Version classiqueVersion mobile

Mœurs, coutumes et religion des sauvages de l’Amérique septentrionale

 | 
Nicolas Perrot

Mœurs, coutumes et religion des Sauvages de l'Amérique septentrionale

L’interest domine chez les Sauvages l’ambition et la vengeance

Texte intégral

  • 1 Commentaire en marge du texte : « exageration ». L’idée que chez les Amérindiens « l’interest seul (...)
  • 2 Commentaire en marge du texte : « quelques uns sont capables de ces sortes de laschetée, mais peu  (...)
  • 3 Charlevoix observe, peut-être sous l’influence de Perrot, que les Amérindiens sont « traîtres, qua (...)
  • 4 Dans la section plus historique de son texte, Perrot produit des exemples de déloyauté d’Amérindie (...)

1Quoyque l’ambition et la vengeance soient deux passions qui possedent imperieusement l’esprit des Sauvages, l’interest l’emporte encore par dessus, et a bien plus d’ascendant sur eux. Il n’y a point d’ignominie, ou d’injure qu’ils ne mettent en oubli, si ceux qui les ont insultés les dedommagent par des effects suffisamment considerables1. Ils vendront la vie de leurs plus proches parents, et consentiront jusqu’à laisser tuer leurs amis. Ils souffriront, quoyque jaloux, prostituer leurs femmes, violer leurs filles et leurs sœurs. Ils s’engageront à des guerres injustes et rompront les traittés de paix avec des peuples sans raison. L’interest les corrompt et les rend capables de touttes sortes de maux. Ils en font leur idole principale comme estant celle où ils mettent toutte leur confiance2. Ce principe rend, dans leur idée, touts les projets qu’ils s’y forment tousjours glorieux, quelque bas et deloyal qu’il puisse estre3, outre qu’ils en font gloire. C’est qu’ils ne manquent jamais, autant qu’il leur est possible, °de les accomplir, comme il se pourra voir par la suitte4.

Notes

1 Commentaire en marge du texte : « exageration ». L’idée que chez les Amérindiens « l’interest seul les gouverne » n’est pas propre à Perrot : on la retrouve dans la « Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en Canada depuis le Depart des vaisseaux de 1695. jusques au commencement de Novembre 1696. » (ANF, Col. 14, f. 44). Jules Tailhan dénonce lui aussi ce trait de caractère des Amérindiens, tout en cherchant à le limiter à « la grande famille des Illinois ». À ses yeux, les Amérindiens « ne sont ni des brutes, ni des héros, ni tout-à-fait des hommes », mais « de grands enfants ; qui se laissent le plus souvent entrainer à la première impression bonne ou mauvaise, quand l’intérêt ne les fixe point » (Mémoire, p. 209-210, n. 11).

2 Commentaire en marge du texte : « quelques uns sont capables de ces sortes de laschetée, mais peu ».

3 Charlevoix observe, peut-être sous l’influence de Perrot, que les Amérindiens sont « traîtres, quand il y va de leur intérêt » (Journal, t. II, p. 629).

4 Dans la section plus historique de son texte, Perrot produit des exemples de déloyauté d’Amérindiens : voir infra, p. 399-408.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search