkins et des Irroquois qui a esté suivie contre plusieurs autres nations

Texte intégral

  • 1 Sur la guerre opposant les Algonquins et les Iroquois, voir supra, p. 188-191. Sur le lac Ontario, (...)
  • 2 Voir supra, p. 191-192.

1J’ai remarqué le sujet de la guerre des Algonkins contre les Irroquois au commencement de ce memoire et que les Irroquois, ayant esté obligés de quitter le lac Erien, s’estoient retirés au lac Ontario, qui porte à present le nom de lac Frontenac1, qu’aprés avoir chassé les Chaoüanons et leurs alliés vers la Caroline2, ils y avoient tousjours demeuré ou aux environs.

  • 3 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le mot « grands » par « grandis », ce qui rend le texte (...)
  • 4 Commentaire de Jules Tailhan : « Ce passage de Perrot est fort obscur. Les phrases dont il se comp (...)
  • 5 Sur l’absence de subordination, voir supra, p. 301.

2Dans les attaques que les Irroquois donnerent en ces temps là, ils enleverent plusieurs familles sur leurs ennemis et laisserent la vie aux enfans, qui devinrent autant de guerriers quand ils furent grands à leur service3. Les victoires qu’ils avoient remportées sur ces nations pousserent quelques uns d’eux à se venger des meurtres que l’Algonkin avoit commis sur leurs gens, et dont ils avoient esté traittés trop indignement. Ils marcherent donc contre eux, et en deffirent plusieurs ; mais ils s’en vengerent bientost, car ne les attaquant qu’avec de petits partys, la deffaite n’en estoit pas bien considerable4. Il est certain que la subordination, qui a tousjours manqué chez cette nation, a esté cause qu’elle n’a pas detruitte celle des Irroquois : ne voit on pas touts les jours que les plus gros partys parmy eux ne veulent ecouter aucun commandement, et que les chefs, donnant des ordres chacun à sa teste, font avorter les desseins5.

  • 6 Voir Notices biographiques, infra, p. 504-506 et p. 507.
  • 7 Sur la paix de 1667, voir infra, p. 351-357. Jules Tailhan fait une analyse du passage car, si gra (...)
  • 8 Voir infra, p. 396-397.
  • 9 Commentaire en marge du texte : « Mr. De la Barre a fait son expedition devant que Mr. Denonville (...)

3Cette guerre dura jusqu’à la paix que Mrs. Tracy et de Courcelles6 donnerent aux Aniés, quand ils furent faire la guerre à ces peuples dont le courage avoit epouvanté les Irroquois7. Elle cessa d’estre stable entre les François, lorsque Mr. le Marquis Denonville marcha contre les Snontoãns8. Cependant Mr. De la Barre fit ensuitte une entreprise contre les Onontagués, avec lesquels il conclut la paix9.

Notes

1 Sur la guerre opposant les Algonquins et les Iroquois, voir supra, p. 188-191. Sur le lac Ontario, voir p. 191, n. 8.

2 Voir supra, p. 191-192.

3 Dans son édition, Jules Tailhan a remplacé le mot « grands » par « grandis », ce qui rend le texte plus intelligible. Au sujet de l’adoption des enfants, Paul Lejeune observe que les guerres entreprises par les Iroquois « ont tellement depeuplé leurs Bourgs, qu’on y compte plus d’Estrangers que de naturels du pays » (Relation de 1656-1657, dans JR, vol. 53, p. 264). Observation semblable chez Bacqueville de La Potherie, qui signale « la multitude des Esclaves qu’ils [les Iroquois] ont emmenez dans leur païs pour réparer la perte qu’ils faisoient en guerre » (HAS, t. III, p. 13). Lafitau observe que l’adoption, chez les Iroquois, « est l’effet d’une excellente politique ; car ces Esclaves ne voyant presque point de différence entre les Iroquois naturels et eux-mêmes, ne s’apperçoivent aussi presque point de leur servitude, & ne sont point tentés de s’enfuir. Les Nations elles-mêmes à qui l’Iroquois fait la guerre, ou qui sont pressées d’ailleurs par des Voisins inquiets, ne se sentant pas en état de résister aux uns & aux autres, écoutent plus volontiers les propositions que les Iroquois leur font faire de se donner à eux pour ne faire ensemble qu’un même Peuple. » Cette politique permet aux Iroquois de « grossir leur nombre ; ce qui leur donne la supériorité qu’ils ont depuis si longtemps sur les autres Nations » (Mœurs, t. IV, p. 32-33). Enfin, Charlevoix écrit que « sans les Esclaves, qu’ils ont amenés de toutes parts, & dont ils ont adopté le plus grand nombre, leur situation ne seroit guéres aujourd’hui plus heureuse, que celle des Peuples, qu’ils ont subjugués » (Journal, t. I, p. 457).

4 Commentaire de Jules Tailhan : « Ce passage de Perrot est fort obscur. Les phrases dont il se compose pouvant s’appliquer indifféremment aux Iroquois ou aux Algonquins, n’offrent qu’un sens équivoque et embarrassé. Entre toutes les explications qu’on peut en donner, celle-ci me paraît la plus vraisemblable : les Algonquins marchèrent contre les partis d’Iroquois qui s’étaient mis en course pour venger le meurtre de leurs compatriotes ; ils en défirent plusieurs. Mais les Iroquois ne tardèrent pas à prendre leur revanche. N’ayant, en effet, été attaqués dans les premières rencontres que par de petites bandes d’Algonquins, leurs défaites ne purent être bien sanglantes, ni par conséquent les affaiblir beaucoup » (Mémoire, p. 212, n. 1).

5 Sur l’absence de subordination, voir supra, p. 301.

6 Voir Notices biographiques, infra, p. 504-506 et p. 507.

7 Sur la paix de 1667, voir infra, p. 351-357. Jules Tailhan fait une analyse du passage car, si grammaticalement, le pronom « dont » se rapporte aux Agniers, il est peu vraisemblable que Perrot ait voulu dire que le courage des Agniers avait épouvanté les Iroquois, leurs propres alliés : « peut-être aussi faudrait-il rapporter ce membre de phrase à MM. de Tracy et de Courcelles, dont le courage épouvanta les Iroquois et les contraignit à demander la paix. Ce ne serait pas la première fois que, dans ce mémoire, la construction grammaticale et le sens de l’auteur se contrediraient ouvertement. Perrot, on le sait, ne se piquait point de littérature ; il était plus rompu aux affaires qu’aux règles de la syntaxe. Il faut d’ailleurs tenir compte de l’incertitude où nous sommes sur la vraie leçon d’un texte dont l’original est perdu, et dont il ne reste qu’une seule copie » (Mémoire, p. 212-213, n. 2).

8 Voir infra, p. 396-397.

9 Commentaire en marge du texte : « Mr. De la Barre a fait son expedition devant que Mr. Denonville fut venu en ce pais, et c’est Mr. de Calliere qui a conclu la paix que Mr. Denonville avoit rompue. » La remarque est juste, mais comme le signale Jules Tailhan, « dans la narration détaillée de ces événements qu’on lira plus loin, Perrot a rétabli l’ordre des faits, brouillé ici par distraction » (Mémoire, p. 213, n. 3). Les Onontagués formaient une des tribus de la Confédération iroquoise.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search